Islam : on rit à Paris, on pleure à Palmyre

Rédigé par Philippe Lesage le 08 juillet 2015.

anne_hidalgo

Comme depuis 2011, la mairie socialiste de Paris confond culte et culture pour s’attirer les sympathies de sa gente islamique : en effet, ce lundi 6 juillet 2015 la rupture du Ramadan sera célébrée par l’autorité civile à l’Hotel de ville en contravention à la Loi française. Devant le scandale des exécutions islamiques de Palmyre, est-ce simplement décent ?

Le Parisen annonce : «Ce soir à partir de 20h, Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, recevra le représentant du recteur de la grande mosquée de Paris et 450 invités pour la nuit du ramadan à l’Hôtel de Ville de Paris, dans le IVe arrondissement. (…) Au moment du coucher du soleil, les invités célébreront la rupture du jeûne, autour d’un cocktail de lait et d’amandes». On aura noté le respect des prescriptions du prophète et du rite religieux islamique. Anne Hidalgo sera t-elle voilée ?

Complices, les libre-penseurs ne se sont pas manifestés, n’ont pas crié à la «superstition», terme dont ils affublent pourtant la religion catholique depuis que l’anti-cléricalisme ravage notre pays, jusque très récemment à Ploërmel où de vains juges poursuivent une statue de Jean-Paul II de leurs chimériques anathèmes. Mais alors que Paris célèbre la nuit du ramadan, pas même le frou frou d’un tablier d’apprenti maçon rompt le lourd silence des libres-penseurs. Ils se sont emmurés dans leur temple, la tête dans le sablier pour ne rien voir, le maillet dans une oreille et la truelle dans l’autre pour ne rien entendre.

En 2011 pourtant, la direction juridique de la Préfecture de Paris proposait de faire annuler la manifestation organisée par la mairie, car celle-ci est «explicitement axée sur (…) la rupture du jeûne imposé aux musulmans, et ne répond à aucun cas de dérogation». La note de la préfecture précisait : «Il n’existe aucun intérêt public local à l’organiser, celle-ci pouvant être organisée dans le cadre des mosquées». Par surcroît, une telle implication de l’autorité civile dans une célébration cultuelle, alors qu’il n’en existe pas de la sorte pour les autres cultes, génère «une discrimination de culture», selon la note. Mais depuis 2011 la préfecture a passé l’arme à gauche et elle s’écrase dans une compromission politicienne.

S’il n’y avait que le flou sur le lien entre la mairie de Paris et les entreprises qui sponsorisent la cérémonie cultuelle déguisée en évènement culturel, cela n’inquiéterait personne. Mais, la multiplication récente des sacrifices humains orchestrés au nom de l’Islam, dans l’Isère par exemple quoi qu’en disent les promoteurs du «padamalgame», leur mise scène macabre et rituelle qui pousse le sadisme jusqu’à transformer des enfants en criminels de guerre, singulièrement à Palmyre ce samedi, ne manque pas d’entacher l’indifférence insoutenable des festivités et embrassades parisiennes.

Comment ne pas réagir devant le nouveau spectacle des Vingt-cinq soldats de l’armée syrienne assassinés par des enfants, à la seule fin d’en faire un document de propagande ? La vidéo diffusée à dessein sur l’Internet dure une dizaine de minutes. Ces crimes barbares sont gratuits, injustifiables, commis au nom de l’Islam, et pourtant Anne Hidalgo recevra le représentant de la grande mosquée de Paris, un territoire de l’Islam en France. Qui s’indignera ?

Pourtant, bien avant de «communiquer», les nouveaux maîtres de Palmyre ont lancé une purge dans la population locale. Pas moins de 217 personnes auraient été exécutées à Palmyre, selon l’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), parmi lesquels 67 civils, dont des femmes et des enfants : L’État Islamique traque les potentiels agents de Damas à la manière d’une Gestapo, sans respecter aucune convention.

Pris entre les harcèlements mortels des islamistes et les frappes aériennes non moins mortifères, les habitants de Palmyre pleurent la paix qu’ils connaissaient avant que les Etats-Unis d’Amérique ne décident de jeter leur dévolu sur cette région pétrolière et gazière. Mais à Paris on fête la nuit du ramadan dans l’insoutenable frivolité des agapes.

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    la tête d’hidalgo à couper !

  2. Paul Emiste dit :

    Du cirage de babouche électoral. Les socialistes français sont à vomir sans modération.

  3. daniel pilotte dit :

    Anne hidalgo à une conception de la laïcité à géométrie variable, nous sentons bien la haine CATOPHOBE qui est omniprésente chez les socialos.

Laisser un commentaire