Vol d’ordinateurs et cambriolages : à qui profite le crime ?

Rédigé par lili-du-bassin le 25 novembre 2010.

Après le vol de plusieurs ordinateurs de journalistes du Monde et le cambriolage de la rédaction de Rue89, les médias pointent du doigt la DCRI, dont les agents sont hâtivement qualifiés de « barbouzes » du sarkozysme. Pourtant, à qui peut profiter le crime ?

On pourrait déjà se demander si les rédactions ne bénéficient pas de ce coup de pub gratuit ? Le Buzz créé autour de ces affaires en terme de couverture médiatique couvre sans doute largement le prix des ordinateurs.

Autre hypothèse beaucoup plus crédible que de s’imaginer des fonctionnaires de police organiser des cambriolages : un coup monté des groupuscules d’extrême-gauche de type Tarnac, qui cherchent par tous les moyens à déstabiliser le gouvernement.

Bizarrement, aucun journaliste ne s’est demandé si ces groupuscules, que l’on sait très actifs, pourraient être liés à ces braquages bien orchestrés… Quitte à penser que les services secrets français sont utilisés pour voler les informations des journalistes, on pourrait imaginer qu’il y aurait des moyens plus discrets d’obtenir (et détruire) les informations dérangeantes.

N’en déplaisent aux faiseurs de fantasmes, l’intrusion informatique est un art beaucoup plus maitrisé par les services secrets que les barbouzeries inventées par les journalistes.

Une chose est sure et quoi qu’il vous arrive… Accusez Sarkozy et tout le monde hurlera avec les loups !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. lili-du-bassin dit :

    Si vous avez un site d'informations pourri dont personne ne parle, ou bien un journal en perte de lecteurs, organisez vous un vol d'ordinateurs par un faux cambriolage . Vous aurez une couverture médiatique nationale gratuite.

  2. Pierrot Gourmand dit :

    A qui profite le crime ? A celui ou ceux qui revendront ces ordinateurs à la sauvette pardi !!!

    Pas la peine de voler un ordinateur pour connaître les données qu'il contient : Un petit hacking à distance suffit LARGEMENT !

Laisser un commentaire