« Genre» à l’école : non à l’ABCD, oui au B.A.-BA !

Rédigé par notre équipe le 27 février 2014.

abcd

A travers la demande formulée par le groupe UMP, le 24 février, d’une mission d’information parlementaire sur la question « Genre et éducation », le sujet du genre s’invite enfin au parlement. SOS Éducation, la plus grande association française indépendante réunissant parents d’élèves, grands-parents et professeurs, se félicite de cette initiative, et se mobilise pour la soutenir par le lancement d’une grande campagne nationale de pétitions. SOS Éducation  demande en particulier l’abrogation des « ABCD de l’égalité », dispositif expérimenté dans 600 classes de dix académies, interprété comme le cheval de Troie de l’idéologie du genre à l’école maternelle et primaire.

« Nous constatons une vive inquiétude chez nos membres »,  souligne Jean-Paul Mongin, délégué général de SOS Éducation. « Nous répondons depuis des semaines à leurs appels, avec trois types de questions qui reviennent très souvent :

1.       Existe-t-il une « théorie » du genre ?

2.       Les ABCD de l’égalité participent-ils d’une démarche idéologique ?

3.       Et pourquoi parle-t-on de rééquilibrer les pratiques pédagogiques en faveur des filles, alors que ce sont les garçons qui ont le plus de difficultés scolaires ? »

Les membres de SOS Éducation comprennent tout à fait l’intérêt d’ étudier, à un niveau universitaire, les rapports entre l’homme et la femme au sein des différentes cultures. Mais de ces recherches anthropologiques à la volonté de déconstruction des repères chez l’enfant de maternelle, il semble y avoir tout l’espace d’un projet scientifique à une doctrine inquiétante !

Même si le gouvernement a eu soin de supprimer sur ses sites officiels un certain nombre de contenus tendancieux sur le ‘genre’, il suffit de regarder les videos accompagnant les ‘ABCD de l’égalité’ : « Lorsque l’on considère, remarque Jean-Paul Mongin, qu’un enfant de 5 ans qui dessine son papa en pantalon et sa maman en jupe doit être rééduqué, on n’est plus dans la transmission d’un savoir objectif ! » Or l’idéologie n’a pas sa place à l’école : c’est le principe même de la laïcité.

SOS Éducation est en outre alertée par la multiplication des signes de défiance entre l’institution scolaire et de nombreux parents d’élèves, lesquels se sont sentis fondés à exercer ponctuellement un « droit de retrait » de leurs enfants, mettant en cause la moralité des enseignements, et suscitant une violent polémique. Ce climat délétère est peu propice à la sérénité qui est la condition sine qua non d’une éducation de qualité.

En conséquence, les membres de SOS Éducation lancent par une pétition en ligne, qui sera également imprimée à des dizaines de milliers d’exemplaires, un appel solennel au Président de la République François Hollande. Ils lui demandent de concentrer toute son énergie à remédier à la constante dégradation de nos performances éducatives, et de prendre, à la veille d’échéances électorales importantes pour notre pays, les mesures d’apaisement qui s’imposent, en retirant le dispositif des « ABCD de l’égalité ».

http://petitions.soseducation.org/non-au-genre-ABCD-a-lecole-mais-oui-au-B-A-BA/

Déjà 19 remarques sur cet article

  1. damdam dit :

    Cela tient vraiment du maladif.

    Une plainte dans ma ville car on trouve dans une bibliothèque :
    Jérôme, Amédée & les girafes.

    Une histoire d’ours qui se prend pour une girafe…

    Quand on pense que c’est les mêmes qui croient qu’un gars est né d’une vierge, et qu’il y a les anges et le paradis…

    Maladif.

  2. ContreVérité dit :

    En fait, elle est bien cette pétition :

    Le dispositif des « ABCD de l’égalité », derrière la louable intention de promouvoir une plus grande parité entre hommes et femmes, est interprété aujourd’hui comme le cheval de Troie d’une idéologie visant à déconstruire les repères permettant aux enfants de se reconnaître sereinement comme garçons ou comme filles.

    interprété par qui et pourquoi ? Si c’est l’interprétation qui est erroné, ce n’est pas le dispositif qu’il faut supprimer.

    • La parité garçons filles à l'école dit :

      C’est autant de garçons en robe que de filles en pantalon, c’est ça ?

      • ContreVérité dit :

        Une fille qui porte un pantalon ne vous choque pas, un garçon qui porte une robe vous choque. Une raison à part certains codes de la société que vous avez ingurgité sans réfléchir ?

        C’est ridicule. pourquoi pas un homme en robe de chambre ? un écossais en kilt ? un pape, un curée en robe ?

        But wait…

        • La parité garçons filles à l'école dit :

          Peut être tout simplement parce qu’un pantalon a un aspect pratique qu’une robe n’a pas…

          Ha c’est beau l’idéologie !

          • Nymbus dit :

            Mes deux papas portent des robes !
            Bon, c’est vrai que papa 1 est curé et papa 2 juge…
            😀 😀 😀

  3. Daniel pilotte dit :

    Non a l A B C D du genre qui est un véritable lavage de cerveau du totalitarisme socialiste , nous supportons déjà l A B C D du président Hollande et de son gouvernement qui ridiculise notre pays en France et dans le monde .

    • Ledebateur dit :

      ABCD du genre ? Vous etes sur. Vous vouliez dire : ABCD de l’égalité je suppose.

      Il n’y a pas de théorie du genre à l’école.

      L’apprentissage de l’égalité n’est pas incompatible avec l’apprentissage des fondamentaux.

      L’apprentissage de l’égalité fait aussi partie de la mission de l’éducation nationale.

      L’éducation sexuelle en milieu scolaire (Collège) est effective depuis 1973. Ca aussi ça vous pose un problème ?

      • Urbon dit :

        Pour l’éducation sexuelle depuis 73, tu dis n’importe quoi. Je n’ai jamais eu d’éducation sexuelle à l’école.

        Par contre, l’égalité homme femme existe depuis des lustres… Je n’étais même pas né ! Et je ne vois pas ce qu’il y a à apprendre aux enfants à ce sujet qui mérite qu’on en débatte des heures.

        D’ailleurs, on dit « apprendre » mais en fait, il s’agit de s’attaquer aux habitudes comportementales et aux valeurs morales, rien de plus. Les « stéréotypes »…. Comme si les hommes et les femmes avaient besoin de jouer aux mêmes jeux pour être égaux… Si c’est de l’apprentissage, c’est au sens pavlovien du terme, il ne s’agit pas d’expliquer.

        Alors, égalité des droits ou ressemblance à s’y méprendre ?

        Hypocrisie mise à part, c’est bien de théorie du genre qu’il s’agit. Une théorie qui n’est pas enseignée en tant que telle mais qui est directement appliquée au milieu scolaire. On va traiter les petits garçons et les petites filles de la même façon, parce qu’on part du principe que cela gommera les différences comportementales qui existe entre eux à l’âge adulte.

        C’est pas plus compliqué que ça : On n’apprend pas la théorie du genre à des gamins, on l’expérimente directement eux !

        Et de toute façon, comment apprendre à des gamins aussi jeune ce qu’est une théorie ? A la petite école, tout ce que dit le prof est considéré comme vrai, sans le moindre doute. Encore plus si les profs n’émettent pas le moindre doute…

        On va juste leur apprendre qu’un petit garçon et qu’une petite fille, ça pense pareil, ça se comporte pareil, ça prend du plaisir pareil, qu’en fait c’est pareil…

        C’est mignon, un petit garçon et une petite fille qui jouent à la poupée ensemble ? Et quand le petit garçon essayera la prise de judo qu’il vient d’apprendre sur la petite fille, on expliquera à la petite fille qui vient de se faire soumettre brutalement qu’il ne faut pas pleurer, que c’est le jeu ?

        Non ? Bien sûr que non. C’est surtout une génération de garçons complètement efféminés qu’on va créer. De vraie tapettes ! Enfin, si ça marche… Parce que j’ai quand même dans l’idée que le naturel va vite reprendre le dessus et que les plus efféminés se feront naturellement victimiser par les plus virils, ces psychopathes récalcitrants.

        Allez, salut.

        • Damdam dit :

          Tout ce blabla pour ça :

          « C’est surtout une génération de garçons complètement efféminés qu’on va créer. De vraie tapettes ! »

          Oui, c’est déjà ce que tu disais il y a 50 ans, vieux papy.
          T’as pensé à mettre ta couche ?

          • Doum-doum dit :

            « On n’apprend pas la théorie du genre à des gamins, on l’expérimente directement sur eux ! »

            Et là, curieusement, Damdam n’a plus rien à dire…

            Alors mon Damdam, ça fait quel effet de jouer à la poupée quand ta petite sœur joue aux pompiers (avec la lance à incendie du professeur) ?

          • Isabelle dit :

            vous n’avez jamais dû mettre les pieds dans une école, pour raconter de telles sottises.
            Ça fait longtemps que les garçons jouent à la poupée et les filles aux petites autos, en maternelle.
            Mon fils a longtemps joué à la poupée, ça ne l’a pas empêché d’être champion de judo (par contre, bien que bien bâti, l’éducation que nous lui avons donné l’a empêché de devenir un gros macho homophobe et sexiste…)

        • isabelle dit :

          L’éducation sexuelle en milieu scolaire a été formalisée officiellement le 10 juillet 1973…
          Bien entendu, si par éducation sexuelle, vous vous attendiez à ce qu’on vous apprenne à vous masturber, à enfiler un préservatif ou à embrasser avec la langue, vous avez dû être déçu…
          … Et vous pouvez attendre pendant longtemps !
          😉

  4. Nymbus dit :

    Un article qui donne des liens :

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/26/theorie-du-genre-dix-liens-pour-comprendre_4372618_3224.html

    Faites attention à ne pas vous brûler avec, ça pique les yeux…

    Bonne lecture !

    😉

Laisser un commentaire