PS : Qui me paiera ma tartine au Brie ?

Rédigé par Joelle Choupet le 03 avril 2015.

martine-aubry-francois-hollande

Après l’échec électoral de Manuel Valls, Martine Aubry compte sur la multiplication des pains : bing ! bong !. Combien de chèques flatteurs peut-elle attendre du cheikh Robert de Roubaix ? Question aussi centrale que de savoir si le fromage du corbeau de la fable était un Brie. D’où l’expression bientôt célèbre : «La Martine au Brie conte Robert».

Honteuse et confuse, Martine Aubry expurgea son ramage vengeur contre les valseuses aux départementales : «Il est insupportable qu’on dise, comme le premier ministre le soir du premier tour, que c’est une victoire car le FN n’est pas la première formation politique de France». Selon elle, Manuel Valls a commis une «erreur profonde». Ceci confirmant cela.

En s’attaquant au plumage du FN «par devant», alors que la pratique ancestrale du PS est «par derrière», Manuel Valls a provoqué la peur d’être perché, celle qui élève le vote FN au dessus des cimes. Notez que Martine connaît ses caciques. Car, pour Martine Aubry, le coup de projecteur médiatique sur le Front a caché les Pieds. Le corbeau confirme : «C’est une aberration de dire qu’il n’y a pas de demande de gauche ou de dire que c’est de la faute des Fronteurs». Serait-ce alors la faute des Piedeurs, les hôtes de ces bas ?

Le renard avait pourtant appelé en octobre dernier à «en finir avec la gauche passéiste» qui empeste le fromage rance. Le corbeau lui avait répliqué en reniant son stéréotype de plumé : «Je ne suis qu’une volaille du passé», et votre fromage est Votre fromage : «un vote de protestation par rapport à la politique nationale». Et pour montrer sa belle voix, la Martine ouvre un large bec, et (jurons non reproductibles dans un article pour tous publics), laisse tomber son Brie.

À l’Assemblée, une vingtaine d’élus se jettent dessus, mais il leur reste encore en travers de la gorge : «Il y a une volonté de sanctionner le pouvoir», a ainsi estimé en vidant son verre le député de l’Hérault Christian Assoif, tandis qu’un autre zélé déplumé a évoqué «un vote de punition» et un zélote à poils (car c’est un mammifère) : «une abstention militante de l’électorat socialiste».

Mais mardi soir, Martine Aubry a fixé un ultimatum à Valls l’exécuté : «Mais qui me paiera ma tartine au Brie ?».

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. katlen dit :

    HA , elle est pas mal..Cette tartine au Brie..mais peut etre un peu trop avariee…hehehe

  2. toto dit :

    Combien ça valls, une tartine au Brie ?

  3. Thevenet dit :

    Et mon Gateau ?

    HOLLANDE LE ROI DE L’ ILLEGALITE

    Après sa déclaration de patrimoine juste sous l’ISF, ….

    Le haut fonctionnaire François Hollande, qui a travaillé pour la Cour des comptes, ne s’est pas mis en indisponibilité mais … en détachement, pour exercer ses fonctions politiques. Ce petit détail peut paraître anodin.
    Simplement, en restant en détachement, François Hollande continue à faire tourner son compteur retraite.

    Selon les calculs de *Marianne*, sa retraite
    atteindra… 35 700 euros par mois.

    *La loi interdit pourtant de faire ce qu’a fait Hollande*

    http://www.marianne.net/Francois-Hollande-une-retraite-normale_a243195.html

    Avec un tel patrimoine, on comprend qu’il n’aime pas les « sans dent », ce cher socialo !

  4. daniel pilotte dit :

    Le parti socialiste est le parti du fromage ; François Hollande est une mimolette de hollande, la tartine de au brie, ne me semble plus un mét dans délectable, madame 35 heures n’a plus de delors entre les mains, son département vient de subir un coup de grisou, en prenant une bonne droite magistrale.

  5. toto dit :

    relire « Tarte aux poils sur commande » dans la collection San Antonio. Il y a des rapprochements à faire.

Laisser un commentaire