Nabilla a une chance sur 100 000 de mourir d’un cancer du sein

Rédigé par Joelle Choupet le 21 mars 2015.

Nabilla_Benattia_in_South_Beach

Le Parisien révèle ce 17 mars 2015 que 18 femmes sont décédées en France entre 2011 et 2014 des suites d’un cancer du sein provoqué par une prothèse mammaire. Or actuellement, 400 000 dames hexagonales utilisent cet artifice pour paraître plus rondes et plus femmes, un acte militant contre la théorie du genre dont la bravoure combative force le respect !

Parmi ces jolies fleurs de la Nation, l’une d’elle à peine éclose, 23 ans, doit l’essentiel de sa carrière aux morceaux de silicone qui ont enflé son audience médiatique : l’inénarrable Nabilla, aux charmes orientaux tout autant que désorientés, auxquels même un Jean-Marie Lepen a avoué être sensible. Que dire de Dominique Chausse-Cannes à la rugueuse pharmacopée ?

La statistique est immédiate : la probabilité pour Nabilla de mourir d’un cancer du sein pour ses mamelons prothétiques est égale à 18 divisé par 4 ans divisé par 400 000, généreusement arrondi à 1 sur 100 000. La nation toute entière frémit au péril insensé de la plantureuse animatrice, rongée de l’intérieur par ses renforts volumiques, par pur esprit de sacré fisc. Quel altruisme ! A Nabilla la nation reconnaissante.

Comment dans cette situation les enfoirés osent-ils s’en prendre à Nabilla, enferrée aux portes de la mort cancéreuse, quand un Michaël Youn ose déclarer : «Mettre le psy au 23e étage, c’est aussi dangereux que d’ouvrir une coutellerie devant chez Nabilla !».

La chaude étoile à hydrogène sulfureux de la télé-réalité n’a pas répondu à cette pique qui faisait allusion aux déboires de son petit ami, Thomas Vergara, poignardé à deux reprises à coups doux à Coudoux dans les Bouches… du Rhone, et avec le sourire, tout le charme de Nabilla. C’est pourquoi Marisol Touraine réfléchit à l’introduction de certains objets dans l’anatomie des animatrices de la télé-réalité, dont Nabilla pourrait être la première victime à cause d’un cancer de la pose trash.

Le ministère de la Santé est tout entier en alerte. En effet, le Parisien révèle que «d’ores et déjà, au ministère de la Santé, l’état de vigilance maximum est déclaré», car les disques (mammaires) de Nabilla sont trop grand. «Cette nouvelle affaire rappelle le scandale des prothèses PIP», conclut le quotidien.

Laisser un commentaire