Valls, un « crétin » : la réponse d’Onfray (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 11 mars 2015.

Michel_Onfray (1)

A la suite des déclarations honteuses du Premier ministre, Manuel Valls, sur le FN, dans lesquelles il a nommément mis en cause le philosophe Michel Onfray pour avoir osé sortir de l’idéologie ambiante, malgré son statut « d’intellectuel de gauche », ce dernier a répondu en qualifiant notamment Manu el blanco de crétin. Bien dit !

Alors que les djihadistes et autres terroristes sont désormais des citoyens français vivant au cœur de notre pays, alors que l’emploi, le logement, l’industrie, l’économie sont en crise grave dans notre pays (quand bien même ils commencent à se redresser chez nos alliés non socialistes), alors que les violences explosent, que l’antisémitisme est revenu au niveau de l’époque du Maréchal Pétain (à qui les lâches socialistes du Front Pop avaient confié les pleins pouvoirs), alors que le pays est au bord de la guerre civile… la principale menace pour notre triste gouvernement est la montée du FN et la possibilité de voir Marine Le Pen devenir présidente.

C’est en substance ce qu’a déclaré Manuel Valls, avant de mettre en cause le philosophe Michel Onfray, bien connu pour être de gauche, mais qui a récemment ouvert les yeux sur les dangers de l’Islamisation de la France.

« Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist, qui était le philosophe de la ‘Nouvelle Droite’ dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grèce, […] au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères », avait regretté Manuel Valls.

Sur le fond, on voit bien le mensonge et la malhonnêteté intellectuelle d’une gauche qui est prête à toute les manipulations pour excommunier ceux qui osent sortir du prêt à penser sauce Canal + : Onfray a juste dit qu’il préférait « une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL… ». « Les Papous vont hurler ! Mais ils ne me feront pas dire que je préfère une analyse injuste de BHL sous prétexte qu’il est dit qu’il est de gauche », avait-il ajouté. On voit bien qu’au delà de la manipulation sur les propos d’Onfray détournés, l’idéologie de la gôche française est limpide : il n’y a pas de « vérité », de « bien » en dehors de l’idéologie de gauche, donc il vaut mieux un mensonge de gauche qu’une vérité de droite…

La réponse d’Onfray ne s’est pas faite attendre. Lundi, il a appelé plusieurs radios pour donner sa version. voici quelques extraits choisis de ses déclarations :

« Je trouve étonnant qu’un monsieur qui disait sur le marché d’Evry qu’il y avait beaucoup de blancos, un monsieur qui disait qu’il fallait en finir avec le socialisme, un monsieur qui était désiré par Sarkozy pour son gouvernement d’ouverture, un monsieur qui incarne l’aide droite du PS ou est complètement indistinct de François Bayrou, me dise que je contribue à brouiller les cartes. Je ne disais pas que je préférais Alain de Benoist à Bernard-Henri Lévy mais que je préférais une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse fausse de Bernard-Henri Lévy. Ça me paraît tellement de bon sens que je suis surpris qu’il n’y ait pas souscrit »

« Manuel Valls préfère une idée fausse pourvu qu’elle soit de gauche, ça s’appelle de l’idéologie. J’ai vérifié dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin. Ce n’est pas insultant, c’est familier. Il se contente de lire les fiches que les petits gominés trentenaires lui rédigent ».

« En 2005 quand on sollicite le peuple pour lui demander ce qu’il pense de l’Europe et qu’il répond qu’il ne veut pas de cette Europe, que font Sarkozy et Hollande ? A l’époque ils nous disent qu’on va passer par le Parlement au mépris du peuple. Ce sont eux qui favorisent Marine Le Pen et qui nous disent, à nous intellectuels de gauche, que nous brouillons les cartes »

« Si ce monsieur oublie ce que je fais depuis treize ans (Ndlr : animer l’université populaire de Caen)… Si plutôt que de m’inviter, on préfère inviter JoeyStarr qui boit du whisky ou Julie Gayet ou Yannick Noah, en considérant que ce sont les seuls critères intellectuels qu’on ait à présenter, c’est leur affaire, mais ce n’est pas la mienne». Et d’ajouter sur Inter : « On voit bien que ce qui les intéresse, c’est Marion Cotillard et la carte bling-bling des paillettes ».

« Les reniements de la gauche font, créent et nourrissent Marine Le Pen ».

Rien à ajouter ! Le sectarisme de ces gens saute même aux yeux de leurs copains qui essayent tout de même de réfléchir un minimum…

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. minable mais digne dit :

    Aie, aie, aie,….. la vacuite intellectuelle (pour ne pas dire l’escroquerie) commence a se voir de plus en plus !

    Une pensee avec « un peu » de compassion a tous ces Francais qui ont votes Flamby en 2012 et qui s’apercoivent qu’ils se sont faits entuber !

    Le probleme de la democratie c’est que cela favorise le choix de la masse, qui mathematiquement n’est pas la plus intelligente ! C’est une regle de la nature.

    La prochaine fois : apprenez a reflechir ou ne votez pas !

  2. Urbon dit :

    Valls, un crétin ?

    Non, c’est bien pire que ça. C’est un fou.

    Valls est un petit dictateur en herbe qui pense avoir trouvé le moyen d’imposer sa police politique.

    Pour le moment, il s’amuse à jouer le clivage, à dresser les gens les uns contre les autres. Il excite ses troupes antifa un maximum, dans l’espoir qu’un abruti comme Clément Méric finisse par se prendre une raclée.

    Une fois que le sang aura coulé bêtement, il en profitera pour faire interdire le FN, sans autre forme de procès. C’est déjà ce qu’il a fait avec quelques mouvements d’extrême droite sans grande importance, il n’y a pas si longtemps. C’était un test. Tout le monde a laissé faire, il veut maintenant passer à la vitesse supérieure.

    En Grèce, c’est aussi et exactement cette politique que mène la gauche au pouvoir contre l’opposition d’extrême droite. Une gauche qui a trahi son peuple et qui s’avère tout aussi européiste que le gouvernement précédant.

    Suite à la mort d’un militant antifa provocateur et violent dans un affrontement à la con, le gouvernement grec à tout simplement déclaré qu’Aube Dorée était une organisation criminelle puis a jeté en prison son dirigeant, ainsi que de nombreux députés démocratiquement élus.

    L’Europe utilise les ambitions totalitaires de la gauche pour faire taire les réticences nationalistes un peu partout.

    Interdire les partis d’extrême droite est prévu de longue date par l’Europe. La première excuse bidon sera la bonne. L’extrême gauche fournira les martyrs.

    Valls est trop comptant d’obéir aux directives européennes. Il sait très bien que ces procédés ne sont pas démocratiques. Il se justifie en invoquant des raisons d’état, en prétextant que le FN n’est pas un parti démocratique, il n’est pas à un mensonge près.

    Tout ce qui intéresse Valls, c’est de conserver le pouvoir.

    Une fois qu’il se sera débarrassé du FN, l’Europe ne lui sera d’aucun secours. Il lui faut donc discréditer non seulement l’extrême droite, mais toute la droite.

    Pour ça, il fait procès sur procès à Sarkozy. Aux autres dirigeants de l’UMP réputés un peu trop à droite également. Mais ça ne lui suffit pas encore. Il veut faire en sorte que la droite se déchire elle même dans un combat fratricide. Il veut se débarrasser de toute opposition.

    D’un côté il pousse les électeurs de l’UMP à voter FN en mettant en avant ses stars du laxisme et de l’immoralité, Taubira et Belkacem. De l’autre il s’amuse à stigmatiser les électeurs FN jusqu’à ce que ses troupes antifa, se sentant intouchables et dans leur droit, poussent trop loin le bouchon et les fasse sortir de leurs gonds. Quand il accusera le FN d’être à l’origine des débordements, pour interdire le parti, l’UMP saisira l’occasion pour récupérer ses électeurs et lui donnera raison. Si c’est bien temporisé, il se garanti la victoire aux prochaines présidentielles.

    Les solutions préconisées par le FN apparaissait peut être, hier, comme extrêmes ou exagérées dans l’opinion. Aujourd’hui elles apparaissent nécessaires à beaucoup de gens intelligents, voir même insuffisantes. Certains mouvements politiques ont vu le jour qui envisagent des solutions plus radicales.

    En fait, ce n’est pas le FN qui se dé-diabolise, ni l’opinion qui s’habitue et se fatigue du discours moralisateur de la gauche sur l’extrême droite. C’est la situation qui empire et qui exige maintenant des solutions radicales. Le temps des demies mesures est passé.

    Valls le sait bien. L’argument comme quoi le FN ne serait pas un parti démocratique fait doucement rire. Mais il continuera de le marteler jusqu’à en avoir la preuve, même si il doit monter de toute pièce un dossier fallacieux. Ce qu’il fait.

    Ce n’est pas non plus en rendant le suffrage universel obligatoire qu’il rendra à la démocratie ses lettres de noblesse, si je puis dire. Certes, l’abstention fait le jeu du FN, mais Valls sait que si les gens préfèrent s’abstenir qu’aller voter, c’est justement parce que la démocratie ne fonctionne pas comme elle devrait.

    Une démocratie, ce n’est pas qu’un droit ou qu’un devoir de vote. Ce sont des institutions et il faut les respecter. Les socialistes sont les premiers à s’arroger la possibilité de corrompre les institutions, sous prétexte qu’on a voté pour eux.

    Accuser le FN est un moyen de détourner l’attention, de fausser le débat, de noyer le poisson. D’autant plus que le succès du FN tient surtout au fait qu’il entend redonner au peuple son autorité. Tout espoir de vraie démocratie doit mourir.

    Quand l’éducation nationale, par exemple, s’autorise à inculquer aux enfants des valeurs qui sont en contradiction avec celles de leurs parents, qu’en est-il de la démocratie ?

    Quand la Justice laisse aller en liberté dans les rues une racaille violente qui terrorise les habitants des cités, où est la démocratie ?

    Quand on négocie avec les islamistes le port du voile, alors que dans n’importe quelle religion la signification du voile est la même, que le porter montre clairement l’intention de ne suivre que des règles religieuses et que cela n’est pas permis en dehors des couvent et autres monastères dans un pays laïque, que fait la démocratie ?

    Et la liberté d’expression qui est fonction du message, suivant qu’il est politiquement correct ou pas, c’est démocratique ?

    Il y a sûrement de meilleurs exemple mais je ne vais pas faire ici un inventaire sur l’état de la démocratie. Elle est mal en point et tout le monde est d’accord là dessus.

    Le FN est le principal parti qui propose de redonner à la démocratie son vrai sens et entend protéger le bon fonctionnement des instituions. Les autres partis ne veulent même pas aborder le sujet et les Français ont le sentiment d’engraisser une caste dirigeante aux ordres, qui se paye leur pomme par dessus le marché. Le FN est donc l’ennemi numéro un.

    Non seulement Le FN est l’ennemi numéro un en France, parce qu’il s’oppose à la tyrannie de Valls. En plus c’est l’ennemi numéro un en Europe parce qu’il refuse l’Europe technocratique de Juncker.

    Au FN, le refus des instances politiques qui font l’Europe n’est pas une question de xénophobie ou de repli sur soi, mais bel et bien une question de fonctionnement démocratique. Prétendre le contraire, comme le fait Valls, c’est ni plus ni moins mentir aux Français. Lire le programme du FN avec comme grille de lecture le refus de la démocratie est une complète aberration, de la mauvaise foi et rien de plus.

    Mentir aux Français, c’est devenu tellement une habitude… Tout le monde trouve ça normal. Un élu pris en train de mentir devrait poser sa démission illico.

    De toute façon, le mensonge porte sur le FN et les Français sont éduqué depuis le plus jeune âge avec ce mensonge…

    Bref, l’ennemi de la démocratie c’est Valls. C’est Valls qui provoque les Français et pousse au désordre, délibérément, pour justifier son coup d’état à venir. Le coup d’état aura sans doute l’apparence d’une élection, mais les opposants seront en prison !

    Du gauchisme pur et dur.

    Il faudrait commencer à s’en rendre compte à droite, car si l’UMP perd ses électeurs, ce n’est pas sans raison. Faire alliance avec des socialistes qui gouvernent sans respect pour les instances démocratiques et refuser de considérer Le Pen avec le respect qu’elle mérité revient à cracher au visage des Français, à nier les principes de la représentation électorale.

    Les Français ne sont pas des cons. Ils se rendent bien, compte de ce qu’il se passe avec la gauche. Ils ont du mal à y croire tellement c’est gros, tellement c’est abusé. Ils attendent de voir comment ça va évoluer. Qui va faire quoi ?

    Le moment venu ils vont se réveiller. Ce jour là, tous ceux qui sont au pouvoir, UMP ou PS, auront chaud aux miches. L’UMP ferait bien de prendre ses distances avec la gauche dès aujourd’hui.

    Alors, c’est vrai, il y a bien quelques racistes au FN. Il y en a dans tous les partis. Un parti qui n’a cesse de dénoncer le racisme d’untel ou untel est d’ailleurs bien plus inquiétant qu’un autre. Surtout quand il s’agit de la France, un des pays les moins raciste qui soit.

    Comment peut-on réclamer toujours plus de travailleurs immigrés pour occuper des emplois non qualifié, soit disant qu’on ne choisit pas quelle immigration, puis se prévaloir de bons sentiments et d’humanisme ?

    Les Français, y compris ceux qui sont d’origine immigrée, savent très bien où est leur intérêt et ce n’est pas avec des leçons de morale qu’on les en détournera. Les Français ont le droit d’exiger une vraie politique familiale ou de refuser une immigration massive, peu importe leur origine. Les Français ont le devoir de préserver leur culture, peu importe qu’il l’ai adopté ou non. Aimer son pays, voila le programme !

    Rien de plus naturel, c’est valable pour tout le monde… Sauf pour quelques antifas surexcités qui se prennent pour les citoyens du monde et qui veulent décider pour les autres.

    Enfin, les Français qui votent FN sont rarement d’accord entre eux, le FN n’est pas loin d’éclater, il prend de l’ampleur trop vite, de façon un peu anarchique. Mais cela n’a pas encore d’importance. Ce qui importe, pour le moment, c’est de dégager la mafia qui gangrène nos institutions tout en se prévalant de bons sentiments. Il sera toujours temps de discuter ensuite, entre gens qui se respectent, qui respectent le vote des électeurs.

    Valls est aux abois. Il est prêt à tout pour pousser le FN à la faute. Même à accuser les siens de pactiser avec l’ennemi. Exemple Onfray. Ceux qui lui resteront fidèle finiront par montrer les crocs, comme de petits roquets hargneux.

    En réalité, faudrait déjà commencer à faire les comptes.

    Combien de militants FN agressés par les antifa sans que le FN ne réagisse ?

    Beaucoup.

    Encore un petit effort de Valls et c’est lui qu’on jettera en prison, grâce aux lois qu’il a fait voter pour mieux se débarrasser de ses ennemis politiques : Incitation à la haine envers les Français de souche avec comme circonstance aggravante sa position dominante au gouvernement.

    La France est aux Français, ce sont eux qui décide de leur avenir. Valls n’a rien à imposer.

  3. daniel pilotte dit :

    Manuel valls est le pire des premiers ministres, dès qu’un ou une député(e) pose une question au premier sinistre le mettant en porte à faux l’arme de valls ; les insultes, le blasphème, il diffame avec une telle arrogance déconcertante.

Laisser un commentaire