Prism ou le nouveau scandale américain

Rédigé par notre équipe le 20 juin 2013.

20.06.2013
Big_Brother_Is_Watching_YOU_by_Nighted
Image : Nighted

Nos amis et partenaires américains ne nous laissent jamais indifférents. Il y a beaucoup de choses à dire tant leur activisme aux quatre coins du globe est visible. Parfois trop si l’on en juge au scandale du Prism qui éclaté il y a quelques jours. Car quand la politique américaine ne s’affiche pas sur nos écrans c’est à travers de ces derniers que l’Oncle Sam nous surveille. 

Connectez-vous à Internet et les services secrets américains seront capables de retracer votre emploi du temps, déterminer vos goûts et surveiller vos tendances politiques, religieuses et toute autre chose qui a trait à votre vie privée. Comment ? La réponse s’appelle Prism, un programme de surveillance mis en place par les Etats-Unis pour suivre toutes les conversations (orales et écrites) sur Internet.

Toutes les entreprises américaines auxquelles vous faites appellent pour vous connecter à Internet participent de ce Big Brother mondial officiellement destiné à lutter contre le terrorisme. Yahoo, Google, Facebook, Apple, Microsoft et toutes les autres sociétés incontournables du digital et de l’Internet sont trempées jusqu’au cou.

Peut-on empêcher les Etats-Unis de se livrer à un espionnage de masse digne des plus belles années de la guerre froide ? C’est techniquement difficile quand les services web que nous utilisons sont livrés en pâture aux autorités américaines par des entreprises US qui préfèrent pactiser avec Big Brother plutôt que de se mesurer à lui.

Pas certains non plus que l’Union européenne fasse pour une fois son travail et mettent les points sur les « i » avec des Américains qui se croient tout permis même loin de leurs frontières. Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice attend des réponses rapides et concrètes alors qu’il faudrait renvoyer les services secrets américains dans les cordes. Derrière le sourire enjôleur de Barack Obama se cache un véritable Brainiac.

L’attitude molle de l’Union européenne est décevante, mais d’une redoutable vigueur si on la compare au silence assourdissant d’un François Hollande trop peureux de formuler la moindre critique vis-à-vis de notre allié américain…

La situation est particulièrement préoccupante, car ce ne sont pas seulement les particuliers qui sont victimes de l’œil scrutateur de Washington. Les entreprises sont aussi victimes de cette manipulation qui n’émeut guère l’exécutif socialiste. Des interrogations à propos de la sécurité des données du Cloud système se font de plus en plus fortes. Comment être sûr que des données sensibles ne sont pas exposées aux quatre vents ? Le 100% sécurité est une chimère, mais pour les entreprises toujours plus nombreuses qui utilisent le cloud en raison des gains économiques qu’il procure, faire appel à des sociétés françaises spécialisées est impératif. Une société comme Completel a déjà séduit la plupart des entreprises du CAC 40 ; ces dernières savent qu’elles sont protégées par la juridiction française avec une entreprise nationale.

Malgré la dématérialisation croissante du monde, les nationalités et les systèmes juridiques différenciés gardent toute leur importance. Les entreprises américaines travaillent pour l’Oncle Sam alors que les entreprises françaises ne sont pas soumises aux pressions venues d’outre-Atlantique.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. daniel pilotte dit :

    Rien de surprenant concernant la justice americaine ceux sont eux qui ont extermine des tributs d indiens en colonisant leurs territoires en france le francais de souche subit le meme sacrilege les presidents obama et hollande ont horreur d avoir des contradicteurs ils s inspirent des goulags et des methodes des nazis .

  2. denis dit :

    Pointer du doigt le scandale Prism, c’est bien. Mais on ne vous a pas trop entendu sur l’affaire Amesys. Cette filiale du groupe français de souche Bull qui a vendu notre ex-grand ami Khadafi tout un arsenal hi-tech destiné à surveiller les opposants au régime. Bon, bien sûr, l’affaire a été révélée par les même ricains qui aujourd’hui tentent la main-mise globale de l’internet. Surement étaient ils jaloux de ne pas avoir réussis à vendre leurs joujoux…. Mais cela permet de relativiser un peu l’inintervention de Pépère quand son prédécesseur serrait la paluche du Guide Suprême.

Laisser un commentaire