Les agriculteurs : vaches à lait de l’industrie agro

Rédigé par myriamb le 02 août 2010.

 

La guerre du lait continue à faire rage. Et chaque jour, les agriculteurs-producteurs de lait français sont plus fragilisés face à des cours qui ne leur permettent pas de vivre.  Avant de disparaître, ils ont décidé de se battre.

 

Jeudi, des paysans ont versé des bennes de fumier devant des usines de transformation du lait pour dénoncer une nouvelle baisse des prix au producteur. La situation de l'agriculture française ne cesse de se dégrader. On attend des réponses du gouvernement !

 

En six ans, le prix du lait à la consommation a augmenté de 183% quand il a baissé de 50% à la vente pour les agriculteurs. Il y a de quoi s'énerver, non ?

 

Il y a quelques semaines déjà on avait assisté à des distributions gratuites de lait pour protester contre les pressions économiques que subissent les producteurs laitiers. Cette fois, l'opération était moins gentillette.

 

Des militants de l'USA (Union Syndicale Agricole) avaient vidé des bennes de fumier devant quatre usines de transformation du lait de Seine-Maritime (Senoble à Gruchet-le-Valasse et Quincampoix, Bongrain à Maromme et Lactalis à Buchy). Ils réclament un aboutissement des négociations sur le prix du lait.

 

"Depuis le 1er juillet, les producteurs de lait traient matin et soir, sept jours sur sept et livrent leur lait aux transformateurs sans en connaître réellement le prix", ont-ils indiqué. Ils ont expliqué qu'en 2009 "le revenu des producteurs de lait a déjà été amputé de plus de 50 %, sans que le consommateur en bénéficie pleinement". Ils jugent les transformateurs "irresponsables" et estiment que les producteurs ne peuvent "être la seule variable d'ajustement pour assurer la rémunération des actionnaires".

 

Par ailleurs, les producteurs de la Sarthe et de la Loire-Atlantique ont symboliquement "porté plainte" mercredi contre l'industrie laitière. Pour eux, cette dernière ne respecte pas ses engagements sur le prix du lait. Depuis le début des négociations, en juin, l'interprofession essaye de s'entendre sur les prix à appliquer au troisième trimestre. Les producteurs demandent une hausse de 11 % des tarifs laitiers au troisième trimestre. Ils accusent les industriels de ne pas respecter un accord de juin 2009 indexant les prix sur les indices.

 

La détresse des producteurs de lait est encore accrue par les difficultés de leur profession, l'une des plus difficiles qui soit. Pas de 35 heures chez les agriculteurs, ni de congés payés (et oui, les vaches doivent manger TOUS les jours !). Dans une société où tout s'accélère, où les loisirs et la consommation sont la norme, les agriculteurs se sentent rejetés et méprisés (peut être pas à tort quand on voit le traitement médiatique qui leur est réservé).

 

Ils sont en décalage avec ce qu'ils voient du reste de la société (médias rivés sur leurs nombrils, ne traitant que de la vie urbaine ou de manière caricaturale pour la ruralité) et en ressentent un profond malaise. Voir la transcription économique de leur dévalorisation sociale ne peut que renforcer ce sentiment, surtout au vu du travail fourni.

 

Enfin et surtout, l'agriculture est devenue un enjeu mondiale essentiel. Avec (entre autres…) la hausse du prix des matières premières, la hausse du prix des transports, l'augmentation du salaires des pays plus pauvres et les problèmes d'eau, l'agriculture tend à retrouver une place centrale. Les pays devront posséder une agriculture forte pour éviter les crises économiques et sociales (voire alimentaires…).

 

Si la France ne protège pas ses agriculteurs, la profession sera désertée (on assiste déjà à cette "crise des vocations"). Il serait plus que dangereux de dépendre entièrement des autres pays pour nous nourrir…

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. PETITLAIT dit :

    Les rois fainéants aux quatre quatre rutilants des campagnes manifestent !!!
    le lait industriel est peu etre le futur scandale sanitaire, alors …

  2. G.MAHE dit :

    La crise du lait fait parler d’elle depuis plus d’un an. Pourquoi ? Quel risque pour le consommateur ?- http://bit.ly/dviEup

  3. […] Le bras de fer entamé début juillet par les producteurs de lait français visait à faire respecter aux industriels du secteur leurs engagements de 2009. Le monde agricole a surtout envoyé un message fort à l'industrie agro-alimentaire : "nous ne sommes pas des vaches à lait". […]