Forte menace d’attentat en France, un spectre ?

Rédigé par aliciabx le 13 septembre 2010.

Le gouvernement continue sur son thème favori : "Sécurité" que l'on perçoit comme de l'insécurité psychotique ; le spectre de la peur est encore brandi et le chef de la DCRI, par son annonce, va donner des idées à certains qui n'envisageaient pas (encore) de commettre de tels actes. Ne niant pas les risques réels auxquels bon nombre de pays sont confrontés, la ficelle est assez grosse et… inconsciente… voire irresponsable… Le débat sur l'identité nationale, ayant presque tourné en pugilat, l'expulsion des Roms donnent, à chaque fois des voix au FN. A force d'annonces électoralistes, le gouvernement est en train "de se tirer une balle dans le pied"…

 

Et si j'ai bien compris, méfions-nous de : " ce Français converti qui se radicalise et monte son opération seul ; les djihadistes, ces Français qui partent en Afghanistan ou au Yémen, demain en Somalie et qui reviennent clandestinement, aguerris, pour poursuivre leur combat sur le sol français".

 

Mais le chef de la DCRI dément toute radicalisation significative des musulmans de France. "Sur 6 millions de musulmans en France, il y a peut-être 300 individus qui posent problème" et une "trentaine" de lieux de culte sur quelque 1.800, dit-il."

 

Comment reconnaître ces éventuels terroristes dans la masse des 6 millions de musulmans ? Pas facile, alors méfions-nous de tous, ce sera plus simple…

Que faire ? rester chez nous ? Certains se verraient même privés de manifestation le 23 septembre de peur d'un attentat…

 

D'après les renseignements de la DCRI, la menace d'un attentat sur le sol français "n'a jamais été aussi grande". Où, quand, comment, qui ? puisqu'un attentat se prépare à l'avance. Bref, on nous alerte sur d'éventuelles possibilités et notre avenir est incertain. Le chef de la DCRI en a trop dit ou pas assez.

 

Les Français n'avaient déjà pas eu peur de la grippe A, qui, en période de crise a été une aubaine pour les financiers et les politiques. A part se méfier de 6 millions de personnes, la population n'a peut-être pas envie d'être informée sur d'éventuels attentats frappant n'importe où, n'importe quand et personne n'est préparé à cela.

 

La balle est donc dans le camp de l'anti-terrorisme.

 

D'après les articles du figaro.fr et du JDD

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Your place is valueble for me. Thanks!…

  2. Barb Printers dit :

    Youre so cool! I dont suppose Ive read something like this before. So nice to find any person with some unique thoughts on this subject. realy thank you for beginning this up. this web site is one thing that's wanted on the net, somebody with a bit originality. helpful job for bringing one thing new to the web!

Laisser un commentaire