Après Sarkozy, Fillon soutient Fessenheim

Rédigé par lesoufflet le 28 novembre 2013.

Francois_Fillon_(2)

Après la visite de Nicolas Sarkozy et ses propos très forts contre l’absurdité de la fermeture de la centrale de Fessenheim, l’ancien premier ministre, François Fillon a également tenu a dénoncer cette suppression de milliers d’emplois et de source de richesse pour la France, réalisée sur l’autel des combines politicardes d’un autre temps entre Martine Aubry et Cécile Duflot.

On se souvient des propos très forts de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, en Haute-Savoie, à l’encontre de son piteux successeur et de sa volonté de fermer Fessenheim, pour pouvoir conserver un semblant d’alliance avec l’extrême gauche écologiste :

« Je me sens solidaire de ces milliers d’ingénieurs, d’électriciens, de chercheurs qui ne veulent pas voir le travail de plusieurs générations détruit par le seul souci d’intérêts partisans et politiques. […] Pauvre filière nucléaire française dont nous devrions être si fiers, à laquelle notre pays doit son indépendance énergétique », s’était-il indigné.

Ce mois-ci, c’est l’ancien premier ministre, François Fillon qui a remis le couvert sur cet énième scandale de la présidence Hollande. En déplacement sur le site industriel menacé de fermeture par les socialistes, alors qu’il est encore opérationnel et que des milliers d’emplois en dépendent (quelqu’un pourrait dire au gouvernement que la principale priorité des Français est l’emploi et non pas les Twitts de Cécile Duflot ?), François Fillon a tenu à « exprimer publiquement son opposition totale à une fermeture absurde ».

Il a ainsi rappelé que « moins de trois ans après » , les « évaluations complémentaires de sûreté » qui avaient été demandées à la suite de l’accident de Fukushima, ont été suivies de mesures concrètes.

« Cet audit était inédit dans l’histoire du nucléaire. Je suis profondément attaché à la sûreté, et si je défends aujourd’hui la centrale de Fessenheim, c’est parce qu’elle présente toutes les caractéristiques de sûreté requises au niveau mondial », a-t-il déclaré devant les ouvriers conquis.

« Un pays comme le nôtre, avec un endettement massif, ne ferme pas une unité qui fonctionne et a été jugée sûre pour au moins encore dix ans. Un pays comme le nôtre, attaché à la préservation de l’environnement, ne ferme pas des capacités qui produisent de l’énergie sans gaz à effets de serre. Il est paradoxal de fermer Fessenheim tout en disant que le nucléaire est sûr. On introduit l’idée qu’il ne l’est pas… », a-t-il ajouté. Il considère d’ailleurs que la France devrait plutôt continuer à développer son énergie nucléaire avec notamment la programmation de la construction d’un deuxième EPR français.

« Si on ne prend pas une décision stratégique dans les deux ans, soit le prix de l’énergie va exploser, pour atteindre un niveau intolérable ; soit les capacités vont manquer et nous devrons faire face à une pénurie », a-t-il conclu.

Un peu de bon sens ne peut pas faire de mal par ces temps de folie idéologique…

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Damdam dit :

    J’ai discuté l’autre jour, avec un Ingénieur, chargé d’établir les normes sanitaires pour le démantèlement de l’usine de Brenillis, en centre bretagne.

    Cette centrale a été fermée en 1985, il y a donc 28 ans.

    De ses propos, selon lui, il voit au minimum encore trente ans de travail dessus.

    Le coût du démantèlement est évalué en 2005, à 482 millions d’euros par la Cour des comptes, soit 20 fois plus que l’estimation de la commission PEON qui est à l’origine du parc nucléaire actuel2.

    Au dehors de toute idéologie, quand on rentre dans les faits, le nucléaire est un gouffre financier.

    Vision à court terme…

    Alors qu’il suffit de jeter un coup d’oeil un dimanche sur la mer pour se rendre compte de sa puissance illimitée.

    Mais bon, paraît il que c’est de l’idéologie bobo-écolo que d’être pragmatique…

  2. amazonia dit :

    le gros problème ce n’est le nucléaire c’est surtout les imbéciles qui soutraitent l’entretient des centrales nucléaire ?
    Compétitivité de la connerie sans limite DE L’UE .
    SALAIRE DES SOUTRAITANTS ? comme pour les ouvriers qui débarquent de l’est UE avec des salaires divisés par 3ou 4 ?
    CELA VA FAIRE BOUMMMM. UE =responsable et coupable STOP

  3. Max dit :

    Oui 2 eme fois où je suis d’accord avec Damdam, après l’agriculture en Bretagne :

    On peut être proche du FN et estimer que le nucléaire est une folie , que l’on ne peut hypothéquer des siècles , voire des millénaires d’humanité pour produire 30 ou 40 ans d’électricité, que le coût du KW/H nucléaire ne tient nullement compte du démantèlement des centrales ni de l’enfouissement des déchets à sécuriser pendant des millénaires, en espérant qu’il n’y ait pas de séisme, révolution, ou terrorisme…Une pure gageure !
    Inimaginable si l’on regarde notre histoire sur 1000 ans en arrière !

    Par contre le PS n’a pas non plus investi sérieusement dans des solutions alternatives, ni dans la recherche…et les pseudos écolos au gouvernement s’en foutent du moment qu’ils conservent leurs postes dorés …

  4. Daniel pilotte dit :

    Normal que monsieur François Fillon a été a fessenheim , tel sont les rôles de tout les anciens ministres , au contraire cela risque bénéfique pour l u m p , il me semble que depuis son élection le président hollande a été aphone sur se site .

Laisser un commentaire