Entrée en campagne : Sarkozy à la relance, Hollande passif

Rédigé par lateigne (24actu) le 20 février 2012.

La campagne est (enfin) lancée. La déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy (et son rebond dans les sondages) a donné un coup de fouet au débat publique, tandis que le favori des sondages, François Hollande, demeure passif face à l’offensive du chef de l’Etat.

Que ce soit sur le fond ou sur la forme, l’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy aura été salutaire. Sur le fond, elle a permis de lancer des idées et des propositions (référendums, part de proportionnelle,…) là où le candidat socialiste se contente de gérer en épicier son avance dans les sondages en ménageant la chèvre et le chou.

Sur la forme, elle a permis de brise l’image (construite par la gauche et les médias) d’un Nicolas Sarkozy enfermé dans sa tour d’ivoire. En deux jours de campagne, le président de la République s’est rappelé au souvenir de tous ceux qui avaient été enthousiasmé par son énergie en 2007. Il a même fait coup double en démontrant en creux la force d’inertie et le manque de souffle de François Hollande.

Une entrée en campagne tonitruante qui s’est traduite lundi par un frémissement dans les sondages (+1,5% pour Sarkozy, -2% pour Hollande) et pourrait lancer une dynamique favorable au chef de l’Etat. On connait les paramètres pour réussir à renverser la tendance : reléguer la désaffection des Français pour la personnalité de Nicolas Sarkozy derrière la reconnaissance du travail effectué et de ses capacités à mener le pays.

Une équation qui est encore loin d’être réglée pour le président candidat, mais qui a désormais le mérite d’être clairement posée : peut-on confier la France à l’anguille François Hollande simplement parce que Nicolas Sarkozy porte des Ray-Ban et une Rollex et qu’il est allé dîner au Fouquet’s en 2007 ? La réponse rationnelle devrait être non, mais la politique a ses raisons…

Laisser un commentaire