Rappel de voitures : Toyota dindon de la farce Yankee ?

Rédigé par silesricains (24actu) le 13 août 2010.

 

Si les autorités américaines avaient voulu affaiblir le géant automobile Toyota, elles ne s'y seraient pas prises autrement. Après plusieurs mois de polémiques, 7 millions de véhicules rappelés et une réputation écornée, l'entreprise niponne a été blanchie dans un rapport passé inaperçu.

 

Un des premiers gestes de forts de Barack Obama après son élection aura été le plan de sauvetage de l'industrie automobile américaine qui avait perdu toute compétitivité (ou pesque) face à ses compétiteurs asiatiques.

 

L'administration américaine et la machine médiatique de l'Oncle Sam ont-ils donné un autre coup de pouce à GM, Chrysler ou Ford en lançant des accusations gravissimes à l'encontre de Toyota, premier constructeur mondial de voitures.

 

Suite à des accusations de défaillance de son système électronique entrainant des accélérations indésirés des véhicules, Toyota avait été contraint l'an dernier de rappeler 7 millions de véhicules aux Etats-Unis.

 

Quelle pire publicité pour une voiture qu'un accélérateur qui s'enclencherait tout seul à n'importe quel moment. La réputation de Toyota a été très sérieusement mise à mal par ces accusations, entrainant entre autre la démission du PDG du groupe et des pertes financières abyssales.

 

Or, près d'un an plus tard, au beau milieu de l'été, l'agence de sécurité routière américaine (NHTSA) sort un rapport blanchissant totalement le constructeur japonais. Les accidents supposés avoir été causés par la défaillance de l'accélérateur seraient en réalité à mettre sur le dos de mauvais conducteurs.

 

Ou comment une rumeur planétaire totalement infondée plombe une multinationale… et redonne un peu d'air aux constructeurs américains !

Laisser un commentaire