IVG : le courage et le bon sens de Jacques Bompard (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 20 janvier 2015.

jacques_bompart_ivg

En novembre dernier, lors des débats sur le projet de loi visant à supprimer la notion de détresse liée à l’IVG (et crédibilisant ainsi l’idée d’avortement de confort, pourtant combattue et jugée fantasmatique par les défenseurs de cette loi abject eux-mêmes), un homme s’est levé, seul, et a osé dire de nombreuses vérités sur l’IVG, sous les hués de ses camarades. Il s’agit du député Jacques Bompard.

Un vrai monsieur ce Bompard : il fallait du panache pour aller prononcer cette tirade sur l’IVG au milieu des députés socialistes, EELV et UMPistes, tous à l’unisson sur la question de l’avortement (un « progrès » qu’il faut soutenir par tous les moyens). Et malgré les hués des progressistes qui rêvent d’éradiquer les nains et les trisomiques, Jacques Bompard a tenu bon et a rappelé (peut-être une des dernières fois au sein d’une assemblée nationale qui ne représente plus qu’elle même et les partis) des vérités fondamentales.

Un discours auquel il ne manque pas grand chose et que nous avons retranscrit dans sa quasi totalité :

Une telle négation du principe le plus fondamental de la loi naturelle est présentée à la représentation nationale. Pardon devant l’ensemble des enfants qui ne naîtrons pas. 225 000 parents en France, qui disparaissent devant la grande coalition du prêt à penser et de la culture de mort. Pardon pour toutes ces mères que nous n’aurons pas su protéger des élans morbides qui ont tenu lieu de féminisme depuis des dizaines d’années. […]

Certains ici voudraient imposer la marchandisation des parcours de vie des femmes et la négation de l’animation du fétus comme seul horizon de la politique. […]

Aucun totalitarisme n’a fait l’impasse de l’eugénisme. Pardon également pour toute ces femmes à qui personnes ne propose jamais de possibilité alternative à l’avortement puisque l’état comme  les médias ont fait le choix de l’incitation à la suppression de la vie. Pardon à toutes ces associations qui œuvrent aux cotés des handicapés et notamment des enfants victimes de maladies héréditaires. En forçant ainsi le passage d’un avortement érigé en principe organisateur de notre pays, vous brisez leur œuvre. […]

Un représentant de la nation ne peut que souffrir quand le CSA refuse la diffusion de vidéos défendant les enfants trisomiques pour favoriser une culture de l’éradication de la différence et de la faiblesse. Une société qui érige de tels principes ne peut pas se plaindre des divers maux qui la traversent : réification de l’homme, hédonisme autodestructeur, victoire des puissants sur les innocents… Pardon à nos aïeux pour un pays qui laisse des délinquantes ukrainiennes, les Femen, mimer un avortement dans une église sans qu’aucune sanction lourde ne soit prise. […]

Pardon à toutes ces femmes à qui vous vendîtes le droit à disposer de leur corps pour en aboutir à la généralisation programmée de la GPA, c’est à dire au retour à la plus pure barbarie du marchandage du corps de la femme. Pardon pour cette atteinte sans nom à la liberté qu’est devenu le délit d’entrave qui empêche les patriciens d’affirmer en conscience ce qui les pousse à refuser de faire de l’avortement un moyen de contraception. Pardon pour ces femmes traumatisées par des recours nombreux à l’avortement qu’on leur avait vendu comme anodin. […]

Négation des éléments les plus fondamentaux du serment d’Hippocrate.

Laisser un commentaire