La catastrophique politique étrangère de l’UE

Rédigé par notre équipe le 20 novembre 2013.

union_europeenne
Photo : MPhotographe

L’Union européenne est un nain politique. C’est un fait, c’est acté, mais il est toujours pénible de le constater et de voir que les mauvais choix sont faits par des élites qui reçoivent leurs ordres de la part de groupes privés ou des Etats-Unis. Les mauvaises décisions s’accumulent et rien n’est fait pour changer la donne. Résultat, des peuples entiers souffrent et la montée des partis populistes au sein de l’Union n’en est qu’à ses débuts.

La politique étrangère de l’Union européenne est inexistante. Le pire c’est que les rares fois où la lourde machine se met en branle, c’est aux dépens des citoyens européens et de ceux qui sont en droit d’attendre des gestes positifs de la part de l’UE… On nous répète à longueur de journée que les entreprises françaises doivent être plus compétitives et que, en gros, si nos emplois se perdent c’est que nous ne sommes pas au niveau. Quelle honte ! Tout est fait pour verrouiller un système qui fait la part belle au libéralisme aux règles fluctuantes d’un pays membre de l’UE à l’autre (les producteurs de porcs français pourront en témoigner).

Tout est vu via le prisme des affaires et il n’est pas dérangeant de se faire espionner et envahir de produits américains chargés d’OGM et d’hormones de croissance. Le marché transatlantique est dans les tuyaux même si les Européens – je parle des peuples – sont contre un tel accord. Bienvenue à la sous-culture et aux produits US immondes pour la santé. Les élites ont parlé et le commerce prime sur tout.

Business, valeurs et droits fondamentaux : les variables de l’UE

Si la politique étrangère européenne existe et est bien proactive sur le dossier du commerce avec les Etats-Unis, elle est beaucoup plus discrète en moins entreprenante sur des sujets sensibles et réellement politiques. Un nouveau chapitre de négociations est ouvert avec la Turquie alors que le pays s’islamise à grands pas et qu’il ne reconnaît même pas Chypre, un pays membre de l’Union. Ah mais j’oubliais que les Chypriotes ne comptent pas. On leur prend l’argent des banques et ils n’ont le droit que de se soumettre…

L’Ukraine est elle aussi sur le point de faire les frais d’une politique étrangère inconsistante et qui est basée sur des critères à géométrie variable. Le pays cherche depuis des années à signer un Accord d’association et de libre-échange avec l’UE. Vous avez dit libre-échange ? L’UE devrait se précipiter alors ! Sauf que cette fois-ci, sous des motifs fallacieux de droits de l’homme (l’ex première ministre Timochenko est en prison pour abus de pouvoir) s’apprêterait à refuser à l’Ukraine un tel accord. A moins que la Russie ne pèse de tout son poids sur des élites craintives qui sont facilement impressionnables.

Si Poutine est l’homme le plus influent du monde, il est évident que l’Union européenne est la structure au potentiel politique le plus fort qui a échoué sur toute la ligne. Les grands pays décident et l’Union européenne s’incline. Triste réalité que nos dirigeants essaient de nous cacher en répétant que la France seule n’est rien. Seule ou accompagnée, le résultat est le même…

La politique étrangère de l’Union est donc une catastrophe sur toute la ligne. Il est illusoire de croire que 28 pays peuvent s’entendre sur des questions fondamentales de politique internationale. Les intérêts nationaux sont divergents et ne peuvent former un seul et unique intérêt européen. Il est peut-être temps de laisser tomber la forme actuelle de la politique extérieure de l’Union et d’écouter un peu plus les peuples. Bien des sujets sensibles ne trouveront pas d’accords, mais au moins le marché transatlantique ne nous sera pas imposé et nous ne serons plus les imbéciles de l’Histoire sur lesquels toutes les grandes puissances s’essuient les pieds.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. […] L’Union européenne est un nain politique. C’est un fait, c’est acté, mais il est toujours pénible de le constater et de voir que les mauvais choix sont faits par des élites qui reçoivent leurs ordres de la part de groupes privés ou des Etats-Unis.  […]

  2. Pierre dit :

    L’Europe des 28 , sans harmonisation préalable des politiques sociales et fiscales, avec des frontières passoires grâce à Schengen, un Euro trop fort qui plombe les exportations et toutes les économies des pays du sud, des technocrates qui décident à la place des politiques et des peuples, est une hérésie totale !!

    La seule qui propose de refonder l’Europe est Marine Le Pen. Vivement son élection avant l’explosion inéluctable tant de la zone Euro que de l’Europe elle-même, avec largement plus de dégâts prévisibles qu’une refondation négociée.

    Et dire qu’Hollandouille relance les négociations d’entrée avec la Turquie…

Laisser un commentaire