Homoparentalité : l’étude statistique censurée en France

Rédigé par lesoufflet le 23 janvier 2013.

gay_pride
Photo : zigazou76

Photo : zigazou76

Une étude publiée par un sociologue américain démontre les effets de l’homoparentalité sur la psychologie des enfants privés d’altérité dans leur éducation et confrontés aux questions sur leur conception et leurs origines. Cette étude tenue secrète en France démontre, outre les problèmes de déséquilibre psychologique des enfants élevés par des couples homosexuels, que ces enfants sont en moyenne 10 fois plus victimes d’attouchements sexuels que les enfants ayant grandi dans leurs familles biologiques…

Le sociologue américain Mark Regnerus a publié un article dans le journal américain « Social Science Research, intitulé  « How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Findings from the New Family Structures Study » (A quel point les enfants devenus adultes de parents ayant eu une relation homosexuelle sont-ils différents ? Résultats de l’Étude sur les nouvelles structures familiales), qui dresse la bilan de la longue étude qu’il a menée sur 2988 personnes interrogées.

Les résultats de cette étude du chercheur universitaire sont surprenants. Ils ont été repris dans le site d’information américain Slate. Selon cette étude, les enfants élevés dans leurs familles biologiques disposent d’un meilleur niveau d’études, d’une meilleure santé mentale et physique, ils consomment moins de drogue, se tiennent plus éloignés des activités criminelles et se considèrent plus heureux que les enfants élevés par un couple homosexuel.

A l’inverse, les enfants issus de familles homoparentales, et en particulier de couples lesbiens sont bien plus sujets aux dépressions, il ont plus de problèmes physiques, il consomment plus de marijuana et ont plus de chance d’être au chômage (69% des enfants issus de familles homoparentales vivent des prestations sociales contre 17% pour les enfants de couples hétéros). Surtout, contrairement aux théories de Jean-Michel Aphatie et de Caroline Fourest, selon lesquelles les hétérosexuels sont de violents alcooliques qui frappent leurs enfants et en abusent, les enfants de couple lesbiens seraient en moyenne 10 fois plus victimes d’attouchements sexuels que dans les familles « hétéro-parentales » (23% contre 2% de moyenne).

Aux États-Unis, le lobby gay a été choqué par cette étude et l’a dénoncée si violemment (appuyé par des journalistes progressistes) qu’un mouvement de scientifiques s’est créé pour soutenir ces travaux et leur sérieux méthodologique.

Il est étonnant de constater que cette étude n’a jamais été évoquée par le moindre journaliste, en France, alors que nous sommes censés être en plein débat sur l’homoparentalité. Les journalistes préfèrent suivre les socialistes dans leur chasse aux « dérapages » homophobes plutôt que de s’interroger sur le fond du sujet et sur les dangers d’une telle loi.

Il est clair que les études sociologiques peuvent être controversées, mais pourquoi nous cacher celle là, alors que tous les défenseurs du mariage pour tous les homos, sans jamais rien citer, disent, l’air sûrs d’eux, que les premières études prouvent qu’il n’y a pas de différence éducative entre l’homoparentalité et la parenté « classique » ? Pourquoi personne ne parle tout haut de cet élément qui pourra certes être débattu mais qui ne peut qu’apporter des faits nouveaux aux discussions.

Qu’on montre toute les études et chacun se fera son idée, pourquoi laisser Caroline Fourest nous expliquer que les enfants de couples homosexuels sont en pleine forme sans mettre en doute cette vérité énoncée qui ne coule pourtant pas de sens ?

En même temps, tous ces futurs enfants dépressifs, drogués, aux troubles psychologiques, parasites de l’état, formeront de formidables électeurs (et militants pour ceux qui seront un peu plus en forme) du Parti Socialiste. On comprend mieux pourquoi le PS veut déglinguer nos enfants et légaliser le commerce des bébés…

La dégénérescence programmée, c’est maintenant !

Déjà 203 remarques sur cet article

  1. Zadig dit :

    Etude intéressante.

    En France de nombreux psychanalystes et pédopsychiatres sont aussi très critiques sur l’homoparentalité (Christian Flavigny, Pierre Lévy-Soussan…).

    A l’inverse, l’affirmation péremptoire des Pro-Gays de l’épanouissement identique des enfants élevés par des homos et des hétéros, elle, ne repose sur aucune étude scientifique sérieuse.

    Par ailleurs, le chiffre avancé par LGBT de 40 000 enfants qui seraient élevés dans le cadre de l’homoparentalité en France est totalement bidon: il cache une majorité d’enfants dont l’un des parents a changé d’orientation sexuelle, mais ayant donc toujours un père et une mère.
    Ni pour l’étude de leur développement psychologique, nI pour la revendication d’un droit pour le nouveau conjoint homo, ces enfants ne sont donc à prendre en compte !

    Rappel: « La manif pour tous  » appelle à signer la pétition demandant un référendum:
    http://www.exigeonsunreferendum.fr/

    • Zadig dit :

      Mercredi soir, zappant via Canal +, Benoist Apparu, député UMP, était le héros de la bande de guignols ( les vrais, ceux en chair et en os) le faisant mousser sur son votre pro mariage gay ….

      A quel titre, ce bouffon se sent-il le droit de voter au nom de français qui l’ont élu pour tout autre chose ???
      Alors que son parti réclame à juste titre un Référendum sur un sujet sociétal aussi majeur, lui s’arroge le droit de voter au nom de ses électeurs, s’estimant seul compétent.
      En plus en ressortant le chiffre bidon des 40 000 enfants actuels de familles pseudo homo-parentales véhiculé par les LGBT….
      Le minimum eut été qu’il s’abstienne..

      Espérons que ses électeurs se souviendront aux prochaines élections qu’il les juge trop débiles pour pouvoir se prononcer eux-mêmes.

      Dans la stupidité et l’orgueil déplacé, ce Benoist Apparu rivalise donc avec la vendeuse de vaccins Roselyne Bachelot, animatrice de TV avec sa collégue Pulvar pour déficients intellectuels sur D8 .

      • rolland dit :

        Oui j’espére que l’on se souvenir de vos sornettes à la godille. Je ne suis pas UMP loin de là trés loin de là mais vos propos sont bien dans la mouvance de ces gens qui veulent donner des leçons aux autres. Un bouffon c’est bon vous c’est autre chose d’indéfinissable entre la nullité et l’auto suffisance.

      • rolland dit :

        La dégénérescence programmée, c’est maintenant !
        Et oui on voit bien le niveau

      • rolland dit :

        22 01

        Mélenchon cire les bottes de la finance et du showbiz (photos)

        Depuis qu’il a tué le Parti Communiste et d’une certaine manière la gauche française, Jean-Luc Mélenchon est apprécié des grands patrons, qui voient d’un très bon œil ses positions sur les sans-papiers (de la main d’œuvre bon marché) et sur le mariage homo (remplacement de la cellule familiale par un égoïsme consumériste). On a ainsi pu voir Mélenchon, tout sourire, ravi d’être invité à une soirée people, se faire photographier à coté des hommes d’affaire Yannick Bolloré et Xavier Romatet. L’extrême gauche caviar, c’est maintenant !

        Vite il faut changer de site avant que les neurones qui vous restent fassent encore un peu de boulot. Tant de conneries en si peu de lignes c’est super Une anthologie

    • Merrick Simms dit :

      Il ne peut pas y avoir de référendum, voir la constitution.

      • Libertad dit :

        Bien sûr que si, justement vu la constitution…!
        Mauvaise pioche, camarade !
        Mais évidemment c »est l’excuse des laches,
        c’est l’excuse du Flan.

        • Aitortxu dit :

          Non. La Constitution dit que le Président a recours au référendum uniquement pour les sujets sociaux ayant rapport au monde du travail. Pas pour les réformes du Code Civil.

          Désolé, vous êtes mal tombés avec moi.

          • Tarcisius dit :

            Perdu, les filles ! D’un, la Constitution permet tout à fait de traiter des questions qui fâchent eu égard aux sujets sociaux. De deux, le moi Président a dit qu’il engagerait les grands débats qu’il faut et ça aussi, c’est une promesse numérotée. De trois, l’important c’est la consultation, qu’elle soit nationale ou par référendum, et ça, la démocratie, c’est pour quand ?

        • rolland dit :

          Gros malin relit la consttution çà te permettra de ne pas dire de bêtises et en plus c’est la droite qui arefusé ce type d’expression. D’ailleurs on se demande ou tu pioces « kamarhade »

          • rolland dit :

            c’est la consultation, qu’elle soit nationale ou par référendum

            Ah Tarcicius explique un peu mon esprit buté breton ne comprend rien a ton charabia. Que d’esprits simplistes qui jouent les juristes moralistes écologistes etc etc et n’ont qu’n tête des futilités qu’ils essaient de passer pour des régles de vie en commun. Au lieu de lire spirou vous auriez mizux fait de lire nos grands philosophes et autres( Mé qué qui dit ce mec je n’entrave que dale.

          • fdsq dit :

            Oui ca serait bien un référendum et pour les impots aussi, pour savoir si les gens sont OK pour les monter les taxes etc….

      • Lilly dit :

        Très bizarre qu’il n’y ai jamais eu de consultation sur ce sujet.
        Est-ce qu’on nous cacherait des choses?
        Ah, non, je suis idiote, il ne faut pas être com-plo-tiste!
        C’est le nouveau mot à la mode.
        – Cédric, t’aurais pas mangé tous mes chocolats, j’ai retrouvé des papiers gras sous ton lit.
        – Mais non, qu’est-ce que tu peux être complotiste ma pauvre fille!

    • rolland dit :

      Zagig de voltaire??? Mais c’est ki ce mec Voltaire encore un gauchiste, c’est quoi un gauchiste…. c’est quoi un fasciste?

    • Micka dit :

      Je ne répondrai juste qu’une chose, comment savez vous que le chiffre de 40000 familles homoparentales est bidon? vous les avez compté?

      Par ailleurs je vous invite à lire ceci:
      http://leplus.nouvelobs.com/contribution/751283-mariage-pour-tous-les-mirages-de-l-etude-anti-homoparentalite-de-mark-regnerus.html

      Cela traite de la méthodologie douteuse qui a amené à ce résultat sur l’étude Regnerus. Je connais 2 familles homoparentales et je peux vous garantir que les enfants concernés sont très heureux et je ne vois aucune différences avec des enfants élevés par des familles hétéroparentales.
      Un conseil: ne vous fiez pas aux préjugés, constatez les faits par vous même!!

      Pour avoir côtoyer 2 familles homoparentales, je peux être en mesure de clamer haut et fort qu’il est absolument intolérable de se servir de l’enfant pour faire tomber cette loi. Comment peut-on se fier aux préjugés sans aller au devant des faits et constater les choses par soi-même?? Je ne peux pas le comprendre!!

    • Pierre dit :

      Je me suis donc penché sur votre « étude » qui se trouve être une énorme blague, ou un exemple pur et simple de déformation par les médias, pour essayer de convaincre. Tout d’abord le lien de l’étude:http://www.alliancevita.org/2012/06/letude-de-mark-regnerus-us-sur-les-enfants-ayant-eu-un-parent-homosexuel/ Constatons dans un premier lieu, que les « couples homosexuels » dans cette étude sont présumés « Est-ce que l’un de vos parents biologiques a eu, entre votre naissance et l’âge de vos 18 ans, une relation amoureuse avec quelqu’un de son propre sexe ? » Donc on peut en tirer une conclusion simple: on ne parle pas ici de couples homosexuels mais de parent ayant eu une relation sexuelle avec une personne du même sexe, magnifique exemple de déformation. Continuons, cette étude (qui déja est completement biaisée) nous donne des pourcentages sur une proportion de « couples homosexuels » (oui oui oui…) qui est 10 fois inferieure a la proportion des autres catégories (aie c’est déja pas bon!) mais qui en plus de ça est de 163 femmes « lesbienne » et 73 hommes « gays » (!) Comment tirer quoi que ce soit de cette étude avec des echantillons aussi faibles?? Bref, cette étude est un tissu d’anneries et de déformation et ne vaut pas une cacahuete (en plus le « chercheur » vient du texas, état très christianisé, salut la crédibilité et l’impartialité de l’étude.)

    • Frédéric LANGLOIS dit :

      au contraire, étude inintéressante, elle a été déontée ici :

      http://leplus.nouvelobs.com/contribution/751283-mariage-pour-tous-les-mirages-de-l-etude-anti-homoparentalite-de-mark-regnerus.html

      Disons qu’elle est venue à point nommée pour aider les lobbys anti mariage gay. Peu importe si cette étude n’est pas scientifique du tout, ce lobby l’a transformée en « méthode employée très scientifique » dixit Boutin 😉

  2. Urbon dit :

    C’est toute la subtilité de l’argumentation socialiste…

    On pause la question : Pourquoi pas l’homoparentalité ?
    Puis on censure la réponse pour cause d’homophobie.
    De toute façon, on en sait rien. Il ne faut surtout pas qu’on sache.

    Les statistiques familiales considérant l’orientation sexuelle sont tout simplement interdites en France. Qui les réclame ?

    Alors les statistiques étrangères, pensez bien que personne n’en veut.

    Comment des statistiques peuvent elles être discriminatoires ? C’est une question à laquelle je n’arrive pas à trouver de réponse. On a dit que c’était normal d’être homo, faudrait surtout pas découvrir le contraire. Je ne vois pas d’autre explication.

  3. Urbon dit :

    Je remarque, par ailleurs, qu’il y a une recrudescence d’homophobie. Là dessus on a des statistiques.

    Mais pourquoi cette recrudescence ? On a poussé trop loin le bouchon ? Non ! Pour les homosexuels socialistes, c’est enfin la preuve que les hétéros sont tous des cons !

    Hétérophobie, quand tu nous tiens…

    • Micka dit :

      « Mais pourquoi cette recrudescence ? On a poussé trop loin le bouchon ? Non ! Pour les homosexuels socialistes, c’est enfin la preuve que les hétéros sont tous des cons !

      Hétérophobie, quand tu nous tiens… »

      Allez dire ça aux homosexuels qui se sont fait tabasser dans un bar à Lille; allez dire ça au couple homosexuel qui s’est fait tabasser dans les rues de Paris. Vous allez leur dérouler le tapis rouge à ceux qui ont fait ça? D’autre part je vous met au défi de trouver des homosexuels qui s’en prennent à d’autre parce qu’ils sont hétéros!! « L’hétérophobie » n’existe donc pas….

  4. Urbon dit :

    Un des faits notoire relevé par de l’étude de Regnerus, c’est qu’il s’agit essentiellement de couples de lesbiennes et pas vraiment de couples homosexuels.

    Les couples d’hommes et les couples de femmes ne sont pas égaux. L’égalité des droits, c’est du baratin.

    C’est un scandale !

    Mouarf.

    • rolland dit :

      Plus ça va plus on s’enfonce dans la connerie. Mouart i fer

    • Clara dit :

      « Mark Regnerus [NDLR: le chercheur qui a créé la polémique avec une étude et un article affirmant que les enfants élevés par des couples homos auraient plus de chance d’être en échec scolaire et instables une fois adultes] est un cul-bénit haineux. C’est un ultra-conservateur qui a des liens avec l’Opus Dei. Sa nouvelle étude sur l’homoparentalité est «volontairement fallacieuse» et «cherche à discréditer les parents gays et lesbiens». Sa «soi-disant étude va à l’encontre de 30 ans de recherches scientifiques montrant, à une écrasante majorité, que les enfants élevés par des parents LGBT s’en sortent tout aussi bien que les autres». Sa «pseudo-science» et sa «désinformation», qui contredisent l’avis de l’APA et des «principales associations de défense des enfants», ne méritent pas qu’on y porte le moindre crédit ni la moindre attention médiatique. » Voici ce que quatre des principaux groupes américains de défense des droits des homosexuels –la Human Rights Campaign [campagne pour les droits humains], le Family Equality Council [conseil pour l’égalité familiale], Freedom to Marry [libres de se marier] et la Gay & Lesbian Alliance Against Defamation [alliance gay et lesbienne contre la calomnie]– ont déclaré dans un communiqué commun. http://www.glaad.org/releases/flawed-paper-claims-overturn-30-years-credible-research-shows-gay-and-lesbian-parents

  5. Libertad dit :

    Oui…. un grand Mouarf aussi pour la journalope lesbienne-pro Femen et cathophobe, Caroline Fourest qui vient d’être faite, pour 2-3 bouquins farcis de mensonges, chevalier des arts et des lettres (si, si , la culture ) par l’inénarrable Aurélie Filippetti …dont le directeur adjoint de cabinet vient de « mourir à Venise » …avec de la coke in the pocket.

    Encore un coup tordu des homophobes ?!!

    http://www.bvoltaire.fr/boulevardvoltaire/mort-du-directeur-de-cabinet-adjoint-de-filippetti-ce-que-les-medias-vous-cachent,9497

  6. […] 24heuresactu Share this:TwitterFacebookWordPress:J’aimeSoyez le premier à aimer ceci. Catégories:Actualités, France, Politique, Propagande, Société Commentaires (0) Rétroliens (0) Poster un commentaire Rétrolien […]

  7. Urbon dit :

    Discours type d’un homosexuel de base :

    Tous les hétéros ont une part d’homosexualité refoulée.
    Tous les hétéros ont une part d’homophobie latente.
    Si les homos refoulent leur homosexualité ou qu’ils sont homophobes en puissance, eux même, c’est la faute aux hétéros qui les discriminent.
    Les homosexuels sont des victimes, torturées par leurs parents hétéros depuis l »enfance, leur famille les a injustement rejeté.
    Donc les hétéros n’aiment pas vraiment leurs enfants et seul les homos sont capables d’éduquer les enfant sans discrimination.
    Chaque enfant devrait faire l’expérience de son homosexualité pour faire son propre choix, surtout si l’enfant choisit d’être hétéro, car il risquerait de devenir homophobe. Personne ne veut d’un enfant homophobe qui ignore tout de la sexualité.
    L’éducation sexuelle devra être reformée en conséquence afin d’encourager les pratiques homosexuelles.

    • lmn dit :

      De quel article bidon tires tu cela ?
      Je suis lesbienne, et je suis à la fois choquée et amusée de te lire.
      Je ne me considère pas comme une lesbienne différente des autres, donc je doit être une homosexuelle de base, et en te lisant, j’ai appris énormément de chose sur mes propres pensées.
      Pour exemple, je ne m’étais jamais dit qu’un hétero est un homo refoulé, ou encore que mes parents ne m’aimaient pas ou mieux encore qu’il fallait encourager les pratiques homosexuelles.
      Je te remercie donc de m’avoir ouvert les yeux sur toutes ces pensées clichées que je m’empresserai de sortir à la moindre occasion maintenant ( ironie )*.
      En attendant je ne pense pas que ce soit en se cachant derrière des soit disant phrases types de gays et des études considérées comme bidons par la majorité ( et pas que par les homos ) que tu reussiras à te faire entendre, bien au contraire.
      ps : quand j’aurai des enfants ( si j’en ai ) je m’arrangerai pour qu’ils puissent grandir le plus normalement du monde, qu’il puissent faire des études supérieurs s’ils le souhaitent, etc… ( et ya pas de drogue chez moi 🙂 ).
      dsl pour les fautes d’orthographes, j’arrive plus vraiment à écrire quand je lis des choses insultantes.
      * je précise l’ironie on sait jm 🙂

      sur ce, bonne journée 🙂

  8. katlen dit :

    Libertad merci de l info…Pas de complexes ce gouvernement…on s appercois plus c est en dehors des valeurs , plus on detruit les jeunes, plus c est la Honte…

  9. Urbon dit :

    http://www.sudouest.fr/2013/01/23/un-charge-de-lutte-contre-l-homophobie-dans-l-academie-de-poitiers-943876-813.php

    Voila, ça commence. Bientôt, on encouragera les attouchements sexuels éducatifs… Des fois que les parents ne s’en chargent pas eux même !

    • Clara dit :

      Quelle bêtise! 15 pays européens ont voté pour le mariage gay dont, parmi les plus catholiques, l’Espagne en 2005, en Irlande pays catholique s’il en est, 73% des irlandais se déclarent favorables au mariage gay et … en France, cela dure des mois et c’est l’escalade dans l’homophobie… Les catholiques français seraient-ils les plus bêtes, les plus rétrogrades et les plus intolérants du monde? C’est en tout cas l’impression qu’il donne! Quelle misère! Refuser aux autres des droits dont vous jouissez (oh pardon, j’voulais pas!) vous-mêmes, quelle bassesse et quel refus de la diversité! Pauvre France!

  10. Urbon dit :

    http://blogs.tetu.com/sur-le-chemin-de-l-egalite/2013/01/23/opposants-au-mariage-les-10-familles-dhomophobes/

    On peut y lire : « Nous qui, hétéros, homos ou bis, […] sommes déjà passés naturellement, au quotidien et dans tous les aspects de notre vie, à ce monde de demain où l’orientation sexuelle de chacun – un phénomène finalement aussi aléatoire que le fait de naître droitier, gaucher ou ambidextre – n’induit plus de jugement a priori sur les gens… »

    Déjà , l’affirmation comme quoi le nourrisson est a déjà une préférence manuelle à la naissance est fausse.

    Et que dire du fait qu’on peut naître homosexuel ou hétérosexuel ? On sait tous qu’il n’en est rien.

    Tous les mensonges sont permis quand on est homosexuel et qu’on veut justifier sa normalité.

    L’article de têtu dénonce donc un par un tous les arguments comme étant homophobe (même le fait de défendre la cause des enfants). Cependant, il a du oublier : L’inégalité naturelle qui existe entre hommes et femmes devant l’adoption homosexuelle et la PMA.

    Les copains, je vous le dis, vos bonnes femmes sont en train de vous la mettre profond.

    @+

    • ODE dit :

      En effet, la phrase de Têtu est sublime de bêtise! On en est vraiment là??? ça fait peur…
      « N’induit plus de jugement a priori »… parce que A PRIORI on sait tout de suite quelle est l' »orientation sexuelle » de qqn? C’est écrit sur leurs visages? Complètement parano, oui. Comme les gros qui ont toujours l’impression qu’on les regarde et qu’on les juge et qu’on les trouve affreux.
      De plus, si on veut un monde sans aucun a priori, on fait comment? On tue tout le monde? C’est un peu normal, les « a priori »… On fonctionne comme ça…

      De plus, on ne naît pas, en effet, droitier ou gaucher!!! C’est qch qui advient entre 3 et 5 ans!
      Il n’est que de lire un peu de littérature française orientée (lisons Gide ou Cocteau) ou de discuter un peu sérieusement avec des amis homosexuels pour se rendre compte que l’homosexualité n’est évidemment pas innée ou inscrite dans les cellules, heureusement!!! Il y a plusieurs facteurs qui inhibent une sexualité « classique » notamment la manière d’être présent de la mère ou du père, ainsi que le psychisme de l’enfant.
      Enfin, heureusement que nous ne sommes pas déterminés par notre sexe, que nous pouvons toujours choisir qui nous voulons aimer (car s’ils SUBISSENT leur orientation sexuelle alors c’est un peu comme une maladie, une addiction?), avec qui nous voulons nous unir, comme un mari et une femme qui réapprennent à apprivoiser et aimer le corps de l’autre dans l’âge mûr ou dans la vieillesse.
      On n’est pas que des sexes, et moi j’en ai un peu marre qu’un gouvernement censé faire de la politique, s’occuper des chômeurs ou des familles, nous parle de c… depuis qu’il est au pouvoir.
      J’ai du mal à comprendre aussi qu’on réduise l’identité des homosexuels à la manière dont ils se comportent au lit. Ils n’ont pas d’esprit ni d’âme ces gens là? Ils ne savent qu’insulter les gens qui ne sont pas d’accord avec eux (cf leurs slogans) ou se balader en tenue vulgaire une fois par an dans les rues de Paris?? Sérieusement? …Et sinon, ils ont des idées? Pour aimer l’autre en vérité… Pour construire un monde meilleur (pas juste POUR EUX puisque pour le moment ils ne se battent que pour eux-mêmes…)? Pour les plus pauvres? Pour l’élévation spirituelle de tous???
      Quelle époque… Et il y en a qui se pavanent comme des coqs, tout fiers d’avoir tout détruit et de continuer, tout en insultant tout le monde…

    • Micka dit :

      « Et que dire du fait qu’on peut naître homosexuel ou hétérosexuel ? On sait tous qu’il n’en est rien. »

      Parce que vous vous êtes déjà réfléchis si vous alliez aller vers les hommes ou les femmes?? Moi personnellement, mon attirance est venu toute seule sans que je me pose de question. Si c’était un choix, je pense que tout le monde serait hétéro pour pouvoir avoir des enfants. Aucun enfant ne souffrirait à cause de sa sexualité, aucun enfant n’aurait peur de se faire jeter à la rue par leurs parents homophobes en raison de leur sexualité.

      La société d’aujourd’hui n’est que le reflet de la société d’hier, la société d’hier qui considérait que donner des droits aux femmes était inconcevable, où l’homosexualité était un crime, la société d’hier où l’homme avait tous les droits, où l’homme était soi-disant supérieur à la femme. Si l’homosexualité n’avait pas été rejeté hier, l’homophobie n’existerait pas aujourd’hui. L’homosexualité a toujours été présente aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps et chez tous les êtres vivants, la preuve en est qu’on en parlait déjà il y a plus de 2000 ans du temps de Jésus Christ. On avait simplement peur de ce qu’on ne comprenait pas. Voir 2 hommes ou 2 femmes ensemble était un crime, alors que ce n’était que de l’amour.

      C’est aussi pour cela que l’on a pas le droit de dire aux homosexuels qu’ils n’ont pas le droit de se marier, car ce qui fonde cette institution dans un couple, du moins aujourd’hui, c’est l’amour que l’un porte à l’autre…et tout le monde a le droit d’aimer qui il veut.

  11. Paul Emiste dit :

    Mais est ce que les pro mariage/adoption homo sont prêts à laissez leurs propres enfants à des homos?!
    Je serais très curieux du résultat d´un sondage en ce sens.

    • Louve Normande dit :

      Ah tiens, justement le couple d’hétéros étant parents qui viendrait me faire la publicité pour le « mariagepourtous » !

  12. vigilence dit :

    mes réactions:
    – pourquoi parler de censure ? plutôt dire que l’étude n’a pas été citée, que vous la faites connaitre
    – quand vous mettez dans la meme phrase violence alcool, et abus sexuels, cela m’a l’air different
    – attention aux commentaires. cet article va avoir une grande audience rapidement, je suggère d’ôter les commentaires selon les principes habituellement suivis (pas de diffamation, d’incitation à la haine, d’ homophobie dans ce cas, etc )

    • Paul Emiste dit :

      @vigilence. Je n´ai pas encore lu un commentaire homophobe sur ce site, contre le mariage/adoption homo certes, mais pas homophobe… à moins que cela soit la même chose pour vous, c´est dans l´air du temps.

  13. Urbon dit :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9t%C3%A9rosexisme

    Je ne la connaissais pas celle là : Hétérosexisme. On n’a plus le droit d’apprendre à nos enfants que l’amour, c’est entre un homme et une femme que ça se pratique.

    Comment ça se fait qu’on ne vote pas la parité entre homosexuels et hétérosexuels à l’Assemblée avant que l’Assemblée ne vote le margayage ?

    Hum, pas forcément indispensable me direz vous, on en est déjà là, c’est le progrès.

    • Micka dit :

      « On n’a plus le droit d’apprendre à nos enfants que l’amour, c’est entre un homme et une femme que ça se pratique. »

      C’est totalement faux, il existe autant d’amour entre 2 personnes homosexuelles qu’entre 2 personnes hétérosexuels.

      D’autre part, dite à un enfant que l’amour c’est entre un homme et une femme, si celui-ci se découvre homosexuel peu de temps après comment imaginez vous qu’il va réagir? Mon meilleur ami est homosexuel, ses parents sont au courant, seulement, au vu de tout ce qu’il entendait plus jeune, quand il s’est découvert homosexuel à l’âge de 14 ans il était désemparé, il se croyait sale, pervers et a fait une tentative de suicide parce qu’il pensait ne pas être normal et qu’il en souffrait. Donc oui, on peut dire à un enfant que l’amour est entre une femme et un homme, mais ne pas oublier de les informer que quelque fois tout de même, cela peut être entre 2 hommes ou 2 femmes. Au moins cela évite que l’enfant ne souffre s’il se découvre homosexuel, il y a encore trop de suicide dû à l’orientation sexuel!!

  14. Urbon dit :

    D’ailleurs, on se demande pourquoi voter cette loi sur le mariage, étant donné que tout ceux qui voteront contre seront homophobes !

  15. Urbon dit :

    A quand un documentaire animalier sur l’homosexualité des mammifères d’ailleurs ?

    Etre homo, c’est la nature, personne ne vous y oblige !

    • Louve Normande dit :

      Perso, même si j’ai vu des vaches se monter l’une dessus l’autre, je n’en ai vu aucune se faire des cuninlingus et je n’ai jamais vu aucun taureau en sodomiser un autre ! Idem pour n’importe quel animal !!!

      • Elena dit :

        Avant d’avancer ce genre d’argument, il est bon de se renseigner un tant soit peu. Des comportements homosexuels animaux ont été observés chez plus de 500 espèces animales, dans chaque grande zone géographique et chaque groupe animal, qu’il s’agisse de parade amoureuse, d’affection, de relations sexuelles, de vie en couple ou de comportement parental.
        En fait, on le sait depuis l’antiquité. Aristote et Plutarque, parmi d’autres, ont décrit le phénomène chez les oiseaux. L’idée que l’homosexualité est un comportement exclusivement humain est très répandue mais fausse.

        • Molécule dit :

          Ce rabâchage sur les animaux homosexuels est très sot quand on a aucune notion d’éthologie, qui reste une science, nom d’un chien ! 1- les animaux qui se montent les uns sur les autres. Comportement d’adolescence visant à montrerr qui est le dominant dans la hiérarchie. N’est jamais prolonge jusqu’au coit. Non sexuel. Expression de la testostérone. 2- Voud allez me jeter au nez les Bonobos. Ces sympathiques primates vivant en groupes relativement nombreux dénouent les tensions avec leurs congénères avec toutes sortes de simulacres auxquels ils prennent manifestement plaisir. Mais quand les femelles présentent un cycle les mâles vont lutter pour transmettre leurs gènes. Fini de rire, les Bonobos entrent dans l’âge parental. La Nature les conduit Toujours à la conservation de l’espèce. Pas fous les Bonobos , déjà que la population diminue à cause des humains… 3- Oubliez les escargots nous ne sommes pas à la même échelle. C’est indigne d’Homo sapiens sapiens que nous devrions être.

  16. Urbon dit :

    @ Vigilence

    Encore une chance que le PS ne fasse pas voter la peine de mort pour homophobie. Qu’est ce que je risque d’après toi, pour provoquer la haine des homosexuels contre moi ?

  17. Urbon dit :

    Petite méthode pour tenter de convertir un hétérosexuel en gay :

    Aller sur facebook et se faire passer pour une femme.
    Trouver le beauf hétéro en manque qui n’arrive pas à se faire de nana.
    Lui dire tous les jours qu’on l’aime, pendant plusieurs jours, semaines, mois. Plus ça durera, plus le taux de réussite augmentera.
    Lui avouer qu’on est un homme et qu’on veut le rencontrer.
    Laisser faire la magie mais ne pas hésiter à l’attaquer direct, si il est venu au rendez vous c’est qu’il est mûr.

    Attention, risque accru de décompression homophobique une fois les couilles du beauf hétéro vidangées.

    Méthode non testée mais gratuite alors… Essayez !

  18. […] Une étude publiée par un sociologue américain démontre les effets de l'homoparentalité sur la psychologie des enfants privés d’altérité dans leur éducation et confrontés aux questions sur leur conception et leurs origines.  […]

  19. Urbon dit :

    23% des enfants sous la garde de lesbiennes objets de maltraitance sexuelle, ça va quand même être difficile à expliquer, quelque soit l’homophobie latente du petit peuple de base…

    Le nombre de lesbiennes ne cesse d’augmenter mais les gays avec des enfants à charge, eux, sont introuvables.

    Les hommes auraient-ils tendance à démissionner de leurs responsabilités paternelles, tandis que les femmes rechercheraient au contraire l’exclusivité de la relation à l’enfant ?

    J’ai toujours cru qu’il y avait beaucoup d’homos en prison à cause d’un certain désœuvrement mais si ça se trouve, le crime est inscrit dans leurs gènes… Mouarf.

  20. DJ YAK'Ô dit :

    Je les trouve fort les américains car il font une étude scientifique sur de la sociologie. Hors sujet !

  21. Urbon dit :

    « Moi, j’aime pas les fachos alors je vote pour les homos. »

    Faut vraiment être une espèce de p’tit enculé mal baisé pour penser comme ça, n’est ce pas DJ YAKA ?

    Au fait, l’expression : « étude scientifique sur de la sociologie » n’a absolument aucun sens. L’étude ci-dessus est scientifique et tu peux taper du pieds, ça ne changera pas. Les faits sont là, les lesbiennes sont des mauvaises mères, dans 23% des cas, elles dérapent. Tu veux peut être recompter toi même?

    • Micka dit :

      « Faut vraiment être une espèce de p’tit enculé mal baisé pour penser comme ça, n’est ce pas DJ YAKA ? »

      Et tu te demandais ce que tu faisais pour t’attirer la haine des homos?? tu as donné la réponse toi-même et inconsciemment!!

      Ceci dit les personnes qui tabassent des homosexuels, personnellement oui je les qualifient de fachos en plus d’etre homophobe!!

  22. Aitortxu dit :

    Cette étude n’a pas été censurée en France. Elle a même été discutée et invalidée par un certain nombre de personnes.

    La méthodologie a été critiquée, seules sont prises en compte dans le questionnaire les personnes âgées entre 18 et 39 ans.

    Une question principalement est tendancieuse: « Du moment de votre naissance jusqu’à vos 18 ans, vos parents ont-ils déjà eu une aventure homosexuelle ? » Si la réponse est oui, on est automatiquement dirigé vers « famille homoparentale ».

    Rien de très scientifique dans cette étude. Comme par hasard, c’est la seule sur laquelle s’appuient les détracteurs du projet de loi.

    Preuve que leur arguments sont bien minces.

    • Urbon dit :

      Cette étude n’a pas été invalidée en France par la communauté scientifique, c’est pipo.

      Elle a été boycotté par l’ensemble de la classe politique, parce qu’elle remet en cause la normalité des homosexuels et que la défendre soulève des tollés chez ces homosexuels. L’indignation des homosexuels n’a d’égal que leur ego démesuré, ces gens sont si sociables et si prompts à faire des procès d’intention en homophobie qu’ils terrorisent tout le monde, y compris dans le monde du travail où ils sont, parait-il discriminés.

      La mauvaise foi d’Aitortxu est autant politique que scientifique. C’est l’art d’inventer des problèmes qui n’existent pas.

      Personne entre 18 et 39 ans ? Et alors ? On va les prendre au berceau ? A la retraite ? C’est un échantillon très représentatif. Il n’y a aucun problème avec ça.

      Demander aux enfant si leurs parents ont des aventures homosexuelles ou non, encore un autre problème ? Bah voyons, c’est le point de départ de l’étude. L’étude se charge ensuite de catégoriser les différentes sortes parents homosexuels. Comme par exemple les mères en couple lesbiens. Et de donner des chiffres plus précis.

      Vouloir rejeter cette étude en bloc, alors que c’est la SEULE à nous apporter quelques chiffres et connaissances sur l’homoparentalité, ça relève de l’irresponsabilité totale et de l’aveuglement idéologique.

      Pour adopter, ce n’est pas vraiment un bon point.

      Des parents qui mènent une vie dissolue, incapables de se remettre en question, parce que persuadés d’être normaux, voilà ce que l’avenir réserve à nos enfants.

      • Aitortxu dit :

        « Elle remet en cause la normalité des homosexuels » parce qu’elle justement anti-scientifique. Toutes les études sociologiques montrent en effet que les homosexuels n’ont pas un profil particulier. Dire le contraire est contribuer à l’hystérie générale.

        Non, ce n’est pas un échantillon suffisant: il y a au moins deux générations qui ne sont pas représentées par cette étude, que la communauté scientifique a invalidée de toute façon, aux USA et ici.

        Calmez-vous, dans un an on en reparlera, et vous verrez que, contrairement à ce que vous dictent les dirigeants de vos sectes, on est bien loin de l’apocalypse annoncée.

        Lisez sur la question, documentez-vous, exercez votre esprit critique. Pour l’instant je ne lis que des préjugés démontables, des idées reçues et des niaiseries.

        • Urbon dit :

          @ Aitortxu

          C’est parce que ça remet vos croyances en cause que vous dites que ce n’est pas scientifique. Mais relisez vous donc !

          Et c’est quoi cette histoire de plusieurs génération ? C’est pas une étude sur la génétique des homosexuels. Vous êtes encore en train d’inventer des problèmes pour noyer le poisson.

          La génétique n’a rien à faire dans cette histoire, sinon on serait homo de père en fils.

          Vous voulez remonter le temps ? Alors je vais vous dire, quand j’ai fait mes études, les homosexuels étaient considérés comme des pervers et ça ne choquait personne, même pas les homos.

          La science aurait fait des progrès ? Comment voulez vous que quelqu’un puisse croire de telles conneries ?

          C’est aussi vieux que le monde, l’homosexualité, et il n’y a pas besoin d’un microscope ou d’un ordinateur pour comprendre ce que c’est.

          Suivant les époques et les sociétés, suivant les catégories sociales, l’homosexualité est plus ou moins acceptée mais jamais, jamais, il n’a été permis à aux homosexuels de revendiquer quoique ce soit.

          Si aujourd’hui les homosexuels se permettent de revendiquer, c’est parce qu’ils ont réussi à faire croire à bon nombre de leurs concitoyens qu’ils sont des gens comme les autres. Et si ils ont réussi ce tour de passe passe, c’est du fait de l’importance de la mode dans notre société ; les homosexuels sont particulièrement implanté dans ce milieu. Mais combien de temps le mensonge peut-il tenir ?

          La moindre étude statistique et tout le petit monde magique des homosexuels s’effondre.

          Les homosexuels ne sont pas capable de se choisir un partenaire qui leur permette de faire des enfants et cette étude montre qu’ils ne sont pas capable non plus de s’occuper d’enfants correctement. Faudrait peut être songer à faire le lien entre les deux.

          On est pas obligé de vouloir des enfants, mais la norme, quand on veut des enfants, c’est de les faire et de les aimer. On peut aimer des enfants qu’on n’a pas fait, mais c’est beaucoup plus difficile d’aimer des enfants qu’on a refusé de faire.

          Vous osez parler de préjugés parce qu’on vous juge sur votre seule homosexualité, mais ça ne serait pas le cas si vous ne vouliez pas vous occuper d’enfants. Il y a incompatibilité.

          Le lien entre homosexualité et pédophilie, lui aussi, est vieux comme le monde. Ha oui, les philosophes grecs étaient homosexuels. Et pédophiles. Aussi, ça ne sert à rien de crier à l’homophobie. Les homosexuels sont les premiers à dénoncer la ô combien divertissante pédophilie des curés de campagne, pédophilie de nature homosexuelle mais, chut ! Deux poids, deux mesures…

          Ce chiffre de 23% d’enfants abusés sexuellement par des parents homosexuels n’a rien de surprenant, il ne fait que vérifier ce qu’on sait déjà depuis toujours.

      • Undertaker dit :

        « C’est un échantillon très représentatif. »

        Affirmation gratuite (je précise ce que ça veux dire vu votre niveau intellectuel : sans preuves)

        « L’étude se charge ensuite de catégoriser les différentes sortes parents homosexuels. »

        Un doute m’habite : avons nous lu la même études ? Non parce que moi, la seule catégorisation c’etait : Homosexuel, et Lesbiens, et en aucun cas une autres forme de distinction telle que celle que vous voudriez nous faire croire.

        « Vouloir rejeter cette étude en bloc, alors que c’est la SEULE à nous apporter quelques chiffres et connaissances sur l’homoparentalité »

        C’est loin d’être la seule, il en existe plein d’autres, et non, elle n’apporte aucune information sur l’impact de l’homoparentalité.

        • Urbon dit :

          Plein d’autre ? Donne les références.

          Si tu sais ce qu’est une étude scientifique, tu devrais savoir qu’avec un échantillon bien plus petit (10 fois plus petit) on tire déjà des conclusions. Compare donc avec les échantillons d’autres études, tu verras bien.

          Quand on accuse de gratuité, le mieux est de prouver ce qu’on avance.

          • Undertaker dit :

            « Plein d’autre ? Donne les références. »

            T’as qu’a chercher un peu fainéasse, elles sont disponible, ça fait vingt ans que les américains en font…

            « Si tu sais ce qu’est une étude scientifique, tu devrais savoir qu’avec un échantillon bien plus petit (10 fois plus petit) on tire déjà des conclusions.  »

            Je sais ce qu’est une étude statistique (et non pas scientifique, bouffon) et non, on ne tire pas de chiffres pertinents qu’a partir de 1000 individus. On en est loin.

        • Line dit :

          Quand on parle du niveau intellectuel de quelqu’un, il serait de bon ton de ne pas faire de fautes de français, parce que là c’est la cata !! Pas une phrase sans faute !! Alors je pense que VOTRE niveau intellectuel est plus que déplorable mon cher !!

      • Micka dit :

        Je dirai comme certains, renseignez vous et faites vous vos propres idées, des 10aines d’études ont été mené prouvant le contraire de celle-ci et comme par hasard il n’y en a qu’une seule qui est vrai et c’est la seule qui dit que l’homoparentalité est négative. Allez voir plus loin que le bout de votre nez, sortez de chez vous, faites quelque chose parce que ce genre de discours dénué de toute culture sur le sujet où vous ne vous appuyez que sur une seule étude parmi tellement d’autres en devient vraiment abhérant. D’autre part vous portez une grave atteinte au respect des personnes quand vous parlez des homosexuels comme des personnes anormal; je vous rappelle tout de même que ce sont des êtres humains dont vous parlez, au même titre que vous. Arrêtez de vous croire supérieur et réfléchissez avant d’écrire n’importe quoi, vous verrez, c’est un exercice passionnant!!

  23. kiko dit :

    LEL, remettons en contexte.
    d’abord, (pour dj yak’ô) oui, la sociologie est une science sociale, si on identifie une tendance sur une bonne partie de la population, sociologiquement on tient quelque chose, je te renvoie au concept de réfutabilité. sur un comportement social, ce qui a été prouvé reste vrai tant qu’un argument ou contre étude ne démontre pas une autre façon de voir. la science évolue ainsi, par tâtonnement, mais toujours en allant de l’avant.
    ensuite,
    notons, que cette page, bien que se réferant à un article de slate (avec lien dans l’article à l’appui) prend un parti pris évident contre l’homoparentalité. là où slate nous invite à se forger notre avis, ici on nous dit quoi penser.
    prenons par exemple que slate indique clairement que l’étude a été financé par des lobbys anti gays (et critiqués par des lobbys pro gay, bon … c’est logique, mais on est peut ètre plus dans une démarche scientifique)
    je cite slate :
    The project, known as the New Family Structures Study, was sponsored, to the tune of nearly $800,000, by two socially conservative funders: the Witherspoon Institute and the Bradley Foundation.

    et il en ressort en gros que les population étudiées étaient soumis à la problématique suivante : ils devaient avoir entre 18 et 27 ans au moment de l’étude, je parle bien des enfants étudiés, forcément nés entre 1971 et 94. là slate déja prend du recul par rapport à l’étude, en disant que ce qui y est étudié, c’est plutôt le fait que chez des personnes homosexuelles, auparavant, l’enfant était issu d’un mariage hétéro, puis après le divorce, ils ont connu une instabilité. chose qui à l’heure actuelle est différent, les méthode d’inséminations permettent de voir naitre des enfants bien que biologiquement rattachés à un seul des parent, élevés dans une famille homoparentale,

    l’étude n’en parle à aucun moment. (on peut invoquer le manque de recul statistique, une bonne étude scientifiquement recevable s’étale sur un recueillement de données sur une période de 20 ans)

    encore slate : this isn’t a study of gay couples who decided to have kids. It’s a study of people who engaged in same-sex relationships—and often broke up their households—decades ago.

    slate invite même a verifier le questionnaire soumis aux enfants de couples gay, et met en évidence ce qui est écrit ci-dessus

    d’où l’auteur de l’étude classe en plusieurs type ces enfants
    GF LM IBF soit, dans l’ordre : GF gay father, LM lesbian mother, et IBF sont les enfants témoins issus d’une famille biologique intacte (sous entendu, la famille au sens classique qu’en france on appelle famille nucléaire, 2 parents de sexe différents, pas de divorce, pas de famille recomposée)

    Regnerus calculates that only one-sixth to one-quarter of kids in the LM sample—and less than 1 percent of kids in the GF sample—were planned and raised by an already-established gay parent or couple.
    [trad approximative, l’auteur de l’étude regnerus, a calculé que seulement 1/6 à 1/4 de la population appartenant LM (mère lesb) et moins de 1% des enfants issu de la population GF (papa gay) ont été des naissance plannifiée et élevés dans un couple dès le départ clairement gay, ou avec un parent dont l’orientation homosexuelle était avérée]

    slate remet une couche : In short, these people aren’t the products of same-sex households. They’re the products of broken homes. [en clair, cette population étudiée n’est pas le fruit d’une famille homoparentale, ils sont le fruit d’une famille recomposée, qui s’est recomposée dans un couple gay]

    je vais faire court avec 2 dernières citations
    What the study shows, then, is that kids from broken homes headed by gay people develop the same problems as kids from broken homes headed by straight people.
    [ce que l’étude montre, donc, c’est que les enfants issus de familles recomposées gay ont les mêmes problèmes que les enfants issus de famille recomposées hétéro]
    et enfin, dernière phrase de l’article de slate.
    Kids do better when they have two committed parents, a biological connection, and a stable home. If that’s good advice for straights, it’s good advice for gays, too.
    les enfants vont mieux quand ils ont deux parents aimant, une connexion biologique, et une famille stable, c’est un bon conseil à la fois pour les gay et pour les hétéros.
    BIM !

    bon, relire l’article au dessus, après avoir lu l’article de slate fait mal au coeur. puis slate ayant eu connaissance de l’article de fait aucune références aux atouchements sexuels, en essayant de voir l’étude qui nous interesse, j’en suis dans l’impossibilité, mais aucune référence d’attouchement trouvable
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610

    voilà mon avis personnel, en 2 points :
    *on est tous allés à l’école, on y a appris à reflechir, et ordonner les différents informations pour se faire un avis, ne faites pas honte à votre professeurs.
    *le mariage civil gay devrait ètre authorisé, même si y’a déja le pacs, ça serait un pas vers l’égalité entre adultes. mais j’admet mes réserves par rapport à l’homoparentalité, j’aimerais que ces 2 lois soient clairement séparés, sachant que le mariage c’est une problématique dite sociale, tandis que l’homoparentalité est plutôt du ressort de la bio éthique.
    enfin, cette brave cohorte de citoyens anti homo, qui sous la bannière de frigide barjot défilent, je vous rapelle que cette dame se base sur notre héritage chrétien et que depuis 1905, c’est strictement d’ordre privé, et n’a pas lieu d’interférer avec notre société.

    • Urbon dit :

      Le pacs mais pas le mariage, le mariage mais pas l’adoption, l’adoption mais pas la PMA, le PMA mais pas la GMA…

      Blablabla.

      L’auteur ne nous dit pas quoi penser de cette étude, comme toi il nous dit ce qu’il en pense. Et ça tombe bien, on est nombreux à penser pareil… Que lui. Tout ceux qui se sont donné la peine de vraiment lire l’étude en fait, non pas dans l’espoir de la réfuter, mais dans celui de comprendre ce qu’il se passe dans la tête d’un enfant.

      Et puisqu’on continue avec la mauvaise foi caractéristique de la cause homosexuelle, sauce Kiko cette fois-ci, et qu’on en vient à parler (Dieu sait pourquoi) de religion, il faut savoir qu’il existe un autre un phénomène statistique remarquable :

      Les homosexuels catholiques ont beaucoup plus de succès dans leur thérapie que les homosexuels athées.

      L’homosexualité n’est pas une fatalité mais les homosexuels professionnels des médias sont tellement fiers de leur nouvelle identité « normale » (acquise en manifestant dans la rue) qu’ils ne supportent pas l’idée qu’un homo puisse vouloir redevenir hétéro, c’est à dire vraiment normal, pour s’occuper normalement de ses enfants.

      Quand on est de mauvaise foi, on fini toujours par s’en prendre à Dieu.

      • Undertaker dit :

        « Et ça tombe bien, on est nombreux à penser pareil… »

        La validité d’une orientation philosophique n’est pas fonction du nombre. Beaucoup de gens trouvaient normal la traite négrière il y a quelques siècles, ce qui ne veut pas dire qu’ils avaient raison…

        • Urbon dit :

          Il me semble avoir fait une phrase plus longue que ça. Je comparais ceux qui lisent l’étude avec leurs préjugés homosexuels aux autres, qui ont tous compris l’aspect scientifique du problème. j’ai dit scientifique et non pas philosophique.

          la science progresse sur la base de ce qu’on connait déjà, pas sur celle de ce qu’on imagine possible.

          T’es à la ramasse mon gars !

          • Undertaker dit :

            « Il me semble avoir fait une phrase plus longue que ça. »

            Qu’elle soit longue ou courte, c’est de la merde.

            « Je comparais ceux qui lisent l’étude avec leurs préjugés homosexuels aux autres, qui ont tous compris l’aspect scientifique du problème. »

            Ca n’a toujours aucune pertinence.

            « la science progresse sur la base de ce qu’on connait déjà, pas sur celle de ce qu’on imagine possible. »

            ne parles pas de la science, tu n’y connais rien .

            « T’es à la ramasse mon gars ! »

            Si tu savais la pitié que m’inspire ce genre de propos…

    • Elena dit :

      Merci pour ces clarifications, ça fait plaisir de voir quelqu’un qui prend le temps de réfléchir et de se renseigner avant de parler. 🙂

  24. Bruneau dit :

    Etude censurée ?? Vous plaisentez j’espère !

    Cette étude n’est pas censurée mais juste mise sous silence tellement elle est partisane et orientée… Mais si vous voulez vraiment en parler, dans ce cas-là, prenez aussi en considération les centaines d’articles commandés par les associations LGBT qui démontrent que les enfants élevés par des couples de même sexe ont un développement strictement identique à ceux élevés par des couples de sexe opposés. Les articles partisans sont pour cette raison souvent passés sous silence car ce serait résumer le débat à savoir qui a le plus d’articles (le jeu de qui a la plus grosse vous connaissez ?).

    Ensuite il y a d’autres types d’articles… Peut-être serait-il bon de prendre en compte l’avis de psychologues par exemple ! Connaissez-vous l’étude de Vecho et Schneider de 2012 qui interrogent 275 psychologues FRANCAIS sur l’homoparentalité ? Il en découle que la majorité des psychologues sont favorables à l’adoption par des couples homosexuels, que les psychologues qui ont eu des expériences cliniques avec des enfants élevés par des couples homosexuels y sont encore plus favorables, là où ce sentiment baisse c’est pour les psychologues d’approche psychanalytique (mais ça il fallait s’y attendre, si on leur enlève un élément du complexe d’Œdipe ils sont perdus les pauvres…) Cette étude est-elle cachée elle aussi par les médias ?
    Et il en existe encore tellement d’autres ! Par exemple un article de Cynthia Osborne dans la même revue que Regnerus à propos de son article, et qui réfute et démonte littéralement sa rigueur scientifique et ses conclusions… En parle t-on ?

    Sur le terrain scientifique les anti-mariage sont bien largués croyez-moi…

    • Aitortxu dit :

      Réponse parfaite!

      Cynthia Osborne est une des universitaires qui ont démonté les arguments -bien pauvres à dire vrai- de Regnerus.

      Ce qui me fait rire, c’est qu’il y a toujours quelqu’un pour présenter cette étude de Regnerus qui le montre comme si c’était un scoop, alors qu’elle est déjà bel et bien dépassée.

      Un peu de sérieux! et surtout de l’objectivité, de l’analyse et de la logique!

    • Urbon dit :

      C’est la meilleure celle là, une étude universitaire neutre confirmée par l’académie des sciences serait orientée mais faudrait écouter les seuls témoignages retenus par les assos LGBT !

      Quoique, le soit disant soutien des psychologues aussi, ça vaut le détour, comme argument bidon. Alors comme ça, il y a les bons et les mauvais psys ? Les oedipien homophobes et les autres ? C’est mensonge et désinformation, bien évidement…

      Tous les psys le savent, ce n’est pas parce que les gens sont homos qu’il ne peuvent pas avoir d’enfant, mais parce qu’il font un complexe sur la reproduction qu’ils deviennent homos. Donner un enfant à quelqu’un qui n’assume pas l’idée d’en avoir, faut pas être particulièrement doué en psychologie pour en comprendre les conséquences.

      Certains homos suivent leur thérapie et finissent par gagner la confiance de leur psy, mais qu’en est-il de ceux qui ne consultent pas ?

      Sur le terrain scientifique, si quelqu’un est bien largué, c’est Bruneau.

      Il montre la même mauvaise foi éclatante que dans les commentaires précédents, ceux des quelques homos qui passent par là pour essayer à tout prix de discréditer la vérité.

      23% d’enfants sexuellement maltraités, ça ne semble pas émouvoir les homosexuels (ceux qui font du prosélytisme en tout cas). Tout ce qui les inquiète, c’est l’image qu’ils vont donner d’eux aux « homophobes ». Et tout ce qu’il savent faire, c’est nier tout en bloc.

      En langage psy, pour décrire ce genre de comportements dénués d’empathie pour autrui, on parle de négation de l’altérité et de narcissisme.

      • Undertaker dit :

        « une étude universitaire neutre confirmée par l’académie des sciences »

        Laquelle, que je me marre ?

      • Micka dit :

        « …mais parce qu’il font un complexe sur la reproduction qu’ils deviennent homos. »

        Alors selon toi tout se résume à cela?? J’ai franchement pitié pour vous si vous croyez que l’on – devient – homosexuel!!

        Une question: que dites-vous des familles homoparentales qui existent déjà?

  25. Urbon dit :

    C’est l’histoire d’un éjaculateur précoce qui voit un psy trois fois par semaine depuis 10 ans.

    Arrivé à la fin de son analyse, il dit à son psy : « Docteur, je vais mieux, je me sens normal maintenant !  »

    Le psy demande : « Vous arrivez à faire l’amour normalement ? »

    Et lui de répondre : « Non, mais quelle importance ? Ma femme a fini par s’y habituer, aujourd’hui elle prend son pieds aussi vite que moi ».

  26. Zadig dit :

    Ah ah, seules les études commandées par les LGBT seraient fondées scientifiquement….quand on sait qu’ils annoncent, sans aucune preuve le chiffre fantaisiste de 40 000 enfants vivant dans des familles homoparentales y faisant entrer à l’évidence ceux dont l’un des parents a changé d’orientation sexuelle au cours de leur enfance même s’ ils étaient proches de leur majorité (ce qui ne représente plus rien !), et ce qui ne leur enlève pas le fait d’avoir un père et une mère biologique….

    Il est statistiquement impossible qu’il y ait en France 40 000 enfant issus d’une PMA à l’étranger ou adoptés au 1er âge par un couple homo. Et c’est sur ces seuls enfants qu’une étude sérieuse pourrait porter. A défaut , principe de précaution bien évidemment…et débat éthique sur le Droit de tout enfant d’avoir un Papa et une Maman biologique.

    les homos voudraient par pur égoisme un déni de droit pour certains enfants, les privant d’une égalité de droit avec les autres ? Des enfants et des « sous enfants » ?

    Ecoeurant!

  27. Claude dit :

    Mais comment un site comme celui-ci peut il exister au jour d’aujourd’hui? Cela confirme la tournure moyenâgeuse des évènements ces derniers temps. Ca vire au n’importe quoi, chacun y va de sa petite enquête personnelle, de ses commentaires (homophobes disons-le) sur des articles affligeants. Quel manque de pertinence et d’objectivité. Intolérable.
    Obscurantisme quant tu nous tiens.

  28. Libertad dit :

    A l’éclairé, ou illuminé, ci dessus:
    Marrant ça: plus les sondages pour le mariage homo ( plus que 48% pour ce jour) et l’adoption homo (36% ce jour) baissent ou s’effondrent, plus les commentaires des LGBT et autres bouffons deviennent agressifs… (hétérophobes, disons-le).

  29. […] Ne pourraient-ils pas prendre un peu de recul pour une fois ? Ils feraient mieux de nous parler de la cocaïne du conseiller de Filippetti retrouvé mort ou des statistiques qui expliquent que les enfants de couples homosexuels lesbiens ont 10 fois plus de chan… […]

  30. […] les choses bien mais on ne peut éviter de meurtrir un enfant qui voit ses parents se séparer. Si les partisans du mariage pour tous arrivent encore à magouiller avec les études scientifiques sur …, de nombreuses études incontestées ont démontré l’importance des dégâts psychologiques […]

  31. Fishdrake dit :

    Article mensonger :

    Pour commencer cette étude n’est pas censurée en France.
    Sinon pourquoi votre article n’a pas été effacé ? J’ai lu des articles à ce sujet aussi sur Slate.fr, et sur La Croix. Votre sérieux en prend un certain coup…

    Si certains journalistes n’en parlent pas, c’est tout simplement parce que cette étude à été menée par un opposant au mariage homosexuel, ce qui jete un sérieux doute quand à sa neutralité.

    Enfin la méthodologie (j’ai lut l’étude en question) n’est pas dénuée de biais. L’Étude n’est pas pertinente, n’en déplaise à ces scientifiques du dimanche qui prétendent le contraire : comparer des résultats sur 179 couples homosexuels contre 800 hétérosexuels donne forcément des résultats discutables du coté des homosexuels.

    • Urbon dit :

      Et allez, encore un qui prend la défense des pédophiles sans n’avoir aucun autre argument que : C’est pas vrai !

      Bah si, c’est vrai.

      Gnananananana.

      Le scientifique du dimanche, c’est celui qui se contente d’affirmer qu’il y a des biais, au lieu de les énoncer. On ne sait pas quel biais, mais il y en a… Mort de rire !

      • Fishdrake dit :

        « encore un qui prend la défense des pédophiles »

        Si vos capacités intellectuelles sont à ce point limitées pour ne pas distinguer homosexuel et pédophiles, je vous plaint mon pauvre.

        « Le scientifique du dimanche, c’est celui qui se contente d’affirmer qu’il y a des biais, au lieu de les énoncer.

        On ne sait pas quel biais, mais il y en a… Mort de rire ! »

        C’est confirmé, vous êtes un illettré :

        n’ai je pas parlé de 179 couples homosexuels contre 1800 couples hétérosexuels ? dans cette étude ce fait à lui tout seul est suffisant (du moins pour les gens doté d’un cerveau) pour démontrer l’invalidité de l’étude.

        Mais je peux vous apporter d’autres arguments aussi :

        1 ° Déjà il ne s’agit pas de couples homosexuels, mais en fait d’une question biaisée dès le départ :

        « L’un de vos parent a-t-il eu une relation homosexuelle ?  » Voila la question qui a servit à déterminer si un enfants est issus d’un « couple homosexuel » ou d’un couple « hétérosexuel »

        Avoir une relation homosexuelle ne signifie pas se mettre en couple… Donc les conclusions à la petite semelle du genre « les enfants élevés par des homosexuels fument plus de aschich que les autres » montrent juste que ceux qui les profèrent n’ont pas lu l’étude, ou ne savent tout simplement pas lire.

        2° Suite à nombre de protestations le magazine qui avait publié l’étude à fait réaliser un audit à un scientifique, celui-ci à consulté deux cent de ses collègues, tous on dénoncés la méthodologie douteuse de l’étude.
        D’autre part l’auditeur s’est rendu compte qu’un certain nombre de membres du comité de lecture qui avait préalablement validé l’étude, étaient co-auteurs de ladite étude, et les autres dotés de conflit d’intérêts vis à vis de Regnerus. Dans des conditions de stricte neutralité, je suis certains qu’elle n’aurait pas été validée, et donc pas publiée.

        3° Enfin je cite l’un des scientifiques opposé au mariage Gay les plus respecté, David Blankenhorn :

        «Ce qui est particulièrement confus (dans cette étude), c’est la tentative de comparer l’état des enfants dont les parents ont eu une relation homosexuelle (ce qui n’est pas une question de structure familiale) avec celui des enfants ayant grandi dans des foyers où leurs deux parents bio[logiques] étaient mariés (ce qui est une question de structure familiale). Par ricochet, si cette étude ne peut sans doute pas nous dire grand-chose sur la structure familiale, elle ne peut CERTAINEMENT rien nous dire sur la question du mariage, qu’il soit gay ou autre.»

        Si les plus éminents scientifiques eux même opposés au mariage Gay n’apportent aucun crédit à cette étude, je crois que tout est dit…

        Autre chose ?

        Alors, c’est qui le scientifique du dimanche, mon brave ?

        • Urbon dit :

          Tu te fatigues pour rien Fishdrake : Je ne suis pas tout à fait illettré.

          Cette étude compare des familles recomposées autour de relation homosexuelles et des familles traditionnelles, non recomposées. En nombre plus que suffisant pour que les statistiques soient significatives.

          Que tu veuilles fonder une famille traditionnellement homosexuelle n’invalide en rien l’étude.

          Tu veux nous faire croire qu’il y a une norme homosexuelle peut être ? Une façon de faire homosexuelle ?

          On a comparé ce qui existe et qui est comparable, c’est à dire qui permet de définir des tendances, dans la vraie vie et pas dans tes fantasmes.

          Cette étude à été porté devant le conseil scientifique de l’université qui l’a soutenue, l’étude a été validée. Qu’elle ne plaise pas à tout le monde, on s’en doute !

          Et que tu trouves un anti-mariage-gay qui ne comprend quand même rien à ce qu’est l’homophobie, ça n’a rien d’étonnant. Cette étude ne met en avant aucun préjugé. Elle cherche juste à vérifier ce qu’on sait depuis la nuit des temps, qu’un enfant à besoin d’une relation stable entre un papa et une maman pour se développer au mieux de ses possibilités.

          Si l’étude ne relève pas de relations stables entre un papa et un autre papa, c’est qu’on en a pas trouvé, que ça n’existe pas, en vrai. Tout simplement. Seulement dans tes rêves. Et deux mamans, aussi stable qu’on ait pu trouvé, c’est carrément le massacre, avec 23% d’abus sexuel sur des enfants !

          Appelle ça comme tu veux, nous autre on appelle ça de la pédophilie.

          Et s’il te plait, essaye de lire mes commentaires précédents, ça m’évitera de me répéter.

        • Urbon dit :

          A l’heure actuelle, comment les homos font-ils des enfants sans que cela ne recompose les familles ?

          Le scientifique a oublié comment qu’on fait des marmots ?

          Petite info : La grande mode dans les université américaines, aujourd’hui, c’est de refuser les étudiants homosexuels. On se demande pourquoi…

          Alors si tu veux expérimenter la famille homosexuelle idéale, tu n’as plus qu’à aller t’installer dans le Village !

          • Fishdrake dit :

            « A l’heure actuelle, comment les homos font-ils des enfants sans que cela ne recompose les familles ?

            Le scientifique a oublié comment qu’on fait des marmots ? »

            Vu ton niveau intellectuel, je prie pour que ce soit ton cas, perpétrer de telles carence serait criminel pour l’humanité…

            Ton Blah blah est sans intérêts, tu n’as pas d’arguments valables, tu mélange tout, et essaye de retourner le cerveau des gens, ça marche sans doute auprès des attardés, mais pas chez les gens intelligents.

            « Petite info : La grande mode dans les université américaines, aujourd’hui, c’est de refuser les étudiants homosexuels. On se demande pourquoi… »

            Vu que tu n’es pas fichu d’interpréter convenablement l’étude de Regnerus, et vu que quand son université déclare ne pas vouloir se pencher sur son étude pour la vérifier, chez toi ça se transforme en « une académie scientifique à validé l’étude », on peut raisonnablement penser que tu a encore du interpréter de travers une information trouvée au hasard de ton oisiveté sur le net.

          • Pikaz dit :

            Voyez-vous, j’ai été violé alors que je vis dans une famille dite traditionnelle parfaitement équilibrée. Je suis homosexuel. Je suis un pédophile ?

            Franchement, c’est dégoûtant.

          • Léo dit :

            Je suis homosexuel et en aucun cas pédophile, je te prierai de respecter les gens ce discours va trop loin, tu n’es pas obligé de déverser toute ta haine sur internet car derrière un écran c’est très facile d’être lâche!!

  32. Fishdrake dit :

    On peut résumer ton charabiah sans queue ni tête à ceci :

    soupe de mot.

    « Que tu veuilles fonder une famille traditionnellement homosexuelle n’invalide en rien l’étude. »

    Ca ne veut rien dire, argument rejeté ( et je suis gentil quand j’ecrit le mot argument pour ce genre de foutaises)

    « L’étude cherche juste à vérifier ce qu’on sait depuis la nuit des temps, qu’un enfant à besoin d’une relation stable entre un papa et une maman pour se développer au mieux de ses possibilités. »

    Non, elle ne dit rien de ça. Ca, c’est ton interprétation hautement personnelle et subjective.

    « Et deux mamans, aussi stable qu’on ait pu trouvé, c’est carrément le massacre, avec 23% d’abus sexuel sur des enfants ! »

    La question était « avez vous subit des abus sexuel ».

    Cette question ne permet certainement pas aux gens intelligents de tirer des conclusions sur les auteurs de ces abus, donc sous entendre que ces abus ont été pratiqués par les parents, est, encore une fois, une conclusion abusive pour te donner raison.

    « Et s’il te plait, essaye de lire mes commentaires précédents, ça m’évitera de me répéter. »

    Je te fais déjà l’honneur de te lire ici bas, n’en demande pas trop… Et puis ça ne te fais pas de mal, il semble que tu n’ai que cela à faire…

    • Urbon dit :

      @ Fishdrake

      Donc 23% d’enfants maltraités, contre 2%, mais on ne sait pas qui, où, comment ! Le hasard. L’échantillon, bien sûr…

      C’est moi la feignasse et toi l’expert en statistique, alors donne moi le taux d’erreur pour cet échantillon et ferme là un peu.

      Si au moins tu avançais des arguments nouveaux mais non, toutes tes réfutations ont déjà été, elles-même, réfutées et par de vrais scientifiques.

      Ça ne sert visiblement à rien de discuter avec toi. Cette étude ne t’a rien appris parce que tu ne veux rien savoir.

      Ok, c’est vrai que je n’ai pas beaucoup d’obligations et que je m’accorde du temps libre. Mais du temps libre, ce n’est pas du temps perdu à instruire les cons. En ce qui me concerne, j’ai dit ce que j’avais à dire.

      Ci@o

      • Fishdrake dit :

        « Donc 23% d’enfants maltraités, contre 2%, mais on ne sait pas qui, où, comment ! Le hasard. L’échantillon, bien sûr… »

        Non, on ne sait pas par qui. Si t’es trop stupide pour distinguer « a subit des abus sexuel » de « a subit des abus sexuel de la part de ses parents », t’es vraiment à la rue mon pauvre.

        « C’est moi la feignasse et toi l’expert en statistique, alors donne moi le taux d’erreur pour cet échantillon et ferme là un peu. »

        Le taux d’erreur le voila, grande gueule, après c’est toi qui pourra fermer le cloaque qui te sers de bouche :

        97 % des victimes sont abusées par un homme.
        Donc dire qu’un enfant sur quatre sont abusé par des femmes lesbiennes, c’est vraiment ignorer la réalité des fait en matière d’abus sexuels…

        sur ces 97 %, dans 4 cas sur dix c’est le père…

        Il est donc surprenant de voir une telle statistique pour des supposés couples lesbiens… Et puis bon, tirer une statistique à partir de 73 individus, c’est risible… Aucun scientifique ne validerai un tel résultat sur la base d’une population si faible.

        « Si au moins tu avançais des arguments nouveaux mais non, toutes tes réfutations ont déjà été, elles-même, réfutées et par de vrais scientifiques. »

        Mes réfutation n’ont été refuté que pas une seule personne ici : Toi. Et vu la merde que tu débite de manière quasi industrielle, il ne fait aucun doute que tu n’appartient à aucune communauté scientifique…

        « Mais du temps libre, ce n’est pas du temps perdu à instruire les cons »

        Le fait de me traiter, moi et tout ceux qui n’adhérons pas à ta philosophie, de cons, démontre que tu en est bien un…

        « En ce qui me concerne, j’ai dit ce que j’avais à dire. »

        On s’essouffle ? Je suis à peine chaud…

        • benjitake dit :

          Bonjour Fishdrake,

          Vous avez raison, on ne sait pas qui a violé les 23% d’enfants, pour autant, que ce soit l’une des deux mères, les deux mères, le voisin, ou le père noël, les enfants restent pour 23% d’entre eux violés. C’est un traumatisme quel que soit le responsable. Et ça peut par exemple prouver que les mères dont-il est question surveillent moins leurs enfant si par hasard ce n’était pas elles qui étaient responsables. Donc on peut conclure sur ce chiffre, en disant qu’avoir 2 mères lesbiennes est préjudiciable pour l’enfant.

          En ce qui concerne l’échantillon que vous jugez trop faible, étant donné que les « homo » représentent une minorité de la population, et que les sondés on été tirés au hasard, je ne vois pas comment on pourrait avoir des milliers d’homo dans le lot à moins de sélectionner des millions de personnes, rendant de se fait l’étude ingérable.
          Mais peut-être suggérez-vous qu’on arrive à une parité de couples hétéro et de couples homo pour que l’on puisse comparer convenablement.

          Bref, si cette étude n’est pas tangible selon vous, alors aucune ne le sera selon vous, et donc des enfants subiront leur éducation et ce, à leur seul détriment. C’est inacceptable, et les enfants ne doivent pas faire les frais d’expériences souhaitées par les homo.

  33. Urbon dit :

    Du progrès des sciences sociales…

    Ce que les américains appellent de la sociologie, c’est ce que nous, en France, nous appelons de la psychologie sociale. De même, pour nous, l’ethnologie, c’est ce qu’ils nomment ethnologie sociale.

    L’homme s’insère dans différentes structures sociales, suivant la complexité de l’organisation dans laquelle il vit. De même que les rapports de travail (la répartition des tâches) influencent les comportements individuels dans la vie des adultes, la famille est la structure sociale qui influence le développement de l’enfant.

    Aujourd’hui, tout le monde nous parle de la dissolution des familles comme si c’était une fatalité, une loi du progrès.

    Autant demander à quelqu’un qui vient de se marier quand est ce qu’il compte divorcer.

    Tout espoir de stabilité familiale n’a pas été abandonné, comme on voudrait nous le faire croire.

    C’est d’ailleurs toute l’ambiguïté des revendications homos. Quand les homos étaient tous des gays, ils ne voulaient pas d’enfants, tout ce qu’ils demandaient, c’était d’être intégré au monde du travail. Depuis qu’il y a aussi des lesbiennes dans la grande confrérie des homosexuels, les homosexuels veulent des enfants, une famille et la stabilité.

    Comme quoi, l’homme et la femme n’ont pas vraiment les mêmes dispositions, y compris dans l’homosexualité, et sont complémentaires, dans la vie familiale.

    Au travail, ces différences s’estompent naturellement, l’homme et la femme ayant tendance à devenir égaux en tout point. C’est encore aux hommes que reviennent les travaux de force en général tandis que les femmes s’occupent de tout ce qui est psycho quelque chose (les enfants, les aides sociales, la justice, la santé, les ressources humaines, etc). Cependant, chacun est en mesure de subvenir a ses besoins.

    Chacun est donc libre de travailler, soit pour lui, soit pour sa famille. Mais ça ne donne pas les mêmes droits, parce que faire des enfants ouvre des droits et que les enfants, ça se fait en famille.

    Sous prétexte de ne pas être des mères pondeuses, les femmes ne nous prendrait-elles pas, nous les hommes, pour la banque du sperme ?

    Et la banque tout court, d’ailleurs ? Parce qu’on a déjà vu, en Belgique, en Hollande, et dans les pays ayant ouvert à l’adoption aux lesbiennes, ces dernières demander des pensions alimentaires aux donneurs de sperme.

    Si les femmes sont en majorité pour le mariage homo et les hommes en majorité contre, ce n’est pas un hasard.

    Que l’homme et la femme vive une période ou les rôles familiaux sont à renégocier, du fait que la femme travaille, c’est une chose que je comprends et que j’accepte. Détruire la famille et laisser les femmes faire n’importe quoi des gosses, c’est autre chose auquel je m’oppose.

    Cela n’a rien à voir avec l’homosexualité en vérité, dont la plupart des gens se contrefichent, du moment que la barrière avec l’éducation des enfants est sécurisée. C’est de la famille qu’il s’agit et uniquement de la famille. C’est la que réside toute la supercherie : Sous prétexte d’égalité des sexes (homo et hétéro, ce n’est pas une différence sexuelle biologique pourtant), on instaure la discrimination sexuelle entre hommes et femmes.

    Que les femmes puissent se passer des hommes pour faire des enfants, voilà l’objectif. Rien de nouveau en fait. Avant il suffisait de faire un bébé dans le dos, maintenant c’est légal, c’est un droit et c’est encouragé par les autorités, voilà tout. Des hommes qui se passent de femmes pour faire des enfants, ça n’a jamais été une préoccupation réelle.

    L’homme s’attache à l’enfant autrement que la femme, non pas sur un mode maternel mais paternel. Son rôle, c’est d’éviter la fusion entre la mère et l’enfant, en apprenant à l’enfant le contrôle de soi. Croire que les rôles sont complètement interchangeables, c’est n’importe quoi. Il le sont dans une certaine mesure, l’homme pouvant servir de modèle à la femme et inversement. Couper l’homme de la femme, c’est détruire la cohésion de ces modèles.

    Mais chassez le naturel, il revient au galop, et jamais là où on l’attendait.

    L’homosexualité est vieille comme le monde, ce n’est pas un progrès social. L’homosexualité n’a aucun rôle social à jouer, sinon peut être au travail, parce que nous autres hétéros sommes bien gentil et qu’on le veut bien. Familial = Niet. Et personne ne leur demande leur avis.

    Un homosexuel a toujours la possibilité de se faire « soigner ». Non pas que c’est une maladie à proprement parler, mais que c’est clairement une inadaptation d’ordre psycho-sociale à l’univers familial.

  34. Roque dit :

    BRUNEAU vous avez écrit : « Étude censurée ?? Vous plaisantez j’espère !
    Cette étude n’est pas censurée mais juste mise sous silence tellement elle est partisane et orientée… »

    Oui vous avez raison cette étude n’a pas été censurée, par qui d’ailleurs ? Elle a été ignorée en France – sauf sur quelques sites contre le « Mariage pour tous ».

    Voici quelques résultats comparatifs entre les couples de femmes (LMs) et les couples hétérosexuels (IBFs) dans l’étude de Mark Regnerus – tellement nulle qu’elle a été publiée dans Social Science Research de juillet 2012. PAR COMPARAISON entre les enfants élevés dans des couples hétéro / couples homos, les enfants élevés dans des couples de femmes – et EN MOYENNE :
    – S’identifient moins souvent comme entièrement hétérosexuels (61 % / 90 %)
    – Ont été plus souvent sujet à des attouchements sexuels par un parent ou un adulte (23 % / 2%) ;
    – Ont subi plus souvent une relation sexuelle contre leur consentement (31 % / 8 %) ;
    – Ont un usage plus fréquent de la drogue (x 1,4) ;
    – Ont été arrêtés plus souvent par la police (x 1,4) ;
    – Ont eu plus de partenaires de même sexe (x 4,7) ;
    – Ont eu plus de partenaires du sexe opposé (x 1,4) ;
    – Ont un moins bon niveau d’éducation, une moindre stabilité de l’emplo, un plus frte taux de chômage, un moindre niveau de revenus, sont plus déprimés ;
    – Et ainsi de suite – au total – sur 25 variables sur 40 étudiées !

    Quant à la manipulation des chiffres, ce n’est évidemment pas à ce niveau que se trouve un éventuel problème parce qu’il s’agit d’un échantillon représentatif (15.000) de la population américain établie avant l’étude. Mark Regnerus n’a fait que reprendre ces données pour les analyser, c’est là qu’il y a éventuellement un biais d’interprétation (Cf plus bas)

    BRUNEAU vous avez écrit : « Connaissez-vous l’étude de Vecho et Schneider de 2012 qui interrogent 275 psychologues FRANCAIS sur l’homoparentalité ? »

    Quel rapport avec la mesure d’impact de la vie des enfants vivant dans des couples homoparentaux. 275 psychologues français … la belle affaire ! On pourrait en trouver combien qui aient l’avis contraire ? Là c’est bien vous qui jouez au jeu ridicule de savoir « qui a la plus grosse ».

    BRUNEAU vous avez écrit : « … là où ce sentiment baisse c’est pour les psychologues d’approche psychanalytique (mais ça il fallait s’y attendre, si on leur enlève un élément du complexe d’Œdipe ils sont perdus les pauvres…). »

    Évidemment … dans le triangle oedipien, c’est le jeu de l’amour et de l’interdit. Le petit ou la petite d’homme s’y affrontent avec la question de son désir et du désir de l’autre. Un désir qui lui-même nait du désir de deux êtres, un désir en même temps dont il est exclu. Exclu pour grandir, pour devenir lui-même, elle-même un être désirant accompli : émancipé de ce père et de cette mère. Dans le couple de même sexe, il y a éventuellement l’AMOUR de l’enfant : OUI, mais cela n’est pas le problème. Le problème est que l’enfant ne peut vivre son histoire d’amour et d’identification intime, histoire d’amour qui est un drame et une aventure dès qu’il perçoit que ses éducateurs ne peuvent pas réellement être ses vrais parents. Je résume : avec les couples homos, l’AMOURT est là, mais pas la REALITE. Et sous une forme ou une autre l’enfant sera en quête de son vrai géniteur, de sa vraie génitrice. C’est un handicap pour la vie.
    Désolé : 11 ans de psychanalyse obligent et je vous l’ai fait facile à comprendre. Les adeptes LGBT zappent cette étape de la sexuation préférant croire que la bisexualité infantile (stade oral, anal …) découche directement sur l’orientation bisexuelle (stage génital). Une soupe idéologique pimentée d’un soupçon de mauvais syncrétisme, à mon sens.

    BRUNEAU vous avez écrit : « Mais si vous voulez vraiment en parler, dans ce cas-là, prenez aussi en considération les centaines d’articles commandés par les associations LGBT qui démontrent que les enfants élevés par des couples de même sexe ont un développement strictement identique à ceux élevés par des couples de sexe opposés.
    […]
    Et il en existe encore tellement d’autres ! Par exemple un article de Cynthia Osborne dans la même revue que Regnerus à propos de son article, et qui réfute et démonte littéralement sa rigueur scientifique et ses conclusions… En parle-t-on ? »
    Là vous faites une omission importante dans la même revue à la même date, il y a l’étude de Marks Loren qui montre que les 59 études « probantes » présentées par l’American Psychological Association (APA) n’ont aucune valeur probante (biais de recrutement dans le milieu militant LGBT, petit nombre de cas, parfois absence de groupe contrôle, auto questionnaires administrés en présence des parents, approche limite à la psychologie comportementaliste, etc … etc …). Il y a aussi un gros manque de sérieux statistique : vous savez probablement que la démonstration du fait « qu’il n’y a pas de différence » nécessite un » (risque d’erreur béta ) nombre de cas beaucoup plus grand que lorsqu’on veut démontrer « qu’il y a une différence » (risque d’erreur alpha). Aucune de ces 59 études LGBT ne répond à ce critère essentiel, là c’est clair : ça ne vaut rien sur le plan scientifique … alors que l’étude de Mark Regnerus est parfaitement rigoureuse sur ce point. Même Cynthia Osborne le reconnaît et d’autres … même hostiles aux conclusions de Mark Regnerus.

    Si je résume l’article de Cynthia Osborne – que j’ai également lu – elle insiste sur un biais réel de l’étude de Mark Regnerus, cette étude n’a pas de validité pour mesurer la CAUSALITE du couple de même sexe par rapport à ces MAUVAIS RESULTATS des enfants élevés par des couples de même sexe et spécialement par les couples lesbiens. Cette étude n’a pas de valeur causale : OUI, cependant elle a une valeur descriptive.

    A mon sens il resterait à prouver l’innocuité de l’éducation par des couples homos avant de donner un feu vert complet pour l’adoption par ces types de couples.

    BRUNEAU vous avez écrit : « Sur le terrain scientifique les anti-mariage sont bien largués croyez-moi… »

    Dans toute compétition, le mieux est de respecter l’adversaire.

    • Urbon dit :

      Cette étude ne valide aucune hypothèse car elle ne s’appuie sur aucune étude préalable mais il n’en est pas moins qu’elle respecte un plan expérimental rigoureux.

      Si ce n’est pas clair pour tout le monde, c’est parce que l’homosexualité et la stabilité d’un couple n’ont, dans la tête du commun des mortels, rien à voir. C’est une erreur, il y a un rapport, c’est ce que suppose l’étude et elle le vérifie.

      Cette étude compare des gens capables de se conformer à un modèle familial (hétérosexuel) et de garantir sa stabilité, avec d’autres qui n’en sont pas capables et qui essayent plus ou moins de recomposer, réinventer, le modèle familial selon différents critères. Le nombre de partenaires extraconjugaux et l’homosexualité sont alors différents critères, tous deux pris en compte.

      Finalement, ce qui fait la stabilité de la famille, n’est ce pas le développement harmonieux de l’enfant ? Autant que la réciproque est vraie ?

      • Undertaker dit :

        « mais il n’en est pas moins qu’elle respecte un plan expérimental rigoureux. »

        Démontre le, au lieu d’affirmer betement. Et démontre le par autre chose que des phrases sans queues ni tête.

    • Undertaker dit :

      « l’étude de Mark Regnerus – tellement nulle qu’elle a été publiée dans Social Science Research de juillet 2012. »

      Publiée parce que le comité de lecteur etait en partie coauteur de l’étude.

      L’audit qui à suivit à largement démontré qu’elle ne méritait pas cet honneur.

      Renseignez vous un peu…

      « Dans toute compétition, le mieux est de respecter l’adversaire. »

      A condition qu’il daigne fournir des argument valable, et arrête de mentir sur la validité d’une étude, et de lui faire dire n’importe quoi…

      « Cette étude n’a pas de valeur causale : OUI, cependant elle a une valeur descriptive. »

      Descriptive de quoi ? C’est quoi cette notions ? Vous l’avez sortie de quoi ? De votre chapeaux ?

    • Monsieur Hina dit :

      Roque : « l’étude de Marks Loren qui montre que les 59
      études “probantes” présentées par l’American Psychological
      Association (APA) n’ont aucune valeur probante »

      Plus exactement : Loren Marks *aimerait* montrer que…

      Dans son article paru en novembre dans SSR, Darren Sherkat lui consacre assez peu de place en vérité ; il écrit :
      « J’ai été très déçu de voir un papier comme celui de Marks publié dans SSR. Bien qu’il se présente comme conduisant une méta-analyse, sans prétentions intellectuelles, d’études concernant l’effet sur les enfants de l’homoparentalité, aucune donnée originale n’a été collectée ni analysée, ni non plus n’a été conduite de méta-analyse systématique. C’est un article polémique, qui tente de plaider contre une conclusion particulière dans un rapport de l’APA. »

      Par ailleurs, dans une affaire judiciaire (Karen Golinski v. United States Office of Personnel Management), 7 associations et ordres professionnels (American psychological association, California psychological association, American psychiatric association, National association of social workers & its California chapter, American medical association, American academy of pediatrics, American psychoanalytic association) ont transmis à la Cour un rapport (“amicus brief”) dans lequel le travail de Loren Marks est ainsi décrit :

      “The Marks paper presents no new empirical data. Rather,
      it simply reviews studies cited in a 2005 pamphlet and
      ignores all subsequent research. It notes limitations of
      the cited studies but does not contest their findings, and
      its argument that the children of same-sex couples are
      disadvantaged relies solely on the unreplicated work of a
      single researcher, Sarantakos (at 742-44).”

      Autant dire que ce pauvre Marks n’a pas impressionné grand-monde…

      Il n’est pas inutile non plus de mentionner que Loren Marks a aussi été viré en décembre 2009 d’une affaire judiciaire (Perry v. Schwarzenegger) où il s’était présenté comme « expert » en études de l’homoparentalité.
      Hélas pour lui, les questions insistantes des avocats (en particulier Matthew McGill) l’ont conduit à des propos contradictoires (notamment des contresens flagrants sur le sens de “biological intact family”) ; il a admis n’avoir lu lesdites études qu’en diagonale. Quand on lui a demandé ce qui avait pu motiver les avis qu’il avait émis contre l’homoparentalité, il a dû admettre piteusement que cela était conforme à ses opinions religieuses…
      Le juge Walker a renvoyé ce pauvre Marks à ses laborieuses études, et interdit à quiconque de s’appuyer sur son « rapport » dans l’affaire jugée.

  35. Fixette dit :

    Tous ces commentaires et en premier cet article sont lamentables… Je suis fort peu inspiré de laisser un commentaire qui risque d’augmenter encore plus l’audience de ce torchon. Mais bon, je ne peux pas m’en empêcher, c’est tellement grotesque…

    • Urbon dit :

      Les commentaires et l’article, c’est vrai, c’est lamentable…

      Quand on compare avec l’étude de Regnerus qui, elle, est géniale.

      • John dit :

        « Les commentaires et l’article, c’est vrai, c’est lamentable…  »

        C’est un bon début de reconnaitre que tu écrit n’importe quoi…

        « Quand on compare avec l’étude de Regnerus qui, elle, est géniale. »

        tu la déclares géniale parce qu’elle apporte de l’eau à ton moulin, rien de plus. C’est franchement léger.

        • Urbon dit :

          T’as quelque chose à dire sur le sujet ou c’est juste pour faire le troll que tu viens me provoquer ?

          • John dit :

            « T’as quelque chose à dire sur le sujet ou c’est juste pour faire le troll que tu viens me provoquer ? »

            Dans la mesure où ici, tu n’as rien dit d’intelligent depuis le début, je ne suis pas certains que tu soit bien placé pour oser poser ce genre de question, mon pauvre.

  36. Roque dit :

    URBON vous avez écrit :  » Cette étude compare des gens capables de se conformer à un modèle familial (hétérosexuel) et de garantir sa stabilité, avec d’autres qui n’en sont pas capables et qui essayent plus ou moins de recomposer, réinventer, le modèle familial selon différents critères. Le nombre de partenaires extraconjugaux et l’homosexualité sont alors différents critères, tous deux pris en compte. »

    C’est tout à fait juste. Bien qu’il y ait quelques études qui montrent la grande instabilité des relations homosexuelles – et notamment chez les femmes, je me demande encore si cette instabilité foncière est démontrée pour tous les homosexuels ou pour une fraction de cette population (avec un risque très élevé de contraction du SIDA). En effet la presse ne parle que de couples homos durables : 10 ans, 20 ans. J »ai l’impression de voir  » double  » d’un côté des couples bien comme il faut et même un peu plan-plan et de l’autre la drague au jour le jour, les bars parisiens … une philosophie libertarienne très assumée (gay pride).

    URBON vous avez écrit :  » Les commentaires et l’article, c’est vrai, c’est lamentable… Quand on compare avec l’étude de Regnerus qui, elle, est géniale. »

    J’avoue que je n’ai pas lu tous les commentaires antérieurs. Je n’approuve donc rien dans ce forum. Si ces commentaires sont lamentables (très possible !) ils desservent la cause qu’ils veulent promouvoir : l’étude de Mark Regnerus à laquelle j’associe l’étude de Loren Marks dans le même numéro de la même revue Social Science Research.

    A l’avenir il faudra documenter plus scientifiquement cette question de l’impact de l’éducation par les couples homosexuels sur les enfants. C’est un sujet considéré comme règlé. Les certitudes LGBT passent pour acquises. Mais c’est absolument faux. C’est sur ce point que les politiques et les médias sont coupables de MENSONGE par manque à leur rôle d’étude de la littérature scientifique, donc par omission.

    Il faut avouer qu’on est un peu dans le brouillard – une fois que toutes les études présentées par l’APA aux Etats-Unis (pro-LGBT) ont été déclarées non conclusives (statistiquement non valides). Surnage une seule étude : celle de Mark Regnerus. Il faudrait des contre-expertises à cette thése au lieu de la balayer comme  » nulle et non avenue.  » La paresse, quoi ! Ce n’est certainement pas avec cette paresse intellectuelle que la société va  » progresser  » !

    • Urbon dit :

      Les commentaires lamentables ?

      C’était de l’humour, j’ai du faire la moitié de ces commentaires.

      Désolé… Huuuuuuuu…

  37. Albert dit :

    « Il faudrait des contre-expertises à cette thése au lieu de la balayer comme » nulle et non avenue. »

    Il faudrait surtout apprendre à lire, et constater qu’ici, les gens ne se contentent pas de la balayer, mais prouvent aussi en quoi elle n’est pas valide, ou tout du moins en quoi les gens qui la brandissent comme un argument massue, n’ont rien compris et l’instrumentalisent à tord.

    Mais pour cela, il vous aurait fallu lire les commentaires…

    » La paresse, quoi ! Ce n’est certainement pas avec cette paresse intellectuelle que la société va » progresser » !

    Dixit celui qui admet n’avoir pas lu les commentaires. Je vous trouve mal placé pour donner des leçons en matière de paresse…

    • Urbon dit :

      Cette étude est valide, personne n’a prouvé le contraire.

      Et non, les critiques émises ici ne méritent pas qu’on s’y attarde ! Elles sont toutes malhonnêtes.

      Personnellement, je ne crois pas à la paresse intellectuelle, je crois à la peur de voir son système de valeur s’effondrer.

      Ce n’est pas le système de valeur hétéro qui risque de s’effondrer avec cette étude, c’est le système homosexuel.

      Inversement, le projet de loi sur le mariage, c’est le système de valeur hétérosexuel qui est menacé.

      Mais la grande différence entre les deux système, c’est que le premier est éprouvé depuis la nuit des temps, le second est inconnu de tous. Il est l’objet de propagande par le gouvernement et les assos LGBT.

      La c’est d’une étude scientifique dont on parle. Et si elle ne va pas dans le sens que les homosexuels souhaiteraient, tant pis pour eux. Principe de réalité…

      On accepte, ou pas.

      C’est bien beau de vouloir refaire le monde, mais ça ne marche pas à tous les coups.

      • Albert dit :

        « Cette étude est valide, personne n’a prouvé le contraire. »

        C’est faux, quelqu’un la démontré :

        http://chronicle.com/blogs/percolator/controversial-gay-parenting-study-is-severely-flawed-journals-audit-finds/30255

        « the editor of Social Science Research, James D. Wright, has been at the receiving end of an outpouring of anger over the paper. At the suggestion of another scholar, Wright assigned a member of the journal’s editorial board—Darren E. Sherkat, a professor of sociology at Southern Illinois University at Carbondale—to examine how the paper was handled. »

        En gros, le rédacteur en chef de la revue où à été publiée l’etude de Régnérus à demandé à Darren E. Sherkat de vérifier la validité de l’étude.

        « According to Sherkat, Regnerus’s paper should never have been published. His assessment of it, in an interview, was concise: “It’s bullshit,” he said. »

        Selon Sherkat, cette étude n’aurais jamais du être publée. Son point de vue, dans un entretien, est concis : « c’est du pipo », as-t-il affirmé.

        Dans la même veine, Sherkat dénonce les même problèmes avec l’étude de Loren D. Marks publiée dans le meme magazine.

        Je sais de toute façon, que l’idiot du village connu ici sous le nom d’Urbon, ne voudras jamais admettre qu’il raconte n’importe quoi.

        « Et non, les critiques émises ici ne méritent pas qu’on s’y attarde ! Elles sont toutes malhonnêtes. »

        Elle sont autrement plus honnête que vos interprétations personnelles, et vos affirmations péremptoires.

        A la longue vous en devenez pathétique.

  38. Roque dit :

    Le besoin de contre expertise découle de mon analyse de l’étude de Mark Regnerus. C’est sans rapports avec les avis divers et polémiques de ce forum.

    Tu fais ta propre étude et on en reparle, ALBERT. Ok ?

  39. Roque dit :

    Oui, en fait ce sont les partisans du mode de vie gay qui ont un sacré  » coup de mou « . Depuis exactement 30 ans (1993) s’est développé aux Etats-Unis le mirage d’un mode de vie homosexuel libéré, « solaire » avec des enfants brillants d’intelligence, de tolérance et de réussite. Un peu une espèce du troisième type.

    On a un peu oublié que ces enquêtes LGBT ont été faites dans des milieux super-friqués … je suppose que les homos au chômage habitant des bas quartiers ou de mobile homes et défoncés à plein temps ne faisaient pas partie du cercle direct des  » chercheurs  » ne faisaient pas non plus partie de la démonstratif d’excellence.

    Mais les études de Mark Regnerus et de Loren Marks (enquêtes LGBT de l’APA non probantes pour l’hypothèse  » no difference « ) ont sonné la fin de ce mythe. Les lobbies LBGT sont un peu pris de court actuellement et sont à court d’argument – sauf les attaques sectaires et injustifiées (Exemple la plainte contre Mark Regnerus dans sa propre universitéour « faute » alors qu’il a s’agi simplement de la plus banale liberté d’opinion scientifique. La plaigante a été déboutée).

    Ca me fait penser à ce qui vient de ce passer pour les études du genre dont le financement vient d’être interrompu en Norvège. C’est le sectarisme de ces  » chercheurs  » bourrés de préjugés idéologiques qui a été la principale cause de cet arrêt de financement : ils ne peuvent envisager des thèses qui pourraient invalider leur doctrine (mentalité du Moyen Age avec la religion en moins) :

    1. http://www.huffingtonpost.fr/2012/11/12/mariage-gay-virginie-despentes-ereinte-lionel-jospin-tetu_n_2117465.html?utm_hp_ref=mostpopular,fr-culture

    2. http://www.atlantico.fr/decryptage/egalite-hommes-femmes-film-norvegien-qui-fait-voler-en-eclat-40-annees-certitudes-arthur-vivien-520300.html

    3. http://www.homme-culture-identite.com/article-au-coeur-des-politiques-d-egalite-entre-les-hommes-et-les-femmes-une-ideologie-demasquee-111381483.html

    4. http://www.lescrutateur.com/article-le-saviez-vous-les-gar-ons-ne-sont-pas-des-filles-les-filles-ne-sont-pas-des-gar-ons-111600485.html

    Pour ceux qui se méfient des études sur le genre, c’est un régal !

    • John dit :

      « On a un peu oublié que ces enquêtes LGBT ont été faites dans des milieux super-friqués … »

      Je valide cette assertion, c’est l’un des défauts de ces études, en plus d’un echantillons trop faible pour être représentatif.

      Ceci dit, si le phénomène s’est produit de ce coté là, il n’est pas impossible qu’il y ai eu séléction de la part de Regnerus sur ses propres échantillons.

      « Mais les études de Mark Regnerus et de Loren Marks (enquêtes LGBT de l’APA non probantes pour l’hypothèse » no difference « ) ont sonné la fin de ce mythe. »

      Si j’en crois cet article, Regnerus s’est au mieux ridiculisé vis à vis de la communauté scientifique digne de ce nom, et Marks ne brille pas mieux :

      http://chronicle.com/blogs/percolator/controversial-gay-parenting-study-is-severely-flawed-journals-audit-finds/30255

      Quant au lien que vous postez, j’en cherche encore l’utilité.

  40. Albert dit :

    « Le besoin de contre expertise découle de mon analyse de l’étude de Mark Regnerus. »

    Et vos compétences sont ?

    « Tu fais ta propre étude et on en reparle, ALBERT. Ok ? »

    Propos dénué de la moindre pertinence, qui finit de prouver votre mauvaise foi pour la peine.

  41. Urbon dit :

    Albert l’hypocrite,

    Arrête un peu ton baratin et donne des faits !

    Machin a dit que machin a dit que… Est ce que tu as lu l’étude ? Ou les soit disant réfutations ? Manifestement non !

    • Albert dit :

      « Est ce que tu as lu l’étude ? »

      oui. Toi par contre…

      « Ou les soit disant réfutations ?  »

      Aussi. Toi par contre…

      « Manifestement non ! »

      oui enfin tu racontes bien ce que tu veux, mon petit, tes élucubrations n’ont pas grande valeur.

    • Fishdrake dit :

      Tu te rends compte à quel point tu es ridicule :

      « Arrête un peu ton baratin et donne des faits ! »

      Des faits, sourcés, avec des liens, je ne compte plus combien ont étés postés ici qui démontre que
      1° cette étude présente des défauts majeurs.
      2° Que toi et les autres faites dire n’importe quoi à cette étude…

      là ou toi tu arrives péniblement à poster un truc que tu as interprété de travers (le coup de l’académie des sciences) et deux ou trois liens sans pertinence et sans liens avec le sujet.

      « Machin a dit que machin a dit que…  »

      Et de ton coté :

      « Regnérus a dit que… »
      « Une académie des sciences à dit que… »
      et le comble du comique :
      « je dis que… »

      Bref, traiter d’hypocrites les autres, me semble n’être qu’un vulgaire phénomène de projection…

      • Urbon dit :

        La projection, je laisse ça aux homosexuels qui se prennent pour des hétéros et veulent vivre comme eux.

        • Allan dit :

          Franchement, Urbon est de loin le plus pertinent sur ce débat, (d’autant plus qu’il à fort à faire contre une horde de blaireau voulant instaurer l’égalitarisme là ou il n’y a pas d’égalité)… et la je trouve qu’il a encore beacoup d’humour et de patience!

          « La projection, je laisse ça aux homosexuels qui se prennent pour des hétéros et veulent vivre comme eux. » Joli !

  42. Urbon dit :

    Il n’y en a pas un, de ces petits pédés, qui veuille parler de l’homosexualité. Même avec l’étude de Regnerus sous les yeux. Toujours focalisé sur l’injustice, l’homophobie, les droits de l’homme, etc…

    N’est ce pas Albert ?

    Ça te pose un problème de parler d’homosexualité ? Bah faut rien revendiquer alors !

  43. Albert dit :

    ‘Il n’y en a pas un, de ces petits pédés…’

    Propos hautement intelligent qui en dit long sur ton état d’esprit.

    « Toujours focalisé sur l’injustice, l’homophobie, les droits de l’homme, etc… »

    En même temps, tu es la preuve vivante que l’homophobie existe…

    Cesse donc de gesticuler, c’est inutile…

    • Urbon dit :

      Parce que je fais la différence entre un petit pédé et un homosexuel qui s’assume, je suis homophobe ?

      Si tu veux. Mais dans ce cas, l’insulte et réciproque, non ?

  44. Undertaker dit :

    « Et elle est où la démonstration, espèce de gros hypocrite ? »

    Tu le fait exprès ou t’es juste pas capable de lire l’anglais ? (bon entre nous vu ton niveau ont peu s’y attendre.)

    « Arrête un peu ton baratin… »

    Et c’est toi qui ose dire ça…

    « Ça te pose un problème de parler d’homosexualité ? Bah faut rien revendiquer alors ! »

    Aucune pertinence, t’as plus d’arguments, alors tu balance des fions. Ridicule.

    • Urbon dit :

      J’attends toujours la démonstration et oui, je fais bien exprès de te la demander.

      Et oui, j’insiste encore, le sujet de l’étude, c’est l’homosexualité. T’as quelque chose à dire sur l’homosexualité, sinon des vérités toutes faites du genre : C’est un droit, c’est normal, etc ?

  45. Urbon dit :

    « Aucune pertinence, t’as plus d’arguments »

    Des arguments pour dire quoi ? Que l’étude est valide ? Ce n’est pas nécessaire. C’est toi qui essaye d’invalider mais qui en est bien incapable.

    L’undertaker, c’est pas ce bonhomme ridicule au catch ? Celui qui essaye de mettre tout le monde dans un cercueil et qui finit toujours le cul dedans lui même ?

  46. cath dit :

    étude intéressante. j’aimerais pouvoir en lire d’autres. Je ne peux que constater que dès lors qu’on tient des propos qui ne vont pas dans le sens du lobby homo, on se fait taxer d’homophobie. cela ne sert vraiment pas les homos qui pour la plupart vivent leur vie sans rien demander à personne. Ils sont pacsés, n’envisagent pas d’adoption, ils vivent leur vie sereinement. se heurtent il est vrai parfois à la mesquinerie humaine, au même titre que les gros, les arabes, les roux, etc… mais bon, il y aura toujours un méchant qui n’a pour but que de trouver une victime à maltraiter. s’il croise quelqu’un d’anodin sur sa route, il trouvera bien quelque chose à lui reprocher: sa verrue sur le nez, son pull de la couleur qu’il n’aime pas….
    ce que je constate, c’est qu’on nous montre pas mal de reportages et débats à la télé. les homos qu’on y voit me semblent issus de milieux aisés. quand ils dénigrent les hétéros, ils en dressent un portrait qui se rapproche plus de celui de la famille « Groseille ». et donc, c’est vrai, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. mais même dans les familles « Groseille », bien imparfaite, pas toujours bien éduquées, il y a de l’amour, celui qu’on donne même quand on a pas trop de moyens financiers. est ce à dire que tous les homos sont des gens biens? en effet, à entendre ces homos médiatisés bien polissés, ils ont pensé leur projet de mariage, et d’enfant, ils ont compté, vérifié qu’ils avaient les moyens, ils ont réfléchis eux….. ils ont pensé leur mariage, qui sera bien plus durable que celui des hétéros (y a t’il des statistiques à ce sujet?), ils ont rêvé leur enfant. Sauf que leur enfant, ils l’auront payé à prix coutant, bien cher (ce qui confirme que ceux qu’on voit à la télé on des moyens), mais là où ils seront comme les hétéros, c’est que l’enfant rêvé, il est avant tout un cadeau de la vie à elle même (Khalil Gibran, le Prophète), que l’enfant rêvé, nous devons en faire le deuil, pour apprendre à connâitre cet enfant, cadeau de la Vie. et que l’amour n’est pas un coup de foudre, un sentimentalisme de roman à l’eau de rose. il nous faut apprendre à aimer vraiment. que l’on soit homo ou hétéro, tous nous devons apprendre cela, et c’est un apprentissage qui dure la vie entière. qu’en sera t’il pour ceux qui auront « acheté » cet enfant à la Vie?

    • Urbon dit :

      Magnifiquement bien dit. Encore que, cet apprentissage, de l’amour, il faut vouloir le faire. Pour beaucoup, aimer, c’est se laisser aller a ses émois amoureux. A la limite les temporiser. Mais les transcender pour ouvrir son coeur… Tout est une question de contrôle. Contrôle exercé tantôt sur soi (pour reconnaître sa sexualité), tantôt sur l’autre (pour satisfaire sa sexualité).

  47. Roque dit :

    JOHN vous avez posé une question concernant un article du Chronicle sur :

    http://chronicle.com/blogs/percolator/controversial-gay-parenting-study-is-severely-flawed-journals-audit-finds/30255

    Pour faire « simple » : c’est un journaliste : Tom Barlett qui a dit que Darren Sherkat a dit qu’il va publier en Novembre 2012 sur ce que Mark Regnerus a dit dans son étude publiée en Juillet 2012 dans Social Science Research.

    Je découvre ainsi (donc je ne l’ai pas lu) que le numéro de Novembre 2012 contient plusieurs articles notamment de James D. Wright, Darren Sherkat et de Mark Regnerus :

    http://www.sciencedirect.com/science/journal/0049089X/41

    Le mieux est de lire précisément ces articles et non les commentaires de ce journaliste Tom Barlett du Chronicle. Je suis sûr que les propos (?) recueillis en off : « It’s bullshit » seront absents ou retraduits dans des termes plus précis (: « It’s bullshit », OUI MAIS pourquoi et sous quel rapport, en fonction de quelle question qui aurait reçu une réponse fausse ou manipulée ?).

    Plusieurs questions sont abordées par l’article de Tom Barlett :
    – Sur le processus éditorial de Social Science Research qui aurait été pris en défaut ;
    – Sur le fond de l’article de Mark Regnerus ; et
    – … curieusement … sur l’article de Loren Marks (indice que les arguments sont un peu traités en vrac.), il n’en dit qu’un mot et sans aucune justification de son appréciation …

    L’article de ce bon Tom Barlett ne comporte – sur le fond de l’article de Mark Regnerus – qu’une seule question claire : « Est-ce qu’une seule relation homosexuelle permet de définir une orientation sexuelle ? Je cite Tom Barlett :

    « Parmi les problèmes que Sherkat a identifiés, il a la définition des “ mères lesbiennes ” et des « pères gays » de l’article — un aspect qui a été le centre de beaucoup de critiques du public. Une femme pourrait être identifiée comme « mère lesbienne » dans l’étude si elle a eu une relation avec une autre femme à n’importe quel moment après avoir eu un enfant sans considération pour la brièveté de la relation et si les deux femmes ont élevé l’enfant en tant que couple ou non. Sherkat a dit que le seul fait dans un article aurait dû « le disqualifier immédiatement » de toute prise en considération en vue de publication.

    La réponse de Mark Regnerus – sur cette question de fond – est dans son article, à la page 758 :
     » Dans la section des résultats, pour un maximum de facilité, j’utilise souvent les acronymes IBF (enfant d’une famille biologique encore intacte), LM (enfant d’une mère lesbienne) et GF (enfant d’un père homosexuel). Il est cependant très possible que les relations homosexuelles romantiques à propos desquelles la déclaration des répondants n’ont pas été encadrées par les répondants comme une indication de leur compréhension (propre ou de leurs parents) de l’orientation sexuelle de leurs parents comme gays ou lesbiennes ou bisexuels. En effet, ceci est plus une étude des enfants de parents qui ont eu (et, dans certains cas, sont encore en) les relations homosexuelles que sur des enfants dont les parents se sont auto-identifiés ou sont  » révélès (out)  » en tant que gay ou lesbienne ou bisexuelle. Les relations particulières des parents à propos desquelles les répondants ont été interrogés sont, cependant, gays ou lesbiennes en contenu. »

    On peut conclure que Mark Regnerus ne faire pas de lien univoque dans son article entre relation de même sexe et orientation sexuelle ressenti et/ou assumée. Par conséquent le commentaire du journaliste est très tendancieux – probablement polémique.

    Cela pose évidemment beaucoup d’autres questions car ON VOUDRAIT que la réponse soit donnée en terme de comportement et d’orientation sexuelle, ce qu’un journaliste comprend comme « gay » ou « lesbien » ou « bi », mais apparemment l’analyse des données par Mark Regnerus NE PERMET PAS de tirer de telles conclusions.

    D’ailleurs le titre de l’article de Mark Regnerus ne parle pas d’homoparentalité ou d’homosexualité : « How different are the Adult Chlidren of Parents Who Have Same Sexe Relationship ? ». C’est donc sans ambiguïté, ce sont les interprétations qui sont fausses et de cela Mark Regnerus a bien parlé dans une série d’articles où il a échangé avec un certain Saletan dans Slate (dates …) notamment les interprétations tendancieuses dans une publication de ses financeurs catholiques.

    JOHN vous n’avez pas commenté ceci : « Mais les études de Mark Regnerus et de Loren Marks (enquêtes LGBT de l’APA non probantes pour l’hypothèse « no difference » ) ont sonné la fin de ce mythe. »

    Qu’en pensez-vous : oui, non, oui/non ou « boaf » ?

    JOHN vous avez écrit : « Quant au lien que vous postez, j’en cherche encore l’utilité. »

    C’est sans rapport avec le sujet effectivement, mais cela illustre l’approche sectaire de (certains) chercheurs sur le genre. Mon propos est ici polémique. Pour ma part, je suis assez convaincu qu’on est dans une guerre idéologique complètement obtuse, d’où la volonté de certains de « passer en force », alors qu’il existe une zone de consensus dont on s’éloignetout à fait délibérément (union civile avec droits adaptés aux besoins des couples de même sexe, y compris vis à vis des enfants, de l’héritage, etc …).

    C’est sur le fait que les études du genre commencent à être concurrencées dans de nouvelles théories aux Etats-Unis (!), notamment la « biologie évolutive » qui englobe des aspects de l’éthologie (et d’autres …), si j’ai bien compris (j’ai vu une conférence sur le comportement sexuel des chimpanzés de cette discipline). Cette discipline soutient que les sécrétions hormonales jouent sur le comportement. Ca existe déjà in utéro et je l’ignorait complètement : des hormones du foetus non e la mère.

    Certains expériences présentées sur ces liens en vidéo semblent donner des indices de ce phénomène, je souligne : non seulement chez le nourrisson, mais également peu après la naissance. Il est vrai qu’on ne connait pas le(s) médiateur(s) de cet intérêt différencié entre filles et garçon.

    Les chercheurs norvégiens n’ont pas voulu prendre en compte les expériences qui leurs ont été présentés, affirmant que par définition tout dépendait de l’environnement et de l’éducation (refus d’envisager le critère de falsificabilité). Et de fil en aiguille, le débat s’envenimant (évidemmen) ls autorités d’Etat ont dit : basta !

    • Urbon dit :

      Que de considération passionnantes. La sexualité des bonobos en fonction du contexte et des hormones…

      Il y en a qui n’ont manifestement pas compris le sens du mot culture.

      L’éthologie considère trois choses, la nécessité de se reproduire, d’assurer sa subsistance, de se protéger des dangers. Les rapports de groupe ne sont schématisés que sous ces trois angles.

      Le propre de l’homme, c’est de vouloir se dépasser, de se cultiver. Pour cela, il modifie son environnement, de sorte qu’il peut éduquer ses enfants dans le meilleur environnement possible. Pas dans l’environnement le plus naturel possible… Ce serait un non sens.

      Les enfants doivent être plus cultivés que les parents. C’est la première de nos préoccupation : Grimper dans l’échelle sociale mais non pas de façon individuelle comme les animaux, par le biais de la filiation et de la culture. Quoique, l’individualisme gagne du terrain.

      Les revendications homos mettent d’ailleurs en avant autant l’aspect naturel de l’homosexualité (les bonobos) que l’aspect culturel de la transmission du savoir à sa progéniture. Par contre, ils sont bien incapables de faire le lien entre les deux.

      Ils veulent transmettre leur connaissance mais refusent de faire des enfants naturellement, sous prétexte que l’homosexualité est naturelle. Comme si la filiation réelle de l’homme n’avait aucune importance…

      Mais des animaux qui éduquent leurs enfants socialement, non pas dans la sphère familiale, il y en a plein. Et ça n’a rien à voir avec l’homosexualité.

      Le propre de l’homme, non seulement c’est la culture, mais c’est aussi la diversité de culture. On n’est pas des fourmis. Il n’existe pas de savoir universel que n’importe qui pourrait transmettre à n’importe qui. Il existe une structure familiale qui développe une culture propre et aussi, qui s’organise collectivement pour la transmettre.

      Séparer l’homme de la femme, c’est détruire cette structure familiale. Et ce n’est pas le fait de mettre deux hommes ou deux femmes dans un même couple qui reconstruira la famille. L’homme et la femme ne sont ensemble que pour faire des enfants. Si l’homme peut se passer de la femme pour faire des enfants, ou inversement, le couple n’a plus raison d’être.

      La culture, en France, est en train de disparaître au profit de l’abrutissement de masse et de l’individualisme, du consumérisme. La télé a remplacé l’éducation parentale. Depuis que les hommes se prennent pour des bonobos, depuis qu’ils prétendent enseigner un savoir universel, celui des droits de l’homme en tant qu’indifférenciation des sexes et des origines, ce ne sont plus vraiment des hommes…

      L’homme redevient comme l’animal qui est en lui, sauf qu’entre temps, il est devenu incapable de se reproduire. Et ce n’est pas d’avoir la télé, Internet et je ne sais quel gadget qui l’empêchera de sombrer dans la décadence.

      Qu’est ce que l’homme est encore capable de créer, puisqu’il ne se crée plus lui même ?

      Prétendre que l’homoparentalité est un projet social est une vaste supercherie. Il ne s’agit que de satisfaction individualistes d’homosexuels mal dans leur peau. C’est un projet de destruction sociale et aucune reconstruction n’est prévue. A peine est-elle fantasmée…

  48. Urbon dit :

    La différence entre une religion et la doctrine socialiste, c’est que la religion montre le chemin, la doctrine socialiste montre le bout du chemin.

  49. marcosocho dit :

    L’article de slate.com cité dans l’article démonte l’étude scientifique qui n’étudie pas les enfants avec 2 papas ou 2 mamans. L’étude porte sur des enfants dont l’un des parents biologique est gay. Ces enfants sont donc nés dans des couples hétéros mais l’un de leurs parents est gay.
    Avec une telle situation pas de doute que les enfants sont perturbés: leur famille est détruite (et elle est détruite à cause du paradigme actuel qui interdit le mariage gay) donc forcément ça a de mauvais effets sur eux.

    Si vous voulez faire de la propagande lisez au moins les articles que vous mettez en source.

    • Urbon dit :

      Qu’est ce que tu racontes ? je croyais qu’il fallait régulariser la situation de tous ces enfants, en France, dont les parents sont homos. Tu veux me faire croire que ceux là sont mariés ?

      Et tu compte t’y prendre comment, pour empêcher les gens de faire des enfants entre hétéros, de divorcer, puis de se remarier entre homos ?

      C’est comme ça que ça marche, dans la vraie vie.

      Ce n’est pas la peine de nous faire le portrait du couple homo idéal, la réalité nous intéresse d’avantage.

  50. Roque dit :

    URBON … tu as eu un peu plus haut des propos dégradants pour toi-même ne vient pas me faire la leçon avec « ta « religion !

    Même si j’en partage éventuellement l’étiquette je n’en partage pas les valeurs ! Je viens d’un forum tout petit où ces propos auraient été immédiatement censurés (qq heures au plus)avec un avertissement au posteur – et les échanges sont aussi intéressants sinon plus et très courtois sur une large gamme du spectre de l’opinion.

    En un mot, les butors font passer leur cote du vert au rouge si rapidement qu’on les voit à peine passer, ils prennent la porte à la vitesse de l’éclair ! Et moi-même je ne vous encombrerai plus très longtemps 🙂 !!!

    • Urbon dit :

      La netiquette, merci pour la leçon, c’est effectivement le principe : Si les règles du forum ne te convienne pas…

    • Urbon dit :

      Au fait, de quelle religion tu parles ? La mienne, t’es sûr ? Parce que je ne crois pas en avoir parlé, à aucun moment. Je suis quoi alors, catho, musulman, juif, bouddhiste ? Scientologue peut être ?

      C’est toi qui fonctionne en mode dégradé.

      Tu fais tout un scandale parce que je me fiche de ta gueule, mais la courtoisie ne suffit pas, mon mignon, à dire quelque chose vrai.

      Enfin, je sais d’expérience qu’ailleurs, je me serai fait bannir depuis longtemps, simplement pour avoir des idées arrêtées sur la question du margayage. Alors justement, c’est pour ça que je ne mâche plus mes mots. De toute façon, ce n’est pas en dénonçant les mensonges du prosélytisme homosexuel que je vais me faire des amis.

      Et tu sais quoi ? Je m’en cogne. Ce que j’écris, ce n’est pas pour te faire entendre raison, c’est pour donner des arguments, si le besoin s’en fait sentir, à ceux qui défendent la même cause que moi et qui se confronté, eux aussi, à toutes sortes de petits malins.

      Bon, sur ce, je te laisse retourner à ton forum pour bien pensants qui se tâtent encore sur l’opportunité du mariage homo.

  51. Urbon dit :

    @ Roque

    Alors, tu as deviné ?

    Ne suis-je pas mormon ?

    Tiens, oui, c’est bien ça, mormon…

    Et pourquoi je n’aurai pas le droit d’être polygame, à partir du moment ou des homos peuvent adopter ?

    Il y a également plein de musulmans en France qui sont polygame mais illégalement. Pourquoi ne pas régulariser leur situation ?

    Il existe une échelle de valeur entre homosexualité et polygamie ?

    Mais soit disant, c’est de la provocation de parler de polygamie quand on veut réformer le mariage…

    Dis moi, s’il te plait, est-ce qu’il y a des chimpanzés polygames, pour faire la comparaison ?

  52. cath dit :

    marcosocho dit :Avec une telle situation pas de doute que les enfants sont perturbés: leur famille est détruite (et elle est détruite à cause du paradigme actuel qui interdit le mariage gay) donc forcément ça a de mauvais effets sur eux.

    leur famille n’est pas détruite à cause du paradigme actuel qui interdit le mariage gay, elle est détruite à cause des gay qui s’obstinent à vouloir que….. conséquences de leurs actes tout simplement, actes qui causent des dommages colatéraux.

    • Urbon dit :

      Leur famille était déjà détruite dès la génération précédente, oui ! Comme si on devenait homosexuel par hasard, les hasard de la nature… Il n’y a pas mensonge plus éhonté. Comme si la maltraitance, ou l’abandon, pendant l’enfance n’avait rien à voir avec ça !

      Pire, les assos LGBT forcent (persuasion poussée au lavage de cerveau) les homosexuels à reconnaître comme leur une identité sexuelle qu’ils ne sont pas certains de vouloir et qui est, très souvent, surfaite. Genre, être homo, c’est pour la vie…

      Dire que les homosexuels devraient vivre en couple comme les hétéros, fidèles, etc, c’est non seulement contradictoire avec la façon dont ils vivent réellement, le plus souvent, c’est en plus carrément homophobe. Qui peut se permettre de dire comment devraient vivre les homosexuels ? De quel droit leur imposer une hygiène de vie qu’on impose même pas aux hétérosexuels ?

      Tout ça n’est que baratin. Marcosocho est prêt à tous les mensonges pour accuser les « homophobes » du mal-être des homosexuels, tout un chacun en fait, la société fondamentalement injuste.

      Il n’est pire fou que celui qui s’ignore, parce qu’il se met à rationaliser l’inacceptable.

      Quand rien n’empêche, sur le plan biologique, de faire des enfants, mais qu’on préfère adopter, c’est sur le plan psychologique qu’il faut se poser des questions.

  53. Urbon dit :

    http://www.citoyens-et-francais.fr/article-eleve-par-deux-lesbiennes-il-denonce-le-discours-sur-l-homoparentalite-de-najat-vallaud-belkacem-114743181.html#fromTwitter

    Effectivement, à gauche, on collectionne les témoignages bidons. En voilà un autre, qui donne un autre soin de cloche.

  54. Urbon dit :

    M’enfin les témoignages, ça ne remplace pas les études scientifiques. Celle de Regnerus est, à l’heure actuelle, la référence…

  55. cl_m dit :

    Une honte de publier un article aussi mal construit et si mal écrit, tout ça pour relater ce que vous ne connaissez pas.
    Entretenir la peur pour attiser la haine… joli monde.

    • Urbon dit :

      T’es sûr que ce n’est pas le contraire, entretenir la haine pour attiser la peur ?

      Qui a peur de qui ici ? Tu nous a pris pour des tapettes ?

    • Urbon dit :

      Et oui, c’est nous les méchants homophobes. Va vite te cacher dans les jupes de maman, de toute façon c’est l’heure de ton biberon.

  56. Jean-Paul dit :

    Franchement un des articles les plus pitoyable que j’ai pu lire jusqu’à présent…

    Et vous osez appeler ça de l’information ?

    Déjà le fait de faire des comparaisons et de tirer des « enseignements » à partir d’une étude sociologique américaine est à la base une aberration. Comme veux si bien le dire le mot « sociologie », c’est l’étude de la société, or les sociétés américaine, française, vietnamienne ou brésilienne ne sont pas les mêmes… Donc comment appliquer une étude sociologique venant d’une autre société à notre société ? Je me le demande…

    Après vous nous donnez le lien du site d’information Slate…
    Alors là franchement je me demande si « l’auteur » de ce texte a quelques notions d’anglais ? Car si vous les avez vous n’avez soit pas lu l’article du Slate soit caché délibérément le fait que l’article du Slate démontre que cette étude a été crée d’une façon très très orienté afin de faire plaisir au conservateur.
    La conclusion du Slate étant même que la seule chose vraie que démontre cette étude c’est qu’une famille à problème (qu’elle soit hétéro ou gay) a un plus mauvais impact sur l’enfant qu’une famille heureuse où tout va bien..

    Donc à moins que votre article soit totalement sarcastique ce n’est ni plus ni moins de la propagande homophobe mal dissimulée !

    • Urbon dit :

      Encore un couillon qui ferait mieux de fermer sa gueule.

      100% des études scientifiques en sciences humaines, en France comme dans le reste du monde, font surtout référence à des études anglo-saxonnes sans que cela ne pose le moindre problème.

  57. Tata dit :

    Evidemment, vous vous gardez bien de préciser que cette étude concerne les enfants de femmes ayant déjà eu une fois dans leur vie un rapport sexuel avec une autre femme, et non pas les enfants élevés par des couples homoparentaux. Seulement une partie des enfants interrogés dans l’enquête ont effectivement vécu avec deux personnes du même sexe. Aucun n’est né dans un foyer homoparental, ceux qui ont vécu avec deux homosexuels ont été conçu auparavant, et ont donc dû vivre la séparation de leurs parents. Les problèmes pourraient donc tout à fait être liés au divorce, et non au modèle familial homoparental qui a suivi.

    Vous oubliez également de préciser que dans l’échantillon de Regnerus, les femmes ayant eu une partenaire du même sexe sont largement plus touchées par la précarité que celles pour qui ce n’est pas le cas. Il peut donc y avoir un biais statistique: les problèmes relevés chez les enfants pourraient être liés à des facteurs socioéconomiques.

    Enfin, Regnerus prend en compte de nombreux critères pour évaluer le « bien-être » des enfants. Certains sont assez logiques (consommation de drogues, relation avec les parents), d’autres sont beaucoup plus contestables: temps passé devant la télévision; nombre de partenaires sexuels (pour Regnerus, davantage de partenaires signifie moins de bien-être); salaire (à nouveau, un salaire plus bas signifie pour le chercheur moins de bien-être).

    Vous avez le droit de mentionner cette étude qui va dans votre sens, pas celui de balancer des résultats sans aucun recul. Il y a toujours des biais statistiques dans des études de sociologie (et cela vaut aussi bien pour les études pro- et anti-homoparentalité!)

    Lien direct vers l’étude pour les intéressés:
    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610

    • Urbon dit :

      Blablabkla

      On a bien le droit de balancer les résultats de l’étude et non, nous, nous n’avons pas trouvé de biais. On ne doit pas appeler biais la même chose. Enfin bon, c’est comme ça t’arrange.

      Je te ferai tout de même remarquer qu’un peu trop nombreuses sont les personnes qui essayent de réfuter cette étude sans toutefois y arriver, mais se permette quand même de faire croire que si. Et c’est justement pour cela qu’on parle de censure.

  58. Tata dit :

    « Toujours au cours du questionnaire, une question m’interpelle : « Du moment de votre naissance jusqu’à vos 18 ans, vos parents ont-ils déjà eu une aventure homosexuelle ? » Dit comme ça, rien de choquant, me direz vous. Non, mais le traitement de la réponse met également en lumière la portée dite « scientifique » de l’étude.
    Si le questionné répond oui, il est automatiquement catalogué comme enfant de parents homosexuels et ce malgré les réponses apportées aux autres questions. Mais si la personne interrogée répond non, alors une autre question lui est posée plus loin sur la situation de ses parents hétérosexuels : l’enfant a été adopté, les parents ont divorcé, il s’agit d’une famille mono-parentale ou d’une famille recomposée ?
    Tous ces cas de figure sont exclus directement du questionnaire, exclus du critère « famille hétérosexuelle » pour être basculés dans le critère « famille homosexuelle ». Étrange conception, non ? »
    (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/572440-les-homos-inaptes-a-elever-des-enfants-l-etrange-conclusion-d-une-etude-americaine.html)

    Vous voyez que les autres médias en parlent 🙂

    • Urbon dit :

      Le plus, sur le nouvelobs, ce sont des articles de lecteurs, pas de journalisme.

      Ça ne pète pas plus haut qu’ici.

      Le jour où tu verras cette étude en première page de Libé ou du Monde, tu nous feras signe.

  59. David dit :

    Les textes seront votés et passeront ! n’en déplaise à toute cette populas qui devrait se regarder un peu dans une glace avant de donner des leçons de morale aux autres

    • Urbon dit :

      C’est certain, ça ne va pas plaire à tout le monde. Mais la recrudescence d’homophobie aussi, ça ne va pas plaire à tout le monde… Faudra en payer le prix mon coco.

  60. Soledad dit :

    Hallucination collective !
    Mariage pour tous, PMA, GPA… Est-il encore besoin de préciser que la science qui permet à un couple hétéro d’avoir un enfant aide la nature, et que dans le cas d’un couple homo elle ne peut qu’aller CONTRE la nature ?
    Oui, oui, Nature, ce gros mot qui vous défrise ! Vous n’admettez pas qu’on vous considère hors nature, et vous avez raison. Alors, dans ce cas, respectez la nature jusqu’au bout.
    Égalité pour tous ? Et si on commençait par les enfants ? Il y a déjà bien assez d’inégalités chez eux, n’en rajoutons pas.
    Le monde me fait peur…
    Et désolée pour ses détracteurs, mais Urbon me réconcilie avec un peu avec cette pauvre France qui part à la dérive…
    Et non, on n’a pas envie de TOUT laisser faire.
    Et oui, on a notre mot à dire.

  61. Jean-Paul dit :

    @Soledad : franchement comment pouvez vous approuver sans honte les dires de ce gros bouffon homophobe de Urbon…

    Encore un de ces frustrés du web qui se lâchent en tout anonymat mais qui tremblerait de peur de se démarquer dans la vraie vie…

    Pour laisser un nombre de commentaires aussi important qu’inutile il faut vraiment n’avoir que ça à faire et surtout n’avoir aucun courage de débattre autrement que bien en sécurité derrière son écran…

    Parce que je suis sur qu’Urbon le lâche n’osera jamais dire un centième de ce qu’il éructe ici même dans la vraie vie de peur de se prendre un pain dans la tronche… (et il a bien raison… un mec qui me sort la même chose que lui dans la rue je lui en colle une direct…)

    Pauvre France… à une époque c’était une grande nation pensante, un pays d’êtres évolués… maintenant ce n’ai guère plus qu’un pays remplis d’ignares homophobes ! J’ai honte de voir ce qu’est devenu mon pays !

    • Soledad dit :

      Honte ? Mais de quoi ?
      Faut-t-il impérativement se plier à la pensée unique du moment pour ne pas se faire insulter ? Non, je n’ai pas honte d’assumer mes idées, surtout lorsqu’elles ne sont pas insultantes.
      Par ailleurs, tout le monde est sous anonymat ici, derrière son écran, vous y compris.
      Je me suis fait aussi pas mal insulter et, croyez-moi, gratuitement. Et pas un de ces courageux n’aurait probablement osé répéter ces propos face à moi. Car toute femme que je suis, moi aussi je lui en aurais collé un !
      Et vous, que pensez-vous de ceux-là ? Qu’ils sont évolués ?

      Ceci dit, quand tout le monde aura compris que tout ce tintouin n’est pas le moins du monde pour donner satisfaction aux homosexuels mais uniquement pour monter les citoyens les uns contre les autres… et les détourner pour un temps d’autres problèmes… Et ça marche, pas vrai ?

    • Urbon dit :

      Espèce de …, je suis tout sauf anonyme. Je ne cache pas mon IP et dans mon adresse courriel il y a mon nom et mon prénom.

      Urbon, c’est d’ailleurs mon prénom à l’envers et en verlan. Si tu me pistes sur le web, tu verras que j’écris parfois en utilisant mon nom complet. Je le fais quand l’éditeur du site sur lequel je commente se fait connaitre lui même,

      je ne suis pas un gamin, ce que je dis par écrit, je le dit en dix fois plus trash à l’oral.

      Si tu veux m’accuser d’homophobie, ne te gène surtout pas, mais au lieu de le faire anonymement sur le web, porte plainte…

      Pour le moment, c’est toi qui nage en pleine diffamation.

    • Urbon dit :

      Et puis pour le pain dans la tronche, tu viendras me le mettre en face, il y a 95 kilos de virilité qui t’attendent. Je travaille avec mes muscles autant qu’avec ma tête.

  62. cath dit :

    je trouve incroyable cette pensée qui vise à traiter d’homophobe toute personne qui ose émettre une pensée contraire aux désirs des homos. et donc, j’affirme aussi tels que Urbon et Soledad, qu’il est heureux que des gens osent encore manifester leur désaccord. d’autre part, quand je vois la photo tout au dessus, je me dis qu’il faut être tordu de confier des gosses à pareils guignols. et si les guignols du haut étaient hétéros, je tiendrais le même langage.

    • Libertad dit :

      Oui, vu le nombre, tous les LGBT ont du défiler ici pour déverser leur venin et la débilité profonde de leur raisonnement !
      Ils auront gagné leur mariage (qu’ils n’utiliseront que minoritairement comme le Pacs) et le fait d’avoir fait remonter l’homophobie en France.
      Belle réussite !

  63. Alys dit :

    Depuis, cette étude a été déboutée par un audit interne du Social Science Research qui l’avait publié à l’origine.
    En effet, l’étude classe en « famille homoparentale » les cas où un parent a eu une relation avec une personne du même sexe sans savoir si la relation a été durable et sans savoir si l’enfant a VRAIMENT été elevé par un couple homosexuel.
    Au final, l’audit révèle que seules 2 familles de leur échantillon étaient véritablement des familles homoparentales ; ce qui est très loin d’être suffisant pour étude scientifique.
    Voilà certainement pourquoi les personnes politiques militant contre le mariage gay n’utilisent PAS cette étude.

    En même temps, je ne vois pas comment une étude qui tisse un lien entre la fréquence d’utilisation de la télévision et la sexualité de ses parents aurait pu être sérieuse…

    • Urbon dit :

      Blablabla et encore blablabla.

      Donne tes sources.

      Véritablement homoparental… Ça ne veut rien dire.

      Ce que tu appelles famille homoparentale, c’est quoi au juste ?

      Deux homos qui font des bébés eux-même ?

      Et si tu ne vois pas le rapport avec la télé, alors qu’il y a une différence statistique significative, c’est que tu ne veux pas le voir. Pour l’expliquer, il faut déjà l’avoir vu, ducon ! Et ce n’est pas parce qu’il n’y a pas d’explication directe qu’il n’y a rien à voir. Qu’est ce que tu crois ? Que seul ce que tu penses pouvoir expliquer mérite qu’on s’y intéresse ?

      Passer sa journée devant la télé, c’est le signe d’une certaine oisiveté et probablement de dépression, au même titre que le fait de prendre des antidépresseurs qui ne sont pas systématiquement prescrits.

    • Monsieur Hina dit :

      Pour confirmer ce que dit plus haut Alys (3 février, 1 h 25), au moins deux critiques majeures sont apparues :
      — la première sous la forme d’une lettre ouverte, en juillet, au directeur de Social Science Research, co-écrite par 200 chercheurs et universitaires en sociologie, médecine & psychologie. Ils s’étonnent qu’une étude contenant des erreurs de méthode importantes (qu’ils détaillent) ait pu passer la barrière du comité de lecture d’une revue scientifique réputée ;
      — en réponse à cette démarche le directeur de la revue a sollicité un audit indépendant, effectué par un autre sociologue : Darren Sherkat.

      Les deux documents (la lettre ouverte, puis le résultat de l’audit par D. Sherkat) ont été publiés dans le n° de novembre de la revue Social Science Research :
      http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12001664
      http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12001652

      Dans son papier, Sherkat émet de gros doutes quant à l’impartialité du processus de publication : parmi les 6 personnes ayant eu à évaluer l’article de Regnerus, 3 étaient connues pour leurs opinions exprimées publiquement contre les droits des homosexuels, 2 ont déjà co-écrit avec Regnerus auparavant, et 2 ont collaboré avec Regnerus sur son étude (mais il se peut qu’il y ait des recoupements car Sherkat ne donne pas les noms, même s’il les connaît).
      Par ailleurs il émet aussi des doutes sur la qualité de la collecte des données, en donnant quelques exemples surprenants de réponses impossibles, ou en remarquant que l’échantillon est loin d’être “nationally representative” comme l’écrit pourtant Regnerus dans son article : on y trouve 67 % de femmes.

  64. Soledad dit :

    « Le mariage pour tous est une loi pour les gays et non pour les homosexuels. Ne nous y trompons pas. »
    « …ce n’est pas avec mon sexe que j’écris, mais avec mon cerveau. »
    Écrit par un homosexuel, avec beaucoup de courage, dans cette ambiance hystérique où le moindre mot contre le mariage pour tous prend des airs de délit et de nazisme face à un lobby qui veut imposer à la société ses caprices du moment :
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/710831-je-suis-homosexuel-pas-gay-cessez-cette-confusion.html

    • Urbon dit :

      Tout ça n’est pas faux, mais c’est quand même un peu naïf. Quand on examine la situation des « homosexuels » vivant en couple avec des enfants, ceux là même dont il faudrait légaliser la situation, on s’aperçoit qu’il s’agit de lesbiennes dans l’immense majorité des cas.

      Non, tous les homosexuels ne sont pas égaux devant le genre… Mais si on assimile gay à homosexuel, c’est justement pour cacher la vérité que je viens d’énoncer.

  65. LLDV dit :

    Merci de ne pas confondre « étude scientifique » et « étude Statistique »…

    Quelle bande de tâches ces journaleux !

    • Urbon dit :

      Encore un qui veut nous refaire le monde en sciences humaines !

      Tu nous expliques la différence au lieu de l’affirmer ?

      Tu as cru qu’il s’agissait d’un test de personnalité pour savoir si les parents sont homos ou pas ?

      La grosse tâche, c’est toi. Le troll, même…

      Cette étude est scientifique, il n’y a aucun doute là dessus.

      Si tu n’es pas d’accord avec les chiffres, fais ta propre étude et nous casse pas les couilles.

      Et d’ailleurs, il ne sert à rien de faire des études en sciences humaines si c’est pour conforter les croyances populaires. Non seulement une étude en sciences humaines se doit d’être contre intuitive mais en plus, elle doit apporter une nouvelle compréhension.

      Tu croyais qu’un homo et un hétéro c’était pareil, Regnerus vient de te prouver que non ! La raison en est toute simple, les homos ne sont pas en mesure de garantir un foyer suffisamment stable et fonctionnel à leurs enfants.

      Certains argumenteront que c’est un problème d’ordre législatif qui empêche la stabilité des couples homos mais l’étude est suffisamment complexe pour montrer qu’il n’en est rien. Probablement, si on poussait l’étude plus loin, on s’apercevrait que les parents homos sont eux même bien plus mal dans leur peau que les hétéros, qu’ils sont psychologiquement instables.

      Les homos, bien plus souvent que les hétéros, ne font que refoutre dans la gueule de leurs enfants leurs propres problèmes.

      Pour expliquer 23% d’abus sexuel, de toute façon, l’argument législatif, c’est une peu léger…

  66. un expatrié attristé par tant de bétise dit :

    Comme la majorité des personnes qui ont commenté l’article je suis triste face à tant de bêtise.

    Message à l’auteur:

    Vivant en Chine je ne peux pas laissé passer ça => la censure est un mot qui a une définition que vous trouverez ici : http://www.larousse.com/en/dictionnaires/francais/censure/

    Ce papier dont vous parlez et que vous n’avez pas lu ce trouve ici : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0049089X12000610

    Il vous faudra débourser une trentaine de dollars pour le lire car les commenditaires du fameux papier ne l’ont pas laissé libre de droit (je vous invite au passage à vous renseigner sur ces 2 organisations).

    • Urbon dit :

      La censure, ce n’est pas forcément celle du gouvernement. Et pour un chinois, tu as l’air assez libre de tes critiques, sur le gouvernement.

      De plus, la bêtise, c’est quand une majorité d’opinion veut taire la vérité scientifique, du fait qu’elle est une majorité.

      Enfin, 30 euros, je n’ai même pas compris dans quel but il faudrait les dépenser… L’étude de Regnerus se trouve gratuitement !

  67. Tartampion dit :

    Donc si on suit cette enquête, tous les détenus incarcérés en France ont été conçus par des parents homosexuels.
    Tous les criminels ont eus des parents homosexuels.
    Tous les tueurs en série ont été engendrés par des parents lesbiens ou gays.
    Tous les pédophiles (mon Dieu ! surtout eux !!!!) ont été élevés par des papas gays.
    Quelle horreur !!!
    C’est jamais un couple hétérosexuel ne donnera naissance à une fille lesbienne ou un fils « pédé » (pardon pour le mot grossier).
    Jamais des parents hétérosexuels n’engendreront un dégénéré !!!
    JAMAIS !!!! JA-MAIS !!!!
    Jamais un parent hétérosexuel ne violera son fils ou sa fille !!!
    JAMAIS !!!!
    Jamais de parents hétérosexuels n’engendreront toute la lie qui peuple les prisons françaises !!!
    JAMAIS !!!!!
    Jamais un parent hétérosexuel ne tuera ses propres enfants !! JAMAIS !!!!!
    Jamais de parents hétérosexuels n’ont donnés la vie à un monstre comme Fourniret !!! JAMAIS !!!
    Alors pour suivre cette pseudo enquête qui n’a jamais existé et qui fait la part belle à la désinformation et à la manipulation et au conspirationnisme cher aux élites d’extrême droite, voilà ce que je suggère : ROUVRONS LES CAMPS DE CONCENTRATION ET METTONS-Y LA POPULATION HOMOSEXUELLE BARDEE D’UNE ETOILE ROSE !!!

    A bon entendeur !!!!!

    • Urbon dit :

      T’as mal à la tête ?

      Prends déjà un cachet d’aspirine. Pour le camps de concentration, on verra plus tard… Si l’aspirine ne fait pas effet !

  68. Roque dit :

    Ma contribution à un débat intelligent et serein : la traduction en français de l’étude de Mark Regnerus : http://www.familleliberte.org/images/pdf/etude%20Regnerus.pdf

    Débat intelligent et ouvert … qui ne concerne Urbon que dans ses bons jours 🙂

  69. […] quelques jours, circule la rumeur d’une étude sur l’homoparentalité, qui aurait rendu Madame Taubira furieuse, au point […]

  70. This étude me fait rire dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=tLnCqAT_bcw

    Hop! Cette étude compare des enfants ayant vécu pendant 18 ans avec leurs parents ou bien ceux dont les parents se sont divorcés tard ou bien ceux qui ont divorcé tot avec 2 groupes: Gay fathers Lesbian Mothers. Or dans ces groupes tout est compris et les enfants ayant passé 18 ans avec des mères lesbienes par exemple est de 2%. Impossible donc de comparer les choses lorsque l’on met dans le même panier des mères lesbienes 98% de familles instables et 2% de familles stables et que l’on compare ce panier a un enfant qui vit pendant 18 ans avec des parents normaux. Les chifres pour les pères gay sont similaires.

    Ceci a été admis par l’auteur de l’étude, selon lui, il existe tellement peu de familles dont les parents ont le même sexe qu’il est statistiquement impossible d’en contacter suffisament lors d’une enquête au hasard et que par conséquent il a rassemblé tous les profis pour du chiffre.

    Mais bon, les journalistes qui ne font que répéter des nouvelles dans le but de clasher et ne font aucun travail de vérification de l’information plus le buzz créé par les anti marriage gay font en sorte que l’on prend cette enquête pour la vérité absolue. Méfiez vous des médias.

    • Urbon dit :

      Sujet déjà abordé 10 fois dans les commentaires ci-dessus.

      Difficile de garder son calme, zen…

      T’as pas du te fatiguer à les lire, les commentaires, mais il faut se fatiguer à t’écouter ?

      La question n’est pas d’essayer de savoir comment serait la famille homoparentale idéale mais ce qu’elle est en réalité. La famille idéale, c’est la famille non recomposée, dite traditionnelle, dans l’étude. C’est celle là qui sert de référence. Ensuite, on mesure les dégâts en fonction de la recomposition.

      Bah, oui, faut arrêter de rêver deux minutes.

      Quand tu auras trouvé une famille homoparentale idéale, qui fait elle même ses enfants et reste unie toute la vie, on en reparlera peut être, mais de toute façon ça ne changera rien au nombre de familles homoparentales qui ne ressemblent à rien.

      Les chiffres que l’étude avance sont hallucinants, mais toi, non ça ne t’inquiète pas… Tout ce que tu veux, c’est qu’on ne dise pas que les c’est la faute aux homosexuels, qu’on ne peut pas savoir la faute à qui. Bah si, on sait !

      Tu crois que les homos peuvent faire mieux, qu’il n’y a pas de raison qu’ils ne fassent pas aussi bien que les hétéros ? Explique nous déjà pourquoi ça se passe si mal avec eux, actuellement.

      L’homophobie ? Mouarf… Trouve mieux.

      Mais t’inquiète, maintenant que le mariage homo est autorisé en France, tu vas pouvoir faire ta propre étude ! On verra bien si tu arrives à démentir Regnerus. Car il n’y a pas d’autre façon de remettre en question son travail. La méthode est irréprochable.

      J’ai déjà mis en ligne plus haut le lien qui confirme que Regnerus est officiellement soutenu par son université devant toute la communauté scientifique. Donc si il y a quelque chose que tu ne comprends pas, demande, au lieu d’essayer de faire le malin.

      Tellement pas malin que tu traites l’auteur de journaleux… Alors que ce site n’a aucune prétention journalistique. Tu ne sais même pas où tu laisses tes merdes de commentaires !

      Des journaleux qui parlent de cette étude, en fait, il ne doit pas y en avoir beaucoup. Les médias, ils sont tous plus ou moins pour le mariage homo. Cela t’aura échappé sans doute ? Ou alors, c’est juste que ça fait du plus belle effet pour finir une conversation ?

      Attention, suspens, complot, on ne vous a pas tout dit…

      • Monsieur Hina dit :

        Urbon : « lien qui confirme que Regnerus est officiellement soutenu par son université »

        Sauf que… l’université d’Austin n’avait pas tout dit.
        Face à la demande d’un blogueur de rendre publics les courriels de Regnerus, elle avait exigé d’être placée sous une juridiction particulière qui protège le secret de la propriété intellectuelle.
        Or l’Avocat Général de l’état du Texas vient d’ordonner qu’une partie de ces documents soit rendue publique, suite à la “Freedom Information Act request” du journal “The American Independent”.
        Lequeljournal s’est empressé de les mettre à disposition des internautes.

        Et les résultats sont très… parlants.
        Qui dévoilent — contrairement aux affirmations de Regnerus d’avoir été indépendant de ses sponsors (notamment le Witherspoon Institute, de la droite religieuse anti-LGBT/avortement/euthanasie/pornographie/etc.) — que c’est bien le Witherspoon Institute qui a commandité et piloté le projet de bout en bout.
        On le sait grâce aux nombreux courriels échangés avec Luis Tellez (le membre de l’Opus Dei qui dirige le WI) ou avec Bradford Wilcox (cadre du WI, et sociologue lui-même qui se trouve — quel heureux hasard ! — siéger au comité éditorial de Social Science Research, la revue qui a publié Regnerus) !

        Dans l’un de ces nombreux courriers, on peut par exemple lire Tellez expliquer l’urgence de produire une étude scientifique convaincante, qui soit susceptible d’influencer les décisions de la Cour Suprême.

        Pas mal de détails à découvrir ici :
        http://americanindependent.com/218834/goal-of-ut-parenting-study-was-to-influence-scotus-decisions-on-gay-marriage-docs-show

  71. Mog dit :

    Oui, l’etude est intéressante.
    Ce qui est dommage, c est le traitement qu en fait Lesoufflet : un plaidoyer à charge, à partir de quelques éléments seulement de l’etude en question, complètement détournés par rapport à l’objet initial de l’étude..
    Premier raccourci : la question posée dans l’étude était : « Est-ce que l’un de vos parents biologiques a eu, entre votre naissance et l’âge de vos 18 ans, une relation amoureuse avec quelqu’un de son propre sexe ? »
    Lesoufflet détourne ceci en disant que l’étude porte sur des enfants élevés par des couples homos.
    moins de 2% De l’échantillon a réellement été élevé par un couple homosexuel (et encore, pendant 3 ans max.). Il ne s’agit donc absolument pas d’une étude qui analyserait sur le long terme les conséquences d’une éducation complète d’un enfant par un couple homosexuel.
    Les enfants de l’étude en question n’ont donc absolument pas été privés de « l’altérité », comme l’affirme Lesoufflet.

    J invite donc ceux qui commentent cet article à réellement lire l’INTEGRALITE de l’étude pour comprendre la teneur de l’article, et notamment, toutes les précautions que prend l’auteur pour que justement les résultats ne soient pas mal interprétés et détournés… Comme le fait justement lesoufflet avec ses raccourcis par exemple sur les chiffres sur les attouchements sexuels.
    Notamment,
    Cette étude est donc éloignée du débat français sur l’adoption et l’éducation par des couples

  72. Eric Fraiture dit :

    La question de la santé des enfants est une question importante, qui doit être étudiée sérieusement et sans a priori.

    Cette étude de Regnerus n’est certainement pas censurée (par qui?, quelle censure?). Elle est par exemple critiquée par un spécialiste de la question, Olivier Vecho, maître de conférence à l’université de Nanterre, qui a réalisé une méta-analyse des 800 études sur le sujet :

    (NouvelObs, 11 janvier 2013)

    «  » »
    Et qu’en est-il de la désormais célèbre étude américaine de Mark Regnerus, qui a fait pas mal de bruit, et expliquait que les enfants ayant eu un parent homosexuel avaient plus de difficultés sociales que les autres ?

    – Cette étude a provoqué un tollé dans le monde de la recherche, parce qu’elle est, elle, pour le coup très biaisée.

    Tout d’abord, c’est justement une étude qui ne s’intéresse pas à l’homoparentalité ! Sur les 15.000 participants, il n’y a que 40 individus qui ont pendant un court laps de temps vécu avec un de leurs parents et un conjoint du même sexe. Un seul seulement qui a vécu avec son père et le compagnon de celui-ci…

    En fait, Regnerus a mis dans le même sac tous les enfants déclarant que l’un de leurs parents avait eu une relation homosexuelle, et il a tout mélangé, les familles monoparentales, les enfants adoptés, les enfants nés par insémination.

    En face, il a comparé avec des enfants issus de couples hétéros stables. Cela n’a pas de sens !

    Et puis on ne peut pas se baser seulement sur ce que dit l’enfant de ses parents, sans avoir des données fiables sur le contexte familial.

    Mais ce qui est intéressant, c’est que cet article est sorti en plein dans la campagne d’Obama, qui avait pris position en faveur du mariage gay. C’est un coup politique. L’étude a été d’ailleurs financée par le Witherspoon Institute, à hauteur de 700.000 dollars, un institut qui ne cache pas ses liens avec des lobbys religieux contre le mariage gay.
    «  » »

    Enfin, l’étude de Vecho conclut à la non-significativité des différences entre enfants de couples hétéros et homos…

  73. […] Une étude publiée par un sociologue américain démontre les effets de l'homoparentalité sur la psychologie des enfants privés d’altérité dans leur éducation et confrontés aux questions sur leur conception et leurs origines.  […]

  74. Will Ellapostrofache dit :

    Bonsoir. La personne qui a écrit ce torchon a-t-elle pris seulement le temps de lire l’article de Slate qu’elle prétend citer ? Si oui, peut-être se serait-elle posé quelques questions sur le fond -ou plutôt l’absence de fond- dudit article en français…
    Par exemple, lorsqu’on prend la peine de ne lire que jusqu’à la 8e ligne on apprend que : « But the study doesn’t document the failure of same-sex marriage. It documents the failure of the closeted, broken, and unstable households that preceded same-sex marriage. ». En français, l’étude en question ne s’applique pas aux environnements homoparentaux au sens large du terme mais à ceux constitués tardivement et notamment par des individus déjà en couple -homo ou hétéro- auparavant.

    De même, si on lit plus avant, on apprend que : « These findings shouldn’t surprise us, because this isn’t a study of gay couples who decided to have kids. It’s a study of people who engaged in same-sex relationships—and often broke up their households—decades ago. » : il ne s’agit donc pas d’étudier les couples homos mais les enfants issus d’un premier mariage hétéro dont l’un des parents à décidé d’avoir des relations homos par la suite.

    Bref, je ne peux que l’encourager à lire l’article de Slate jusqu’au bout -et même si elle en a le courage d’ouvrir le lien qui pointe sur le questionnaire de l’étude en question-, et de ne pas prendre part à la désinformation qui sévit de part et d’autre du débat actuel.

  75. Shango Yorouba dit :

    Parce que l’hétérosexualité ne peut prétendre atteindre la perfection, on lui prête certaines tares.Mais l’homoparentalité c’est un cauchemar.

  76. hélène B dit :

    Il s’agit d’un fake démontré à de plusieurs reprises. Mark Regnerus s’est rétracté sur cette étude. il est connu pour un ultraconservateur qui a biaisé son étude pour qu’elle corresponde à un résultat qu’il voulait.
    http://www.queerty.com/regnurus-admits-erorrs-in-faulty-gay-family-study-touted-by-fundamentalists-20121030

  77. Francis H dit :

    INTERESSANT que l’article de Slate.com, présent ici comme preuve du sérieux de l’étude, soit clairement en opposition avec les méthodes de l’enquête…Comme le rappelle cet article, les chiffres avancés sont donnés (à environ 90%) par des enfants dont les parents homosexuels étaient en couple hétérosexuel auparavant. Il semble dès lors évident que les résultats sont faussés, et que le changement de sexualité (due à l’acceptation progressive de l’homosexualité) ne peut avoir qu’un effet négatif sur l’enfant. Conclusion: c’est en acceptant les homosexuels que leurs enfants seront les plus heureux 🙂

  78. […] lire enfin, cette étude statistique censurée en France qui met en doute les « bienfaits » de […]

Laisser un commentaire