#UnBonJuif : excès de repentance et antisémitisme ambiant

Rédigé par lesoufflet le 19 octobre 2012.

twitter

En diffusant La Rafle, un énième film larmoyant sur l’holocauste, TF1 ne pensait sans doute pas lancer une telle polémique. En effet, depuis la diffusion du film, des milliers de tweets antisémites se propagent quotidiennement sur Twitter. Une anecdote qui confirme la percée de l’antisémitisme en France ainsi que la lassitude des Français face à l’autoflagellation permanente des médias, de l’Éducation nationale et des politiques sur la Shoah.

Le hashtag (mot clé) #UnBonJuif a envahi Twitter depuis dimanche soir, suivi de blagues plus ou moins drôles, parfois d’attaques purement haineuses et antisémites. Ce nouveau phénomène a interpellé les dirigeants et les associations : l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a entamé une action en justice contre Twitter pour que le site fasse fermer les comptes diffusant des messages « à caractère antisémite » et Christiane Taubira, la ministre de la Justice, s’est elle même exprimée sur ce sujet, dénonçant les twittos et exigeant des sanctions à leur encontre. La spécialiste de la repentance et des lois mémorielles a précisé que les « messages à connotation raciste ou antisémite » sont « punis par la loi », précisant que « le canal virtuel ne rend pas moins réels les actes dont se rendent coupables ceux qui les commettent ».

On notera au passage que Taubira prône le dialogue et la prévention pour les jeunes délinquants qui agressent au couteau et font des tournantes dans les caves des HLM, mais qu’elle lève le poing face aux jeunes qui pratiquent l’humour noir sur le web, pour qui elle demande la fermeté et des sanctions… Les idéologues sont dans la place !

Deux tendances, qui influent l’une sur l’autre, peuvent expliquer ce phénomène des hashtag antisémites de cette semaine :

D’une part, une sorte de ras le bol des jeunes du gavage mémoriel qu’on leur fait subir et du devoir de mémoire qu’on leur impose en permanence, comme si nos collégiens devaient payer pour les crimes des arrières grands-parents de leurs correspondants allemands…

D’autre part, la montée en puissance, en France, depuis plusieurs années, d’un double antisémitisme d’extrême gauche et Musulman, lié notamment au conflit israélo-palestinien. Un phénomène dangereux que les prises de positions liberticide des associations antiracistes ne font qu’amplifier.

Le harcèlement du devoir de mémoire

Tout d’abord, en France, depuis l’école primaire jusqu’à notre mort, les chaines de télévision, les cinéastes, les politiques, les polémistes, ne cessent de nous bassiner avec la Shoah (le documentaire « Shoah » et le film « La Liste de Schindler », pour ne citer que les plus connus sont imposés à tous les enfants de France, aux adolescents, puis aux adultes). S’il est clair que cet épisode (sur lequel chacun devrait pouvoir néanmoins exprimer son point de vue sans pouvoir être condamné par la justice) est l’un des plus terribles de l’Histoire de l’humanité, il est stupide de toujours revenir dessus, d’imposer une repentance permanente aux jeunesses de France.

Forcement, à force de voir et revoir l’histoire sordide, l’humour est utilisé comme mécanisme de défense et ces images sordides deviennent contreproductives : à force de voir des tas de cadavres rachitiques en noir et blanc, on en rit plus qu’on en pleure. D’où la majorité des Twitts rédigés cette semaine. Comment un pays et son peuple peuvent-ils vivre sereinement s’ils ne cessent de devoir s’excuser pour des crimes commis par leurs ancêtres. Doit-on se détester car il y a eu des collabos ? Les Allemands devraient-ils tous se flageller avec des lianes en cuir pour évacuer le mal fait par leurs grands-parents ?

Les victimes de Staline et des dizaines d’autres régimes populo-socialo-communistes semblent moins hanter les nuits des dirigeants des rectorats, de Arte et de France Inter…

Antisémitisme musulman et d’extrême gauche

Le second problème, tout aussi inquiétant que la police de l’Histoire totalitaire imposée par Taubira, est la montée de l’antisémitisme en France. Un Antisémitisme de jeunes musulmans des quartiers qui se mêle avec l’antisémitisme d’extrême gauche. De Dieudonné aux Guignols de l’info, en passant par Alévêque, les sous-entendus sur la domination toute puissante des Juifs et sur les pauvres Palestiniens sont de plus en plus nombreux en France. Il n’y a qu’à se promener dans les « quartiers sensibles » ou dans les toilettes des universités de sciences humaines pour voir fleurir de multiples tags antisémites, qui ne sont pas de l’ordre de la blague comme c’est globalement le cas sur Twitter…

D’ailleurs, historiquement, les grands théoriciens d’extrême gauche ont souvent été antisémites. Sur ce point, un article paru dans Inactuels.fr revient sur le passé de collabos antisémites et de traitres, des communistes français pendant le début de la Seconde Guerre mondiale. On y voit les racines de cette haine du Juif de l’extrême gauche française.

Pour résumer, la vague de hashtags antisémites sur internet ne doit pas être diabolisée : la  plupart des utilisateurs veulent juste faire de l’humour noir et montrer leur lassitude de voir un nouveau film sur un pauvre enfant juif raflé par des méchants nazis. En voulant envoyer en prison des jeunes qui veulent juste faire de l’humour, Taubira et le PS prennent le problème à l’envers et ne font qu’exacerber le besoin de liberté d’expression des internautes.

Les autres sont certainement plus dangereux : militants du Front de Gauche ou Musulmans acharnés, leur haine du Juif  dans notre pays est croissante et on ne les arrêtera jamais si on (la gôche) refuse de voir la réalité en face. Le premier jour de l’affaire Merah, les journaux nous ont expliqués pendant des heures qu’il s’agissait surement d’un activiste d’extrême droite, quand tous les experts savaient très bien qu’il ne pouvait s’agir que d’un intégriste musulman. Mais comme pour les expulsions de Roms, l’indignation des médias français a tendance à se mettre en veilleuse quand des Musulmans sont impliqués…

Qu’on lâche les Français avec la repentance et qu’on s’intéresse aux vrais antisémites dangereux !

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Vous devriez voir á la télé Autrichienne et Allemande…comme disait Alain Finkelkraut « Il faudrait mettre la Shoah en jachère ». Devoir de mémoire certainement, lavage de cerveau c´est non!

  2. sam dit :

    En France tous ces discours larmoyant sur la shoa servent surtout de bonne conscience.On a diffuse Shoa ou la liste Shindler, on a fait notre devoir donc on n’est pas anti sémite. Le bon juif serait dans ce cas le juif mort, l’autre domine le monde ou spolie les pauvres Palestinien.
    L’anti sémitisme musulman est inquiétant, il se nourrit d’une tradition ancienne, culturelle, il est alimente par le conflit du moyen orient,mais il est attisé par les médias , les politiques et toutes ces associations qui par idéologie, par clientélisme, intérêt ou haine de l’occident deviennent plus pro palestiniens que les Palestiniens plus pro arabes que les arabes, plus islamophiles que les musulmans. Tous ces réprobateurs, boycotteurs d’Israël qui se gardent bien de critiquer le Soudan, la Syrie et tous ces paradis islamiques. Ils se défendent tout en étant anti sionistes d’etre anti sémites et pourtant ils ont une lourde responsabilité dans la montée de la haine des juifs.

    • b dit :

      Very well said Sam!
      I find it chocking to see how french muslims are pleased (halal food everywhere, praying in the streets etc…) and protected by the french government while France is supposed to be a « Laic » country.
      it is obvious that the lifestyle in France has tremendously diminished in the past 20 years (increase of daily harrassments, more thieves, increasing unemployment, no more innovations/creations, no new technology, attitude: it’s cooler to be poor than rich etc…). I believe that the muslim culture/way of thinking plays a massive role in this evolution of the country.
      But yet in a way I am glad that French people are going through all that. Why? They still haven’t learnt the lesson. Because one more time it’s all happening in front of their nose and they don’t do anything about it. Just like when they watched the french policemen taking away the french jews. They are lethargic! Counting only on the government to act. They still haven’t understood that the main player is the population not the government (look at the difference with Corsica).

  3. denis-le-rouge dit :

    « un homme sans mémoire est un homme sans vie, comme un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. » (Maréchal Ferdinand Foch)

Laisser un commentaire