Ces pays qui refusent l’adoption aux couples français

Rédigé par Xavier Laforge le 29 septembre 2014.

gpa

La République Démocratique du Congo (RDC) fait partie de ces pays qui jouent la prudence face aux dérives commerciales de l’humain qui s’étendent de jour en jour dans l’Euratlantisme. En septembre 2013, la RDC suspendait unilatéralement toutes les adoptions d’enfants par des couples étrangers. Ce vendredi 26 septembre 2014, un communiqué de Kinshasa prolonge la suspension sans précision de durée.

Le principe de précaution avait été appliqué par la RDC après un vaste scandale survenu aux Etats-Unis, alors qu’un réseau de «familles» avait organisé les échanges d’enfants adoptés via l’Internet. Autrement dit, les personnes ayant adopté un enfant «en première main» et non satisfaites, les offraient sur une sorte de marché du bébé d’occasion, ou bien les échangeaient selon les préférences des uns ou des autres.

Par exemple on pouvait lire des annonce telles que : «Échange petite fille chocolat aux yeux verts d’origine congolaise contre petit garçon blond aux yeux bleus, mais sans tâches de rousseur sinon s’abstenir». Ou bien encore : «Cède bébé d’environ 1 an pour cause de divorce et mutation ; déposer offre de reprise sur ce site». Le scandale survenu récemment au Canada, d’un bébé commandé à une mère porteuse Thaïlandaise, et refusé après naissance pour cause de trisomie, n’est que l’épi-phénomène qui révèle le gouffre dans lequel la loi Taubira a commencé à nous précipiter.

Deux jurisprudences, celle de la CEDH imposant à la France de délivrer un état civil aux enfants nés par GPA à l’étranger, en contravention de la Loi française, et celle du la cour de Cassation imposant le droit à l’enfant au juge lorsqu’un couple homosexuel a pratiqué une PMA à l’étranger, là encore en contravention à la Loi française, démontrent si besoin en était la supercherie de la loi Taubira.

Selon Maurisse Labaisse, président de l’association «vivre en famille», les adoptions françaises bloquées par la RDC concernent a minima une centaine de familles, en réalité trois à quatre fois ce nombre si on regroupe l’ensemble des associations. Nul besoin d’être un grand prophète pour prévoir où les dérives totalitaires de la gouvernance socialiste (loi et circulaire Taubira) conduisent des centaines d’enfants.

Déshérités de leurs parents, réduits à l’état de choses commercialisées, les enfants vendus et achetés témoignent de la barbarie à la sauce des bonnes intentions, qui ne s’accorderont jamais avec la réalité des commerces amoraux. Il est encore temps d’arrêter le processus qui conduira inéluctablement à multiplier les victimes innocentes : abrogeons la loi Taubira.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Phil la marmote dit :

    La RDC est effectivement un exemple, mais en réalité la grand majorité des pays (Afrique, Amérique de sud, Asie du sud-est, Europe centrale, Russie), c’est à dire pratiquement tous interdisent de confier des enfants à des couples dont le pays a ouvert l’adoption aux homosexuels.

    Notre presse n’en parle pas, mais ces pays ont raison. Personne n’a le droit de priver délibérément un enfant d’un père et d’une mère. La loi Taubira est inhumaine, il faut l’abroger au plus vite.

  2. Daniel pilotte dit :

    L initiative est excellente , généralement ceux sont les mêmes pays qui habituellement ont bafoué les droits de l homme .

    • minable mais digne dit :

      Vous dites : « les mêmes pays qui habituellement ont bafoué les droits de l homme ».

      Il faut se garder des amalgames.

      On ne peut appliquer a la lettre les concepts de democratie et de droits de l’homme dans tous les pays du monde. C’est une vision occidentale, qui ne peut s’appliquer (s’imposer) partout.

      A l’inverse, pensez-vous que nous vivions en parfaite democratie en France ?

      Chaque pays est souverain et peut decider a qui il livre ses enfants.

      Personnellement, je ne confierai pas un enfant (meme celui d’un autre) a un couple homosexuel….. simple bon sens !

  3. […] gpaLa République Démocratique du Congo (RDC) fait partie de ces pays qui jouent la prudence face aux dérives commerciales de l'humain qui s'étendent de jour en jour dans l'Euratlantisme. En septembre 2013, la RDC suspendait unilatéralement toutes les adoptions d'enfants par des couples étrangers. Ce vendredi 26 septembre 2014, un communiqué de Kinshasa prolonge la suspension sans précision de durée.  […]

  4. Paul Emiste dit :

    Il faudrait tout simplement poser une seule et simple question aux pros de l´adoption homo: « En cas de décès prématuré, seriez vous prêt à ce que votre fils soit adopté bébé par un couple d´homos »?.
    Voyons voir combien répondraient « oui », car tant que ce sont les enfants des autres, on peut avoir de « grands » principes. C´est comme nos bons socialos si généreux avec l´argent…des autres.

Laisser un commentaire