Régionales : Bartolone est-il sincère ?

Rédigé par Louis Blase le 02 juillet 2015.

Claude_Bartolone_(2)

La Chambre régionale des comptes a émis des doutes sur la sincérité des comptes de la Seine-Saint-Denis, département géré par Claude Bartolone entre 2010 et 2012, avant qu’il ne subtilise le très convoité perchoir à l’ex antépénultième du Président, Ségolène, alors en déshérence politique par les sortilèges de l’ex-en-titre du Président, Valérie.

Heureusement pour Flamby, Julie ne se mêle pas de politique, seulement de pots catalytiques quand elle se présente comme «la fiancée du résident» (de l’Elysée, ndlr) au volant de sa Ferrari. Personne n’est au courant sauf elle… et la femme de ménage car elle fait la cuisine là ou la Pompadour ouvrageait en crèmes fouettées et fanfreluches à ses heures perdues, bonjour les casseroles. C’est pourquoi, la sincérité semble être la vraie question posée à toute cette gente de damoiseaux voyageurs en charge de la chose publique, n’est-il pas ?

La cour des comptes peut-elle pointer «une gestion mauvaise» par inadvertance ? Il semble que non. En effet, les Sages ont repris toute la gestion financière de la Seine-Saint-Denis depuis 2010, le département de France qui compte le plus de grosses cylindrées aux financements douteux. Or, à cette date, Claude Bartolone faisait mine de gérer la Seine-Saint-Denis ; Bartolone est précisément l’homme qui se présente aujourd’hui au suffrage des Franciliens pour présider aux destinées du berceau de la France. D’où la légitime question mise en exergue du titre : Bartolone est-il sincère ?

Des doutes légitimes peuvent être émis, car dans le rapport publié cette semaine, la Cour des comptes fustige le « manque de fiabilité et de transparence » dans les comptes du département. Pire : entre 2010 et 2013, le département aurait inscrit dans les comptes «des recettes incertaines», doutant de «la sincérité des budgets». Est-ce bien raisonnable de se présenter comme candidat (socialiste, ndlr), aux régionales dans ces conditions ?

Mais la Cour des comptes ne s’arrête pas là : le département, toujours dirigé par la gauche, n’a pas su gérer ses ressources humaines : «temps de travail très inférieur à la base légale annuelle» et «politique d’avancement et de promotion interne très favorable», citations reprises cette semaine par les journaux dont Valeurs Actuelles. De là à soupçonner le favoritisme des copains-coquins et les petites promotions entre amis, il n’y a qu’un pas, et même s’il n’est pas écrit, beaucoup le pensent.

La Chambre régionale des comptes estime encore que la Seine-Saint-Denis est déchirée entre la réduction inédite des dotations de l’État et l’augmentation des prestations sociales malgré la crise. Or c’est là l’emblème des clientélismes qui ont fait le socialisme des 30 dernières années, les trente piteuses. Sincèrement, peut-on confier la gestion d’une région aussi centrale que l’Ile-de-France à un homme dont les comptes ne seraient pas sincères ? Les mauvais comptes font les mauvais amis, mieux vaut ne pas s’y risquer.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Ha ha ha….Bartolone, le guignol cumulard de mandats dorés et sa maison à 2 millions d’€ dans le 9-3….

    Aussi sincère qu’Hollandouille et sa déclaration patrimoniale juste sous l’isf, malgré ses 3 biens sur la cote d’azur, sa sci la sapiniere à paris…..

    Des gros bourges incompétents qui se la jouent socialos !

  2. zelectron dit :

    En Socialaisie, la sincérité est inversement proportionnelle au niveau hiérarchique.

  3. daniel pilotte dit :

    BARTOLONE n’est pas crédible, BARTOLONE a mis en FAILLITE le département du 93, HOLLANDE a mis en faillite le département de la Corrèze et la FRANCE.

Laisser un commentaire