Baniel Bravo - bonus 110

Teulade, Andrieux : les sales « affaires » du parti socialiste

Rédigé par lateigne (24actu) le 14 juillet 2010.

14.07.2010
rené-teulade

Si le parti socialiste a joué (comme d’habitude) aux oies blanches au début de l’affaire Woerth, force est de constater que les éléphants se font beaucoup plus discrets depuis plusieurs jours. A l’heure où les rumeurs se dégonflent autour du ministre du Travail, deux pontes du parti à la rose sont directement impliqués dans des procédures judiciaires.

« Faites ce que je dis, pas ce que je fais » : l’hypocrisie du PS est sans borne ! Les socialistes ont tenté de politiser autant qu’ils ont pu l’affaire Woerth en donnant crédit aux ragots honteux qui circulaient dans les médias, en amenant ce débat indigne au cœur de l’Assemblée nationale et en réclamant en masse la démission du ministre.

Les jours se sont passés, la réputation d’Éric Woerth a été fracassée avec la complicité active du parti socialiste,… puis silence radio du côté de la rue de Solférino ! Il faut dire qu’au moment où le (seul) témoin se rétracte et où les faits blanchissent un ministre accusé sur la simple foi de rumeurs, le parti socialiste est confronté à des « affaires » d’un autre registre.

René Teulade, sénateur et ancien ministre PS, vient en effet d’être renvoyé devant un tribunal pour abus de confiance. Dans le même temps, Sylvie Andrieux, députée socialiste de Marseille a été convoquée comme témoin assisté dans une enquête pour détournement. On est loin du bric à brac des accusations contre Eric Woerth !

D’un côté la majorité, salie depuis un mois sous un flot de procès d’intention et de suspicions jamais étayées par le moindre fait. Traquée par une meute de journalistes qui veut manifestement la peau de Nicolas Sarkozy (sans doute les mêmes d’ailleurs qui lui faisaient des courbettes au début de son mandat). De l’autre le PS qui a fait la morale au gouvernement avant de se terrer en toute impunité dans le silence tandis que deux de ses cadres font l’objet d’enquêtes judiciaires.

Et pas pour des broutilles ! La justice demande à René Teulade de rendre des comptes sur l’utilisation de 78.000 Euros de la Mutuelle retraite de la fonction publique qu’il présidait à titre « bénévole ». Dans le même temps, Sylvie Andrieux a été entendue dans le cadre d’une enquête sur le détournement de 700.000 euros par des associations fictives subventionnées par la région Paca.

De bien sales affaires qui poussent aujourd’hui le PS à la plus grande réserve. Qui sème le vent récolte la tempête ! Les socialistes, enfermés dans leur haine de Nicolas Sarkozy ont ouvert la boite de Pandore dont ne sortira que populisme et rejet de la classe politique.

Netbet Sport fr

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Brocker dit :

    Voila le vrai vissage du socialime, surtout que Brochen et Hamon etouffent ces affaires et en inventent d'autres.

    Du gros blablabla Messieurs et Madame les socialos, combien de personnes de la fonction publique touche une retraite minjorée à cause de ces malversations.

  2. Spot on with this write-up, I truly think this website wants far more consideration. I’ll in all probability be once more to learn far more, thanks for that info.

Laisser un commentaire