TurboPoker

Nucléaire : les Français ouvrent les yeux

Rédigé par environnementeur le 28 juin 2013.

28.06.2013
centrale_nucleaire_catenon_dessin Nioufs
Image : Nioufs

Selon le dernier sondage de l’Ifop pour Dimanche Ouest France, les Français soutiennent de plus en plus l’énergie nucléaire. Ainsi, à la suite du débat sur la transition énergétique, 59% des Français pensent désormais qu’il faut maintenir la part de nucléaire dans le mix énergétique national « car elle assure l’indépendance énergétique de la France ». Une progression de 5% en 3 mois de débats sur l’énergie. De quoi faire réfléchir Hollande et Montebourg quant à la fermeture de Fessenheim.

Pour les personnes interrogées par l’Ifop, l’indépendance énergétique du pays est la principale raison de ce besoin du nucléaire. Évidemment, les personne favorables au maintien du parc nucléaire français sont deux fois moins nombreuses chez les Verts. Preuve que ce parti a définitivement abandonné ses ambitions écologiques au profits des problématiques sociétales chères à ses quelques électeurs. Preuve surtout que François Hollande est sur le point de saboter gratuitement l’une des locomotives de l’économie française ainsi qu’un véritable service public (l’énergie française est l’une des moins chères d’Europe) pour satisfaire, au détriment de la démocratie, ses petites magouilles électorales avec les Verts.

Alors que le chômage atteint des chiffres record dans notre pays, les Français semblent considérer que la destruction arbitraire de plusieurs milliers d’emplois à Fessenheim n’est pas une priorité. D’ailleurs, comme souvent, les socialistes sont en retard sur le reste du monde.

En Allemagne, les résultats économiques sont catastrophiques depuis la décision du pays de sortir du nucléaire. Les énergies renouvelables s’effondrent et le pays a dû booster sa consommation de charbon, relançant ainsi ses émissions de gaz à effet de serre. Économiquement, ses entreprises sont en proie à de sérieux problèmes de compétitivité à cause du prix de l’énergie qui a explosé. Surtout, le cout de la fermeture prématurée des centrales nucléaires est énorme, creusant le déficit de l’état.

Au Japon, le nouveau gouvernement a décidé de relancer son activité nucléaire pour les mêmes motifs d’environnement, d’économie et de compétitivité des entreprises.

On comprend bien désormais la stratégie de François Hollande : regarder ce qui ne marche pas ailleurs et l’appliquer en France. Son programme présidentiel n’est-il pas d’ailleurs un copié-collé de ce qu’avait fait le gouvernement socialiste espagnol avant que ce pays ne retombe dans le tiers monde ?

TurboPoker

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. Urbon dit :

    « De quoi faire réfléchir Hollande »

    Bof, si Hollande tenait compte de l’avis des français pour réfléchir, ça se saurait… Dans le meilleur des cas, il se dégonfle. Dans le pire, il dit qu’il faut du temps pour changer les mentalités et il persiste à avancer à contre courant. C’est un vrai débile !

  2. Rick dit :

    Bravo pour ces commentaires, encore une fois on ne pense qu’aux chiffres, à l’économie, etc…

    Et les enfants, petits-enfants et la planète que va ton laisser sur cette terre ????

  3. daniel pilotte dit :

    S il n y avait pas le nucleaire aurions-nous des telephones portables , des ordinateurs portables …les ecolos sont-ils toujours a l age de pierre ils se servent eux aussi des dernieres technologie .

  4. Berthier dit :

    @ Rick

    Le nucléaire exploité comme en France laisse une planète propre : nous maîtrisons le cycle du combustible, en particulier le retraitement et le stockage qui laisse une réserve d’énergie aux générations futures :

    http://www.energie-crise.fr/spip.php?article141

  5. Libertad dit :

    Autant je partage vos analyses sur les délires d’hollandouille, autant je suis plus que réservé sur votre activisme
    pronucléaire:
    La vraie question est de savoir s’il est judicieux et responsable, pour une production électrique de 30-50 ans, d’hypothéquer des milliers d’année de générations futures avec des centrales que l’on ne sait pas démanteler et des déchets que l’on ne sait qu’enfouir (2 raisons qui font aussi que le prix du KW/H nucléaire est particulièrement sous estimé).
    Alors vite, des solutions de remplacement, mais faut vraiment investir !

    • jipebe29 dit :

      @ Robert
      Toujours aussi aimable et péremptoire, ce cher Robert. Comme disait mon professeur de physique, on sait ce que les Robert valent!…

      Après cette introduction amusante, je vous demande de me donner la preuve du présumé rôle moteur du CO2 sur T (et pas les probabilités fumeuses du GIEC, qui ne prouvent rien, ni les projections des modèles numériques, qui ne font que sortir des prévisions en fonction de ce que l’on y a entré).

      Par ailleurs, comment pouvez-vous ne pas être d’accord avec le Pdt du GIEC, qui a admis que Tglobale est stable depuis 17 ans, confirmant ainsi les mesures du Hadcrut, référence du GIEC? Expliquez-moi, je serais curieux de savoir pourquoi, quand l’Etre Suprême du GIEC reconnaît enfin le plateau de T, vous n’êtes pas d’accord avec lui…. Auriez-vous un dogmatisme réchauffiste à géométrie variable?

  6. jipebe29 dit :

    Voici un petit document sur les EnR, qui décrivent leurs dramatiques faiblesses: http://dropcanvas.com/#SAn7p952RfNrCE

    Quant au CO2, on nous a menti effrontément sur ce sujet … brûlant.. d’autant que Tglobale est stable depuis 17 ans…

    http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

  7. Robert dit :

    Les français risquent bien de changer d’avis quand on facturera l’électricité nucléaire à son vrai prix (ça commence d’ailleurs le 1er août)

    Bardinet

    Quand cesserez vous de raconter vos éternelles inepties, personne n’a menti sur le CO2, et votre Tglobale stable démontre que vous n’y connaissez rien et que c’est vous qui mentez.

    • Berthier dit :

      Nous savons démanteler des centrales, on a démantelé des réacteurs du CEA, Siloe par exemple, et les américains ont démantelé des réacteurs de même taille comme Maine Yankee ou Connecticut Yankee.

      Ce n’est pas le prix du nucléaire qui est sous-estimé mais celui des renouvelables. Le Photovoltaïque est le principal responsable de l’augmentation des coût : +2 milliards de surcoût photovoltaïque dans la CSPE sur 35 milliards soit + 6%, auquel il faut ajouter les 7 milliards de retard cumulé.

      • Laurent dit :

        C’est une plaisanterie: comparer un réacteur du CEA et ceux des centrales françaises !! Et la vitrification et l’enfouissement des déchets actuellement stockés ? Tout est bidon dans les chiffres du coût du nucléaire….pour ne pas affoler les français !

        • Berthier dit :

          Essayez de prouver que tout est bidon dans les chiffres du nucléaire, il s’agirait de détourner des sommes de l’ordre du milliard d’euros. Impossible, ce n’est pas des comptes de campagne avec des fausses factures ou du travail au noir.

          Pour passer des réacteurs du CEA à celui d’un REP, sil suffit de faire un changement d’échelle, vous trouverez un tel calcul sur le net.

  8. jipebe29 dit :

    @ Robert
    Toujours aussi aimable et péremptoire, ce cher Robert. Comme disait mon professeur de physique, on sait ce que les Robert valent!…

    Après cette introduction amusante, je vous demande de me donner la preuve du présumé rôle moteur du CO2 sur T (et pas les probabilités fumeuses du GIEC, qui ne prouvent rien, ni les projections des modèles numériques, qui ne font que sortir des prévisions en fonction de ce que l’on y a entré).

    Par ailleurs, comment pouvez-vous ne pas être d’accord avec le Pdt du GIEC, qui a admis que Tglobale est stable depuis 17 ans, confirmant ainsi les mesures du Hadcrut, référence du GIEC? Expliquez-moi, je serais curieux de savoir pourquoi, quand l’Etre Suprême du GIEC reconnaît enfin le plateau de T, vous n’êtes pas d’accord avec lui…. Auriez-vous un dogmatisme réchauffiste à géométrie variable?

  9. jipebe29 dit :

    Notre pays, avec son mix de production d’énergie électrique, a exporté en 2011 du courant pendant 361 jours et en a importé pendant 4 jours. Cela veut dire que nous n’avons actuellement nul besoin d’EnR que l’on nous impose, qui sont largement subventionnées (ce qui augmente notre dette souveraine), alors que le parc nucléaire, qui a été amélioré au fil des années d’exploitation et des retours d’expériences, peut encore pendant être opérationnel pendant plus de 50 ans, ce qui nous laisse du temps pour une transition adaptée, qui ne doit surtout pas être conforme aux chimères EnR de Verts dogmatiques et irresponsables.
    Cette transition consisterait à mettre en service de petites centrales à surgénérateur (Phénix fonctionne) et à développer la filière thorium, ces 2 technologies produisant peu de déchets, dont la radioactivité à 300 ans est 10000 fois plus faible que celle des déchets des centrales actuelles.
    Avec la filière thorium, nous pourrions disposer d’énergie électrique pendant plusieurs milliers d’années, sans intermittence de production, à prix du kWh compétitif, ce qui est beaucoup plus intéressant que les EnR. D’autant que dans ces deux filières à neutrons rapides, le contrôle est beaucoup plus facile que dans les centrales classiques à uranium enrichi. A noter que le surgénérateur utilise comme combustible fissile le plutonium, déchet hautement radioactif des centrales classiques, et de l’uranium 238 non enrichi, et qu’il peut fonctionner en sous-générateur pour éliminer si nécessaire du plutonium.

Laisser un commentaire