Une semaine en Hollandie, #118

Rédigé par Nikkopol le 23 juin 2015.

hollande_montre

Une grosse semaine dont la médiocrité de nous gouvernants s’est étalée aussi facilement que du Nutella sur une tranche de pain. Et justement, cette semaine en Hollandie a grandement contribué au succès du Nutella…

Ségo en majeure. La Madone du Poitou est une personnalité à part. Sans doute la seule ministre de la V° République à vouloir traiter les dossiers sans en ouvrir un seul. Sa carrière est juchée de plantades spectaculaires, de coups d’éclats qui finissent en eau de boudin, d’envies de révolutions qui finissent comme de vieux étrons au fond du caniveau. La dernière en date, après le très joli coup de l’écotaxe, fut le désormais célèbre « Nutellagate ». C’est que la cruche s’est mise en tête de sauver le monde ! C’est en effet dans ses attributions. Et devant son incapacité à faire signer un tout petit accord par quelques grands pays autour de la préservation de 3 espèces de cafards à la con, elle a eu recours à sa stratégie habituelle : le combat médiatique. Cette semaine, tant pis pour l’Italie et son fleuron industriel, Ferrero, elle s’est attaquée au Nutella ! « Pour sauver le monde, il fallait moins manger de Nutella » a-t-elle osé déclarer… En référence à l’utilisation de l’huile de palme dont l’exploitation par l’agroalimentaire a longtemps contribué à la déforestation massive dans de très nombreuses zones. Sauf que, fidèle à son habitude, elle ne sait pas de quoi elle parle, la première ex de France ! Elle n’a même pas pris le temps de lire une étiquette de Nutella, la mère : cela fait des années que le groupe italien n’utilise plus d’huile de palme dans sn Nutella ! Les italiens sont montés au créneau, ont fustigé cette bécasse qui se bat contre du vent, tant et si bien que la mégère a du s’excuser… Dis donc, la grosse, t’es ministre, putain ! Que tu passes pour une conne, après tout, c’est assez logique, mais essaie de souvenir que ta carte te visite implique un minimum de retenue…

Transfert. C’est l’été qui s’annonce et avec lui, les terrasses, le rosé et les gros transfuges ! Ca concerne les clubs de foot et de rugby, naturellement, mais aussi les chaines de télé ou encore les antennes radio. Mais en Hollandie, ça concerne également les hauts fonctionnaires. En effet, les cabinets se refilent tel conseiller ou tel expert, au bon vouloir des ministres, naturellement. Et puis, comme la saison des élections arrive à grand pas, certains n’hésitent pas à préparer l’avenir… Autrement dit, la défaite étant sinon certaine en tout cas très probable, mieux vaut mettre son gros fessier à l’abri plutôt que de risquer de se trouver fort marri quand la gauche sera partie ! Ainsi cette semaine nous avons enregistré le départ d’un quidam d’un sous ministère : le dir com du ministère des transports, occupé par un tout autant quidam, Alain Vidalies. Grégoire Kopp, c’est son nom, ne sait pas faire grand’ chose, et pour cause, il est haut fonctionnaire. Et puis la com’ d’un ministère, à part de très beaux sites internet et de très couteuses photos du ministre, entre nous, c’est pas là qu’on apprend à faire des tas de trucs utiles… A défaut de savoir bosser, donc, il connaît un peu les transports. Et bien il vient de se recaser à la communication de… Uber, l’ennemi juré de son désormais ex patron ! « Très heureux de rejoindre Uber France, société de technologie qui évolue aussi rapidement qu’elle fait bouger la société » a-t-il tweeté ! Dommage qu’il n’ait pas été aussi enthousiaste devant l’innovation quand il était au ministère… Conflit d’intérêt, vous dites ? Non, sans blague ?

En campagne. C’est quasi officiel, et bien qu’il s’en défende, il est évident pour chacun que le nain est en campagne. On le revoit serrer des mains (et tant pis si des trésors d’inventivité sont déployés pour faire venir quelques militants socialistes sur son chemin des écoliers) à des foules en liesse, on le voit accueilli en héros, on le voit acclamé, détendu et souriant. Bon, c’est vrai que quand le public est plus difficile à contrôler, des sifflets à tout rompre se font entendre généreusement, comme au Mans par exemple. C’est vrai que la section locale du PS ne permettait pas de remplir les gradins des 24Heures… Pépère est donc en tournée, et ses ministres multiplient les gâteries pour son public. Cette semaine, ça a été de la grande distribution… à retardement ! Les fonctionnaires, bastions d’électeurs gauchistes dont il faut garantir la fidélité de l’isoloir, ont ouvert le bal du clientélisme. La vieille bique de Lebranchu a annoncé une vaste remise à plat de leur système de rémunération, dont personne ne comprend ni le sens ni les modalités. La conséquence, par contre, est bien comprise par tout le monde : les fonctionnaires seront augmentés à partir de… 2017 ! Formidable calendrier de la réforme qui tombe souvent juste, faut le reconnaître ! Bon, la facture sera envoyée en 2018, forcément… Les ultra marins ne furent pas oubliés, naturellement, eux qui sirotent tranquillement au biberon de la subvention républicaine et qui, légitimement, grossissent traditionnellement les rangs gauchistes ! A la Réunion, Valls a annoncé que l’Etat allait financer 4 400 emplois aidés supplémentaires alors que l’île en compte déjà près de 40 000 sur 843 000 habitants, ratio absolument imbattable ! Pire, il a également dit que le gouvernement prendrait une ordonnance, avant la fin de l’année, pour inscrire dans les appels d’offres des marchés publics une clause favorisant les entreprises employant des Réunionnais. Tout cela est inconstitutionnel, discriminatoire, mais au nom de la solidarité, de l’égalité, du Bien, tout est désormais possible pour une Hollandie aux abois…. Et ce sont quelques millions d’euros supplémentaires qui vont venir s’échouer sur les plages réunionnaises, en espérant que les requins qui tournent au large de l’ile, ne viennent pas alléger les enveloppes d’un malencontreux coup de dents…

Campagne toujours… Ah nos compatriotes musulmans, eux qui ont été si gentils avec la Hollandie alors en projet, puisqu’ils ont voté à plus de 93% pour le donut corrézien à la dernière présidentielle. Il convient de les rassurer et donc de les servir parmi les premiers. Alors c’est vrai, on ne se gêne pas. Sarko organise un débat sur la place de l’Islam dans la république ? C’est répugnant, c’est immonde, c’est une dérive vers le front national, c’est insultant, raciste, homophobe. Pépère ne mange pas de ce pain-là, jamais. Il va voir Boutef, le légume en babouches algérien dont l’encéphalogramme est plus plat que celui d’une lampe à souder, et loue son alacrité (i.e. sa gaité vive, entrainante) et même son agilité d’esprit ! « Esprit » étant sans doute le nom de son caniche nain… Et Valls organise dans le même temps une nouvelle instance de dialogue avec le culte musulman », différente du Conseil français du culte musulman (CFCM)… C’est vrai que le CFCM, c’est immonde, ça avait été créé par Sarko. Et puis c’est noyauté par les frères musulmans, alors…

Campagne enfin. Il reste une clientèle sur laquelle il va devoir s’accrocher : les profs. Ils sont nombreux à être vent debout contre la réforme en carton de Najat. La gauche étant aux affaires, ils sont tout en retenue mais le vers est dans le fruit ! L’IFOP a sorti une étude cette semaine spécifiquement sur cette population qui restait, historiquement, très attachée à la gauche. Saignant ! Jérôme Fourquet, patron du département Opinion, constate « un dévissage conséquent de François Hollande qui passe de 44% des votes en 2012 à 26% en termes d’intention de vote aujourd’hui. Une fois de plus cet électorat se détourne du candidat socialiste en partie pour des raisons catégorielles et professionnelles faciles à cerner : la réforme du collège ». Vite, des mesures clientélistes !

Collège toujours… La réforme qui vise à flinguer l’idée même d’élitisme républicain et de faire baigner le plus grand nombre dans les eaux tièdes de la médiocrité culturelle va sans doute achever un quinquennat en phase terminale. Pour déminer et essayer de sauver ce qui peut l’être, la khmer rose Najat monte des colloques et des tables rondes pour survendre son projet idéologique et pervers. D’ailleurs, les profs de n’y trompent pas : Le président de l’Association des professeurs d’histoire – géographie, Mr Tison a fortement critiqué la composition de la réunion organisée début juin sur l’enseignement de l’histoire à la Sorbonne. Il l’a jugé «très orientée idéologiquement au regard des invités» et évidemment cette assemblée partisane a clamé qu’il «ne faut pas de récit national» dans les programmes scolaires. « On est à la gauche de la gauche, en plein dans la lutte des classes et l’idéologie pédagogiste. L’idée de Laurence De Cock, par exemple, qui est intervenue lors de ces journées, c’est de dire qu’il faut révolutionner la révolution, que l’enfant doit construire son savoir», accuse Hubert Tison. Pire, le ministère s’est vanté d’organiser une vaste consultation des profs via une enquête en ligne. Bon, le machin est super pro, tout le monde peut y participer, aucune restriction d’accès n’ayant été mise en place ! Quant aux questions posées, elles sont dans la droite ligne ce que nous pondent les « experts » de ce petit entre-soi frelaté : « Dans ces projets de programmes, la contribution de votre discipline à chacun des domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture est-elle suffisamment explicite ? » Suivent une série de réponses : « Les langages pour penser et communiquer », « Les méthodes et outils pour apprendre », « La formation de la personne et du citoyen », « Les systèmes naturels et les systèmes techniques », « les représentations du monde et l’activité humaine »… Ce sont des fous furieux…

Service après vente… D’ailleurs, le ministère a imaginé un ambitieux programme d’accompagnement pour sa réforme « déconstructiviste ». Les grands penseurs dans le bons de la pédagogie réformatoire ont imaginé une « frise » pour expliquer la rénovation de l’école et donc la réforme du collège. Ou comment prendre l’opposant au Bien que représente le projet pour un demeuré complet ! Parce que cette frise est agrémentée ici et là de petits pictos pour illustrer le propos : une petite balance toute mignonne pour expliquer que c’est une mesure prise pour plus d’égalité (donc de justice !), un gentil professeur à son tableau pour vanter de nouvelles politiques pédagogiques très bénéfiques pour tout le monde (!!), ou encore le profil d’une bâtisse curieusement très XIXe siècle pour glorifier l’école de demain, plus juste, plus socialiste quoi ! L’épopée commence avec un acte Ô combien fondateur, une phrase du nain : « Je veux remettre l’éducation et la jeunesse au cœur de l’action publique ». Elle se poursuit avec un plan d’urgence qui crée 1 000 postes de professeur des écoles à la rentrée 2012 (pfiou…) et est émaillée par divers « chantiers » et autres « concertations » qui, à l’évidence, se sont déroulés entre initiés et qui ont abouti à la fameuse loi Peillon sortie à l’été 2013… Celle-là même qui permet, selon le gouvernement, de réformer le collège de fond en comble sans passer devant le Parlement… On évite naturellement les sujets qui fâchent, comme la formation des profs ou encore la diminution des horaires consacrés aux disciplines fondamentales… Putain, 2 ans…

Le réveil des consciences ! C’est marrant ces grandes personnalités gauchistes qui, arrivées à la fin de leur parcours, se réveillent et finissent par laisser parler leur bon sens, à contresens, justement, de tout ce qu’elles nous ont laissé penser depuis des décennies. C’est le bon vieux Onfray d’abord, qui se trouve aujourd’hui classé parmi es réac’ et autres activistes de la pensée nauséabonde, comme Finkelkraut avant lui. Cette semaine, la caste des néo-cons (comprenez nouveaux conservateurs) dénoncée à longueur de canards moralisateurs et bien-penssants, a enregistré un renfort de poids. Un renfort, que dis-je, une prise de tout premier ordre ! Robert Badinter lui-même, sur Radio PS, à savoir France Inter, homme de gauche devant l’éternel, phare du socialisme et gardien du temple mitterrandien, Badinter lui –même qui a reconnu que la France n’était pas en mesure d’accueillir les « migrants » comme on dit maintenant. Badinter fait son coming out à 80 balais passés ! Il n’est jamais trop tard pour bien dire, Bob…

Pendant ce temps… Pépère continue son grand chelem ! 1000 chômeurs de plus par jour depuis son arrivé au château, une dette et un déficit records, une crédibilité de la France au niveau de l’amer, des sondages à lavement, comme dirait Bérurier… C’est plus un grand chelem, c’est un strike historique qu’il nous prépare, le nain ! D’ailleurs, les chiffres ont été bidouillés avec malice pour annoncer triomphalement que la politique menée depuis 3 ans était un incroyable succès ! L’INSEE, machin d’état aux ordres, a fait une petite cuisine bien arrangeante pour les nains qui nous gouvernent : la croissance du dernier trimestre 2014 a été artificiellement et statistiquement baissé (de 0,2% !) pour « gonfler » celle du premier trimestre 2015 et faire atterrir celle-ci à 0,6 ! Que le chômage qui continue d’augmenter dans des proportions considérables sur la même période et donc contredise totalement ces chiffres bidons, ne gêne personne, en tout cas pas les éditorialistes qui gobent gentiment tout ce que leur crache les services de presse officiels pour les recracher tels quels à leur audience… Or ces chiffres ne sont pas anodins pour 2014 : ce petit magouillage d’écriture fait déraper tous les indicateurs ! Par exemple, le pourcentage des dépenses publiques dans la richesse nationale qui s’est finalement élevé à 57,5 %, soit 1 point de plus que les prévisions de la loi de finances ! Une paille qui fait de notre pays le pire de l’OCDE en la matière, derrière le Danemark désormais ! Idem, le taux des prélèvements obligatoires est passé de 44,7 % à 44,9 % et la dette publique de 95,0 % à 95,6 %. De même, le ministère du logement a miraculeusement trouvé 90 000 logements qui n’étaient pas comptabilisés pour 2014 ! Là encore, quelle chance ! Les chiffres de la construction passent donc de 266 000 logements construits à 356 000 (pour un objectif présidentiel de 500 000, rappelons-le !). En stats, les mecs ne sont pas très bons, parce qu’entre nous, près de 100 000 logements, c’est difficile à rater, non ? D’ailleurs, cette drôle de manip est intellectuellement indiscutable puisque le ministère ne s’est pas arrêté là : c’est un « stock » de 346 000 nouveaux logements qui a été opportunément retrouvé. Et comme on n’est pas à une manipulation près, on affecte ces constructions aux années de gauche au pouvoir : Comme Apparu, dernier ministre de droite du secteur, on peut s’interroger sur le fait que pour 2011, les statistiques ont été corrigées à la hausse de seulement 1 500 logements alors qu’on en a rajouté 180 000 à partir de 2012, après l’élection du nain ! Ils nous prennent vraiment pour des petits lapins de 3 semaines…

Rendez-vous au (Petit) Bard… Le Petit Bard est un quartier de la banlieue de Montpellier, une banlieue comme il en existe des centaines en France : les petits blancs ont déserté au gré de l’islamisation de la zone… Burqa, salles de prières, délinquance et incivilités ont chassé les commerces traditionnels d’abord puis les français non issus de l’immigration africaine et maghrébine. Pourquoi en parle-t-on vu que ce phénomène est relativement courant ? Et bien parce que des mamans de petits Ali, Mohamed et Yousouf se sont mobilisées pour demander plus de mixité sociale : elles veulent, et ce sont elles qui le disent, plus de « petits blonds et de petits rouquins sur les photos de classe »… Ben oui, mais pour ça, faut pas les faire fuir de vos quartiers ! Commencez par enlever le voile dans l’espace public, commencez par tenir vos ados à la maison, commencez par interdire le prosélytisme permanent de l’islam… Vous êtes la cause de la ghettoïsation dont vous souffrez aujourd’hui, pas la victime expiatoire d’une société prétendument raciste. Laissez vos rites, vos habitudes et vos pratiques chez vous, rendez votre propre environnement vivable pour « des petits blonds » et vous aurez alors peut être une chance de recroiser un môme qui soit français depuis plus de 2 générations… Qu’avec des petits blonds, il y a forcément des petites blondes qui n’ont, pour l’instant, aucune envie de partager les bancs de l’école avec des gamins qui ont intériorisé depuis longtemps l’image de l’infériorité féminine. La mixité sociale, ethnique et religieuse s’obtient à la seule condition d’une mise en veilleuse du communautarisme dont vous êtes, mesdames, et peut être malgré vous, le fer de lance. Pour vous en convaincre, regardez donc les vidéos de ces femmes dans Mossoul libérée de l’Etat Islamique et qui enlèvent leur burqa en signe de la liberté retrouvée… Elles ne sont pas moins musulmanes que vous. Mais plus libres, oui, elles le sont sans aucun doute. Et méditez, enfin, cette déclaration d’Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam d’origine marocaine. Au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, il a adressé le message suivant à ses coreligionnaires, en l’occurrence les musulmans : « Si vous n’aimez pas la liberté, par pitié, faites vos valises et partez! ». Il a ajouté: « Disparaissez des Pays-Bas si vous ne pouvez y trouver votre place! »…

A part ça, Valls ne sait plus trop où il habite. Arrivé à la Réunion, il a invité l’ile à prendre « toute sa place dans l’Océan Pacifique »… Son nouveau meilleur ami, Michel Onfray, lui est venu en aide immédiatement : « on ne peut pas être bon en foot, en tennis et en géographie… » Cinglant ! A part ça, un député spécialiste de l’enseignement supérieur, a refusé le poste de secrétaire d’état en charge de ces questions, officiellement parce qu’il considère que ce secteur mérite « un ministère de plein droit ». Officieusement, les mecs de bon sens ne veulent surtout pas monter dans le Titanic alors qu’il entre dans les mers d’icebergs… A part ça, le fameux vagin de la reine qui se prend pour une œuvre d’art et qui défigure actuellement les merveilleux jardins de Versailles, a été vandalisé cette semaine. De quoi se plaint l’artiste : en exposant ainsi ses merdes qu’il imagine des « œuvres », ne recherche-t-il pas une forme d’interactivité avec le public ? A part ça, la loi Macron continue son œuvre de dissolution de la gauche au pouvoir. Désormais, on fait passer des amendements qui n’ont rien à voir avec les lois, on ne les discute même pas en commission et on les fait passer par le 49-3… C’est un peu technique, mais c’est surtout anticonstitutionnel dans l’esprit comme dans la lettre… Mais on s’en fout, c’est pour faire le Bien, alors on peut le faire… A part ça, rien.

Allez, bon weekend et bon courage.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Pierre dit :

    Excellentissime !

  2. daniel pilotte dit :

    Brillantissime article NIKKOPOL, rien à ajouter que du bonheur, bravo félicitations.

Laisser un commentaire