Jean-Louis Borloo : délitement d’une construction médiatique

Rédigé par lateigne (24actu) le 03 octobre 2011.

Jean-Louis Borloo ne se présentera donc pas à l’élection préisdentielle de 2012. Mais que représentait cet éternel ministre (de Chirac à Sarkozy) sinon les fantasmes de journalistes en quête de sens et de scoops ? Face à l’inutilité d’une candidature qui aurait été un fiasco, Jean-Louis Borloo en a tiré toutes les conséquences… en échange d’un énième maroquin dans le prochain gouvernement Sarkozy ?

Cette droite « humaniste et modérée » que les médias rêvaient de voir incarner par Jean-Louis Borloo était une farce dont le seul objectif était de dresser le portrait biaisé d’un Nicolas Sarkozy extrémiste et en marge des valeurs traditionnelles de la droite républicaine. Une jolie construction médiatique (et un sacré coup de pouce aux candidats de gauche soutenus massivement par la presse) qui ne tient pas la route.

Jean-Louis Borloo n’est ni plus ni moins humaniste ou modéré qu’un Nicolas Sarkozy qu’il a fidèlement servi et avec lequel il n’a rompu que par exaspération de ne pas se voir nommé à Matignon. Le choix délibéré des médias de lui forger une stature d’homme d’Etat et d’opposant crédible était aussi grotesque que le faux-duel Poutine-Medvedev avec lequel les médias russes ont amusé le peuple pendant 4 ans.

Mais il serait naïf de croire que les journalistes politiques (à 90% de gauche) se sont prêtés à cette mascarade innocemment. Comme le prouve la rafale d’affaires qui éclabousse (toujours indirectement) Nicolas Sarkozy depuis plusieurs semaines, les journalistes français ont choisi leur camp et sont prêts à tout pour faire tomber Nicolas Sarkozy.

Les racines de l’anti-sarkozysme dont souffrent les médias n’est même plus très clair. Est-ce la vulgarité du Fouquet’s, son activisme qui a fini par leur donner le tournis (alors qu’ils lui léchaient les bottes au début de son mandat),… Ou plus prosaïquement un choix partisan de journalistes qui se retrouvent massivement dans la soupe idéologique du parti socialiste et sont prêts à ranger leur déontologie aux oubliettes pour faire triompher leur camp politique ?

Laisser un commentaire