Pensions : la République rend enfin justice aux tirailleurs

Rédigé par notre équipe le 13 juillet 2010.

Mieux vaut tard que jamais… mais l’annonce par Nicolas Sarkozy de l’alignement des pensions des anciens soldats coloniaux de l’armée française sur celles de leurs frères d’armes français arrive tout de même plus de 50 ans après les indépendances ! La plupart des tirailleurs qui auraient pu profiter de cette mesure sont morts depuis des années…

Nicolas Sarkozy a mis fin à une indignité nationale en annonçant l’arrêt de la ségrégation des pensions. Une injustice contre laquelle les anciens tirailleurs, leurs compagnons français, mais aussi l’armée française dans son ensemble, se sont battus depuis des décennies.

Les pensions des anciens soldats français issus des colonies (essentiellement Afrique noire et Maghreb) étaient en effet gelées au taux fixés à l’époque des indépendances. Ce qui au fil des années et au gré de l’inflation, avait creusé l’écart avec ce que touchaient les soldats français pour service égal.

La mesure toucherait aujourd’hui environ 30.000 personnes… ils étaient encore 84.000 en 2007 ! Les raisons de l’opposition du gouvernement français à cet alignement, souvent évoqué et promis, n’ont jamais été claires. Le principal argument évoqué était la différence de niveau de vie entre la France et les anciennes colonies.

Une défense qui ne tient pas la route. La République aurait eu au contraire tout à gagner à montrer qu’elle traitait dignement ceux qui l’avaient si courageusement servi. D’autant plus que le coût de cette mesure est quasiment anecdotique (150 millions d’Euros) pour le budget de l’État.

A titre d’illustration, quand un Français touchait 460 euros de pension en 2006, un Sénégalaisentouchait 193, un Algérien 60 et un Vietnamien… 38. Triste France !Les tirailleurs, que Léopold Sédar Senghor (qui avait lui-même servi)appelait les « dogues noires de l’Empire », ont activement défendu laFrance lors de la Première guerre mondiale, participé à la Libération en1944 et combattu en Indochine et en Algérie.

S’il faut saluer la démarche de Nicolas Sarkozy, on ne peut que regretter qu’il ait fallu attendre si longtemps pour réparer une telle injustice.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Thanks a bunch for sharing this with all of us you really know what you are talking about! Bookmarked. Kindly also visit my web site =). We could have a link exchange arrangement between us!

Laisser un commentaire