Sûreté nucléaire : le rapport qui accable… les écologistes

Rédigé par lateigne (24actu) le 04 janvier 2012.

N’en déplaise à certains, les centrales nucléaires françaises sont sûres et ont toutes passé haut la main le crash-test réclamé par le gouvernement après l’accident de Fukushima. Une mauvaise nouvelles pour les écologistes et autres ayatollahs anti-nucléaires qui tentaient de nous faire croire que nous étions assis sur une bombe à retardement !

« Le niveau de sûreté (des centrales nucléaires françaises) est suffisant », a estimé le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire, Claude-André Lacoste, lors de la remise au Premier ministre des résultats du crash-test post-Fukushima. Si des travaux seront nécessaires pour renforcer la sûreté des sites au regard des retours d’expérience de l’accident japonais, l’ASN estime qu’aucune fermeture de centrale n’est nécessaire.

Des résultats rassurants pour l’immense majorité des Français, mais qui sonnent comme une claque pour les écologistes qui avaient fait du « danger nucléaire » leur principal arme électorale. Comment justifier les surcoûts exorbitants et l’impact économique et social (notamment en terme d’emploi) d’une sortie du nucléaire, si la sûreté de nos installations est non seulement garantie, mais en outre renforcée.

Il faut dire que les risques de voir un séisme de magnitude 9.0 en région parisienne sont tout de même limités et que le péril d’un tsunami qui engloutirait la centrale de Fessenheim (Alsace) est à minimiser. L’ASN a malgré tout élever les normes de sûreté au regard de l’accident japonais… et les centrales françaises ont malgré tout (et à l’exception de légers renforcements nécessaires) passer le crash-test.

On attend donc désormais avec impatience les réactions des écologistes face à ce soufflet. Pas de doute qu’ils utiliseront encore une fois la bonne vieille ficelle de la théorie du complot : l’ASN (dont ils louaient récemment l’indépendance) est sans doute inféodée aux « lobbies » nucléaires !

Déjà 8 remarques sur cet article

  1. Il est démontré que l'ASN n'a strictement aucune indépendance vis à vis du pouvoir politique (pronucléaire). Un exemple ici : http://observ.nucleaire.free.fr/non-indep-asn-mor

    De fait, le rapport de l'ASN n'a aucune crédibilité. D'ailleurs, comme expliqué (même lien que ci-dessus), un membre de la direction de l'ASN a attesté de la "sûreté" des centrales japonaises face aux séismes, en juillet 2007. Trois ans après, c'était Fukushima.

    Au fait, "lateigne", que fais-tu derrière ton ordi alors que ta place est dans la centrale de Fukushima ?

  2. denis dit :

    je conseille au nuclérocrate-de-mes-deux qui a une fois de plus pondu les inepties ci-dessus (je parle du clown réac' de 24heuresactu, lateigne) de lire le dernier dossier du Canard Enchaîné sur le nucléaire français et qui enfonce à lui tout seul toutes les conneries écrites ici…

  3. BoboSocKiller dit :

    Il est croustillant de voir les Verts se faire atomiser ainsi par un rapport objectif émanant d'un ogranisme de contrôle dont la neutralité et l'indépendance sont reconnues par tous.

    Allez les Verts-mal-éLVé, tous au Larzac et chauffez-vous donc avec des bouses de vaches séchées si c'est votre vision du progrès, mais ne l'imposez pas à l'immense majorité des Français qui rejettent massivement vos dangereuses utopies.

    Au-près de l'A-tome-meuh, il fait bon dor-mir, dor-mir !!!

  4. denis dit :

    « à l’immense majorité des Français qui rejettent massivement vos dangereuses utopies. »

    des chiffres, des chiffres!!

    de toute manière, Antineutron, comme la France est le pays au monde qui possède le plus de réacteurs nucléaires par habitants, il est facile de trouver des partisans à l’électricité nucléaire. Comment ferions nous sinon pour brancher nos ipod?

  5. Lili du bassin dit :

    j'attends, terré dans ma yourte la venue du tsunami qui va recouvrir les centrales de Golfech près de Toulouse et Fessenheim en Alsace.

    Les écolos sont comme les pastèques, rouges à l’extérieur et verts à l'intérieur.

    Par contre, contrairement aux tomates ils ont étés rouges avant d’être verts.

    L'origine des verts est le reclyclage des anciens communistes.

    Les verts étaient a l'origine financés par Staline et Brejnev pour gêner les programmes d'armement nucléaires occidentaux.

    On les a souvent vus à Mureroa mais jamais au large de leurs amis, la Chine ou de la Corée du nord.

  6. Lili du bassin dit :

    Merci les gauchos de venir passer votre temps sur ce site de droite sympa, lisez la vérité crue, et votez Sarko!

    Ici point de censure Stalinienne appréciez la liberté d'expression qui n'existe pas sur vos sites de gauche.

    Je comprends pourquoi vous vous emmerdez avec la presse de gauche, venez déverser votre fiel.

  7. denis dit :

    C'est tout de suite moins rigolo quand on écoute (mais qui les ecoute?) Des personnes comme Monique Sené ou Bella Belbeoch qui ne sont pas de bêtes bobo-ecolo mais des physiciennes renommées qui se battent notamment contre les mensonges d'État autour du lobby pro-nucléaire.

    Que penser de ce que dit Bernard Tardieu, membre de l'Academie de Technologie, dans un rapport rendu sur la sécurité nucléaire en juin 2011: "la menace est avéré en France, puisque des incidents majeurs sont survenus depuis 130 ans."

    Ah oui, des chiffres pas trop répandu, le risque d'incident majeur été multiplié par 20 suite aux trois grandes catastrophes recencees: Three Mile Island en 79, Tchernobyle en 86 et Fukushima l'année dernière, par rapport aux statistiques initiales (mais c'est bien connu, on fait dire ce qu'on veut aux statistiques, pas vrai?)

    J'espère que ta yourt est suffisament solide, lili…

    J'habite à 40 km de la centrale de nogent-sur-marne (vous savez celle qui a été visitée par les clowns de Greenpeace). Et tout les jours je me dit: "jusqu'ici tout va bien…"

  8. denis dit :

    en réponse à Lili du bassin:

    Centrale de Golfrech:

    Impact des rejets dans la Garonne (wikipedia): Les circuits de refroidissement de la centrale de Golfech sont confrontés à la problématique des amibes — micro-organismes, dont quelques espèces seulement sont potentiellement dangereuses pour la santé– qui aiment bien en effet les eaux tièdes de la centrale et sont rejetés dans la Garonne. En raison de l'impact environnemental, le traitement au chlore a été remplacé par une méthode chimique inconnue.

    Les rejets liquides de la centrale de Golfech posent également la question de la qualité de l'eau pompée dans la Garonne pour l'irrigation et de l'eau courante. Ces rejets peuvent notamment contenir de l'iode 131 (289 becquerels/litre en 2003). Ces rejets conduisent également au réchauffement de la Garonne.

    A la tienne…

    Emplois(wikipedia):En 2011, la centrale nucléaire de Golfech emploie environ 700 personnes. Elle est également concernée par un grand chantier d'embauches, afin de transmettre un savoir-faire acquis depuis plusieurs décennies par les agents du nucléaire aux nouvelles générations. Toutefois, en dépit du fort taux de chômage, certains métiers du nucléaire sont difficiles à pourvoir[12]. Une réduction des coûts a pu être effectuée au travers du plan Altitude 7005, conduisant à la réduction d'environ 60 emplois à Golfech entre 2005 et 2010[13], et à un changement d'employeur pour les salariés sous-traitants.

    Moi qui croyait benoitement que le nucléaire c'était aussi bon pour la santé des nuages que pour l'emploi…

    Exercices de sûreté (wikipedia):

    Afin de parer à toute éventualité, des exercices de sûreté sont organisés sur un rythme triennal. L'exercice de sûreté de 2008 a notamment concerné l'automate d'appel des populations du périmètre des deux kilomètres, périmètre à protéger rapidement, et l'évacuation des personnes de ce périmètre (400 foyers)[14]. L'exercice n'est pas effectué avec les 20 000 habitants des 31 communes concernées par les 10 kilomètres du Plan particulier d'intervention (PPI), pour des raisons pratiques[14]. Pour les enfants, c'est l'occasion d'une classe découverte délocalisée à Moissac, afin de les dispenser de participer à cette opération.

    Le cas échéant, la population est avertie au travers des sirènes. Par ailleurs, la population abonnée à une ligne fixe de téléphone (hors dégroupage et téléphones portables et liste rouge) est avertie par téléphone au travers d'un système d'appel des populations en phase réflexe (système Sarrpe), déclenché depuis la centrale nucléaire, ou à défaut depuis l'astreinte EDF national à travers internet. Cependant, le téléphone ne peut sonner que si une communication n'est pas déjà en cours et si le réseau téléphonique (voir électrique) n'est pas défaillant. En situation de fonctionnement, selon les statistiques d'EDF en 2008, l'automate d'appel peut toucher 70% des foyers situés sur le périmètre. Le système permet d'effectuer jusqu'à deux appels par foyer, en moins d'une heure. Les populations non référencées en tant que foyer, comme les salariés itinérants par exemple, et les foyers en mode ligne dégroupée (avec opérateur de téléphonie dédié), n'entrent pas dans la statistique.

    J'espère que ta yourt est équipé du téléphone et qye tu n'as pas oublié de payer ta dernière facture France Télécom…

    Zone d'impact d'un accident:

    Dans l'hypothèse d'un accident nucléaire où la centrale libérerait un nuage radioactif dans l'atmosphère, les zones impactées dépendraient du vent et de la pluie. Le vent le plus fréquent est le vent Bordeaux-Toulouse (43 % des cas et 59 % des cas de situation pluvieuse), les villes de Toulouse, Narbonne et Perpignan pourraient être atteintes. Le temps nécessaire au nuage pour atteindre Toulouse est estimé dans 70% des cas à plus de trois heures. Toutefois, la ville de Toulouse ne pourrait pas être évacuée, d'une part en raison des embouteillages qui y bloquent fréquemment la circulation, et d'autre part en raison de la panique vraisemblablement générée par l'évacuation d'une grande ville.

    J'espère que ta yourt n'est équipée que du minimum vital et que tes bagages sont déjà prêt… cela pourrait être utile.

    Risque sismique:

    Selon un document de l'Autorité de sûreté nucléaire datant d'octobre 2002, des anomalies pourraient rendre le système de commande à distance des robinets inopérant après un séisme, remettant ainsi en cause le fonctionnement, important pour la sûreté, de ces robinets.

    Mais les séismes, c'est comme les tsunamis, ça n'existe que chez les autres…

    Canicule de 2003 (le meilleur au de la niveau vigilance et du savoir faire made in France)

    Les 13 et 14 juin 2003 : la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) a commis une infraction concernant les rejets d'eau chaude : le 13 juin de 16h50 à 21h38, durée 5h48, le 14 juin de 13h à 17h30 durée 4h30 (source : Division de la Sûreté nucléaire et de la Radioprotection de Bordeaux)[réf. nécessaire]. Le 13 juillet 2003, EDF a obtenu de l’Autorité de sûreté nucléaire une dérogation (sans aucune base légale) pour la centrale nucléaire de Golfech ; du 13 au 15 juillet, la centrale a dépassé à plusieurs reprises les limites légales, en particulier le 15 juillet pendant environ 5h30, malgré la dérogation octroyée depuis le 13 juillet[26]. Les 5 et 6 août 2003, la centrale nucléaire de Golfech commet des infractions pendant une durée totale de 21 heures (toujours malgré la « dérogation » accordée par l’ASN)[26] or, la production de la centrale de Golfech n'a pas été arrêtée.

    Haut les coeurs, ami(e)s de l'atome!!!

Laisser un commentaire