Les petits musulmans préfèrent les écoles catholiques

Rédigé par maximus (24actu) le 05 octobre 2010.

Parade à l’intolérance religieuse grandissante de notre société ? Preuve de l’acceptation de l’Autre de la communauté catholique (qui n’a rien à voir avec la sacrosainte « tolérance » imbibée de relativisme que nous servent du soir au matin les bonnes âmes de gauche) ? Toujours est-il qu’année après année, le nombre d’enfants musulmans inscrits dans les écoles privées catholiques ne cesse d’augmenter.

La guerre de religion n’aura pas lieu en France entre « cathos » et musulmans. Confrontés aux échecs et aux errances de l’Éducation nationale, un nombre grandissant de parents musulmans, se tournent vers les écoles libres pour y faire élever leurs enfants.

Pourquoi les musulmans se tournent-ils aussi massivement vers l’enseignement catholique ? Sans doute en raison du respect pour la religion (quelle qu’elle soit) que défendent ces établissements. Mais aussi et surtout, de manière plus pragmatique, parce qu’ils sont persuadés que leurs enfants auront davantage de chances de réussir dans ce cadre plutôt que laissés à eux-même dans le public.

La cohabitation inter-religieuse n’est toutefois pas toujours simple et l’arrivée de jeunes musulmans dans les écoles catholiques pose aussi des problèmes. Les évèques de France ont même publié cette année pour la première fois une liste des « situations problématiques » liées à ce mélange.

Loin du clash choisi depuis des années par la République pour définir ses relations avec l’Islam, les catholiques ont fait le choix du dialogue et de l’acceptation des différences (une acceptation qui est d’autant plus simple que l’on est soi-même en phase avec son identité !).

Sans faiblesse face à des comportements irrespectueux (manque de respect au personnel féminin ou aux symboles de la religion chrétienne,…) les évèques invitent les directeurs d’école à ne « pas mélanger islam et réaction d’adolescents, identitaire, culturelleet religieuse ».

En cas de problèmes, ils proposent de « faire intervenir des médiations : unmusulman, en priorité un enseignant ou personnel d’éducation, sinon unresponsable de mosquée, ou un expert, par exemple le responsablediocésain pour les relations avec l’islam ».

Autant d’outils simples et efficaces pour désamorcer les tensions et permettre des relations apaisées entre les deux religions.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Anouk Low dit :

    Davantage s'écrit en un mot!!!!!

  2. I’ll right away grab your rss feed as I can't find your e-mail subscription link or newsletter service. Do you've any? Kindly let me know so that I could subscribe. Thanks.

  3. DJABELKHIR dit :

    vous êtes bien marrant vous, on parle d’enfants qui sont en très grande majorité nés et qui ont grandi en France, je ne vois pas ou est le problême ?? C’est du mensonge : n’allez pas chercher de médiation, si les parents ont inscrit leurs enfants dans ces écoles, ils leur ont donc enseigné l’ouverture d’esprit pour s’épanouir dans ces établissements.

Laisser un commentaire