Gauchisme : un prof impose une minute de silence en hommage à Merah

Rédigé par lesoufflet le 23 mars 2012.

A Rouen, une professeure d'anglais a imposé à ses élèves de respecter une minute de silence en hommage à la mort de Mohamed Merah, présenté comme une victime.

A Rouen, une professeure d’anglais a imposé à ses élèves de respecter une minute de silence en hommage à la mort de Mohamed Merah, présenté comme une victime.

L’extrême gauche montre son vrai visage antipatriotique et antisémite avec cette professeure d’anglais qui a demandé, selon Luc Chatel, « à ses élèves de respecter une minute de silence en la mémoire du terroriste Mohamed Merah », considéré comme une « victime ».

La femme a immédiatement été suspendue par le recteur de Rouen. Luc Chatel, Ministre de l’éducation nationale, a demandé au recteur « d’engager une procédure disciplinaire » à son encontre.

Ce sont les élèves qui ont alerté l’académie en envoyant un courrier à leur chef d’établissement.

Si, « cet acte isolé », comme le définit le ministre, « ne saurait occulter la dignité dont a fait preuve l’institution scolaire tout au long de la semaine », on ne peut s’empêcher de faire un lien avec une forme, latente en France, d’antisémitisme d’extrême gauche, liée au conflit israélo-palestinien.

En enlevant le mot « antisémitisme » du dictionnaire et en interdisant son utilisation, parviendrons-nous, comme l’explique François Hollande dans son programme, à venir à bout de ce fléau ?

En propageant la repentance permanente et la haine de la France, la gauche française accouche de ce genre de cas. On vous aura prévenu…

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. machin dit :

    je pense que vous me qualifieriez de "gauchiste" Mr ou Mme lesoufflet mais je ne vous permettrez jamais à vous ou vos semblable de me croire "antipatriotique et antisémite" .
    vous savez surement tout , ce professeur est militante d'EG ? vous êtes partout peut être ?.
    ce qui est désolant pour notre société c'est vos (et ceux des politiciens) querelles de cours d’école maternelle.

    Quand à ce que je pense de ce professeur, c'est qu'un stage à Guantánamo lui ferait le plus grand bien.
    ce qui à été fait par les forces de l'ordre, à été bien fait .
    ce qui à était fait par les politiques je ne veux même pas en parler.

  2. profdemerd dit :

    cette femme professeur est antifrancaise.elle serait sans doute binationale;(on le dit pas pour ne pas stigmatiser les arabes).
    il faut la revoquer elle et tous ceux qui enfreignent les lois de la republique a quelques corporations qu'ils appartiennent
    exemple :les maires qui marient des homos des sans papiers
    les jugent qui liberent des criminels sous pretexte d'erreurs
    les journaleux qui violent les secrets de l'instruction

  3. zazou dit :

    Dieu ! Dieu ! Dieu !

  4. Yves dit :

    J’aime beaucoup votre site.

    Du coup, me permets de signaler une petite faute :

    « une professeure »

    Ce n’est là qu’une application d’une revendication gauchiste, justement. Professeur est un titre et ne se féminise donc pas. On dit un professeur, indépendamment de son sexe.

    Des coteries de féministes, celles-là même qui veulent voir le terme mademoiselle disparaître, souhaitent féminiser à outrance les titres au mépris des règles de la la langue française.

    Bonne continuation.

    • anti-coco dit :

      Perso je pense qu'il faut retirer le doigt de vote femmes! Non au communisme, non au féminisme! Les femmes au foyer!

  5. Paul Emiste dit :

    Suspendue mais ça va quand même tomber à la fin du mois…Vive l´education nationale.

  6. groc bernard dit :

    ils vont lui donner un blâme
    mais comme disait le regrété coluche
    il faut 30 blâmes pour avoir un avertissement
    et 30 avertissements pour être viré
    alors on ces pauvres gamins vont le voir longtemps
    l'EN est le garage des malades de la FRance

    dégâts de la décentrelisation
    ttp://ecofrance.free.fr/SIVECA

  7. @julesag dit :

    Encore une électrice de M. Hollande, j'imagine.
    Le pire c'est qu'elle ne risque pas grand chose.

  8. deckard dit :

    Aucun respect pour des enfants abattus comme des chiens par un taré… Cette prof mériterait qu'on l'empale.

  9. Claudec dit :

    Une minute de silence chargée d’espérance
    Que retenir de l’outrance de cette professeure d’anglais ayant invité ses élèves à participer à la glorification d’un terroriste ?
    Dans ce lamentable épisode d’une affaire où l’arbre d’une idéologie sectaire cache à une enseignante la forêt du barbarisme, tentons de positiver son irresponsabilité. Il est un aspect plein de promesses qui n’est pas souligné comme il le mérite ; c’est le comportement des élèves qui ont quitté la classe en signe de refus de ce qu’ils ont considéré au moins comme déplacé. Un professeur d’anglais n’a probablement jamais autant participé – dans le paradoxe – à développer chez des jeunes l’élan démocratique.
    Ils se sont en effet comportés en véritables démocrates ces élèves, en ne s’abandonnant pas à des idées toutes faites et en manifestant leur libre arbitre par la première des attitudes qu’il convenait d’adopter en la circonstance, consistant à ne pas encourager le fanatisme par une compassion qu’il ne peut mériter.
    Pour en revenir à ce professeur qui a fait la preuve d’une rare incapacité à enseigner – souhaitons-lui qu’elle ne soit due qu’à un dérèglement temporaire – prendre pour de l’héroïsme ce qui n’a été qu’un suicide pour lequel l’intéressé a remis à d’autres le soin d’appuyer sur la gâchette, c’est faire preuve d’autant d’obscurantisme que pour voir du courage dans l’assassinat à bout portant de personnes et d’enfants aussi impuissants que surpris et innocents. Ses fuites à scooter elles-mêmes, aussi habilement préparées qu’elles aient été, n’ont été que celles d’un voyou reconnaissant par là-même sa culpabilité à l’égard de la société et de règles supérieures à celles sur lesquelles il s’est soit-disant fondé pour commettre les pires actes.
    Et c’est bien parce que ces actes sont injustifiables que bon nombre de terroristes les commettent de telle sorte qu’ils n’aient aucun compte à rendre à la justice.
    Tous les endoctrineurs qui placent dans leur au-delà la justification des pires attentats, commis sous l’emprise d’une fièvre tenant lieu de bravoure, devraient penser que le courage d’un homme est avant tout de s’assumer, de son vivant, dans une société dont les injustices peuvent être combattues autrement que par le lâche sacrifice d’innocents.
    Et tous ceux qui de près ou de loin les encouragent, ne serait-ce que par une sympathie de bon ton, devraient y réfléchir.
    Il est en tout cas rassurant de constater que des adolescents échappent à cette contamination d’une sinistre pensée qui, se prétendant révolutionnaire n’est que barbare.

  10. jevote dit :

    Ah ? Et comment fait-on,, question foyer, pour les celibataires, les divorcees, les veuves ? Mariage force ? A ca pas de ca chez nous mon p'tit monsieur, vous vous trompez d'adresse ! Installez vous en Arabie Saoudite, ou les femmes n'on t pas le droit de vote, ce devrait vous convenir.

  11. anti-coco dit :

    La France allait beaucoup mieux quand les femmes ne votaient pas, c'est là que le problème a commencé: chômage, dégénérescence, communisme, partage des richesses… Non à tout cela, non au droit de vote des femmes!

  12. Hoelgoat dit :

    1- Personne ne connait la tendance idéologique de cette enseignante – et je ne sais pas votre source permettant d'affirmer qu'elle était "gauchiste" tendance "antisémite" du fait du "conflit israélo-palestinien"… L'extrapolation c'est comme la pensée unique – c'est mâââl.
    2- François Hollande ne propose pas de retirer le mot 'antisémitisme' du dictionnaire – c'est un running gag de Sarkozy dans ses meetings pour amuser le chaland, et c'est (enfin c'était les 26 premières fois) amusant mais faux. Ce qui est certain en revanche c'est que vous avez, vous, retiré le mot "déontologie" du votre de dictionnaire…

Laisser un commentaire