Laurent Gbagbo, Côte d’Ivoire et République bananière

Rédigé par didoulefou (24actu) le 09 décembre 2010.

La mascarade post-électorale organisée par Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire salit malheureusement l’ensemble des processus démocratiques en Afrique et fait une fois de plus le jeu des afro-sceptiques.

L’ancien président et nouveau dictateur ivoirien a non seulement transformé la Côte d’Ivoire en république bananière en truquant grossièrement et au mépris absolu des électeurs les résultats d’une élection présidentielle dont il sortait largement battu, mais il a jeté un nouveau discrédit sur la situation politique en Afrique.

L’Afrique de la démocratie avance pourtant depuis de nombreuses années. Il reste certes à l’image de Laurent Gbagb, Ali Bongo ou Yahia Jammeh, beaucoup de régimes sclérosés et aveugles aux grands mouvements de société, mais la démocratie progresse fortement depuis les années 2000.

Le Sénégal a ouvert une voie historique lorsque Abdou Diouf, président depuis 20 ans, a reconnu sa défaite électorale face à Abdoulaye Wade en 2000. D’autres alternances politiques ont suivi au Bénin, au Ghana ou au Kenya.

La dérive ivoirienne est à ce titre une étape charnière. La communauté internationale laissera-t-elle faire le putsch post-électoral de Laurent Gbagbo au risque de décrédibiliser durablement et profondément son influence ? Parviendra-t-elle en revanche à mettre en oeuvre des sanctions (essentiellement couper le robinet financier qui fait vivre le régime ivoirien) pour forcer Laurent Gbagbo à accepter la voix des urnes ?

Laisser un commentaire