TurboPoker

Homoparentalité : la fête des pères annulée en Italie

Rédigé par lesoufflet le 19 mars 2013.

19.03.2013
enfant_sodomie_gay
MamanS comment on fait les bébés ?

MamanS comment on fait les bébés ?

Une école maternelle de Rome, en Italie, a décidé de supprimer la célébration de la fête des pères, afin de ne pas heurter une petite fille élevée par une paire de lesbiennes. Quand l’idéologie de l’indifférenciation, qui se terre derrière les revendications communautaristes homosexuelles, montre son vrai visage…

Cette année, l’école maternelle Ugo Bartolomei de Rome compte parmi ses enfants une petite fille élevée par « deux mamans », sa mère biologique et la petite amie de cette dernière. Les maitresses ont eu peur de « discriminer » (SIC) cette petite si elles célébraient la fête des pères. Elles ont alors consulté un psychologue qui a confirmé qu’il « n’était pas possible de célébrer la fête des Pères ».

Les pédagogues, visiblement aussi idéologisées que part chez nous, ont alors proposé aux parents d’élèves de supprimer et la fête des pères et celle des mères, et de les remplacer par une grande « fête de la famille ».

Les parents, furieux, ont évidement refusé de se soumettre à cette idée saugrenue. Du coup, les maitresse ont accepté de maintenir la fête des mères mais, pour la fête des pères, elles ont décidé « d’organiser pour la Saint-Joseph une fête plus générique de la famille ».

Les parents ont alors écrit à la mairie afin de dénoncer cette folie douce, s’inquiétant d’une « pédagogie qui se fonde sur la dissimulation d’un principe naturel et d’une vérité merveilleuse et profonde, à savoir que tout enfant naît de l’union et de l’amour d’une maman et d’un papa. [...] C’est une étrange espèce d’attitude politiquement correcte et de tolérance, que celle qui consiste, pour ne pas “discriminer” un enfant, à finir par en discriminer trente, en les privant d’un moment auquel ils auraient droit ».

Gianluigi De Palo, l’adjoint local aux écoles, a soutenu les parents dans une lettre envoyée aux directeurs et aux enseignants des maternelles de la ville pour leur demander de « ne pas faire prévaloir l’idéologie sur le bon sens », car il considère qu’ « il n’est pas juste de priver les autres enfants de la fête des Pères. Les maîtresses auraient pu faire préparer à la petite fille concernée quelque chose pour ses mamans, ou pour une personne spéciale, comme son oncle ou son grand-père ».

Du côté des défenseurs de l’interdiction de la fête des pères, la présidente de l’association « Familles Arc-en-ciel », Giuseppina La Delfa, « mère, avec sa compagne, de deux petites filles », a déclaré que « la solution choisie par l’école nous semblait sage, parce qu’elle n’ôtait pas une fête aux autres enfants mais qu’elle en créait une analogue qui n’excluait personne ».

Dans le journal italien Il Corriere della Sera, Tommaso Giartosio, « père, avec son compagnon, de deux enfants », s’est indigné contre « ces totems de la fête des Pères et de la fête des Mères », avant de lancer : « Si tu as un enfant noir dans ta classe, tu ne célèbres pas la fête de la race blanche ».

On voit bien que l’idée n’est pas d’inciter les gens à tolérer la différence mais bien d’éradiquer toute forme de différence, de niveler l’humanité afin que, débarrassée des différences, l’intolérance succombe.

On aurait pu imaginer à la limite que les maitresses se servent de cet évènement pour aborder la différence, pour expliquer aux enfants que la petite fille est issue d’une famille différente, afin que chacun comprenne en quoi l’autre et différent et en quoi ça ne doit rien changer dans le comportement à son égard. Au lieu de cela, on fait en sorte de dissimuler la vérité, de gommer la différence.

Il y a toujours eu des familles monoparentales, où l’un des deux parents étaient soit mort soit parti, on n’empêchait pas la fête des pères pour autant et ça ne venait à l’idée de personne : on voit bien que ce lobby veut plus que l’égalité des droits (dont il dispose d’ailleurs depuis bien longtemps).

On se sert de « tous égaux » pour nous imposer « tous identiques ». Le meilleur des mondes, c’est maintenant !

Tous à la manif dimanche prochain !!!

TurboPoker

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Al dit :

    Je ne sais pas si l’école de mon fils est différente des autres écoles françaises mais chez nous cela fait quelques années qu’ils ne font plus rien pour la fête des mères et des pères !
    Je n’ai jamais su la raison officielle mais officieusement on nous a dit que c’était pour ne pas attrister les enfants n’ayant pas de père ou de mère (pas pour cause d’homosexualité mais pour cause de décès ou départ de l’un des parents).
    Je comprend que cela puisse toucher des enfants de voir les autres fêter un parent qu’ils n’ont pas mais comme vous dîtes : pour ne pas pénaliser un ou deux enfants on en pénalise des dizaines d’autres.
    Même si ce n’est pas grand chose j’avoue être assez déçu tous les ans de ne pas recevoir un petit dessin ou un poème lors de la fête des pères !

    • Urbon dit :

      Oui mais là, c’est seulement la fêtes des pères qui est en cause… Et cela n’a rien d’étonnant, un enfant avec deux papas, c’est beaucoup beaucoup plus rare qu’un enfant avec deux mamans !

  2. Urbon dit :

    Les femmes feraient des bébés toutes seules et les hommes pointeraient à la banque du sperme ?

    Une fois de plus, je vais me répéter, mais ces lois sur le mariage homo sont des lois féministes, faites sur mesure pour les lesbiennes (les seules à pourvoir réellement adopter, vu que c’est facile de se faire inséminer artificiellement quand on est une femme et beaucoup moins quand on est un homme), dans le but de castrer les hommes, de les faire culpabiliser, de prendre le pouvoir.

    Suppression de la fêtes de mères ici, interdiction de faire pipi debout là bas, tout ça ne fait que commencer !

    Les « salopes et fières de l’être », les Femen et compagnie, ont remporté une première victoire, elle n’ont pas fini de s’enivrer avec.

    Quand je vois ces dérives, je comprends que plusieurs pays décident d’inscrire dans la constitution ou dans les lois la complémentarité de l’homme et de la femme (non, pas l’égalité, c’est déjà fait et justement, l’un n’empêche pas l’autre), en particulier devant le mariage !

    C’est vraiment le truc qui allait de soi jusqu’à aujourd’hui, devoir l’inscrire est à peine croyable ! Tout ça parce qu’un groupe de folles furieuse à décidé qu’un homme et qu’une femme c’était la même chose.

    Quand les français comprendront que égalité et similitude, ce n’est pas pareil ?

    Une femme ne sera jamais comme un homme, alors qu’elle s’assume en tant que femme et qu’elle arrête de faire chier. L’inverse est tout aussi vrai d’ailleurs. Les transsexuels ont un sérieux problème et je ne souhaite à personne d’être dans la peau d’un transsexuel. Ces gens là, les homosexuels et autres transgenders, sont tolérés parce qu’ils ne font pas de mal à personne. Mais puisque maintenant ils revendiquent des droits particuliers…

    Vivement qu’on en revienne à la bonne vieille sagesse des familles. Et çà mettra aussi un frein aux délires féministes !

  3. Al dit :

    Je dérive un peu mais en tant qu’homme j’avoue qu’il y a des choses que j’ai du mal à comprendre …

    Si on résume les derniers débats, on nous dit que :
    – Débat sur le mariage pour tous, la PMA et la GPA : il n’est pas nécessaire d’être en couple (homme/femme) pour avoir un enfant. Il existe des moyens artificiels pour procréer et finalement l’homme n’est qu’un simple géniteur, un donneur de sperme, et cela ne lui donne pas de droit particulier sur sa progéniture. En résumé ce n’est pas le parent biologique qui compte mais le parent « éducateur »
    – Débat sur le droit de garde des pères : lorsqu’un père se sépare de sa femme, quelque soit son rôle dans l’éducation des enfants, c’est la mère qui a la garde des enfants dans la quasi totalité des cas parce que soit disant « c’est dans l’intérêt des enfants »

    Donc en gros l’homme n’est là que pour donner son sperme et il doit accepter d’abandonner ses gosses quand on l’y oblige !
    Un peu bizarre pour une société dite « civilisée » …

    En parallèle la société n’arrête pas de « moraliser » les hommes : cumuler les conquêtes ce n’est pas bien, ne pas s’occuper de ses enfants ce n’est pas bien, ne pas respecter les femmes ce n’est pas bien, etc …

    C’est là où justement j’ai du mal à comprendre : quel doit être notre rôle ? Qu’est-ce que la société attend de nous exactement ?
    On ne peut pas d’un côté nous demander de nous caser, de devenir des papas poules et de l’autre nous cracher dessus en nous disant qu’être père (biologique ou éducateur) ça ne nous donne droit à rien par rapport aux enfants !!!

    Donc il faudrait que les choses soit claires :
    – soit on donne de vrais droits aux hommes vis à vis de leurs enfants et on met en place une vraie égalité homme/femme
    – soit on laisse les hommes agir selon leur nature bestiale et on arrête de leur casser les *** avec des discours moralisateurs

  4. Libertad dit :

    Annuler la fête des Pères pour une paire de femmes ?
    Un impair qui va plaire aux socialos !

  5. Karamba! dit :

    Le monde entier devrait devenir homo ou du moins se conforter à leurs spécificités pour que les homos ne se sentent plus hors norme. Un peu comme si les aveugles nous demandaient de marcher avec une canne et des lunettes noires pour se sentir moins à part. Les muets nous demandaient de nous taire un peu et de parler avec les mains pour faciliter leurs communications. Chacun viendrait avec ses doléances et les imposerait aux autres. il n’y aurait bientôt plus de société car on se serait tous foutus sur la gueule depuis longtemps.
    Et je pense que c’est un peu le but de certains libertaires pas trop responsables qui se plaisent à se faire passer pour des progressistes parce que c’est plus tendance que l’anarchisme…

  6. daniel pilotte dit :

    Bientot malheureusement en FRANCE nous allons subir la meme chose et aussi nous ne pourrons plus dire le pere noel je dis STOP je ne suis pas homophobe mais un enfant a besoin d un papa et d une maman n en deplaise au lobby gay .

  7. TRONCIN dit :

    Ce débat n’a pas lieu d’être car un des lesbiennes a nécessairement être fécondée par un spermatozoïde du papa.
    Ou alors il faut que l’on, m’explique…( opération du St Esprit ? ). Il en résulte que LA FILLETTE A UN PAPA (inconnu ?) et une maman + et que fêter le papa est normal.
    Sinon aucun enfant du divorce privé de père (90% des enfants) ne pourront plus fêter le Fête des Pères. Idem, aucun enfant de veuve de guerre ne pourrait plus commémorer la Fête des Papas ?? Ceci est débile , c’ est un non débat. CQFD.

Laisser un commentaire