Lait : les paysans font plier l’industrie agro-alimentaire

Rédigé par maximus (24actu) le 13 août 2010.

 

La mobilisation des producteurs de lait français a fini par payer et le groupe Bel, l'un des poids-lourds du secteur, a accepté le principe d'une augmentation de 10% du prix du lait. Des cours enfin rémunérateurs pour les agriculteurs ?

 

Le bras de fer entamé début juillet par les producteurs de lait français visait à faire respecter aux industriels du secteur leurs engagements de 2009. Le monde agricole a surtout envoyé un message fort à l'industrie agro-alimentaire : "nous ne sommes pas des vaches à lait".

 

Pressurés de tous côtés, la survie des producteurs de lait (et plus généralement des paysans) est rendue chaque année un peu plus difficile. L'argument de compétitivité du lait français (notamment par rapport à l'Allemagne) avancé par les industriels tient la route, mais doit-on pour autant abandonner la filière laitière française ?

 

Ce qui se passe aujourd'hui avec la "guerre du lait" résume finalement l'ensemble des problématiques agricoles actuelles. Doit-on considérer l'agriculture comme une activité parmi tant d'autres, soumise aux seules lois du marché ?

 

Ou l'agriculture nationale, au même titre que la défense, la sécurité ou l'éducation, est un enjeu stratégique et géopolitique ? Que deviendra la France si elle doit demain importer son lait de Chine ou de Russie ? Ses céréales des Etats-Unis ? Ou sa viande d'Amérique du Sud ?

 

Si notre alimentation dépend de pays étrangers, nous serons à leur botte… Sans cette vision globale, aucune solution n'est possible sur les questions agricoles. Il serait temps d'y réfléchir.

Déjà une remarque sur cet article

  1. very nice put up, i actually love this website, keep on it

Laisser un commentaire