Dictature de la rue (bis) : syndicats et pénurie d’essence

Rédigé par lateigne (24actu) le 17 octobre 2010.

Après les menaces de blocage du pays, les syndicats organisent la pénurie d’essence. Un nouvel exemple de cette dictature de la rue que la gauche et les anarcho-syndicalistes veulent imposer au gouvernement et au chef de l’État, élu au scrutin universel pour notamment mettre en œuvre cette réforme.

Si les syndicats ont échoué à lancer le mouvement de grève générale qui devait faire reculer le gouvernement, ils conservent un pouvoir de nuisance indéniable.

Après avoir lancé sans vergogne des lycéens mineurs s’échauffer contre la police et accessoirement quelques bandes de voyous de banlieue, les syndicalistes s’apprêtent à user de l’arme pétrolière. En clair, organiser la pénurie d’essence en France.

L’ensemble des raffineries du pays sont en grève et les syndicats de routier se lancent dans la ronde et commencent à bloquer les dépôts pétroliers. Bloquer ? En clair, empêcher les non-grévistes de travailler et d’accéder à leur lieu de travail et surtout les citernes de sortir et d’approvisionner les stations-services françaises.

Ce qui veut dire qu’une fois de plus la « rue », quelques centaines de personnes au plus, va tenter de forcer la main du gouvernement, dont la légitimité repose sur le vote démocratique, pour défendre des intérêts corporatistes au mépris du bien général.

Laisser un commentaire