En 2005, trois semaines d’émeutes dans les banlieues pour rien ?

Rédigé par notre équipe le 27 avril 2011.

C'est ce qui ressort de la décision de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui a accordé ce matin un non-lieu aux deux policiers initialement renvoyés devant le tribunal correctionnel dans l’enquête sur la mort de deux adolescents en 2005 à Clichy-sous-Bois.

C’est ce qui ressort de la décision de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui a accordé ce matin un non-lieu aux deux policiers initialement renvoyés devant le tribunal correctionnel dans l’enquête sur la mort de deux adolescents en 2005 à Clichy-sous-Bois.

Souvenez-vous, c’était en novembre 2005. Deux jeunes de Clichy, Zyed et Bouna mourraient dans un transformateur EDF dans lequel ils étaient entrés en essayant d’échapper à des policiers, après le cambriolage d’un chantier.

S’ensuivaient trois semaines de violences urbaines, de voitures brûlées et d’affrontements avec les forces de l’ordre dans toutes les banlieues de France. Les jeunes émeutiers accusaient la police d’être responsables de la mort des deux jeunes et se déchaînaient contre tout symbole de l’Etat, des bus aux pompiers en passant par les écoles.

L’inspection générale des services de police n’avait pas tardé à lancer sa propre enquête interne pour déterminer les éventuelles responsabilités des policiers. Le rapport rendu public en 2006 n’avait pu retenir aucune faute à l’encontre des membres des forces de l’ordre sur place au moment des faits. Cela n’avait pas empêché les familles des deux jeunes victimes de déposer plainte contre les mêmes policiers pour « non assistance à personne en danger ».

La justice vient donc de trancher à nouveau, en blanchissant les forces de police. C’est un coup dur pour tous les habitués de l’auto-flagellation et de la repentance qui défendaient mordicus la thèse de la bavure policière. Cela n’a pourtant pas empêché l’avocat des familles, Me Mignard, de porter à nouveau plainte pour mise en danger délibérée de la vie d’autrui tout en déclarant sans rougir : «qu’est-ce qui justifie que 15 fonctionnaires de police se jettent à la poursuite d’enfants en pleine après-midi alors qu’aucune infraction n’a été commise, les affolant, les poursuivant et les cernant à proximité d’un site mortellement dangereux?». Bref, toujours la même rhétorique du délinquant innocent contre le policier coupable…

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. lila blanc dit :

    Pour une fois que des jeunes de banlieue faisaient des étincelles…

  2. vil dit :

    Vous pourriez essayer de simulez un minimum de neutralité dans vos article, les rédacteurs sont recruté au FN?

  3. neo93500 dit :

    Vil: en quoi l'article n'est pas neutre? 2 racailles qui pour fuir la police sont allés se réfugier dans un transformateur EDF, dont le cadenas était brisé et qui servait de cachette au dealers, se sont fais électrocuter. En quoi les policiers sont responsables? de plus le 3eme de la bande qui s'en est sorti a été condamné depuis pour d'autres faits de délinquance. alors l’angélisme et la victimisation, ça suffit. En plus, "non assistance à personne en danger", il ne faut pas abuser. 2 gars se planquent dans un transformateur EDF avec des panneaux "DANGER"… vous allez les chercher vous? moi non! et les flics n'ont pas à risquer leur peau non plus

  4. cams dit :

    sur quelle base l'article qualifie t'il les victimes de délinquants? quand au policier j'ai du mal à comprendre comment ils arrivent à sortir de là blanchis au vue des conversations radios enregistrés ( "si ils vont dans le site EDF je ne donne pas cher de leur peau") sachant qu'un simple coup de fil à EDF aurait suffit pour épargner la vie des deux adolescents poursuivis sans pour autant avoir commis aucune faute.

  5. Dizzy dit :

    Jusqu'au jour où… l'armée interviendra.

    Dans le jargon militaire, cette situation est quasiment insurrectionnelle. Le jour arrivera où l'armée prendra de nouveau le pouvoir, c'est arrivé par le passé (Bonaparte, Pétain, de Gaulle) et ce, toujours à la suite de crises ou de guerres. Ce jour-là, il y aura des milliers de victimes :(((

    Je pense cependant qu'il nous reste encore 10 bonnes années.

  6. Joe dit :

    T'inquiètes pas Dizzy, c'est dans 10ans, maximum…

    On approche de la situation du quartier de watts à los angeles en 62.

    Police pieds et poings liés menacé de procès à chaque actions et justice passive face à la délinquance.

Laisser un commentaire