Nouveaux programmes scolaires : «illisibles et infaisables»!

Rédigé par Louis Blase le 04 juillet 2015.

najat_hollande

Après les parents d’élèves, après les intellectuels de droite et de gauche, après les historiens, après l’Académie Française, c’est au tour des enseignants de crier au scandale. En effet, les enseignants viennent de remettre leur rapport sur le projet des nouveaux programmes scolaires, 242 pages qui se résument en deux mots : «illisibles et infaisables».

Malgré cela, la ministre Najat Vallaud-Belkacem ose un euphémisme dont elle a le secret : «l’accueil des équipes pédagogiques est favorable». Combien de temps il lui reste à vivre au gouvernement ? Elle concède avec le velours de sa parole fluette et non moins acérée «la nécessité d’améliorer la lisibilité du projet actuel». Le sérail des pédagogistes baptisé «Conseil supérieur des programmes» s’en balance, il a la ministre en son sein que nous ne saurions voir.

Les qualificatifs des enseignants sont pourtant très explicites : «Trop ambitieux», «trop vagues», «pas assez détaillés», «illisibles et infaisables en l’état». Si le retour des Lumières parmi les thèmes imposés tentera d’apaiser les humeurs, cela ne suffira pas à compenser les critiques violentes formulées par le corps enseignant, dont les plus graves portent sur l’enseignement des langues : «Comment maîtriser une langue en 2,5 heures hebdomadaires ?» interroge un professeur de langues vivantes, mission impossible !

Cela fait partie des nombreuses équations sans solution posées par les nouveaux programmes scolaires obligatoires qui se révèlent à l’image de ce gouvernement : iconoclastes. A cela s’ajoute les aberrations de méthodes : la méthode universitaire dite «observation réfléchie de la langue» veut être imposée aux scolaires, alors qu’elle n’est absolument pas adaptée à l’apprentissage de la grammaire : une ineptie qui n’est pas sans rappeler l’introduction de la «méthode globale» dont les ravages ne sont plus à démontrer : 20 % des enfants scolarisés ne lisent pas correctement à l’entrée du collège.

Les enseignants considèrent donc que le projet n’est pas adapté aux élèves en lecture, écriture et surtout en étude de la langue, selon les propos de Jean-Rémi Girard, vice-président du Snalc, rapportés par Le Figaro. Qui mettra fin aux déconstructions nocives de ce gouvernement ?

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Les dessous de programmes infaisables…,

    Entrez donc en résistance, mes chers collègues (profs). Votre devoir est envers le savoir, sa conservation et sa transmission aux jeunes. Pas envers une administration et un ministère qui vous méprisent autant qu’ils méprisent le savoir gratuit, le peuple et ses enfants.

    http://www.bvoltaire.fr/pierrevanommeslaeghe/dessous-de-programmes-infaisables,185422

  2. minable mais digne dit :

    … est-ce qu’un fonctionnaire doit collaborer avec un gouvernement qui detruit le pays et trahit les ideaux de la Republique ?

    …. question qu’ont du se poser les fonctionnaires sous Vichy …..

    Il est temps que les enseignants ouvrent les yeux, a la libe, il sera trop tard !

  3. daniel pilotte dit :

    BELKACEM est une faute morale de l’éducation nationale, elle a le niveau BAC A VAISSELLE et encore,….

  4. ORELIO dit :

    Des exercices de mathématiques appelés « remue méninges » en classe de CE2 incompréhensibles même pour des adultes. Pourquoi stresser nos enfants et leur encombrer l’esprit avec des questions insolubles ?

Laisser un commentaire