Scandaleux : un professeur du Collège de France refuse la Légion d’Honneur

Rédigé par myriamb le 02 août 2010.

Jacques Bouveresse, professeur au Collège de France, philosophe du langage, a refusé le 14 juillet dernier l'honneur qui lui était fait de se voir attribuer la légion d'honneur en reconnaissance de ses travaux universitaire.

Valérie Pécresse, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, l'avait notifié dans son contingent. Chaque ministère dispose d'un certain nombre de médailles à distribuer, parmi les personnes qui comptent dans leurs domaines d'attribution.

En France, la légion d'honneur, fondée en 1802 par Napoléon, récompense les "mérites éminents" rendus à la Nation. La philosophie de cette médaille est triple : récompenser un homme, souvent son équipe, et sacraliser un travail effectué pour en reconnaitre sa signification.

En refusant cette médaille, ce professeur refuse un honneur personnel. Soit, c'est son droit. Mais il refuse aussi de voir le travail de la communauté scientifique honoré avec lui. Cet homme n'a pas fait sa carrière seul pourtant. Il la doit à ses professeurs, à ses étudiants, à ses assistants de recherche, à ses éditeurs, etc.

Il refuse aussi de voir le fruit de son travail honoré pour des raisons politiques. Dans une lettre au Ministre qu'il écrit pour se justifier, il affirme en effet qu'il ne peut accepter un honneur de la part d'un "gouvernement comme celui auquel vous appartenez, dont tout me sépare radicalement et dont la politique adoptée à l’égard de l’Éducation nationale et de la question des services publics en général me semble particulièrement inacceptable."

C'est là qu'est la chose la plus scandaleuse. Il faut différencier le gouvernement en place et la République française. Un honneur rendu par la France n'est pas un honneur qui appartient au gouvernement. Des hommes de droite ont accepté des récompenses des hommes de gauche, et inversement.

Jacques Bouveresse avait déjà refusé une médaille que lui avait attribué Jack Lang.

Autre point, ce professeur s'offusque d'avoir reçu quelque chose alors qu'il n'a rien demandé… Sauf qu'on ne demande pas la Légion d'honneur : on nous l'offre.

Et pour l'anecdote, être chevalier de la légion d'honneur rapporte une rente non réévaluée depuis la création de la récompense honorifique de… 6,10 euros par an !

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Alain dit :

    "Sauf qu'on ne demande pas la Légion d'honneur : on nous l'offre."

    De toute évidence, vous n'êtes pas bien informée. La légion d'honneur, on la demande. D'autre part, je ne vois pas ce qu'il y a scandaleux à ne pas vouloir figurer sur la même liste que certaines personnes "honorées", et qui ne sont que parfaitement méprisables.

  2. Frodorix dit :

    Et puis tout le monde n'a pas envie d'être confondu avec un artiste homosexuel vu que c'est devenu la principale cible de la Légion d'Honneur, hein! Si l'Empereur était là…

  3. Yvette dit :

    C'est votre article qui est scandaleux. Enfin un homme qui a le sens de l'honneur et n'a pas la langue de bois, ça change des politiciens!

  4. notre équipe dit :

    Alain,

    Nous confirmons : la légion d'honneur se propose, mais ne se demande pas.

    Certains, évidemment, le font. Mais la règle c'est de la recevoir et non pas de la quémander.

    Merci pour votre intérêt !

  5. FB dit :

    @l'auteur de cet article:

    vous manquez de profondeur assurément… !

  6. Et alors... dit :

    Ce monsieur a bien le droit de la refuser, le monde continuera à tourner…

    De toute façon, ce n'est visiblement pas la renommée qui motive ce monsieur, et c'est tant mieux…

    Je ne le connaissais pas avant de lire cet article, et ne me souviendrai probablement pas de lui quand je changerai de page…

  7. Linard dit :

    Cet article est réellement nul car les informations données sont fausses. Le refus de recevoir la légion d'honneur se fait bien avant la publication du décret, pour les LH "civiles" les propositions sont faites par la hiérarchie ( doyen ou recteur pour l'Education nationale) et la "pension" n'est accordée qu'à ceux qui ont risqué leur vie ' citations, actes de bravoure..) et le BO mentionne " avec pension". De fait la LH est donc attribuée de deux manières, avec ou sans pension, ce qui différencie quand même la LH "des poilus"( qui eux ne la demandent pas) de celle des secoueurs de bananiers du civil.Dans certains milieux on se rend célèbre en faisant savoir qu'on a refusé la LH.

Laisser un commentaire