S’il n’en reste qu’un, ce sera Viktor Orban

Rédigé par Louis Blase le 20 janvier 2015.

Ce 11 janvier 2015, l’homme fort du gouvernement hongrois Viktor Orban déclare : «L’immigration est une mauvaise chose pour l’Europe et elle ne peut que causer des problèmes et mettre en danger les Européens. C’est pourquoi elle doit être stoppée et telle est la position de la Hongrie ».

De cette manière, il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. En novembre déjà à Baden-Baden (Allemagne), le premier ministre hongrois avait souligné que l’immigration n’est pas une bonne chose, mettant en avant la nécessité de faire face aux problèmes démographiques de l’Europe par des politiques familiales efficaces et pas par l’immigration.

En réalité, une majorité de Français adhère aux analyses du premier ministre hongrois et espère que les récents événements inciteront les leaders français et européens à introduire des politiques pour restreindre efficacement l’immigration mal contrôlée vers l’Europe.

S’Il faut effectivement donner un refuge à ceux qui quittent leur pays pour des raisons politiques afin de sauver leur vie, il ne peut plus en être de même pour les migrants économiques. A ce titre, Viktor Orban ajoute : «Nous ne permettrons pas (…) que la Hongrie devienne la cible des migrants. Nous ne voulons pas qu’une minorité significative avec une culture et des valeurs différentes des nôtres vive parmi nous, car nous voulons que la Hongrie reste la Hongrie.»

Quel homme politique aura suffisamment de courage pour affirmer : «nous voulons que la France reste la France» ? Or nous entendons : «Je suis Charlie», un symbole de la déconstruction pour ne pas dire de la destruction de la France.

Car en France comme ailleurs en Europe, la grande majorité des demandeurs d’asile sont en réalité des personnes qui émigrent de leur pays pour des motifs économiques. Non seulement l’Europe est incapable de surveiller ses frontières, mais sa politique incite au contraire les migrants à prendre la mer entassés sur de vieux rafiots dans l’espoir de se faire repêcher et d’être débarqués sur notre continent.

Le transit des migrants, majoritairement musulmans, par l’Italie, le Kosovo, la Libye, ou la Syrie, devient donc la machine à exaspérer les Français et les Européens. Combien de temps encore avant la rupture des peuples avec leurs classes politiques ?

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Bidule dit :

    Jusqu’où ira l’incohérence des idées sur ce site ??

    Idolâtrer Viktor Orban de la

  2. Bidule dit :

    Jusqu’où ira l’incohérence des idées sur ce site ??

    Idolâtrer Viktor Orban de la main gauche, citer Toubon (défenseurs des droits) de la main droite…

    Bref, l’extrême droite ne sait plus du tout où elle en est…

  3. katlen dit :

    Excellente Analyse de cet Homme Politique de Hongrie,Mr Orban..Sur l invasion de l immigration en Europe..La France devrait se liberer de l l Europe pour ce qui est de sa securite sur cet invasion negative..

  4. daniel pilotte dit :

    Il a parfaitement raison rien à ajouter, il ne s’agit pas de racisme ou de xénophobie mais d’une réalité qu’il ne faut pas ignorer.

Laisser un commentaire