Joshua Wong, un modèle pour la jeunesse française

Rédigé par Joseph Salem le 08 octobre 2014.

François_Hollande_moi_president

L’analogie entre la situation des chinois et celle des Français à l’heure de la Hollandouille est frappante : même velléité des gouvernants d’asservir les consciences par une propagande dans les écoles dès le plus jeune age, mêmes manipulations médiatiques quotidiennes pour conserver les avantages acquis d’une minorité dorée. Dans quel Siècle vivons nous ?

17 ans, c’est l’âge de Joshua Wong, devenu le symbole de la rébellion chinoise contre les prétentions idéologiques du gouvernement de Pékin. Hong Kong peut être fière, car dès l’âge de 14 ans, Joshua (forme sémitique de Jésus) fondait «Scholarism» avec quelques amis, un réseau de lutte contre l’invasion de la propagande idéologique à l’école.

A Hong Kong, Joshua Wong fait figue de Vercingétorix. Notre héros chevelu n’était guère plus âgé que le jeune chinois lorsqu’il réussit la coalition des insurgés à Bibracte la gauloise. Quel panache, lorsque le jeune tribun déclarait: «Les gens ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernants, mais l’inverse», citant le film «V pour Vendetta». Il pointe du doigt et n’a pas froid aux yeux.

Quelle pertinence lorsqu’il exige «l’arrêt des intrusions gouvernementales dans les affaires de Hong Kong», soulignant le «réveil général de la population avec l’affaire de l’enseignement moral à l’école». Car à Hong Kong, les consciences ont été heurtées lorsque le gouvernement communiste a prétendu introduire à l’école «un cours d’éducation morale et nationale», une sorte de «Plan pour l’égalité» à la chinoise, désormais baptisé «Plan Najat», le plan à enterrer de toute urgence.

Nous pourrions pousser plus loin encore les analogies entre les deux situations, celle de la Chine et celle de la France. Cela nous conduirait à mieux mesurer les dangers objectifs qui pointent contre nos libertés et dont nos actuels gouvernants labourent le terrain. Il nous suffira de souligner la jeunesse des cadres de La Manif Pour Tous pour retrouver l’espoir d’une libération prochaine des folies du socialisme de genre dégénéré : the Belkacem gender degenerated socialism.

En même temps, La Manif Pour Tous n’est que la première réponse à la menace, selon le «principe de la réponse proportionnelle». Il est devenu évident pour tout les commentateurs avertis que si la propagande idéologique de Najat Vallaud-Belkacem ne cessait pas immédiatement dans écoles françaises, alors nous assisterions à un embrasement généralisé des familles contre l’activisme de la minorité infiltrée au ministère dit «de l’éducation nationale».

Dans ce nouveau contexte, les JRE (Journées de Retrait de l’Ecole) aujourd’hui écartées par la contestation citoyenne, pourraient bien devenir l’arme absolue de la désobéissance civique, contre les interventions insoutenable de la «police de la pensée» dans la sphère privée des familles. Car les éducateurs des enfants sont d’abord leurs parents, certainement pas un ministère des «crimes contre la pensée», celui dont Madame Najat Vallaud-Belkacem rêve tout haut, et pas qu’en dormant.

Donnons le dernier mot à Joshua Wong qui, à l’écouter, pourrait très bien militer pour Ludovine de la Rochère : «Nous luttons sans calculer les possibilité de succès. Si vous devez considérer les chances de réussite, c’est que vous n’avez rien à faire dans un mouvement social». Rdv le 5 octobre 2014 à Paris et Bordaux contre la loi et la circulaire Taubira. #ONLR.

Laisser un commentaire