Race et Constitution : la dictature bisounours de Hollande

Rédigé par lesoufflet le 12 mars 2012.

En proposant de retirer de la Constitution française le mot "race", François Hollande dévoile l'idéologie totalitaire de son parti, qui veut contrôler nos mots, donc nos pensés, au nom du politiquement correct.

En proposant de retirer de la Constitution française le mot « race », François Hollande dévoile l’idéologie totalitaire de son parti, qui veut contrôler nos mots, donc nos pensés, au nom du politiquement correct.

François Hollande nous prépare-t-il une dictature soft, un régime totalitaire gentil ? C’est ce que laisse penser sa dernière proposition ahurissante, de retirer de la Constitution de la cinquième république le mot race de la phrase  « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »

Tout le monde comprend déjà le contresens idiot de François Hollande qui ne veut plus que la République garantisse l’égalité sans distinction de race. Par une bienpensance absurde, il veut enlever le rejet du racisme de la Constitution au nom de l’antiracisme.

François Hollande pense donc que pour lutter contre un problème, la meilleure manière est de dire qu’il n’existe pas. Pourquoi ne pas interdire aussi le mot religion afin que les conflits religieux disparaissent à tout jamais. Mieux, si on supprimait du dictionnaire les mots mal, mauvais ou méchant, il ne resterait plus que des personnes gentilles sur notre planète. Il fallait y penser !

Au final, ce qui ressort surtout de cette proposition d’une bêtise affligeante, au delà du manque d’idée d’un Hollande qui ne sait quoi proposer aux Français pour changer réellement leur quotidien, c’est la vision totalitaire de la société que défend le PS.

Les socialistes rêvent d’un monde indifférencié, un monde aseptisé ou toutes les différences doivent absolument être reniées, annihilées, sous peine de sombrer dans la « discrimination ». L’épisode de la théorie du genre rentre dans le même moule. Pas de race, pas de genre, pas de grands, pas de petits, pas de malades, pas de roux…

Pourtant, ne sont-ce pas nos différences qui font la richesse de l’humanité ? Les socialistes qui nous soulent avec la diversité veulent légiférer pour interdire l’idée même de différence. Vont-ils supprimer de la langue française les mots noir et  blanc, trop discriminants ?

A force de craindre la discrimination à tout prix, le PS va nous construire un monde où il sera interdit de faire allusion aux différences entre les hommes. Non contents d’avoir une vision stupide de la réalité, les socialistes veulent imposer, par la loi, cette vision à tout le monde. L’année prochaine, il sera obligatoire de penser comme un bon socialiste.

Quand la bêtise démagogique se transforme en folie totalitaire…

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. VALENTIN dit :

    C'est gros comme un immeuble ,Sarko c'e n'est plus la pêche aux électeurs du FN qu'il va c'est carrément du racolage ,tellement ils mouillent leurs petites culottes devant lui .ils sont prêts les un comme les autres de vendre leurs âmes aux diables ,pour éliminer le Fn .

    Mais heureusement le français n'est pas complètement débile et s'ait faire la part des choses .une fois ça va deux fois bonjours les dégâts .

  2. denis dit :

    quand je pense, Valentin, qu'il y a des arabes qui font moins de fautes d'orthographe et s'expriment mieux que vous ne le ferez jamais… j'ai un peu honte pour vous…

  3. albert dit :

    tu n'es pas là pour jouer les bernard pivot ou maitre capelovicci.avant que hollande retire race de la constitution je voudrai en faire usage une dernière fois
    nik ta race qui se rabaisse devant la race arabe r

  4. Eddy K dit :

    Quand on pense que la gauche nous rebat les oreilles avec la "diversité depuis des années ! Qu'est-ce qu'il se passe ? Il faut être tous pareils ? Ils n'en veulent plus, de la "diversité "??

  5. yopyop dit :

    heu il n y a pas de mention de race dans la constitution si ce n est la ref au droits de l homme " sans distinction de race "
    arrêter de vous exciter comme des demeuré vous vous énervez pour un truc qui n existe pas comme des ânes.
    et arrêtez de vous la jouer citoyens quand on a une connaissance du droit français aussi étendus que celle des babouins a propos de la scolastique on ferme sa ….et on va prendre un cours de droit avec les petits analphabètes a casquettes retournées a nanterre qui pourront surement vous éclairer

  6. BoboSocKiller dit :

    Moi je propose qu’on interdise également de parler de « races » de chats ou « races de chiens » mais qu’on dise à la place de race siamoise variété de chat asiatisante. C’est vrai, quoi, c’est dégueulasse de stigmatiser les minous et les chien-chien-à-sa-mémère comme ça.

    Hollande à raison de proposer cette stupide mesure pour décérébrés du bulbe. Ben on a pas fini si ces abrutis de socialos se mettent à faire la chasse aux mots. Il va falloir interdire la moitié de la production littéraire du 19ème siècle et une grosse partie de ce qui a été écrit avant 1945 où le mot « nègre » par exemple se rencontrait à chaque coin de page ou presque.

    Bienvenu dans le monde insipide, policé et sans saveur de François Hollande ou l’opn appauvrit la langue, où l’on interdit des mots pour se voiler la face. L’interdiction du mot « race » supprimera-t-il le racisme ? N’importe quoi !

  7. Hoelgoat dit :

    Article lamentable de mauvaise foi. Ou comment, à partir d'une mesure non comprise par le journaliste (Hollande veut simplement enlever la phrase "sans distinction de races" de la constitution, hein, pas supprimer le mot ou vous empêcher de "penser") on dresse le constat apocalyptique d'une gauche tyrannique parce que bienpensante. Du calme! Les mots continuent d'exister, les "idées" aussi. Je vous apprends peut-être un truc mais tous les mots de la langue française n'apparaissent pas dans la constitution – une constitution au reste que ni vous ni moi n'avons lu.
    Il y a quand même une différence entre article d'opinion et pure propagande politique…

Laisser un commentaire