Taubira envisage d’émigrer au Conseil Constitutionnel

Rédigé par Joelle Choupet le 27 février 2015.

taubira_assemblée

Comment sortir Taubira et ses barbouzes du gouvernement sans que cela ressemble à un vidage ? Telle est la question que se pose la gôche pestilentielle. La retraite prochaine de l’actuel président du Conseil Constitutionnel, Jean-louis Debré, offre l’opportunité dont François Hollande rêvait : un parachute doré pour la Pénélope du prêt-à-prouter.

L’idée mûrit à gôche et l’info circule à droite : le Taubirator brigue la tête du Conseil Constitutionnel, une place à la mesure de son carriérisme d’opportunité : après avoir été mise en selle par Bernard Tapie, le contre-exemple du socialisme mais le parfait exemple des compromissions du PS, et après avoir vendu son âme aux marchands d’êtres humains pour un portefeuille ministériel, Christiane Taubira aimerait bien émigrer avec son homme est ses copains, autant dire «le clan des Guyanais», au Conseil Constitutionnel.

En effet, la fin du mandat de Jean-Louis Debré approchant, le comité des sages de la rue de Montpensier se retrouvera a poil, façon de parler, en 2016. Jean-Louis Debré tient la place depuis 2007 et a déjà exprimé sa préférence pour un successeur «sérieux, honnête, compétent, et même digne de siéger à cette place», Lionel Jospin. Il est assez facile de lire en contrepoint des propos de Jean-Louis Debré, son aversion pour la candidate issue de l’émigration ministérielle : celle-ci ne serait ni sérieuse, ni honnête, ni compétente, et même indigne de siéger à cette place, une opinion la plus partagée à gauche comme à droite par les Français dessous.

Les craintes de Jean-Louis Debré sont renforcées par le fait que déjà en 2013, le Conseil Constitutionnel avait été évoqué par François Hollande comme porte de sortie de la très dérangeante garde des Sceaux. La place est confortable puisque l’institution n’accouche jamais de rien, bien que doté de quelques sages-femmes. Toutefois, au Conseil Constitutionnel, le consensus est la règle et la personnalité «trop clivante» de Christiane Taubira pourrait être rédhibitoire. Une ombre plane sur le Conseil Constitutionnel, un malheur n’arrive jamais seul.

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Urbon dit :

    On peut pas la placer à la tête de SOS Racaille ?

    Ha ! Non ! Zut ! C’est là qu’on commence sa carrière au PS, pas là qu’on la termine.

    Dommage… C’est juste la place qu’il lui faut.

    Tiens, à propos, je me demandais : Vu qu’on doit économiser dans l’urgence quelques milliards d’euros (c’est l’Europe qui l’exige) on pourrait pas commencer par supprimer toutes les subventions aux associations à la con dont le but n’est finalement que de faire la promotion du socialisme ?

    Sûr qu’on l’entendrait gueuler comme une truie, la Taubira !

  2. daniel pilotte dit :

    Donc il y a de grande chance parte plus vite que prévu tant mieux ; TAUBIRA VOUE UN MÉPRIS HAINEUX CONTRE LES FRANÇAIS, SON APTITUDE AU MENSONGE, SON MÉPRIS TOTAL CONTRE LES VICTIMES DE LA DÉLINQUANCE, conseil constitutionnel ou pas elle ne mérite pas un tel poste, encore une fois de plus elle bénéficie du copinage des coquins et des copains de la décadence du gouvernement socialiste.

  3. JpB dit :

    Une indépendantiste à la tête du Conseil constitutionnel de France.

    Décidément les cons ça ose tout !!

  4. Muriel dit :

    On en a plus que ras le bol des exactions de Taubira contre la France et les Francais ,
    Retour fissa dans sa jungle de Cayenne !

  5. Toto dit :

    Mauvais débarras !

  6. katlen dit :

    Et oui ca sent pas bon, mais cette odeur acide nefaste a la sante du peuple c est cela depuis 2012…Ou s arretera cette bouffonnerie Les Socialistes prepare pour les prochains votes de fin Mars , des manipulations en leurs faveurs.. Nous esperons que ce sera DENONCER…

  7. martin dit :

    Ouais, comme ça si la droite revient au pouvoir en 2017, elle pourra faire casser toutes ses nouvelles lois …..!

  8. Pierre Berthon dit :

    Bof… on avait un délinquant au Conseil d’État, Stefanini (protégé de Juppé et fidèle d’Hortefeux).
    Une baudruche au C.C. c’est logique. On aura peut-être Moscovici à la Cour des Comptes et Sarkozy à la Cour de Cass’  ?
    On a ce qu’on mérite… allons nous faire voir chez les grecs.

Laisser un commentaire