Baniel Bravo - bonus 110

Une semaine en Hollandie, #29

Rédigé par nikkopol le 29 mars 2013.

29.03.2013
hollande_montre_a_lenvers
Photo : Patrick Peccatte
Photo : Patrick Peccatte

De la manif pour tous aux résultats de l’Oise en passant par sa majorité, c’est une semaine terrifiante pour Pépère 1°. Il nous a fait un zéro sur toute la ligne, on lui dédie donc la quasi totalité de cette semaine en Hollandie…

Jeu de l’Oi(s)e : dimanche dernier a eu lieu une législative partielle dont le résultat a été finalement très peu commenté par les journalistes officiels. La cause de ce silence complice : la représentante du PS a été éliminée au 1° tour, laissant les candidats UMP et FN s’étriper en « finale ». Sauf que le fait marquant fut de voir un FN si haut, puisqu’il a gagné 6000 voix entre les 2 tours. Un politologue a donc regardé précisément ce qui s’est passé et il apparaît clairement qu’une grande partie des votants PS du premier tour (au moins la moitié) se sont reportés sur la candidate frontiste ! On comprend l’embarras du parti au pouvoir et de ses représentants journalistes, lui qui passe son temps à dénoncer que les barrières entre le FN et l’UMP étaient en train de tomber… En fait de chute, ce sont les derniers espoirs socialistes qui ont lourdement chuté ! Ah elles sont belles, les leçons de morale de la rue de Solférino !

Mais alors, quel avenir si les socialistes votent FN ? Pépère avait sans doute fait le calcul suivant : en nommant la dogmatique Taubira qui érigerait le laxisme en ligne directrice de la politique judiciaire, non seulement il donnerait des gages à son électorat de la gauche dure, mais si les vents étaient favorables, la présidentielle de 2017 se jouerait entre Marine Le Pen et lui-même. Et tout se passerait alors comme dans un rêve. Oui mais voilà, il a raté une marche, pépère. Encore une, oui, mais celle-ci elle fait mal : la doxa frontiste a profondément évolué entre le libéralisme très Reaganien du papa et le national-communiste de la fifille. Elle a bien compris, la grosse blonde, que son « salut » passerait par les classes populaires et que pour elles, rien ne valait mieux que de (re)construire sur les cendres encore chaudes des socialo-communistes le vieux mythe de l’état protecteur, stratège, employeur… Elle peut fanfaronner, la vache décolorée : le résultat de dimanche dernier valide son approche : son discours prend, et maintenant les cocus du Hollandisme se pressent en rangs serrés dans ses terrifiants froufrous. Prochaine étape : les municipales. Nous verrons donc d’ici 1 an si ce mouvement se confirme et s’amplifie. Auquel cas, pépère et son syndicat de notables locaux qu’est le PS doit se préparer à des lendemains difficiles. On n’a pas fini de se marrer…

Les rats quittent le navire ? Pépère n’est pas aidé par ses amis. Cette semaine, il a pris une bonne paire de baffes de la figure. C’est d’abord le député de Paris, maire du 14°, qui y est allé de son couplet, assassin : « quand on est président de la France, la deuxième économie européenne, on n’est pas conseiller général de canton. Alors on prend la mesure de la fonction et on change de braquet ». Et bing ! Jeudi matin, c’est un autre socialiste, et un peu plus légitime celui-là, qui lui colle un coup de pression supplémentaire : Pascal Lamy, socialiste et président de l’OMC. « Pour retrouver la croissance en France, il n’y a pas d’autres solutions que de réformer l’appareil d’état pour dépenser (beaucoup) moins, laisser toute sa place à l’initiative et surtout ne pas vouloir tout encadrer et contrôler ». Et re-bing. Pendant ce temps-là, Najat informe qu’une loi sera votée avant l’été pour limiter les rémunérations des patrons des entreprises privées. Hé, Pépère, tu ne pourras pas dire qu’on ne t’avait pas prévenu…

Le bilan d’étape en forme de boulet : on ne se cache plus pour dénoncer un bilan d’un an de Hollandisme. Les visiteurs du soir le disent en off à qui veut bien l’entendre : « pour la première fois, il m’est apparu un peu perdu » disait l’un d’eux tout récemment. Résigné, sans prise sur les événements, sans cap ni convictions, le pédalo fait des ronds dans l’eau. Et le plus dur arrive : réforme de la politique familiale avec diminution des allocations familiales, les retraites, la fonction publique… Il peut bien passer à la télé, pensent les français, ça ne l’absoudra pas de ses mensonges originels de campagne sur la crise, le retour automatique de la croissance etc. Si on ne peut plus raconter n’importe quoi pour être élu, ça va devenir vraiment compliqué d’être socialiste…

On a tout dit sur les chiffres des sondages. Mais on ne résiste pas au petit dernier pour la route, telle la petite pâtisserie qu’on s’autorise sur le chemin de la maison… Le petit dernier, donc, sorti par BFM et repris par Le Monde, est de nouveau sans appel : une majorité de français, 51% pour être exact, pensent que pépère est « un mauvais président », alors qu’ils sont 22% à penser qu’il remplit correctement le rôle. Le quotidien du soir va même plus loin en exhortant le corrézien à ne pas tomber dans la communication pour elle-même. « Aller à la télé alors qu’on n’a aucune annonce à faire est une erreur. Parler pour ne rien dire va affaiblir encore un peu sa parole et donner l’impression qu’il tourne à vide ». Ca ressemble à un couperet.

Les 7 péchés capitaux du pédalo : L’Express a dressé cette semaine la liste des erreurs, funestes, du bonhomme. Je reprends à mon compte cette litanie et la complète. La première fut la négation de la crise, accablant son prédécesseur, il a trompé les français. Puis en avançant que la croissance repartirait d’elle-même parce que les livres disent qu’une crise dure 5 ans. Le réveil de son électorat est cruel. La seconde, c’est le choix des hommes. Son prof d’allemand n’a ni compétence ni autorité. Ses ministres sont accablants : du baron improductif qui n’a réussi qu’à monter les patrons du monde entier contre la France au bouffon qui trouve le cadavre de Chavez « tout mignon », on peut dire que le casting fut à la hauteur du patron ! La troisième fut la suffisance avec laquelle il pensait faire plier l’Europe. Il a réussi à isoler la France et à donner les clefs du camion au duo Merkel-Cameron. Il en est à attendre les élections allemandes de l’automne… 2 ans de perdus par la prétention de celui qui n’aura jamais été qu’un conseiller général avant le mystère de son élection ! La quatrième fut la morale et le pari de l’éthique : Cahuzac et sa copine qui emploie, aux frais des contribuables, 4 personnes dans un cabinet élyséen alors qu’elle est toujours salariée d’un journal. La cinquième est l’amateurisme dont il peut faire preuve sur certains sujets : en s’engageant sur une baisse du chômage dès 2013, promesse absolument intenable, il n’a fait que savonner sa propre planche… Funeste ! La sixième est l’impréparation la plus ahurissante avec laquelle il est arrivé au pouvoir : un programme pour gagner mais certainement pas pour sortir la France de l’ornière (et il vous parle d’éthique ?), une absolue incapacité à penser le monde et la France dans ce monde, à théoriser et à décider. Social-démocrate ? Ok, mais qu’il le dise ! La septième aura été, définitivement, de se jauger et se juger à l’aune de son prédécesseur tant haï. Mais gouverne donc plutôt que de calculer !

La préparation du grand oral : une semaine de préparation tellement l’Elysée nous raconte que pépère prépare son « entretien » avec Pujadas… « Entretien », c’est le hashtag retenu par le palais pour défendre le petit gros sur Twitter… Un terme qui annonce la couleur : pépère… A moins qu’il s’agisse d’un entretien d’embauche, tellement le petit corrézien doit se sentir en confiance dans les studios de la télévision d’état. Mais les éditorialistes ont annoncé la couleur : « il veut se redonner de l’air », soulignait Le Monde, on aura que « du vent » lui répondait Le Point. En fait « son problème n’est pas de savoir communiquer, renchérit l’hebdo, mais plutôt de savoir gouverner ». Et de terminer l’article en disant que « faute de clarté, celui dont on n’attend plus grand chose pourrait réussir tout de même à décevoir ! ».

Grand oral il y a eu, donc, et on a vu : on a vu la teinture pour faire jeune, le retour d’un embonpoint bonhomme qui prouve que pépère n’est pas gêné de demander aux français de se serrer la ceinture tout en profitant, comme il l’a d’ailleurs toujours fait, des saveurs de la République. Abject ? On a vu que Lui-Président revenait sur à peu près tout ce qu’avait dit Lui-Candidat (retraites, alloc, dettes, croissance…), que son cap c’est la croissance mais pour l’instant surtout celle du chômage et des déficits. On a entendu le président bricoleur… avec sa petite boite à outils… « Il a les nerfs tout a fait froids », nous a-t-il dit : qu’il se méfie, la prochaine étape, c’est son ministre Victorin qui risque de le trouver « tout mignon »…

« Et les emmerdes volent toujours en escadrille ». Et c’est encore la presse de gauche qui balance un missile sur l’ambulance ! Le Nouvel Obs paru jeudi l’affirme : Cahuzac a demandé à l’Elysée et à Matignon de faire pression sur le parquet de Paris pour obtenir un « petit délai » avant l’ouverture d’une information judiciaire contre lui… Fort heureusement, personne n’a bougé. Et Jérôme s’en est allé recompter ses biftons. Et re-re-bing ! Mercredi soir le Sénat a voté à une quasi-unanimité et contre l’avis du gouvernement une proposition de loi UMP sur la suppression des allocations familiales qui ont perdu la garde de leurs enfants par décision de justice. La quasi totalité des sénateurs PS et communistes ont voté pour ! Quand ça ne veut pas… Hein François !

Allez, bon week end et bon courage !

Netbet Sport fr

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Libertad dit :

    Toujours aussi caustique, Nikkopol ….Superbe
    Mais silence radio sur la mise en examen de Sarko… ?
    Mais pour MLP la « grosse blonde », vache décolorée, » « national communisme, mythe protecteur… », déjà le taillage de short (presque anti-gaulliste) ?
    Bigre…, manifestement y a pas que les socialos qui soient inquiets de la montée du FN ! Déjà retombé dans le vieux piège de Tonton François 1er en vue des municipales ? A bien y réfléchir car les électeurs Ump et Fn sont majoritairement pour des alliances locales , afin que la droite, majoritaire dans le pays, entame enfin la Reconquista et renvoie les socialos, leur incompétence et leurs dogmes archaïques dans les oubliettes de l’histoire.

  2. Zadig dit :

    « François Hollande sur France 2: Un «Monsieur Bricolage» sans «audace», selon la presse  »
    De droite comme de gauche, les éditorialistes n’ont pas été convaincus par la prestation…
    http://www.20minutes.fr/societe/1127981-20130329-hollande-france-2-monsieur-bricolage-audace-estime-presse

  3. katlen dit :

    Hoo, mais a voir la tete de Hollande dans certain medias pendant son intervention televise, on s appercois que celui ci est fatigue de travailler…Ce fonctionnaire a vie, qui n a jamais beaucoup fait d efforts., ne lui en demander pas trop…Povre France..

  4. Urbon dit :

    @ Nikkopol

    Du vieux mythe de l’état protecteur :

    Encore du style, rien que du style. Tout le monde ici aime bien tes articles, pas moi. A chaque fois tu passes à côté du sujet.

    Interventionnisme contre ultralibéralisme, ça, effectivement, c’est le sujet. Sauf que ce que tu n’as pas l’air de comprendre, c’est pourtant le b-a-ba, c’est que par définition un état est interventionniste. L’ultralibéralisme, c’est la fin des états, ni plus ni moins. Alors un état ultralibéral, c’est quoi ? C’est un état qui intervient autant que les autres, sinon plus d’ailleurs, mais toujours au profit des ultralibéraux, un état qui courre à sa perte ! Si au contraire, l’interventionnisme n’était pas un sujet réac mais politiquement correct, il serait plus facile de mesurer, de doser, une stratégie d’intervention.

    Fuir la réalité politique et prétendre être ancré dans le quotidien des français…. Il n’y a pas que l’immigration et la sexualité qui font le terreau de la France. Il y a aussi le bon sens cartésien ! Même le plus bouseux des français sait distinguer la cause de l’effet. Il n’y a que les intellos en mal d’idéologie pour s’y mélanger les pinceaux.

    Ce qui forge une nation, c’est une économie solidaire. Pour qui tu travailles ? Pour ta famille, pour ta patrie ou juste pour ta gueule ? Parce que si c’est juste pour ta gueule, mais soi disant au titre de ton humanité et donc de l’humanité, autant te le dire direct, tu trouveras toujours quelqu’un pour t’enculer !

    On ne parle pas de protectionnisme pour rien.

    Exemple : Est ce l’usine qui s’implante au milieu de nulle part et qui décide de la construction d’une ville-dortoir éphémère, de routes tracées pour relier fournisseurs et clients, mais pas nécessairement la ville d’à côté, ou bien est ce la mairie qui contraint l’usine à développer les infrastructure de la ville pour pouvoir bénéficier d’un emplacement privilégié ?

    Mine de rien, c’est complexe. Il suffit de critiquer chaque décision d’une mairie en parlant d’abus de pouvoir, de discriminations etc. Puis de faire des lois « laïques », de non intervention de l’état dans les affaires (de Dieu tout puissant), afin que les usines puissent s’implanter où elles veulent, sauf dans les villes ! Si elles polluent, personne n’en saura rien. Si elle sacrifie la vie sociale à l’esclavagisme salarial, personne n’en saura rien. Et pendant ce temps, quelques fortunes se font en vendant à prix d’or des terrains qui ne valent rien, en lançant des appels d’offre pour bétonnières gigantesques, tandis que les villes se dépeuplent des ouvriers, au profit des bobos et des dirigeants. Mais comment donner à la responsabilité politique le droit de décider du sort des investisseurs, oups, non, pardon, des travailleurs ?

    Nikkopol, c’est le nom d’un voyageur, dans un monde en proie aux résistances nationales (le schéma yougoslave) face à la toute puissance économique des néo-ultralibéraux-socialo-fascistes.

    L’état protecteur, ce n’est pas l’état qui pourvoit, qui emploie et qui prévoit à la place des autres. Non, l’état protecteur, c’est juste l’organisation des citoyens entre eux, qui ne cède pas son territoire au plus offrant en fonction des intérêts particulier.

    De tout temps, les mafias économiques ont perverti le système politique, hier derrière les fascistes, demain derrière les communistes, c’est selon. Mais toujours le système politique s’est renouvelé.

    Aujourd’hui, la seule personnalité politique à vouloir défendre les liens de solidarité qui existent à l’échelle nationale, c’est Marine Le Pen. Certes, Dupont-Aignan est très sympathique, mais il devrait reconnaître que préserver ses valeurs, pou un peuple, ça ne veut pas dire grand chose. Les valeurs de la France ? C’est un package publicitaire ! La seule chose qui importe, c’est le rassemblement des français de bonne volonté, des gens pragmatiques et soucieux de moralité chrétienne.

    Et peu importe qu’ils soient juifs ou musulmans. La chrétienté n’est pas le carcan moral imposé aux français par je ne sais quel pourvoir décadent, c’est au contraire le résultat d’une quintessence nationale. La morale chrétienne évoluera sans doute, comme toute chose, en fonction des autres religions. Il n’en est pas moins qu’elle sera le reflet exact de l’âme des français. Faire le choix de la France, c’est vivre en bon chrétien et en bon français, même si par ailleurs on a des croyances divergentes et d’autres sympathies nationales.

    Prétendre qu’on n’a pas fait de choix, qu’on nous a imposé une nationalité qu’on ne veut pas, c’est aller voir ailleurs si la vie est plus belle.

    Je ne dis pas cependant qu’il faille redonner à l’Eglise un rôle central dans nos vie, ni au patriotisme, je dis juste que la religion est un contre pouvoir qui n’appartient qu’au peuple et qu’il vaut mieux respecter. De même que le sentiment d’appartenance nationale. Bien sûr que l’état doit s’engager pour un cause, mais pour une cause morale, pas pour une cause médiatique… Comment peut il défendre la Justice sinon ?

    Construire une moquée, pour une Mairie, si c’est pour dicter ses conditions, c’est très bien. Si c’est pour céder sur tous les fronts, c’est du suicide. Et il en va de même pour la politique nécessairement interventionniste d’un état en matière de politique.

    Négocier le maintient d’une usine avec la baisse des salaires, ça veut dire quoi ? Qu’on n’a plus rien à offrir à l’économie de marché ou bien qu’on a les négociateurs les plus cons (ou corrompus) du monde ?

    Il y a état protecteur parce qu’il y a bien trop à offrir à l’économie de marché et qu’il est facile de prendre le beurre et l’argent du beurre, une fois qu’on accède au pouvoir.

    Qui peut encore croire qu’un produit fabriqué en chine coûte moins cher en France ? En Chine, il coûte en effet moins cher, mais en France, il coûte le prix du marché et c’est dans la poche d’un voleur que les bénéfices de ce trafic vont. Si ça se trouve, en jouant sur les marges, fabriqué en France, il serait même moins cher. Mais jouer sur les marges ? Ha ça non ! Quand un producteur se met quelques centimes dans la poche, qu’il soit français ou chinois, pour le même produit un distributeur se prendra plusieurs euros. Le protectionnisme redonne du pouvoir aux producteurs par rapport aux distributeurs, quelque soit sa nationalité, en ne permettant pas aux distributeurs d’acquérir les moyens de production. A l’heure actuelle, on intervient, mais non pas pour protéger les français dans leur ensemble, pour finir de vendre la France aux capitaux les plus puissants, soi disant que l’entreprise pourvoira à tous nos besoins si nous savons répondre a ses attentes.

    Quand je dis qu’on court au suicide, c’est à prendre au sens propre, à l’échelle d’un salarié devenu surproductif pour survivre, comme à celle d’un gouvernement qui lui passe la corde au cou.

    Marine Le Pen n’est certainement pas la personnalité politique idéale, mais c’est elle qui rassemble la droite et les personnes avec un minimum de bon sens feraient bien de commencer à travailler avec elle, plutôt que contre elle. C’est de cette façon aussi qu’ils pourront imposer leurs conditions, à eux. La France a un socle populaire et c’est bien dans le FN que tout le monde l’y reconnait, que ce soit avec horreur ou complaisance.

    Alors quoi, Nikkopol le soclophobe, c’est maintenant ?

  5. amazonia dit :

    DISCOURT DE HOLLANDE 1ER BRICOLEUR DE FRANCE ?
    avec sa boite a outils ? Avec 5 millions de chômeurs ! qui eux aussi ont des bt à outils ?
    LA FRANCE SOUHAITE UN VRAI PRESIDENT VISIONNAIRE
    LA FRANCE SOUHAITE UN VRAI PRESIDENT ARCHITECTE ET UN INGENIEUR DU FUTUR ? et pas un petit apprenti bricoleur du dimanche ? Dans son discourt HOLLANDE 1ER ? nous dit avoir du sang froid ? Fait t’il parti de la famille des REPTILIENS
    avec ses collaborateurs ! NAJAT = la vipère des sables ! combien sont t’ils au gouvernement ? DU SANG FROID ?? on comprend mieux qu’ils n’est rien a faire des problèmes des HUMAINS ? A SANG CHAUD . comment devant la presse ? CE PETIT PRESIDENT ? Peut dire vouloir l’éradication des BLAIREAUX ? = ( SUPPRIMER ) avec quoi ? DES PRODUITS des sous marques de IG. FARBEN = BAYER ET SES AMIS ++
    HOLLANDE = ( pour la France ! c’est la peste et le choléra .)

  6. Libertad dit :

    Les députés UMP face à la radicalisation de leurs militants : « La base est chauffée à blanc pour des alliances avec le FN »
    Et c’est le Monde qui le dit ….

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/30/sur-le-terrain-les-deputes-ump-constatent-la-radicalisation-des-militants_3150861_823448.html

  7. amazonia dit :

    HOLLANDE ? depuis le début de son élection ! nous dit être un President normal ? QUOI QUE ? UN PRESIDENT NORMAL ? logiquement doit avoir comme nous LE SANG CHAUD ?
    ALORS ? LORSQUE TETARD 1ER nous fait un discourt a la télé pour nous dire QU’IL A LES NERFS ET LE SANG FROID ? CHOC ! de civilisation = LA SUITE DE LA DYNASTIE =KERMITTERRAND = (le DIEU des batraciens ) et sa suite de souverains a sang froid!LA NAJAT= la vipère du desert marocain = aussi à sang froid ! TAUBIRA= L’iguane de guyane = aussi à sang froid ! cela explique en partie la loi taubira ! pas de genre / pas de sexe/ male ou femelle ? ( sang chaud ou froid ) sous HOLLANDE 1ER TETARD A SANG FROID . ( la suite de kermitterrand= DIEU ) . LA GAUCHE SOCIALISTE REPTILIENNE a la LANG FOURCHU ! AU POUVOIR . ( PAUVRE FRANCE qui elle a le SANG CHAUD . )
    incompatibilité ?? sang froid / sang chaud ?civilisation choc .

Laisser un commentaire