Loi bancaire : nouvel attrape-gogos de Hollande et du PS

Rédigé par lesoufflet le 01 février 2013.

hollande_moscovici_amateurs
Photo : Francois Hollande

Photo : Francois Hollande

Une scène surréaliste a eu lieu à l’Assemblée nationale, où les parlementaires socialistes se sont rendus compte, en pleine commission des finances, que le projet de loi proposé par François Hollande pendant la campagne présidentielle et censé être LA solution à la crise, ne servirait en fait absolument à rien. Le changement, c’est peut-être après-demain !

François Hollande et les socialistes sont ils aussi incompétents en économie qu’ils en ont l’air ? Certainement pas puisque le PS a trouvé LA solution aux problèmes économiques de notre pays avec un projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires qui devait permettre de rééquilibrer l’économie nationale et de rendre plus éthique l’activité bancaire («Je séparerai les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives»). Il s’agissait de mettre à genoux les banques et le fameux « monde des finances », ennemi numéro un de Normalito 1er lors de sa campagne (qui a oublié le formidable discours du Bourget ?). Mouais…

Le journal économique Challenges a rapporté les contenus de cet incroyable épisode, qui s’est déroulé à l’Assemblée nationale le 30 janvier, lors de la commission des Finances.

Les députés auditionnaient différents dirigeants de banques sur ce projet de loi quand Karine Berger, député socialiste, secrétaire nationale du PS à l’économie et rapporteur du texte, a réalisé que les banquiers ne semblaient pas être chagrinés par cette redistribution de leurs richesses. « Je suis un peu étonnée, j’ai l’impression que vous n’êtes pas spécialement gênés par cette loi » a ainsi demandé la député aux professionnels de la finance avant de leur demander de préciser quelle part de leurs revenus représentent les activités spéculatives.

Selon Challenges, « c’est Frédéric Oudéa qui répond, les autres, courageux mais pas téméraires, préférant se taire« .

« Cela représente entre 3 et 5% de nos activités de BFI, qui représentent elles-mêmes 15% des revenus totaux de la banque« , réponds donc Frédéric Oudéa, le PDG de la Société générale, à la grande stupéfaction de la socialiste, qui se prend de plein fouet l’incompétence et l’ignorance de son parti archaïque.

Cette prise de conscience de la bêtise de ce projet créé une « agitation dans la salle« , précise Challenges, car l’assistance réalise que ces activités ne représentent que 0,75% des revenus totaux de la Société générale. Pathétique pour un projet qu’Hollande et Moscovici présentaient comme le remède anti-crise…

Grotesque, impuissante, la pauvre Karine Berger n’en revient pas. « Alors cela veut dire que 99% de vos activités ne seront pas concernées par la loi ?« , interroge-t-elle une dernière fois, comme pour être sûre qu’elle ne rêve pas, ou plutôt ne cauchemarde pas.

On reconnait la méthode de François Hollande : ne rien faire surtout, ne pas changer quoi que ce soit par rapport à la gouvernance Sarkozy, mais trouver des astuces pour avoir l’air de gôche (mariage pour tous, lois bancaires, vote des immigrés). On peut être sûr, à cette allure là, que Hollande et ses acolytes vont nous enfiler toutes les mesures sociétales inutiles mais pas coûteuses, afin de donner le change sur leur incompétence sur les sujets socio-économiques.

Pendant ce temps là, les usines ferment les unes après les autres, le chômage explose comme jamais et les Français ne se sont jamais sentis aussi peu en sécurité. Et on attend toujours les mesures de justice fiscale promises par le flan, dont les 75% qui ont déjà fait fuir de nombreux contribuables, mais qui n’ont pas encore été mis en place…

Déjà 11 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    ………………. que dire d´autre?!

    • simone dit :

      Pas la peine d’aboyer comme ça, cet article est profondément subjectif ! Du coup Hollande ne s’embêtera pas à débattre avec une opinion publique aussi agressive et revendicatrice. Il fera passer un projet de loi qui peut encore évoluer, n’en déplaise à ses détracteurs figés dans leur dogme.

      • Libertad dit :

        OUi Simone, on est habitué: ce PS qui ne représente que 28% des électeurs , se fout complètement de la démocratie en passant en force ses projets (du moins ceux pour lesquels le Flan n’a pas changé d’avis depuis ses promesses de Moi, Président, Je) grace à sa piétaille majoritaire de députés…

  2. SAINT-HERMINE dit :

    La France ce n’est pas « une épicerie à gérer » !

  3. amazonia dit :

    LOI BANQUAIRE = hollande 100% IMPUISSANT .
    Alors plus simple d’être complice d’une LOI ? Qui donne la nationalité FRANCAISE ? a des enfants de hors la LOI ?
    Ceux qui sont hors la loi ! libre a eux d’acheter un ventre pour faire un enfant ? QUELLE DIFFERENCE ? entre se payer un ventre et se payer du temps des colonies =un esclave !!
    pour les deux on payent ! plus ou moins ?? MAIS CE N’EST PAS GRATUIT .
    ALORS LES LOIS ? ETRE OU PAS COMPLICE ?
    acheter un ventre en france est interdit !
    Alors pourquoi les acheteurs de ventres a l’étranger ne demande pas la nationalité du pays qui leur vend le ventre?
    CHOIX DE CIVILISATION ?
    LOI BANQUAIRE ? depuis des siècles ce sont eux = les familles de BANQUIERS qui dirigent le MONDE . et ce n’est certainement pas nos petits politicards de services qui vont changer les évènements ! ( pour eux la soupe est trop bonne)

  4. Zadig dit :

    Sérieusement, comment voulez-vous que des politicards professionnels (la soupe est grasse), passés par le même moule de l’énarchie avec de brefs stages dans la fonction publique, puissent être compétents dans le domaine économique ???
    Quel autre pays (à part les communistes…) a 20% de ses salariés dans la fonction publique ?

  5. Sybarite dit :

    BANCAIRE !
    Assez du Q pour nous interpeller.

  6. Urbon dit :

    Mais puisqu’on vous dit que c’est Marine qui n’y connait rien en économie !

    Les pays qui se tirent le mieux de la crise adoptent tous une attitude protectionniste, de nombreux économistes travaillent dans ce sens avec le FN, mais la vérité est ailleurs…

    Ceux qui nous ont foutu dans la merde essayeront jusqu’au bout de nier leur incompétence. Et les français feraient bien de se dire qu’ils ont voté pour des cons pendants des années, sans quoi ils continueront de faire les frais de cette incompétence.

    Le libéralisme a trouvé ces limites parce qu’il arrive a passer outre l’intérêt de la nation, ni plus ni moins. En détruisant les nations, on détruit les liens de solidarité et on empêche la gestion commune des infrastructures à l’échelle locale.

    L’homme n’a plus qu’à suivre le déplacement des implantations technologiques ou se laisser mourir. La France est en train de se tiers-mondisée, au lieu de se mondialisé comme elle le prétend. Elle fait aujourd’hui partie de ces pays qui ne produisent pas ce qu’ils consomment (on importe les denrées indispensables à la survie) et qui ne consomment pas ce qu’ils produisent (du luxe pour les étrangers). Les français n’ont plus qu’à émigrer.

  7. Zadig dit :

    Dernier sondage IFOP/Valeurs actuelles: De pire en pire pour le Flan !
    Jamais les Français n’ont été aussi pessimistes pour leur situation personnelle que sous le mandat de Hollande. Petits patrons, enseignants, policiers, infirmières… Après la crise de confiance, le choc de la défiance ?

    Il avait promis, durant sa campagne, d’être « le président de la confiance » et de « redonner confiance à la France ». Pari perdu. Huit mois après son élection, seuls 12 % des Français, pensent que leur “situation personnelle se sera améliorée à la fin du mandat de François Hollande”. À ce terrible désaveu pour le chef de l’État s’en ajoute un autre : c’est parmi les catégories populaires que la défiance est la plus forte : 9 % des ouvriers et 10 % des employés — moins de un sur dix au total — jugent que son action aura un impact positif sur leur vie quotidienne. »
    Suite:
    http://www.valeursactuelles.com/sourde-col%C3%A8re-des-%E2%80%9Cinvisibles%E2%80%9D20130130.html

  8. […] Une scène surréaliste a eu lieu à l'Assemblée nationale, où les parlementaires socialistes se sont rendus compte, en pleine commission des finances, que le projet de loi proposé par François Hollande pendant la campagne présidentielle et censé être…  […]

Laisser un commentaire