Des émeutes en banlieue si Hollande est élu (rappeur)

Rédigé par lateigne (24actu) le 05 mars 2012.

Les banlieues françaises pourraient s’enflammer en cas de victoire à la présidentielle de François Hollande. C’est ce qu’affirme le rappeur Rost, soutien affiché (et visiblement déjà un peu déçu) du candidat socialiste qui affirme que malgré ses promesses, François Hollande ne prend aucune initiative pour la banlieue.

« Si François Hollande l’emporte et qu’il ne s’entoure pas mieux, qu’il ne rompt pas avec la vision paternaliste de son entourage, il y aura de nouvelles émeutes », a assuré Rost lors d’une interview au Point. Une vision très éloignée des discours enflammés du candidat socialiste lors de ses meetings de campagne.

Le rappeur, soutien de la première heure de François Hollande, regrette notamment le « flou » et la « frilosité » du candidat sur les questions liées aux jeunes et à la banlieue et le « mépris » de son entourage, qui conserve une mentalité « paternaliste » et « colonialiste ».

Et Rost de conclure par ce qui pourrait être la devise du hollandisme politique : « Après de multiples tergiversations, où chacun des membres influents de sa garde rapprochée s’est renvoyé la balle, rien n’a été décidé ». Qui en veut pour les dix prochaines années ?

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    Si c'était la victoire de Sarko qui promettait de beaux lendemains révolutionnaires dans les banlieues, on appellerait ce genre de de propos de la "provocation voyoucratique"… Mais si un rappeur s'en prend à Flanby, c'est de "l'information salutaire". Ou de la propagande à deux balles. C'est au choix.

  2. albert dit :

    tu peux l'appeler flamby mais ton masque est tombé.tu es un fervent defenseur du mou du genou champion du pedalo.tu sais commemoi que lessondagessont manipulés.ton flamby ne gagnera pas.faistoi prescrire duprozac tu en aura bbien besoin

  3. Tony dit :

    Gauche ou droite, je pense que rien n’y changera…
    On va au devant d’une violente insurrection et le temps n’est pas si loin où seule l’armée pourra régler le problème et éviter ainsi une guerre civile.
    Regardez comment toutes les grandes crises se sont terminées : du sang et des larmes.
    Pour ma part, ce soir, je pense qu’il vaut mieux être un président sortant qu’un président fraichement élu…

Laisser un commentaire