Immigration, finances, euthanasie : double langage de Hollande

Rédigé par lesoufflet le 22 février 2012.

François Hollande est inconsistant. Il n'a pas de programme, ni d'idée. D'ailleurs, sur trois de ses principales thématiques de campagne (finances, immigration, euthanasie), l'homme est incapable de dire clairement ce qu'il pense et propose aux Français. Un vide abyssale dont la France va forcement prendre conscience. Tout prestidigitateur à ses limites...

François Hollande est inconsistant. Il n’a pas de programme, ni d’idée. D’ailleurs, sur trois de ses principales thématiques de campagne (finances, immigration, euthanasie), l’homme est incapable de dire clairement ce qu’il pense et propose aux Français. Un vide abyssale dont la France va forcement prendre conscience. Tout prestidigitateur à ses limites…

Thatcher ou Che Guevarra ?

Un jour, François Hollande se positionne en pourfendeur du système financier et des banquiers, devant les militants socialistes, au Bourget. Trois semaine plus tard, il explique aux journalistes du Guardian qu’il est le gardien européen du libéralisme, que son parti et lui même ont toujours défendu les marchés contre l’État.

« Mon véritable adversaire. Il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. » Discours du Bourget, 22 janvier.

« La gauche a gouverné pendant 15 ans, pendant lesquels elle a libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et à la privatisation. Il n’y a pas de crainte à avoir. » The Guardian, 14 février.

Benoit XVI ou Dave ?

François Hollande est censé défendre l’euthanasie, qui figure noir sur blanc dans son programme. Pourtant, il refuse d’employer le terme… Est-il lâche à ce point, ou bien ne connait-il vraiment pas le sens du mot euthanasie ?

« Je proposerai que toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. » Projet présidentiel du candidat.

« Le mot euthanasie n’est pas utilisé. […] Ma proposition, c’est le droit de mourir dans la dignité ». BFM.TV

Georges Marchais ou Josiane Balasko ?

Au sujet de l’immigration, Hollande se positionne-t-il comme Georges Marchais qui dirigeait le Parti communiste, à l’époque où la gauche s’intéressait vraiment aux classes populaires.  Non, Hollande a choisi cette gauche New Wave de Balasko et d’Higelin. Une gauche s’adressant uniquement aux bobos citadins, qui ne connaissent pas, dans leurs beaux quartiers, les problèmes liés à l’immigration. C’est cette gauche qu’a choisie Hollande, si fier le soir d’expliquer aux anglais que les communistes, avec qui il négocie le jour, n’existent plus en France.

Si Marchais proclamait « il faut stopper l’immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale Française par l’immigration » , Hollande penche vers une libéralisation extrême des flux humains. Même si tous n’est pas si clair dans son habituel double discours…

Au sujet de la régularisation des sans papiers, Hollande se montre fumeux :

Il précise en interview qu’il défi quiconque de trouver « une déclaration de sa part laissant penser qu’il y aurait régularisation massive des sans-papiers », mais son programme laisse penser le contraire :

« Je sécuriserai l’immigration légale. Les régularisations seront opérées au cas par cas sur la base de critères objectifs. » Projet présidentiel.

Au sein même des équipes du candidat Hollande, les militants se posent de plus en plus de questions sur la légèreté de leur champion, incapable de trancher sur la moindre question. D’après le témoignage d’un femme membre du pôle « immigration-intégration » de l’équipe de campagne, la position de François Hollande sur le sujet est intenable car absurde. On ne peut pas se baser sur des critères objectifs (donc constants) et faire du cas par cas (donc variable), comme l’a expliqué la jeune femme  : « Hollande a tort de parler de cas par cas et de critères objectifs, car c’est antinomique ». Le « cas par cas sur la base de critères objectifs », il fallait oser, Hollande l’a fait.

Il ne s’agit pas de langue de bois sur des questions gênantes posées par des journalistes, mais bien des points forts du programme d’un candidat à l’élection suprême française et de ses principaux discours, qu’il n’est pas capable de préciser. C’est inquiétant !

« Je suis très à gauche, très à droite et très centriste. Je vais rendre les Français heureux en embauchant des dizaines de milliers de fonctionnaires ! Je suis absolument d’accord avec tous les Français sur tous les sujets ! » Voilà le seul message audible envoyé par Hollande depuis qu’il est candidat.

Sans aspérité ni réelle prise de position, François Hollande était bien le plus compliqué des socialistes à affronter pour Nicolas Sakozy, qui aura bien du mal à débattre contre un homme d’accord avec tout.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Bernard dit :

    Suite à un article dont je vous joint un extrait il a (pour l’instant changé d’avis)

    * J’ajoute que F. Hollande veut proposer l’euthanasie active, si l’on connaît la loi Léonetti cette proposition est très inquiétante, je dirait même qu’il faut se poser la question du but réel de celui qui fait cette proposition !

    Le 15-03-2012 F. Hollande dans l’émission DPDA a changé d’avis Il est maintenant contre l’euthanasie active ! Peut-être suite à cet article ?

    Propos exacts :
    21h55 – Sur l’euthanasie. Je ne prends pas le mot d’euthanasie, ça laisse penser qu’il serait accepté une forme de suicide mais c’est un sujet très important qui intéresse toutes les familles.

    Il y a une loi utile, la loi Leonetti qui organise les soins palliatifs. Je veillerai à ce qu’il y ait beaucoup plus de soins palliatifs dans
    les établissements.

    Ensuite, il y a les personnes qui demandent à pouvoir abréger leurs souffrances. Il faudra une procédure pour encadrer cette mort dans la dignité.

Laisser un commentaire