Clientélisme : emplois fictifs et millions dilapidés pour Delanoë

Rédigé par lesoufflet le 25 février 2013.

delanoe_cgt
Photo : Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires

Photo : Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires

Bertrand Delanoë s’est fait épingler par le journal économique Capital, qui a dénoncé, dans un article éloquent, l’utilisation abusive de l’argent publique de la ville de Paris par son maire branché. Entre emplois fictifs et millions dépensés à tort et à travers, le point commun de tous ces abus et celui de distribuer l’argent du contribuable aux électeurs socialistes.

L’article de Capital n’épargne pas celui que Laurent Gerra appelait Notre Dame de Paris.

« A Paris, les emplois fictifs sont un peu comme les bateaux-mouches : ils font partie du paysage« , commence ainsi le journaliste, avant d’évoquer les 21 employés de la mairie de Paris utilisés par Jacques Chirac pour le RPR et de rappeler que l’ancien président de la République a récemment été contraint de rembourser 2,2 millions d’euros à la mairie de Paris pour cette raison. On comprend mieux pourquoi Delanoë s’était montré particulièrement clément avec Chirac lors de cette affaire.

Car Capital précise que les abus du maire socialiste sont autrement plus extravagants que ceux de l’époque du RPR, en relatant l’existence  d’une « bonne trentaine de permanents CGT, planqués dans l’une des mutuelles de la ville, la MCVAP » et payés par Paris. Et de citer un rapport de l’Inspection générale de Paris qui « chiffre à 1,2 million par an le coût de ce petit cadeau, consenti «sans aucun fondement juridique» à l’organisation de Bernard Thibault. On peut donc estimer que plus de 10 millions d’euros ont été consacrés depuis 2001 à cette œuvre charitable. Cinq fois plus que les frasques de Jacques Chirac. »

On attend avec impatience que la justice si droite de Christiane Taubira demande des comptes à l’actuel maire de Paris comme elle l’a fait avec son prédécesseur…

Outre les emplois fictifs, l’article revient sur les nombreuses dépenses scandaleuses de la mairie de Paris sous Delanoë : une masse salariale qui a explosé de 42% en moins de 9 ans, des primes pouvant aller jusqu’à 40000 euros par an reversées aux hauts dirigeants de l’Hôtel de Ville, l’augmentation des effectifs de la mairie, qui sont passés de 40 000 à 50 000 salariés, un accord très défavorable à l’employeur signé par Delanoë avec les syndicats, qui leur accorde jusqu’à 58 jours de vacance par an et qui, selon capital, « aurait dû être annulé séance tenante pour illégalité par le préfet de l’époque, Jean-Pierre Duport« , l’augmentation des charges de la ville de 24,5%, des subventions aux associations de 48,5% et même du budget timbre poste que l’utilisation d’internet à fait diminuer partout ailleurs…

On le voit, il s’agit encore et toujours chez nos bons socialos de graisser la pattes aux fonctionnaires, aux syndicats et aux associations (on imagine lesquelles), terreaux historique du vote de gôche.

On citera enfin un exemple qui symbolise si bien les méthodes du PS (et rappelle la gestion de Tulle et de la Corrèze par Hollande) : « la transformation du «104» rue d’Aubervilliers en espace culturel branché – et totalement déserté ? Elle a coûté 108 millions d’euros, une somme démentielle, pour seulement 25 000 mètres carrés utiles. Et l’exploitation de cette cathédrale engloutit 8 millions d’euros par an. »

Delanoë et ses fidèles (on comprend mieux pourquoi il en a tant) essaieront de nous endormir en nous jurant que les finances de la ville sont saines et que Delanoë n’a pas endetté Paris. Ce à quoi capital répond, sans concession, que « jusqu’en 2008, la municipalité s’en est sortie en dévorant discrètement une bonne partie des 600 millions d’euros de réserves, en s’endettant massivement (l’ardoise municipale a gonflé de 1 à 2,8 milliards d’euros) et en happant au passage les monstrueuses plus-values des droits de mutation (passés de 350 millions en 2001 à 939 millions en 2008, du fait de l’envol de l’immobilier). »

Pas dit que Taubira ne jette en prison l’odieux islamhomophobe qui a osé mener cette enquête pour Capital, et surtout, qui s’est permis d’en révéler les conclusions à un peuple de France certainement pas prêt à comprendre les subtilités d’une gouvernance socialiste qui fait pourtant tout pour notre bonheur à tous.

Comble du cynisme sauce PS, la maxime qu’aime à répéter un Delanoë culotté : «Si l’argent public est gaspillé, ce sont les plus modestes qui en pâtissent les premiers». No comment.

Déjà 14 remarques sur cet article

  1. Libertad dit :

    …sans évoquer les 22 millions budgétés pour une mosquée, heu pardon, un centre culturel musulman (avec quand même espace cultuel !) financé donc par les parisiens, et autres hotels payés pour immigrés clandestins et leurs familles ou Paris-plage pour SDF….
    La gabegie socialo parisienne, c’est maintenant !

    • Urbon dit :

      La question, c’est surtout de savoir si c’est rentable, l’institut du monde arabe. Paris est une ville culturelle que les gens viennent visiter au moins pour ses musées, combien d’entrées tous les ans ?

      Et puis, franchement, je crois qu’il vaut mieux construire une « mosquée » avec nos fonds propres qu’avec ceux du Qatar. Ça regarde les parisiens, pas les français, de toute façon. Quand l’Algérie était un département français, ça ne gênait personne, les milliers de mosquées. C’est une question de satisfaction locale, pas nationale.

      Idem Paris Plage. C’est nul à chier, je n’y ai jamais foutu les pieds quand j’habitais encore Paris. Ceci dit Paris est une ville très polluée, avec beaucoup trop de passage, un enfer pour les riverains. De l’air… Et si ça fait chier les automobilistes et les entreprises, on s’en tape. Z’ont qu’à délocaliser un peu, au lieu de nous construire toujours plus de zones de bureaux.

      Paris est une ville qui n’appartient plus au parisien et c’est pour cette raison que j’en suis parti. C’est bien les boules quand même, vu que j’y suis né. Le pire, c’est de ne croiser partout que des banlieusards toujours à se plaindre que les parisiens sont comme ci ou comme ça. Tu parles d’un miroir… Il n’y a plus de parisiens authentiques, ou si peu.

  2. lavigne guy dit :

    qu’attend l’opposition pour réagir

  3. deckard dit :

    ou l’on voit que la presse, sensé être le troisième pouvoir, est totalement inféodée aux socialios. La dictature bolchévique c’est maintenant !

  4. jpd dit :

    On attend avec impatience que la justice si droite de Christiane Taubira demande des comptes à l’actuel maire de Paris comme elle l’a fait avec son prédécesseur…
    Mais elle a aussi des comptes à rendre pour l’occupation anormale d’un HLM, malgré le montant de ses revenus.
    Est-ce qu’un loup a déjà mangé un autre loup ?

  5. katlen dit :

    Les poches des Francais et leurs bas de laine sont encore trop pleine pour les socialistes….

  6. […] Bertrand Delanoë s'est fait épingler par le journal économique Capital, qui a dénoncé, dans un article éloquent, l'utilisation abusive de l'argent public de la ville de Paris par son maire branché.  […]

  7. beaulieu dit :

    Et pendant ce temps la le PS cherche quel impôts supplémentaires il pourra faire avaler aux Français pour payer les frasques socialistes.

  8. jakin dit :

    Quand la doite va reprendre les commande s de Paris .ND de Paris va pouvoir enlever son râtelier et aller au bois jusqu’à la fin de ses jours pour rembourser avec tous les esta-minets du Marais …..!!!

  9. Paul Emiste dit :

    A ce niveau ce n´est plus du clientélisme mais de la prostitution.

  10. daniel pilotte dit :

    En 2014 si les candidats du centre de l ump et les divers droites jouent moins perso la mairie de paris passe a droite le maire bertrand delanoe a ruine la capitale de la france

Laisser un commentaire