Les journalistes sont-ils tous des ripoux ?

Rédigé par Philippe Lesage le 25 septembre 2014.

Jean-Pierre_Elkabbach_-_Europe_1

C’est en tout cas ce qui ressort nettement des révélations de Paul Amar dans son livre «Blessures», dans lequel l’ancien journaliste de France Télévision révèle un pacte secret entre Nicolas Sarkozy et Jean-Pierre Elkabbach.

Voilà l’affaire : dans les années 90, alors que Nicolas Sarkozy est ministre du budget et omniprésent dans la communication du gouvernement, il passe avec Jean-Pierre Elkabbach un accord secret : Elkabbach sera nommé président de France Télévision à la place de Jean-Marie Cavada, en l’échange de quoi Elkabbach s’engage à favoriser Edouard Balladur dans tous les médias de son groupe. Car Nicolas Sarkozy soutient la candidature d’Edouard Balladur contre celle de Jacques Chirac dans la course à l’Elysée.

Dans l’émission «C à vous» du 11 septembre 2014, Elkabbach s’est vivement défendu, accusant son ancien employé de mensonges. Habile en pirouettes, Elkabbach retourne l’accusation: «Je découvre dans ce livre que Paul Amar entretenait des relations privilégiées avec Nicolas Sarkozy, qui lui faisait des confidences. Ils avaient des liens de proximité (…) Et Balladur n’a pas été élu, c’est bien la première fois que je manque à ma parole».

Mais Paul Amar en remet une couche à peine 4 jours plus tard, soit le 15 septembre, dans la même émission : «Nicolas Sarkozy et Jean-Pierre Elkabbach s’étaient mis d’accord au début des années 90 pour s’entraider : l’élection à la présidence de France Télévisions pour le journaliste contre le soutien, sur les chaînes du groupe, d’Edouard Balladur».

Les révélations nombreuses de Paul Amar sur Jean-Pierre Elkabbach en particulier, et sur les relations incestueuses de la grande presse avec la classe politique en général, en disent long sur la moralité des informations dont les Français sont abreuvés. Une conclusion s’impose : on ne peut jamais croire un journaliste lorsqu’il affirme dire la vérité.

Si comme l’avance Paul Amar «Jean-Pierre Elkabbach porte une lourde responsabilité dans l’émergence du Front national», les journalistes dont Paul Amar fait partie, portent une lourde responsabilité dans le délitement de nos institutions, dans l’assassinat de la démocratie en France, et pour tout dire, dans l’écoeurement généralisé des Français qui constatent la dictature bien réelle d’une oligarchie boboïde.

Il est devenu manifeste que l’oligarchie bobo rassemble dans un unique sérail des gens aussi divers qu’Inna Schevchenko, François Hollande, Jérôme Cahuzac, Pierre Bergé, Manuel Valls, Aymeric Caron, sa meuf, et consorts. Cerise sur le gâteau : en France, les bobos sont parvenus à privatiser la presse (journaux, radios, télévisions), tout en la faisant financer par les impôts. Très fort ! Rassurez vous, ils s’attaquent maintenant à l’Internet dont ils ne supportent pas la liberté. Le contrôle des djihadistes pourrait bien être le prétexte à tout contrôler sauf le djihad. Affaire à suivre.

«C’est le contraire d’un règlement de compte», affirme encore Paul Amar en évoquant son livre, qui possède pourtant tous les attributs d’une vengeance personnelle. Heureusement qu’il y a de temps en temps des règlements de compte entre ripoux, du type UMP/Bygmalion, ou bien Thevenoud/Valls pour ne citer que quelques exemple récents, afin de donner aux Français l’occasion de faire la synthèse : tous ripoux !

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Oui.

  2. katlen dit :

    Tres boinne analyse de ce que est l Etat journalistique en FRANCE, car tres politiser a 98 pour 100 surtout a gauche…Mais il y aussi le traficage entre les hommes et ca cela existe depuis des siecles..

  3. Nadine Bebeck dit :

    C’est une évidence que la quasi-totalité des journalistes sont non seulement des ripoux mais des traitres à la Nation.
    Ils sont responsables de l’endoctrinement des masses populaires qui n’ont d’information que par eux; je devrais dire désinformation.
    Ils sont à la solde du pouvoir qui les utilise pour leurs propres parcours.
    Bref ils sont pourris et méritent la corde car la chartre du journalisme est, avec eux, totalement bafouée.

  4. Lestat dit :

    Oui et de simplement le dire me fait un bien fou… ! Et d’un + pour Nadine Bebeck !

  5. Daniel pilotte dit :

    Oui uniquement les journaleux de gauche , qui sont anti-démocrate, en ne respectant pas la liberté de parole et de la pensée et qui très souvent sont irrespectueux en bafouant la présomption d innocence .

  6. baudouin dit :

    ce qui est vraiment drole dans cette dispute entre les journalistes amar et elkabach , c est  » devinez ce qui les rapproche ? »

  7. minable mais digne dit :

    « tout travail merite salaire »

    Si les jornalistes francais produisaient quelque chose d’utile, ils vivraient uniquement de la vente de leur travail,…. or, ils survivent grace aux subentions de l’Etat.

    Cela signifie deux choses :
    – ils produisent de l’inutile
    – ils obeissent a qui les nourrit

    « Pute ou chomeur ? »,… ceux que vous entendez encore dans les grands medias ont fait leur choix.

  8. amazonia dit :

    journalistes ! RIPOUX ?

    NON JOURNALISTES FIDELES A LEURS MAITRES MILLIARDAIRES
    QUI DIRIGENT LA PLANETE PATRON DE L’UE =BILDERBERG .
    JOURNALISTES PAYER POUR NE PAS DIRE .
    OU DIRE =LA VOIX DE LEURS MAITRES = DICTATURE .
    ILS OSENT PARLER DEMOCRATIE = BELLE UTOPIE .
    MEDIAS ? HONTEUX .

  9. liberte dit :

    Tous pourrit 80 POUCENTAGE de gauche qui ne dit pas la verite qui est av hollande les journaus la television . Les affaires de gauche ne sort pas mais les affaire de droite est denoncer. Honte

Laisser un commentaire