Gestion de biens : Urbania crédibilité retrouvée ?

Rédigé par myriamb le 02 décembre 2010.

Au terme d’une année 2010 parsemée de scandales et au prix d’une remise à plat importante, Urbania, troisième administrateur de biens français, se donne un maximum de moyen pour essayer de retrouver au plus vite sérénité et crédibilité. La société a en effet été reprise en main par la société d’investissement française IPE qui semble t il a décidé de faire repartir l’entreprise du bon pied….

2010 restera une année noire pour Urbania. Pertes importantes à hauteur de 500 millions d’euros. Accusations d’abus de confiance pour des détournements de fonds par le biais de prêts bancaires (comptes reflets). Le gestionnaire de copropriété était dans le rouge à tous égards.

L’arrivée d’IPE au capital a depuis changé la donne. Qui dit nouveaux actionnaires dit le plus souvent nouvelle équipe dirigeante. Le « cas » Urbania n’a pas échappé à la règle.

Les dérapages divers et variés de l’ancienne équipe dirigeante ont de fait lourdement affecté la confiance des clients d’Urbania. A juste titre. D’où la satisfaction de la majorité des acteurs du secteur immobilier à l’annonce de l’arrivée d’IPE, semble t il rassurés de voir ce fonds français assurer le renouveau d’Urbania.

IPE n’est pas un inconnu dans le monde de l’immobilier. Spécialisée dans les accompagnements à long terme donc plus sécurisés, IPE dispose également d’une expérience dans les sauvetages d’entreprises en difficulté. Le fonds a déjà évité la faillite à de nombreuses grosses sociétés comme Ermewa, 1er exploitant de transport ferroviaire spécialisé en France, ou la Compagnie des Alpes, 1er exploitant de remontées mécaniques et 3ème de parc à thèmes en France. Le choix de Nicolas Jacquet comme nouveau président exécutif d’Urbania semble également avoir rassuré.

Le profil atypique du nouveau patron  d’Urbania a de quoi redonner confiance. Il lui reste à faire ses preuves mais l’homme a un CV impressionnant : Ancien Préfet, Délégué à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale, il a conduit ou participé à de grands chantiers nationaux ou régionaux, comme le Pont de Normandie, le Tunnel sous la Manche ou l’interconnexion des trains à grande vitesse autour du pôle Euralille. Directeur Général de la Chambre de Commerce de Paris, il a œuvré à fusionner le pôle immobilier de la CCIP avec Unibail/Rodamco pour donner naissance au premier acteur français des salons et congrès.

Il a également dirigé CDF Energie, un réseau commercial de services aux particuliers, aux collectivités et aux entreprises dans le domaine énergétique. Directeur Général de la Médiation du Crédit aux Entreprises (aux côtés de René Ricol) NicolasJacquet a facilité les relations entre la sphère bancaire et les entreprises ayant recours au crédit pour financer leur développement. Expériences dans le privé et le publique, connaissance du monde des finances, réseaux importants, spécialisation dans l’urbanisme, NicolasJacquet a tout pour s’imposer chez Urbania. Mais la tâche sera rude, et les propriétaires aux aguets …

Cette nouvelle politique a été annoncée comme une rupture totale avec les méthodes de management, de gestion et de communication qui prévalaient avant ainsi que par une volonté de transparence. A l’image de son nouveau dirigeant, NicolasJacquet, qui a entamé un tour de France dès son arrivée pour aller à la rencontre des clients et des  collaborateurs en région.

Cette politique, jusqu’à présent jugée avec bienveillance par les observateurs, repose donc sur la confiance des propriétaires en Urbania. C’est pourquoi IPE annonce avoir fait en sorte qu’aucun propriétaire ne perde le moindre euro malgré les remous des derniers mois. Jacquet communique d’ailleurs beaucoup sur cette aspect de la reprise, il répète que les propriétaires n’ont rien perdu et ne perdrons rien dans l’affaire.

L’ensemble de ces mesures et de ces bouleversements semblent pour le moment satisfaire les clients puisque peu de propriétaires ont semble t il quitté Urbania suite à l’affaire. Mais dans le domaine de la gestion de copropriété rien n’est simple, les propriétaires étant souvent échaudés par la gestion de leur syndic…

Enfin un peu d’espoir pour les employés d’Urbania et plus largement pour les entrepreneurs français : une entreprise en difficulté peut encore être sauvée et éviter la déroute dans notre beau pays. Le cas Urbania servira peut être un jour de modèle, si tout marche comme prévu…

Déjà une remarque sur cet article

  1. Thank you, I have just been looking for info about this subject for ages and yours is the greatest I have discovered till now. But, what about the bottom line? Are you sure about the source?

Laisser un commentaire