Montebourg à Matignon, Mélenchon ministre ? (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 22 avril 2013.

montebourg_hollande_bedos
Photo : Webstern Socialiste

Incroyable : alors que la France traverse une crise économique, sociale, politique et morale sans précédent, les ministres et autres artisans de la victoire de François Hollande, font des plans sur la comète et imaginent les places qu’ils pourraient prendre en cas de remaniement ministériel, misant ainsi sur la défaite de leur président. Ainsi, Mélenchon qui se déclare prêt à entrer dans un gouvernement Montebourg et le Montebourg en question qui se verrait bien calife à la place du calife.

Avec la chute de popularité historique de notre président et de son premier ministre, l’idée d’un remaniement ministériel se fait de plus en plus présente chez les journalistes, mais surtout chez les socialistes de tous bords, qui rêvent évidement de profiter du marasme de la France pour se faire une petite place au soleil. Quand on joue sa petite carrière sur la déchéance et la ruine de la France, aucun doute, on est socialiste !

Tous attendent  donc avec leur couteau que le Ayrault national retourne à son aéroport, à son combi Volkswagen et à ses cours d’allemand, pour pouvoir grimper l’ascenseur du Hollande System. A commencer par le sénateur socialiste fumeur de cigares, par le faux rebelle, par le rabatteur à bobos, par le Che Guevara des beaux quartiers, par la coqueluche des journalistes, Jean-Luc Mélenchon.

En effet, sans scrupule à trahir sa « cause », les pauvres militants communistes et autres gauchistes, le Mélenchon s’est dit prêt à entrer dans un gouvernement socialiste, si Arnaud Montebourg était premier ministre. Bref un appel du pied pour expliquer aux socialistes qu’il voudrait bien retourner à la soupe.

Ainsi, interviewé pour l’émission « C/Politique », sur France 5, La Méluche a répondu à un journaliste qui l’interrogeait sur une éventuelle entrée au gouvernement. « Si c’est Montebourg le Premier ministre, le Front de gauche ira parler. On ira regarder si c’est possible », a-t-il expliqué sans complexe. Les communistes qui acceptent d’entrer dans le gouvernement de la rigueur et des expulsions de Roms (tout cela était évidement qualifié de fascisme et de xénophobie quand c’était fait par la droite), c’est maintenant ?

De son côté, Arnaud Montebourg a répondu par médias interposés, qu’il ne voudrait pas de Mélenchon dans son équipe gouvernementale, à cause de certaines de ses positions jugées trop extrêmes par l’ex d’Audrey Pulvar.« Quand, dans ses expressions, il emploie le mot ‘coup de balai’, ‘épuration éthique’… Je trouve qu’il a franchi une ligne. Il dit un certain nombre de choses qui ne relèvent pas des habitudes de la gauche ou de la République », a donc déclaré le chevalier blanc avant de préciser tout de même, comme s’il avait réalisé l’ampleur de sa gaffe, que « je ne suis pas le président de la République. C’est lui qui décide. »

Pourtant, comment ne pas remarquer le naturel avec lequel Arnaud Montebourg répond dans un premier temps à la question. On voit bien que pour lui il serait logique qu’il soit nommé à Matignon. On voit même qu’il s’y projette largement. On retrouve les bons vieux réflexes des socialistes français, qui ne pensent qu’à s’entre tuer et à profiter des ors de la république (DSK, Désir, Aubry, Cahuzac, Fabius, Guerini……………………).

Comment un homme qui se concentre sur son projet de devenir premier ministre et sur les petites magouilles politiciennes à réaliser pour y parvenir pourrait-il intéresser au chômage en France ? Comment pourrait-il faire son job alors qu’il pense déjà au suivant ?

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Libertad dit :

    Pire, le bonimenteur de foire Mélenchon a ensuite déclaré qu’il se verrait bien….1er ministre, ce lundi (Europe 1) !

    Ce qui lui a valu ce commentaire de Marine Le Pen:

    « Je suis heureuse d’apprendre que l’ambition de M. Mélenchon, c’est d’être second du capitaine de pédalo »,
    reprenant l’ expression utilisée Mélenchon à propos d’Hollande.

    « Comme quoi il y a des gens qui ont des petites ambitions dans la vie », a-t-elle ajouté (France Info)

  2. Paul Emiste dit :

    Et qui sera ministre du plan quinquennal ?

    • Urbon dit :

      Le plan quinquennal est calculé par ordinateur à Bruxelles 😉

      Pierre Bergé ministre de la propagande, ça c’est déjà réservé.

      Mais Montebourg à la perestroïka du parti, pourquoi pas ? Pour pas qu’il se fasse chier, on lui adjoindra Filippetti, à la transparence…

  3. Stephan_Toulousain dit :

    C’est le gouvernement des copains et des coquins.
    Et ils veulent etre tous commandant du Pédalo Soviétique.

  4. Urbon dit :

    Dissoudre l’Assemblée ? Çà va pas la tête, Marine deviendrait premier ministre !

    La droite ne passera pas. La droite est antidémocrate, antiprogrès, anticulture, antitout.

    Fillon a tenu cinq ans, Ayrault tiendra tout autant. Mais d’accord, remanions, remanions ! Tout en restant à gauche.

    Taubira à l’éducation, Peillon aux finances, Fabius aux anciens combattants…

    Entrée d’Eva Joly (à la justice), sortie de Moscovici (au FMI). Belkacem prend le ministère de la culture francaoui.

    Valls reste à l’intérieur, Mélenchon à l’extérieur naturellement (le NPA rase gratis).

    Et Harlem Désir prend la tête de SOS Homophobie.

    Le chamboule tout, c’est maintenant. C’est un jeu vachement amusant…

  5. daniel pilotte dit :

    Les magouilles au ps avant les elections de 2014 me font sourire pourquoi les socialistes vont perdre des mairies les socialos n ayant pas de programme sauf le programme d ego .

Laisser un commentaire