Nucléaire allemand : l’Europe au bord du black-out

Rédigé par lateigne (24actu) le 07 novembre 2011.

Il n’aura pas fallu attendre bien longtemps pour réaliser que les injonctions et les promesses des écologistes sur la sortie du nucléaire étaient plus liées à des enjeux idéologiques qu’à la prise en compte des réalités économiques et énergétiques européennes. Avant même l’abandon annoncé du nucléaire allemand, la fermeture des seules sept centrales les plus anciennes d’outre-Rhin (fermées après Fukushima) pourrait plonger l’Europe dans le noir cet hiver.

Les écologistes sont très forts pour mettre la charrue avant les boeufs. Quand bien même les énergies renouvelables pourraient à terme se substituer à l’énergie nucléaire, l’abandon de l’atome alors qu’aucun autre outil de production alternatif n’est prêt (y compris les centrales à charbon si polluante que l’Allemagne prévoit de construire) est une folie dont l’Europe toute entière pourrait payer le prix dans les prochaines semaines.

En arrêtant seulement sept de ses centrales nucléaires (soit 40% des capacités de production nucléaire du pays), l’Allemagne a semé le chaos dans l’Europe de l’énergie et de nombreux spécialistes s’inquiètent de pannes géantes sur le réseau électrique communautaire en cas de pic de froid cet hiver, faute de pouvoir compter sur cette production pourtant marginale.

Une situation qui est appelée à s’aggraver dans les années à venir puisque l’Allemagne doit fermer d’ici 2020 l’ensemble de son parc nucléaire, qui produit 20% de son électricité. D’ici là, l’Allemagne compte « investir dans les énergies renouvelables » comme nous le serinent à longueur de journée les médias sans nous expliquer comment et à quel prix cette « révolution énergétique » va intervenir.

Car les énergies renouvelables ont beau être très tendances, elles coûtent encore beaucoup plus cher que le nucléaire, le thermique ou l’hydraulique (qui est d’ailleurs stricto senso une énergie renouvelable mais que les écolos ont pris en grippe pour sauver les cycles de reproduction des saumons) et ont de surcroît un léger désavantage passé sous silence par les Verts : elles sont rarement disponibles lors des pics de consommation.

Par grand froid et en plein hiver, les anticyclones font qu’il n’y a pas une goutte de vent et le niveau d’ensoleillement est à son plus bas niveau de l’année.

A partir de maintenant, il faudra donc s’habituer à passer l’hiver à la bougie et au coin du feu. L’avenir promis par les écologistes est radieux.

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. futureisnow dit :

    Quand comprendrez vous qu'il n'y a pas que les écolos qui se posent des questions sur le nucléaire ?

    Quand arrêterez vous d'être encore plus sectaire qu'eux ??

    Le blackout dont vous parlez ne vient pas de l'Allemagne, mais de la France, qui est dans l'impossibilité d'assumer avec son parc nucléaire la consommation électrique française. Et pourquoi donc ?

    Juste pour avoir poussé pendant des décennies le chauffage électrique, et ainsi rentabiliser son parc de centrales. Hors, l'hiver, à qui achetions nous le courant manquant ?

    Aux Allemands…

    Par ailleur, s'il n'y a moins de vent l'hiver, il y a bien plus d'eau, et , en effet, l'hydraulique est totalement sous-estimé, pour le moment. Je ne parle pas de gros barrages, mais du petit hydraulique. Hors, ce petit hydraulique, tout comme l'éolienne individuelle, est totalement écarté, car il implique à terme une indépendance énérgétique individuelle, hors tout est fait pour privilégier une vente et production par des grosses sociétés, on l'a vu avec l'offshore éolien.

    La belgique vient d'annoncer sa sortie du nucléaire, et comme par hasard sort aujourd'hui une étude expliquant le cout enorme de l'arret du nucléaire. Etude faite par EDF et Suez, les deux groupes "nucléaire" français, (Suez étant le constructeur des centrales belges).

    Les Japonais ont diminué de 25 % leur consomation électrique. En 3 mois…

    Enfin, personne ne parle du cout de démantellement des centrales et de stockage des déchets nucleaires, les provisions financières destiné à cet effet étant de l'avis de tous totalement sous-estimées.

    cordialement

  2. Mix dit :

    Totalement d'accord avec futureisnow et j'ajouterai qu'avoir plus de petites centrales permet de réduire les pertes du transport puisqu'il y a moins de distance.

    De plus les Allemands sont en avance sur l'isolation des bâtiments qui permet de réduire les déperditions de chaleur et donc de consommer moins.

  3. Marcel dit :

    Encore un article écrit par un adorateur du nucléaire, avec les mêmes arguments, c'est pas cher (mensonge !), c'est pas polluant (mensonge !), c'est pas dangereux (no comment) nous sommes autonomes (mensonge !), etc. (et les mines d'uranium, elles poussent dans les arbres ? et les milliards des Français depuis des décennies ? et les augmentations prévues de 35% en 4 ou 5 ans). Quand est-ce qu'ils comprendront qu'il faut arrêter de prendre les Français pour des c… Franchement certains journalistes feraient mieux de se renseigner avant de toujours sortir les mêmes bêtises régulièrement.

    Le nucléaire, c'est la vache à lait de ces gens. Mais ils sont forts ces lobbyistes à nous faire avaler des trucs énormes, plus c'est gros, plus c'est accepté.

    Je rejoins le point de vue que les choses doivent se faire dans l'ordre, ne pas les couper en attendant d'avoir mis en place les énergies alternatives nécessaires. C'est un fait. Après je me pose la question de savoir pourquoi cela est fait dans cette ordre… Pour prouver quoi ?…. J'ai bien une idée.

    Ps : je vous prédits un blackout (et pourquoi pas organisé) qui va servir la cause du nucléaire. Oh mon dieu, plus de courant, vous voyez, nous avions raison, il ne fallait pas les couper. C'est indispensable….. Installons 15 nouveaux EPR, allez hop vendu.

  4. socrate5 dit :

    Il est vraiment étonnant que ces problèmes de pénurie de courant et d'énergie soient tellement occultés, et par les écolos, et par les gauchistes, , et par tant d'autres.

    L'homme moyen ne comprend pas grand chose au problème.

    Bien sûr il faudra sans doute un jour quitter le nucléaire. Mais pour l'instant, beaucoup de citoyens cèdent à une peur panique.

    Ceux, comme tant d'écolos ou de gauchistes, (et d'autres) qui recommandent de quitter tout de suite, devraient être informés

    du tort énorme qu'ils causeraient ainsi à leur pays et à l'Europe.

  5. […] Nucléaire allemand : l'Europe au bord du black-out24heuresactu.com… tout comme l'éolienne individuelle, est totalement écarté, car il implique à terme une indépendance énérgétique individuelle, hors tout est fait pour privilégier une vente et production par des grosses sociétés, on l'a vu avec l'offshore éolien. …et plus encore » […]

  6. luxo dit :

    Il est bien connu que l`autre est dans l`erreur!!

    Quand l`on s`obstine et que la pensée unique (forgé par le lobbi

    nucléaire )l` électricité est moins chère l`on va droit dans le mur

    Le blackout est un risque sert ,accuser les allemands est grotesque ils ont assuré la continuité les hivers antérieurs .

    VOIR http://www.tecno-science.net liste des accidents nucléaires

    http://www.scoop.it/t/fukushima-information

    fin 2012 les Allemands envisagent de commencer au Maroc avec 2 ans d`avance le projet DESERTEC,ils ont mis en service il y a

    10 jours le 1 parc éolien pour produire de l`hydrogène alimentant des groupes de cogénération .

    AREVA viens de signer avec un groupe chinois C N N C ( nucléaire civil et militaire )un protocole d`accord.

    RAPPORT 2006 de l`I R S N .il est écrit :dans le cas des centrales existantes,les accidents graves n`ont pas été considérés lors de la conception!!

Laisser un commentaire