Fellation = cancer ? (étude médicale suédoise)

Rédigé par libertin-parisien le 14 octobre 2010.

Les cancers de la cavité buccale sont de plus en plus souvent provoquéspar des infections de papillomavirus transmises sexuellement lors derapports bucco-génitaux, selon des travaux de chercheurs suédois publiésmercredi aux Etats-Unis.

« Plusieurs recherches montrent unaccroissement de la fréquence des cancers oropharyngés avec uneproportion croissante de ces tumeurs résultant d’une infection depapillomavirus humains (PVH) chez des sujets devenus sexuellement actifstrès jeunes et ayant eu de multiples partenaires », écrivent leschercheurs.

« Nous observons une lente épidémie de cancers de lavoie buccale, aux Etats-Unis et dans des pays d’Europe du nord,provoqués par des papillomavirus transmis sexuellement », ajoutent-ilsdans leur communication publiée par les Centres fédéraux américains decontrôle et de prévention des maladies (CDC).

Ce constat aconduit le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) àreconnaître ces papillomavirus comme un facteur de risque des cancersoropharyngés en plus du tabagisme et de la consommation d’alcool, lescauses traditionnelles. Ces virus étaient jusqu’alors connus pour êtreresponsables de la plupart des cas de cancer du col de l’utérus contrelequel il existe désormais deux vaccins efficaces chez les filles et lesjeunes femmes avant qu’elles ne deviennent sexuellement actives.

« Lapossibilité que nous soyons confrontés à une épidémie de cancers de lavoie buccale résultant d’infections avec des papillomavirus exige uneattention particulière », jugent ces médecins dont le Dr TorbjörnRamqvist, professeur au Karolinska Institutet en Suède, l’un desprincipaux auteurs de cette étude. Signe de cette épidémie, ceschercheurs relèvent qu’à Stockholm, l’incidence de cancer de l’amygdalerésultant d’une infection de papillomavirus a été multipliée par septces trente dernières années.

Les cancers oropharyngés provoquéspar une telle infection représentent désormais le tiers des cancers dela cavité buccale diagnostiqués chaque année en Suède, selon les auteursde l’étude.

Déjà une remarque sur cet article

  1. jeanpaul de la mata dit :

    Les Suédoises,c'est normal,de sacrées nanas… les filles de chez nous,bof ?

Laisser un commentaire