Violence : une semaine dans l’école de la République

Rédigé par lesoufflet le 15 octobre 2014.

racailles_hollande

Pour répondre à l’angélisme de la gauche et de la ministre de l’Éducation nationale, Najat Belkacem, la radio France bleue a publié les faits divers recensés à l’école en Seine Saint-Denis pendant une semaine. En fait, Obertone et Zemmour sont plutôt optimistes sur la violence de notre société…

A la lecture de cette enquête qui fait froid dans le dos, on ne peut que réaliser un peu plus la folie idéologue et l’aveuglement de l’Éducation nationale et de Najat Belkacem, qui cherchent par tous les moyens à instaurer d’importantes compagne de « lutte contre les préjugés sexistes », quand les enfants ne savent plus lire et écrire arrivés en sixième et surtout quand notre école est gangrénée par la violence. Certaines de ces scènes ahurissantes se passent même à la maternelle !!!!!

Les journalistes de France Bleues se sont d’ailleurs contenté, pour réaliser cette enquête, de recenser les incidents signalés par les équipes éducatives, de la maternelle au lycée du lundi  29 septembre au vendredi 3 octobre. Des infos qui sont donc bien connues de l’Académie…

Extrait du récit de cette semaine type dans le 93 :

Lundi

Ecole primaire Joliot-Curie 2, Montreuil : Une enseignante est agressée en plein cours. Elle est frappée sans raison apparente par un élève qui la bouscule contre le tableau et la frappe à coups de pieds dans les jambes. Choquée, elle fera un malaise et sera transportée à l’hôpital.

Collège Jean-Lurçat, Saint Denis : Rixe devant l’établissement scolaire : 50 élèves d’un autre collège, Henry  Barbusse, se présentent pour en découdre. Certains sont armés de bâtons, de barres de fer, de béquilles de marteaux. En tentant d’intervenir, une CPE reçoit des coups. Une plainte est déposée.

Collège Jean Jaures, Saint-Ouen : Le collège apprend grâce à un parent qu’un enfant de 6e est victime de violences physiques et morales de la part de ses camarades. Quelques jours plus tôt, des élèves de 3e l’ont obligé à lécher la cuvette des toilettes pendant que l’un d’eux urinait. Conseil de discipline

 Mardi

Lycée polyvalent Jean Moulin, Le Blanc Mesnil : Une famille informe la vie scolaire que leur fille a disparu. Elle a suivi son ex petit ami qui menaçait de l’attaquer à l’acide.

Ecole maternelle Denis Diderot, Pantin : Un père met un coup de coude dans le ventre à l’enseignant de son fils après l’avoir insulté. Il était arrivé  « très énervé ». Une plainte est déposée.

Ecole primaire Joséphine Baker, Pantin : Un élève frappe notamment au visage un enseignant qui le conduisait dans le bureau du directeur.

Mercredi

Ecole maternelle Paul Eluard, Clichy sous bois : Une mère de famille veut corriger un élève qui n’est pas le sien après un incident dans la cour de récréation la veille. La police doit intervenir pour la faire sortir.

Lycée polyvalent Alfred Nobel, Clichy sous bois : Un élève menace de mort le proviseur adjoint qui lui demande pourquoi il n’est pas en cours. Une plainte est déposée. Conseil de discipline avec mesure conservatoire

Lycée polyvalent Suger, Saint Denis : Trois individus agressent un CPE alors qu’ils sort du parking du lycée en moto. Jeté à terre, le conseiller principal d’éducation est frappé à coups de pied. Un enseignant qui tente de l’aider est également agressé. Une plainte est déposée.

Jeudi

Ecole primaire Saint Exupéry, Saint-Denis : La directrice est frappée à coups de pieds dans le ventre par un élève à qui elle demande de sortir de la salle des maîtres.

Bagarre dans une classe. Deux élèves se battent à coups de pieds. L’un des deux essaie de crever l’œil de l’autre avec un stylo.

Collège Pablo Neruda, Stains : Un professeur surprend un élève qui escalade le mur d’enceinte. Il laisse tomber dans sa fuite deux sachets de poudre blanche. L’analyse du contenu est en cours.

 Vendredi

Collège Théodore Monod, Gagny : Un assistant d’éducation prend un  coup de tête à un arrêt de bus. Son agresseur lui intime l’ordre de faire cesser ce qu’il considère comme un harcèlement de la vie scolaire à l’encontre de son petit frère à qui « l’on parlerait mal ». Le collège reçoit ensuite deux coups de fil de menace. L’auteur demande à ce qu’il n’y ait pas de dépôt de plainte, ce qui sera néanmoins fait. Une plainte est déposée.

Collège Jacques Prévert, Noisy-le-Sec : Le SAMU doit intervenir après une bagarre entre deux collégiennes. Une plainte est déposée. Conseil de discipline.

Collège Fabien, Saint-Denis : En quittant le collège, une enseignante est prise à partie par un jeune qui la menace de la frapper à coups de ceinture. Elle se réfugie dans le collège. L’agresseur serait un ancien élève. Une main courante est déposée au commissariat.

Ironie du sort, depuis que l’éducation nationale ne veut plus instruire les enfants, mais les éduquer, ces derniers se comportent de plus ne plus comme des bêtes.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Daniel pilotte dit :

    Certains élèves d aujourd’hui ont un total irrespect envers l enseignant , la violence des parents contre des professeurs , des profs sont désabusés , le laxisme de certains parents .

    • inconnu dit :

      Oui bien sûr c’est la faute de l’éducation national si les enfants de maintenant sont mal éduqué de nos jours, ça me révolte d’entendre ça. Quand je vois le comportement de certains parents, je comprends mieux celui de leur enfant.

  2. Paul Emiste dit :

    Le nom des écoles est aussi très intéressant pour qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre (il y en a encore en France).

  3. Jpb dit :

    C’est pas un hasard si les enseignants, même les plus à gauche, demandent à être mutés dans un autre département. Le 93 bat tous les records de demandes de mutations !
    ‘L’immigration, oui on est tous pour….mais on ne veut pas s’ occuper de leurs gamins ! ‘

Laisser un commentaire