Charlie Hebdo : le terme du processus

Rédigé par Gustave Delaporte le 19 janvier 2015.

hollande_pierre_berge

Dans l’éditorial du 16 janvier de la revue l’Afrique réelle, Bernard Lugan évoque le résultat, auprès des populations africaines, de l’inconséquence de la politique publique de nos gouvernants, notamment dans le traitement médiatique postérieur à l’attentat de Charlie Hebdo.

Le « paradoxe cruel », comme l’indique Bernard Lugan, est que « ceux qui, depuis des décennies, ont (…) systématiquement tourn[é] en dérision les valeurs fondatrices et le socle social [français] (famille, travail, discipline, ordre, effort, armée, police etc.) ont été odieusement assassinés par les enfants de ceux auxquels ils ont si largement ouvert les portes ».

« Nous voilà donc au terme du processus » poursuit Bernard Lugan, indiquant que la contradiction est désormais telle que, selon la formule marxiste, seul un « saut qualitatif brusque » permettrait d’en sortir.

A voir les mesures que s’apprêtent à prendre nos gouvernants, à savoir le renforcement, par la pénalisation, de la prétendue lutte anti-raciste, l’interdiction des sites internet dont la ligne dérange conjointement l’UMP et le PS, la lutte contre « l’islamophobie », comprendre la critique d’un dogme religieux dans lequel les attentats auxquels les Français sont soumis trouvent pourtant leur principale source d’inspiration, nous sommes bien loin de ce « saut qualitatif ».

La situation dans laquelle sont plongés les gouvernants qui mènent la politique publique de notre pays depuis trente ans confine au burlesque…

S’il est vrai que Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les cause, alors qu’il nous soit permis de rire avec Dieu, à défaut de pouvoir pleurer sur le sort des Français, depuis bien longtemps trahis par leurs élites.

En quelques jours, quelle somme de contradictions en effet quand, à peine le drapeau de la liberté d’expression posé, on engeôle l’humoriste Dieudonné pour une mauvaise blague qui, comparée aux unes de Charlie Hebdo, s’inscrit dans le registre d’un enfant de chœur potache, ou quand Dominique Sopo dépasse son dernier record de platitude encéphalogrammique en déclarant, dès la fin d’une manifestation de défense de la liberté d’expression à laquelle il participe, qu’il faut désormais lutter contre la « libération de la parole raciste », c’est-à-dire contre la parole déplaisant au sieur Sopo, et remplir au passage les poches de son association, à moins qu’il ne s’agisse de renouveler la collection de montres de luxes de ceux qui la parrainent.

Le dernier épisode comique de cette pitoyable saga restant la prise de parole de François Hollande, en réponse aux émeutes qui ont embrasé le Niger, pour expliquer que les populations africaines n’étaient pas habituées à la liberté de la presse… Les chefs d’États africains, ou leurs représentants, qui sont venus manifester à Paris, à ses côtés, et qui doivent maintenant faire face au courroux de leur population musulmane apprécieront ! Voilà ce qui arrive quand des gouvernants -en l’occurrence les nôtres- font le choix de ne plus écouter que les communicants décervelés dont ils se sont entourés.

Au terme de tant d’incohérences, dont le processus a commencé par le renvoi d’Eric Zemmour par la chaine i-Télé, sur injonction du ministre de l’intérieur -belle illustration de liberté d’expression-, la palanquée d’inconséquents qui nous gouverne, après deux ou trois nouvelles embardées de cette nature, ne devrait pas tarder à finir dans le mur… Ce qui reste la seule bonne, sinon excellente, nouvelle dans tout cela !

Quant au « saut qualitatif brusque », sans doute faut-il en chercher les premiers signes dans la foule, très nombreuse – sauf à Marseille, où la mobilisation n’a visiblement concerné que les quartiers sud-, qui a manifesté suite à l’attentat. Difficile de parler au nom de cette foule, mais ce qui est certain, aux yeux de ceux qui ont pu l’observer de près, c’est que sa réalité était très éloignée de ce qu’ont essayé d’en vendre les médias d’un système en panique, qui se précipitaient devant les membres, finalement très épars, des « minorités visibles » issues du sud de la méditerranée, pour réaliser leurs interviews devant ces derniers, plantés là en guise de second plan statique. En réalité, cette foule était sociologiquement et -s’il est encore autorisé de le dire- ethniquement similaire à celle des rassemblements de la « Manif pour tous » : c’est-à-dire des Français enracinés dans l’Histoire de leur pays, porteurs de drapeaux français et chantant Marseillaise, qui refusent instinctivement les effets d’une colonisation culturelle étrangère qui leur est imposée et qui, en l’espèce, se sont levés pour défendre la liberté d’expression.

Les plus lettrés d’entre ces Français savent bien, désormais -et les autres ne tarderont pas à le comprendre-, que si Voltaire était un contemporain, il serait du côté de l’humoriste Dieudonné tandis que Rousseau compterait, pour sa part, sinon parmi les membres, au moins parmi les plus actifs sympathisants du FN. Cette assertion restant incontestable à la lecture de leurs écrits respectifs, voilà donc la question du « front républicain » réglée : si « front républicain » il doit y avoir aujourd’hui, il ne peut trouver sa place ailleurs qu’au sein du FN, sauf à trahir ses valeurs fondatrices. Même ceux qui ont le détachement de ne pas se sentir une âme de militants de l’idée républicaine sont obligés d’en convenir.

Quant aux mesures que s’apprêtent, de concert, à prendre ou soutenir l’UMP et le PS -c’est-à-dire, dans tous les domaines, l’exact contraire de ce de ce qu’il convient de faire-, bien loin d’apporter des solutions, elles ne feront qu’aggraver la situation. Cette dernière accélèrera la chute des coupables, qui ont pris soin de manifester entre eux suite aux attentats, puisqu’elle aura heureusement le mérite d’exacerber l’ulcération de Français qui, historiquement, n’aiment pas trop qu’on joue avec leur Liberté, surtout s’il s’agit de la sacrifier pour sauver le bilan d’une politique d’immigration sur laquelle ils n’ont jamais été consultés !

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Oui tout ça est une énorme opération de récup par ceux là même qui sont responsables du problème, cet UMPS qui a ouvert nos frontières depuis 30 ans à des populations aux valeurs et religion diamétralement opposées aux nôtres et bradé la nationalité française, favorisé les communautarismes en cédant sur toutes leurs revendications au lieu de favoriser l’intégration…etc….

    Un sursaut s’impose pour virer les guignols qui nous gouvernent depuis trop longtemps !

  2. daniel pilotte dit :

    Le gugus commence à être de plus en plus énervant, si les journalistes appartenaient à un journal de droite ou du centre-droit le gouvernement se serait abstenu.

  3. Muriel dit :

    Charlie se couche devant le fascisme islamique

    Riss a annoncé la future ligne de l’hebdo. On pourra représenter le Christ sodomisé par une croix : liberté d’expression… Mais plus le prophète : respect des croyants (musulmans seulement…) !

    http://www.bvoltaire.fr/pierrecassen/charlie-se-couche-devant-le-fascisme-islamique,154678?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=3a7002a8b2-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-3a7002a8b2-24150345&mc_cid=3a7002a8b2&mc_eid=73f6251564

Laisser un commentaire