La stratégie de Najat Vallaud-Belkacem pour imposer le genre au collège

Rédigé par Louis Blase le 23 mars 2015.

Najat_belkacem_1

La réforme des collèges prévoit l’introduction des enseignement pratiques interdisciplinaires (EPI) dont les thèmes offrent tous les «chevaux de Troie» rêvés par le lobby LGBT pour y introduire la théorie du genre sans en avoir l’air, voire imposer la pornographie pour tous les âges comme cela est proposé en Suisse.

Dressons la liste des huit thèmes retenus pour les EPI : développement durable, information, communication, citoyenneté, culture et création artistiques, corps, santé et sécurité. Connaissant maintenant le fondement idéologique de l’action gouvernementale, ses mensonges et sa novlangue associée, il n’est pas très difficile d’imaginer les thèmes où les endoctrinements seront placés.

«Naturellement» Najat Vallaud-Belkacem en profite pour détruire les matières structurantes et menace l’enseignement des langues anciennes qui fondent notre culture et notre identité, singulièrement le latin et le grec. Elle affiche une volonté de supprimer tout dispositif réputé élitiste, mais ne fait qu’entraîner l’école de notre République dans son propre néant malpropre. Qui arrêtera ses saccages ?

The last but not least, l’objectif inavouable d’accoler son nom à une loi motive plus que jamais notre égérie nationale, sachant l’élection d’un président socialiste impossible en 2017. Comme la loi Taubira, la loi Belkacem disparaîtra avec le fonds de commerce du parti socialiste aux abois. C’est finalement une chance pour la France qu’elle fasse campagne pour les élections départementales, car pendant ce temps là, l’école augmente ses chances de survie.

Pendant ce temps là, nos professeurs s’enfoncent dans la désespérance de voir la gôche défaire ce que la droite avait pourtant réussi à faire de bien : singulièrement le recentrage des programmes de l’école primaire sur les fondamentaux : lecture, éctriture, calcul, histoire, géographie. Vincent Peillon avait annoncé la couleur, gris violacé tirant sur le vert caca d’oie de la mort culturelle, Najat Vallaud-Belkacem confirme la descente aux enfers : déculturation et endoctrinement totalitaire «pour libérer» les enfants dès la maternelle, et niveler la bêtise au collège. Dans l’hypothèse où elle serait sincère, elle ne trompe qu’elle même et accélère sa mort politique.

Le vent désertifiant du Sahel souffle sur la France. La ministre de l’Education Nationale veut tout changer pour le pire. Connais-toi toi-même.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. Urbon dit :

    Najat ferait bien d’aller se cacher. Elle a une grosse part de responsabilité dans la débâcle de son parti aux départementales.

    Faut dire aussi qu’elle est complètement à côté de ses pompes. La réalité du principe démocratique lui échappe.

    Des parents qui vont jusqu’à refuser d’envoyer leurs enfants à l’école, tellement l’école de la « République » a pris le parti de s’opposer aux valeurs traditionnelles que les parents transmettent à leurs enfants, ça aurait du lui mettre la puce à l’oreille. Mais non, il suffit de menacer les parents… Vachement intelligent. Maintenant, les parents votent contre tout un gouvernement pour la faire dégager coûte que coûte, elle en particulier.

    Expérimenter la théorie du genre sur les enfants n’étaient pas non plus la chose à faire. En tout, cas pas comme ça ! Instaurer la journée de la jupe, quand les mamans à la sortie de l’école sont toutes en niqab, c’est de très mauvais goût. Le genre dans le 3ème arrondissement de Paris ne doit pas très représentatif du genre dans le reste de la France. Les bobos et leurs délires pédérastes minoritaires… Les gens votent aussi pour affirmer une identité de nos jours. C’est dingue mais en France, on n’a pas tous la même.

    En démocratie, la classe dirigeante a tout intérêt à s’intégrer dans la majorité, au lieu de s’en détacher puis de revendiquer ses propres droits dès qu’on essaye de l’écarter du pouvoir. La représentativité a bon dos.

    _ « Moi, en tant que femme noire homosexuelle, j’ai le droit de… Blablabla. »

    _ « Toi, en tant que beauf de souche qu’on sait même pas qui tu es, t’as déjà tout eu, maintenant tu passes ton tour ! »

    L’identité de Najat est un affront à tous les Français mais ce n’est ni une question d’origine ni de sexe, c’est une question de reconnaissance. Les Français ne lui doivent rien. Qu’elle mette ainsi en avant son identité pour obtenir la reconnaissance qu’elle n’arrive pas à obtenir autrement, c’est scandaleux.

    Si Najat est au ministère de l’éducation alors qu’elle revendique une identité différente, qu’elle se fait passer pour une victime, comme le fait Taubira à la justice, c’est afin d’entreprendre sans inquiétude des réformes outrancières. Ces deux ministères doivent garantir une certaine indépendance politique. C’est tout le contraire qu’il se passe, c’est le ministre qui a carte blanche pour corrompre les institutions, au nom de la lutte contre les inégalités. Des inégalités mises en scène, fantasmées, mais omniprésentes…

    En fait, à partir du moment où Najat a commencé à parler d’enseigner une nouvelle morale laïque, on peut dire qu’elle avait tout faux. Réformer la morale républicaine va bien au delà de ses prérogatives. Elle aurait du tâcher de défendre la morale existante au lieu de nous imposer celle de ses camarades FEMEN.

    Il est indispensable de respecter la neutralité politique de l’institution scolaire. Faire de l’école un lieu de propagande politique et encourager les associations militantes de gauche à y mener leur combat contre la droite est une trahison envers la démocratie.

    Avec Najat, les Français ont pu se rendre compte des intentions totalitaires de la gauche.

    Mais dans un pays libre, où l’enseignement ne néglige pas de décrire la chute du communisme, il est quand même étonnant que 37% des électeurs votent encore pour des partis soviétiques. Le déni de la réalité est évident.

    Ce déni, qui consiste à prétendre que le « vrai » communisme n’a jamais existé en réalité, persiste à donner aux idéaux de gauche une chance supplémentaire de réalisation, comme si il était possible de construire quelque chose de durable avec.

    En vérité, l’enseignement scolaire se garde bien d’analyser les raisons profondes de l’échec des idéaux de gauche. Il faut que le mythe survivre. Si personne ne croit plus, au parti socialiste, que les hommes peuvent tous vivrent avec les mêmes revenus ou le même poids politique, il est bon d’entretenir l’illusion. Le Front de gauche y croit encore et peu importe qu’il se lamente de trahison. C’est le deuil des méthodes totalitaires et propagandistes que la gauche refuse de faire : La démocratie entre gauchistes…

    Pour lutter contre la droite, la gauche estime que tous les moyens sont bons. Heureusement, pour remettre la gauche à sa place, les urnes sont encore là.

    Le FN qui prend la tête dans plus de 40 départements, ce qui ne s’était jamais vu, alors que la gauche n’a pour seul argument de campagne que de lui faire barrage, et l’UMP qui en fait tout autant, ne se contentent pas d’adresser un simple blâme à la gauche. Ce n’est pas juste le manque de résultat qui… C’est une véritable condamnation à mort. La gauche n’a plus aucune crédibilité dans le paysage démocratique. La gauche n’est pas démocratique !

    Aujourd’hui, tous les Français se sentent beaufs, fachos et sans dents. Tous un peu racistes, tous un peu sexistes, mais dans le fond tous bien plus tolérants que n’importe quel gauchiste.

    Najat, Taubira, Valls, Hollande : Démission !

    • LIEVRE dit :

      Je partage à 100% votre analyse mais n’aurait pas été capable de la transmettre aussi clairement, Merci !

  2. JpB dit :

    Très bonne analyse Urbon !
    Oui Belkacine n’a rien à faire à ce poste, pas plus qu’Hollande et son 1er Sinistre.

    Très beau score du FN qui se battait seul contre les insultes haineuses incroyables de l »Umps et contre la prime évidente aux notables sortants de l’Umps habituelle dans ce genre d’elections.

    8 élus dès le 1er tour et en tête dans plus de 40 circonscriptions, c’est effectivement énorme et cela démontre la révolte des français.

    Mais la gauche ultraminoritaire ne les écoutera pas….une fois de plus.

  3. Jean-Pierre CANOT dit :

    J’ai peur pour mon pays disait l’autre !

  4. daniel pilotte dit :

    Avec Najat Vallaud-Belkacem l’éducation nationale est partie droit dans le mure, Najat Vallaud-Belkacem persiste dans la bêtise humaine.

  5. Tessam dit :

    C’est insupportable. Va-t-on supporter longtemps cette femme, et d’autres au gouvernement, qui veulent autant de mal à la France, à chacun des Français, à l’intégrité de la nature humaine et à sa dignité ?

  6. Denis dit :

    Vous dites n’importe quoi. Il n’a jamais été question de parler pornographie aux gosses, mais leur expliquer ce dont vous parlez tout le temps : le sexe.
    Hors, je vous rappelle que nous sommes en France, pays de la culture, et justement du romantisme. Le sexe fait partie intégrante de notre quotidien et il ne faut pas en avoir honte.
    Ne pas en parler aux enfants, c’est de l’obscurantisme, et celà peut les amener à se braquer contre et devenir des extrémistes de quelque religion que ce soit (les extrémistes chrétiens ne valent pas mieux que les extrémistes juifs ou le DAESH).
    Votre façon aussi de parler de cette femme, est honteuse. Vous ressemblez tous à une bande d’iconocalstes.Si vous aviez sa compétence, vous seriez à sa place, mais vous ne l’avez pas…

Laisser un commentaire